Insight Article Desktop Banner
 
 
Global Equity Observer
  •  
janvier 29, 2024

« Personne ne sait rien »... contrairement à ce que pense le marché

Insight Video Mobile Banner
 
janvier 29, 2024

« Personne ne sait rien »... contrairement à ce que pense le marché


Global Equity Observer

« Personne ne sait rien »... contrairement à ce que pense le marché

Share Icon

janvier 29, 2024

 
 

Il existe une célèbre citation de l’écrivain William Goldman sur l’industrie cinématographique : « Personne ne sait rien... Personne dans tout le secteur du cinéma ne sait avec certitude ce qui va marcher. À chaque fois, on fait une supposition et, avec un peu de chance, une supposition avisée. »

 
 

William Goldman a été le scénariste de plusieurs grands succès, dont « Les hommes du président », « Marathon Man », « Butch Cassidy et le Kid de Sundance » et « Les femmes de Stepford ». La sagesse de cette déclaration fait surtout écho à l’échec inconcevable de son plus grand film, et (de l’avis de l’auteur) sans doute le plus grand film jamais réalisé, « Princess Bride », qui a fait un flop à sa sortie mais qui est depuis devenu un film culte.

Le fait que personne ne sache rien (sur les marchés financiers) a été plus que manifeste en 2023, tant la succession des épisodes de marché a été déconcertante. Après des craintes initiales de récession, c’est la perspective de « taux durablement plus élevés » qui a fait paniquer les investisseurs, de sorte que le taux des fonds fédéraux prévu pour la fin de l’année aux États-Unis était passé de 4,5 % à 5,5 % dès le mois de mars. La faillite de Silicon Valley Bank au printemps a fait craindre un resserrement du crédit, mais une fois cette inquiétude dissipée, les marchés sont repartis de l’avant dans l’espoir d’un boom de la productivité déclenché par l’intelligence artificielle (IA). À l’automne, le scénario de « taux durablement plus élevés » s’est encore renforcé, avec des taux de la Fed anticipés à quasiment 5 % fin 2024 et des marchés actions en chute. L’année s’est achevée sur un « changement de cap » : en effet, la Réserve fédérale américaine (Fed) a brusquement changé de ton et le nombre de baisses des taux anticipées pour 2024 a atteint six ou sept, permettant aux marchés d’enchaîner neuf semaines positives.

Le physicien Niels Bohr n’a pas eu tort d’affirmer que « la prédiction est un exercice très compliqué, notamment quand elle concerne le futur ». Cette tâche est encore plus difficile actuellement en raison du « COVID long » - l’impact persistant de la pandémie - qui pèse encore sur les économies. Les perturbations importantes du côté de l’offre et les interventions massives des gouvernements pour soutenir la demande ont encore des conséquences marquées. Les dépenses ont augmenté pendant la pandémie, puis elles se sont reportées sur les services après le déconfinement, ce qui, conjugué aux difficultés d’approvisionnement, a entraîné une inflation des prix, en particulier des voitures. Les prix ont ensuite augmenté également dans le secteur des services, les entreprises ayant dû dépenser plus pour recruter le personnel qu’elles avaient licencié pendant la pandémie. Compte tenu de la transition qui s’est opérée entre les biens et les services, les indicateurs avancés relatifs aux biens utilisés pour prévoir les récessions ont en fait suggéré à tort qu’une récession se profilait en 2023. Parallèlement, les analystes ont tenté de déterminer pendant combien de temps « l’épargne excédentaire » accumulée aux États-Unis pendant la pandémie (grâce aux mesures de relance massives du gouvernement) permettra de maintenir des taux d’épargne toujours aussi bas et de soutenir la consommation dynamique qui en découle. C’était sans compter sur les incertitudes entourant l’impact du choc énergétique européen déclenché par la guerre entre la Russie et l’Ukraine et l’éventualité d’un conflit durable au Moyen-Orient.

Les intervenants de marché les plus optimistes peuvent insister sur de nombreux points positifs en ce début d’année 2024. L’inflation semble désormais refluer rapidement, sans augmentation significative du chômage, qui reste inférieur à 4 % aux États-Unis.1 Le produit intérieur brut (PIB) réel des États-Unis a crû de 2,3 % en 2023, alors que les prévisions de fin 2022 étaient proches de zéro2. L’estimation pour 2024 est passée à 1,3 %, soit le double du taux de croissance prévu à l’été dernier, tandis que la confiance des ménages s’améliore enfin, probablement grâce à l’augmentation des salaires réels. Le camp d’une « inflation transitoire » semble voir ses arguments confortés, ce qui explique peut-être le ton moins ferme adopté récemment par la Fed. L’IA générative semble ouvrir la voie à un boom de la productivité (qui pourrait contribuer au recul de l’inflation) et, à plus court terme, à un boom des dépenses d’investissement. En effet, les grands fournisseurs de services cloud (« hyperscalers ») vont continuer à déployer de manière effrénée des centres de données pour répondre à la demande, alors que la loi CHIPS and Science Act américaine et ses équivalents étrangers vont encourager la construction d’usines de fabrication de semi-conducteurs. Les « Sept Magnifiques »3, ou du moins les cinq d’entre eux qui ont vu leurs bénéfices augmenter en 2023, devraient rester les moteurs de la croissance des bénéfices.

Les plus pessimistes suggéreront que l’atterrissage en douceur tant attendu aux États-Unis ne s’est pas encore produit, avec une trajectoire qui pourrait très bien se révéler plus basse ou plus haute que prévu. Les phases d’atterrissage en douceur sont des événements minoritaires, puisque les trois quarts des épisodes de resserrement monétaire aux États-Unis depuis la Seconde Guerre mondiale se sont terminés par une récession. Les tensions persistent sur le marché du travail, avec un taux de chômage inférieur à 4 % et un indicateur de croissance des salaires de la Fed d’Atlanta toujours supérieur à 5 %. Dans ce contexte, il pourrait être plus difficile de dompter l’inflation des services, alors que celle des biens est déjà retombée à zéro. A l’inverse, les effets négatifs de la hausse de 525 pb des taux d’intérêt pourraient encore se matérialiser (ils se font ressentir en général avec un décalage d’un à deux ans), et quelque chose pourrait encore se gripper dans le système financier avec la fin programmée de « l’argent gratuit ». La situation est moins bonne en dehors des États-Unis. Les économies européennes sont proches du point mort, avec une croissance inférieure à 1 % prévue en 2024 et des indices des directeurs d’achat en territoire négatif. La Chine continue à lutter contre les séquelles massives de son boom immobilier qui dure depuis des décennies et une détérioration potentiellement durable du moral des consommateurs. Dans le même temps, la chute des prix de l’immobilier et des cours de bourse continue de rogner le patrimoine des ménages, dans le sillage du choc sanitaire de la Covid. En outre, la poursuite de la baisse de l’inflation pourrait entamer les marges des entreprises si ces dernières peinent désormais à augmenter leurs prix (même si une récession est évitée), en particulier si les hausses de salaires persistent. Ajoutons à tout cela l’instabilité potentielle de l’environnement géopolitique, d’autant plus que deux milliards de personnes seront appelées aux urnes cette année dans 64 pays.

Nous ne savons pas si l’économie mondiale va connaître un atterrissage en douceur ou forcé. Ce qui est clair, c’est que le marché anticipe une issue positive. Selon les anticipations, les bénéfices des entreprises de l’indice MSCI World devraient augmenter de près de 10 % en 2024 et de plus de 11 % en 2025.4 Ces chiffres semblent élevés compte tenu de la croissance nominale du PIB prévue pour 2024 dans les pays développés (3 à 4 %) et impliquent une nouvelle hausse des marges alors qu’elles sont déjà proches de leur pic. A noter que les 11 récessions américaines survenues depuis la Seconde Guerre mondiale ont entraîné des baisses à deux chiffres de l’indice S&P 500, avec un repli moyen de 30 %.5 Les multiples de valorisation fondés sur ces bénéfices potentiellement optimistes paraissent également élevés. L’indice MSCI World a terminé l’année 2023 sur un multiple de 17,3 fois les bénéfices prévus à 12 mois, et le S&P 500 à pratiquement 20 fois. Même en excluant l’exubérance des « Sept Magnifiques », le multiple ressort à 15,9 fois pour l’indice MSCI World, soit plus de 10 % au-dessus de la moyenne 2003-19, en y incluant les sept valeurs les plus performantes.6 L’asymétrie de la configuration actuelle nous semble défavorable, avec une hausse limitée en raison des prévisions ambitieuses de bénéfices et des multiples élevés, et un potentiel de baisse important en cas de récession. Il se pourrait que la progression des marchés en 2023 n’ait fait qu’entamer les performances futures.

Selon Platon, Socrate disait : « Je suis l’homme le plus sage qui soit, car je sais une chose, c’est que je ne sais rien ». Selon nous, s’il n’avait pas été exécuté par les Athéniens mais avait (miraculeusement) survécu jusqu’au 21è siècle, Socrate aurait investi dans des valeurs de capitalisation (compounders). Bien qu’il soit assez arrogant pour prétendre être plus intelligent que tout le monde, il aurait été suffisamment humble pour ne pas parier sur l’évolution de l’environnement macroéconomique. Il aurait plutôt investi dans des entreprises ayant un pouvoir de fixation des prix et générant des revenus récurrents leur permettant de dégager des bénéfices solides en cas de ralentissement économique comme en 2020, et affichant des valorisations raisonnables en cas de baisse des multiples, comme en 2022. Cette approche d’investissement ne colle pas toujours avec l’exubérance du marché, comme en 2023, même si les performances absolues que nous avons enregistrées (plus de 15 %) se sont révélées particulièrement solides. Notre approche de gestion ne nous permet pas de contrôler les performances relatives à court terme et l’année 2023 n’a clairement pas été une réussite en valeur relative. Sur le long terme, l’approche consiste  comme toujours  à tout faire pour maintenir des performances absolues solides en cas de choc de marché.

L’exposition à des valeurs de capitalisation dans les secteurs défensifs de la consommation non-cyclique et de la santé s’est avérée coûteuse en 2023, en raison de la surpondération - dans nos portefeuilles mondiaux - de secteurs ayant sous-performé de 20 % l’indice durant l’année. Ces surpondérations de secteurs défensifs nous ont amenés à sous-pondérer les Sept Magnifiques, qui ont dominé l’année, avec un gain de plus de 60 % : le fait de ne détenir qu’une ou deux de ces sept valeurs dans nos portefeuilles a sapé notre performance relative. Notre philosophie d’investissement nous empêche actuellement d’investir dans plusieurs des Sept Magnifiques. La multinationale américaine du secteur technologique spécialisée dans le commerce électronique et l’informatique dématérialisée (entre autres) ne génère pas systématiquement des flux de trésorerie significatifs, une fois déduites les rémunérations en actions, ni n’affiche une rentabilité du capital opérationnel régulière. Le BPA à terme de la société américaine de médias sociaux a fait un aller-retour, passant de 16 dollars fin 2021 à 8 dollars fin 2022, avant de faire marche arrière l’année dernière, bien loin des doutes concernant son modèle à long terme et sa gouvernance. Quant à la multinationale américaine de l’automobile et des énergies propres, son cours de bourse a doublé en 2023, bien que ses prévisions annuelles de bénéfices aient été divisées par deux par rapport à leur pic. Pour les autres, nos craintes portent davantage sur les valorisations. La société américaine de processeurs graphiques et de systèmes de puces a atteint une valorisation de 27 fois le chiffre d’affaires, et le multiple de 30 fois les bénéfices à terme de la multinationale à la pomme ont semblé excessifs pour une société qui peine à accroître son chiffre d’affaires et qui est dépendante d’un seul produit, même si l’augmentation des revenus récurrents de ses services est bienvenue. Cela ne signifie pas que ces entreprises ne vont pas générer d’excellentes performances, mais qu’elles ne correspondent pas à la méthodologie utilisée pour construire nos portefeuilles dédiés aux valeurs de grande qualité, dans lesquels nous sommes encore plus pointilleux concernant la pérennité des bénéfices et des multiples. C’est en appliquant avec rigueur cette philosophie et cette méthodologie que nous parvenons à investir dans des valeurs de capitalisation depuis plus d’un quart de siècle, et nous avons bien l’intention de rester fidèles à cette approche. Nous vous encourageons à en faire de même... et à regarder « Princess Bride ».

 
 

1 Source : FactSet
2 Source : Bloomberg
3 Alphabet, Amazon, Apple, Meta, Microsoft, Nvidia et Tesla.
4 Source : FactSet
5 Bureau national de recherche économique des États-Unis
6 Source : FactSet

 
bruno.paulson
Managing Director
International Equity Team
 
 
Fonds présentés
 
 
 
 
 

Considérations sur les risques

Il ne peut être garanti qu’un portefeuille atteindra son objectif d’investissement. Les portefeuilles sont sujets au risque de marché, c’est-à-dire à la possibilité que la valeur de marché des titres en portefeuille baisse. Les valeurs boursières peuvent varier quotidiennement en fonction de facteurs économiques ou d’autre nature (par ex. catastrophes naturelles, crises sanitaires, terrorisme, conflits et troubles sociaux) qui ont des répercussions sur les marchés, les pays, les entreprises ou les gouvernements. Il est difficile de prévoir le calendrier, la durée et les éventuels effets négatifs (par ex. liquidité du portefeuille) liés à de tels événements. En conséquence, cette stratégie expose l’investisseur à des pertes potentielles. Nous attirons votre attention sur le fait que cette stratégie peut comporter d’autres types de risques. L’évolution de l’économie mondiale, des dépenses et des préférences de consommation, de la concurrence, de la démographie, des réglementations publiques et des conditions économiques peut pénaliser les sociétés internationales et peut avoir un impact négatif plus prononcé sur la stratégie que si les actifs de la stratégie étaient investis dans un éventail plus large de sociétés. En général, la valeur des actions varie également en fonction des activités spécifiques d’une entreprise. Les investissements sur les marchés étrangers s’accompagnent de risques particuliers, notamment les risques de change, politiques, économiques et de marché. Les actions de sociétés de petites et moyennes capitalisations présentent des risques spécifiques, tels que des gammes de produits, des marchés et des ressources financières limitées, et une volatilité supérieure à celles des entreprises de grandes capitalisations plus solidement établies. Les risques associés aux investissements dans les marchés des pays émergents sont plus élevés que sur les marchés développés étrangers. Les instruments dérivés peuvent augmenter les pertes de façon disproportionnée et avoir un impact significatif sur la performance. Ils peuvent également être soumis aux risques de contrepartie, de liquidité, de valorisation, de corrélation et de marché. Les titres illiquides peuvent être plus difficiles à vendre et à valoriser que les titres cotés en bourse (risque de liquidité). Les portefeuilles peu diversifiés investissent dans un nombre plus restreint d’émetteurs. De ce fait, toute évolution de la situation financière ou de la valeur de marché d’un émetteur donné est susceptible d’entraîner une volatilité accrue. La performance relative des stratégies ESG qui intègrent l’investissement d’impact et / ou des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) peut diverger de celle d’autres stratégies ou d’indices de référence généraux du marché, selon que ces secteurs ou ces investissements ont la faveur ou non du marché. Par conséquent, rien ne garantit que les stratégies ESG se traduiront par une performance d’investissement plus favorable.

DÉFINITIONS

Le produit intérieur brut (PIB) est la valeur monétaire de tous les produits finis et services produits à l’intérieur des frontières d’un pays au cours d’une période donnée. Il comprend l’ensemble de la consommation privée et publique, les dépenses publiques, les investissements et les exportations nettes.

L’indice des directeurs d’achat (PMI) est un indicateur de la santé économique du secteur manufacturier. L’indice PMI se fonde sur cinq grands indicateurs : les nouvelles commandes, le niveau des stocks, la production, les livraisons des fournisseurs et l’emploi.

L’indice MSCI World est un indice pondéré par la capitalisation boursière, conçu pour mesurer la performance des marchés boursiers mondiaux. Le terme "« flottant »" représente la part des actions en circulation qui sont considérées comme disponibles à l’achat sur les marchés d’actions publics par les investisseurs. La performance de l’indice est cotée en dollars américains et sous-entend le réinvestissement des dividendes nets.

Indice S&P 500

L’indice S&P 500® mesure la performance du segment des grandes capitalisations du marché des actions américaines, et couvre environ 75 % de ce marché. L’indice comprend 500 grandes sociétés des principaux secteurs de l’économie américaine.

INFORMATIONS IMPORTANTES

Il n’y a aucune garantie qu’une stratégie d’investissement fonctionnera dans toutes les conditions du marché et il revient à chaque investisseur d’évaluer sa capacité à investir à long terme, surtout pendant les périodes de détérioration du marché.

Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas être adaptés pour tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à cette Stratégie peuvent détenir des titres qui ne suivent pas nécessairement la performance d’un indice particulier. Un niveau d’investissement minimum est requis.

Vous trouverez des informations importantes sur les gestionnaires financiers dans la partie 2 du formulaire ADV.

Les opinions et les points de vue et/ou les analyses exprimés sont ceux de l’auteur ou de l’équipe de gestion à la date de publication : ils peuvent être modifiés à tout instant au gré de l’évolution des conditions de marché ou de la conjoncture économique et ne pas se concrétiser. En outre, les opinions ne seront pas mises à jour ou corrigées dans le but de refléter les informations publiées a posteriori, des situations existantes ou des changements se produisant après la date de publication. Les opinions exprimées ne reflètent pas les opinions de tous les gérants de portefeuille de Morgan Stanley Investment Management (MSIM) et ses filiales et sociétés affiliées (collectivement désignées par « la Société »). Elles peuvent ne pas être prises en compte dans toutes les stratégies et les produits proposés par la société.

Les prévisions et/ou estimations fournies dans le présent document sont susceptibles de changer et pourraient ne pas se matérialiser. Les informations concernant les performances attendues et les perspectives de marché sont basées sur la recherche, l’analyse et les opinions des auteurs ou de l’équipe de gestion. Ces conclusions sont de nature spéculative, peuvent ne pas se concrétiser et ne visent pas à prédire la performance future d’une stratégie ou d’un produit proposé par la Société. Les résultats futurs peuvent considérablement varier en fonction de facteurs tels que l’évolution des marchés des valeurs mobilières ou des marchés financiers ou des conditions économiques générales.

Ce document a été préparé sur la base d’informations publiques, de données élaborées en interne et d’autres sources externes jugées fiables. Toutefois, aucune garantie n’est donnée quant à la fiabilité de ces informations et la Société n’a pas cherché à vérifier en toute indépendance les informations provenant de sources publiques et externes.

Ce document constitue une communication générale, qui n’est pas impartiale et toute l’information qu’il contient a été préparée uniquement à des fins d’information et de formation et ne constitue pas une offre ni une recommandation d’achat ni de vente d’un titre en particulier ni d’adoption d’une stratégie d’investissement particulière. Les informations contenues dans le présent document ne s’appuient pas sur la situation d’un client en particulier. Elles ne constituent pas un conseil d’investissement et ne doivent pas être interprétées comme constituant un conseil en matière fiscale, comptable, juridique ni réglementaire. Avant de prendre une décision d’investissement, les investisseurs doivent solliciter l’avis d’un conseiller juridique et financier indépendant, y compris s’agissant des conséquences fiscales.

Les graphiques et diagrammes fournis dans le présent document le sont uniquement à titre d’illustration. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Les indices ne sont pas gérés et ne comprennent ni frais, ni droits, ni commissions de vente. Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice. Tout indice mentionné dans le présent document est la propriété intellectuelle du fournisseur concerné (y compris les marques déposées). Les produits basés sur des indices ne sont pas sponsorisés, approuvés, vendus ou promus par le fournisseur concerné, qui se dégage de toute responsabilité à leur égard.

Ce document n’est pas un produit du département de recherche de Morgan Stanley et ne doit pas être considéré comme un document ou une recommandation de recherche.

La Société n’a pas autorisé les intermédiaires financiers à utiliser ni à distribuer le présent document, à moins que cette utilisation et cette distribution ne soient effectuées conformément à la législation et à la réglementation en vigueur. De plus, les intermédiaires financiers sont tenus de s’assurer que les informations contenues dans ce document soient adaptées aux personnes à qui ils le fournissent au vu de leur situation et de leurs objectifs. La Société ne peut être tenue responsable et rejette toute responsabilité en cas d’utilisation abusive de ce document par tout intermédiaire financier.

Ce document peut être traduit dans d’autres langues. Lorsqu’une telle traduction est faite, seule la version anglaise fait foi. S’il y a des divergences entre la version anglaise et une version de ce document dans une autre langue, seule la version anglaise fait foi.

Il est interdit de reproduire, copier, modifier, utiliser pour créer un document dérivé, interpréter, afficher, publier, poster, mettre sous licence, intégrer, distribuer ou transmettre tout ou une partie de ce document, directement ou indirectement, ou de divulguer son contenu à des tiers sans le consentement écrit explicite la Société. Il est interdit d’établir un hyperlien vers ce document, à moins que cet hyperlien ne soit destiné à un usage personnel et non commercial. Toutes les informations contenues dans le présent document sont la propriété des auteurs et sont protégées par la loi sur les droits d’auteur et par toute autre loi applicable.

Morgan Stanley Investment Management est la division de gestion d’actifs de Morgan Stanley.

DISTRIBUTION

Ce document s’adresse et ne doit être distribué exclusivement qu’aux personnes résidant dans des pays ou territoires où une telle distribution ou mise à disposition n’est pas contraire aux lois et réglementations locales en vigueur.

MSIM, la division de gestion d’actifs de Morgan Stanley (NYSE : MS) et ses sociétés affiliées ont passé des accords pour commercialiser leurs produits et services respectifs.  Chaque société affiliée de MSIM est réglementée de manière appropriée dans la juridiction où elle opère. Les sociétés affiliées de MSIM sont : Eaton Vance Management (International) Limited, Eaton Vance Advisers International Ltd, Calvert Research and Management, Eaton Vance Management, Parametric Portfolio Associates LLC et Atlanta Capital Management LLC.

Ce document a été publié par une ou plusieurs des entités suivantes :

EMEA

Ce document s’adresse aux clients professionnels/investisseurs accrédités uniquement.

Au sein de l’UE, les documents de MSIM et d’Eaton Vance sont publiés par MSIM Fund Management (Ireland) Limited (« FMIL »). FMIL est une société privée à responsabilité limitée par actions immatriculée en Irlande sous le numéro 616661 et réglementée par la Banque Centrale d’Irlande. Son siège social est situé à l’adresse 24-26 City Quay, Dublin 2, DO2 NY19, Irlande.

En dehors de l’UE, les documents de MSIM sont publiés par Morgan Stanley Investment Management Limited (MSIM Ltd), une société agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Enregistrée en Angleterre. Numéro d’enregistrement : 1981121. Siège social : 25 Cabot Square, Canary Wharf, Londres E14 4QA.

En Suisse, les documents de MSIM sont publiés par Morgan Stanley & Co. International plc, Londres, succursale de Zurich, une société agréée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers ("FINMA"). Siège social : Beethovenstrasse 33, 8002 Zurich, Suisse.

En dehors des États-Unis et de l’UE, les documents d’Eaton Vance sont publiés par Eaton Vance Management (International) Limited (« EVMI ») 125 Old Broad Street, Londres, EC2N 1AR, Royaume-Uni, qui est agréé et réglementé au Royaume-Uni par la Financial Conduct Authority.

Italie : MSIM FMIL (succursale de Milan), (Sede Secondaria di Milano), Palazzo Serbelloni Corso Venezia, 16 20121 Milan, Italie. Pays-Bas : MSIM FMIL (succursale d’Amsterdam), Tour Rembrandt, 11e étage Amstelplein 1 1096HA, Pays-Bas. France : MSIM FMIL (succursale de Paris), 61, rue de Monceau, 75008 Paris, France. Espagne : MSIM FMIL (succursale de Madrid), Calle Serrano 55, 28006, Madrid, Espagne. Allemagne : MSIM FMIL succursale de Francfort, Große Gallusstraße 18, 60312 Francfort, Allemagne (Catégorie : Branch Office (FDI) selon § 53b KWG). Danemark : MSIM FMIL (succursale de Copenhague), Gorrissen Federspiel, Axel Towers, Axeltorv2, 1609 Copenhague V, Danemark.

MOYEN-ORIENT

Dubaï : MSIM Ltd (Bureau de représentation, Unit Precinct 3-7 th Floor-Unit 701 and 702, Level 7, Gate Precinct Building 3, Dubai International Financial Centre, Dubaï, 506501, Émirats arabes unis. Téléphone : +97 (0)14 709 7158).

Ce document est distribué dans le Centre financier international de Dubaï par Morgan Stanley Investment Management Limited (bureau de représentation), une entité réglementée par la Dubai Financial Services Authority (« DFSA »). Il n’est destiné qu’à être utilisé par des clients professionnels et des contreparties de marché. Ce document n’est pas destiné à être distribué aux clients particuliers, et ceux-ci ne doivent pas agir sur la base des informations contenues dans ce document.

Ce document concerne un produit financier qui n’est soumis à aucune forme de réglementation ou d’approbation par la DFSA. La DFSA n’est pas responsable de l’examen ou de la vérification des documents relatifs à ce produit financier. Par conséquent, la DFSA n’a pas approuvé ce document ou tout autre document associé, ni pris de mesures pour vérifier les informations qui y figurent, et décline toute responsabilité à cet égard. Le produit financier auquel ce document se rapporte peut être illiquide et/ou soumis à des restrictions quant à sa revente ou son transfert. Les acheteurs potentiels sont tenus d’effectuer leurs propres vérifications concernant ce produit financier. Si vous ne comprenez pas le contenu de ce document, veuillez consulter un conseiller financier agréé.

États-Unis

NON ASSURÉ PAR LE FDIC | ABSENCE DE GARANTIE BANCAIRE | POSSIBLE PERTE DE VALEUR | NON ASSURÉ PAR DES AGENCES GOUVERNEMENTALES FÉDÉRALES | NE CONSTITUE PAS UN DÉPÔT

Amérique latine (Brésil, Chili, Colombie, Mexique, Pérou et Uruguay)

Ce document est destiné à être utilisé uniquement par un investisseur institutionnel ou un investisseur qualifié. Toutes les informations contenues dans ce document sont confidentielles et destinées à l’usage et à l’examen exclusifs de son destinataire visé et ne sauraient être transmises à un tiers. Ce document est fourni à titre d’information uniquement et ne constitue pas une offre publique, une sollicitation ou une recommandation d’achat ou de vente d’un(e) quelconque produit, service, instrument financier et/ou stratégie. La décision d’investir ne doit être prise qu’après avoir lu la documentation sur la stratégie et mené une due diligence approfondie et indépendante.

ASIE-PACIFIQUE

Hong Kong : Le présent document est diffusé par Morgan Stanley Asia Limited aux fins d’utilisation à Hong Kong et ne peut être diffusé qu’auprès d’« investisseurs professionnels » au sens du Securities and Futures Ordinance (décret sur les valeurs mobilières et les contrats à terme) de Hong Kong (Cap 571). Le contenu du présent document n’a été révisé ni approuvé par aucune autorité de réglementation, y compris la Securities and Futures Commission de Hong Kong. En conséquence, à moins que la loi en vigueur ne prévoie des exceptions, ce document ne devra pas être publié, diffusé, distribué, ni adressé aux particuliers résidant à Hong Kong, ni mis à leur disposition. Singapour :Ce document est diffusé par Morgan Stanley Investment Management Company et ne saurait être considéré comme une offre de souscription ou d’achat, directe ou indirecte, présentée au public ou à des membres du public de Singapour autres que (i) des investisseurs institutionnels selon la définition de l’article 304 de la Securities and Futures Act (SFA), chapitre 289, (ii) des « personnes concernées » (ce qui inclut les investisseurs accrédités) au sens de l’article 305 de la SFA, la distribution du présent document étant conforme aux conditions énoncées à l’article 305 de la SFA ou (iii) les personnes concernées par toute autre disposition applicable de la SFA, et conformément aux conditions de celle-ci. Cette publication n’a pas été vérifiée par l’Autorité monétaire de Singapour.   Australie : Ce document est publié par Morgan Stanley Investment Management (Australie) Pty Ltd ABN 22122040037, AFSL No. 314182 et ses affiliés et ne constitue pas une invitation à investir. Morgan Stanley Investment Management (Australia) Pty Limited donne les moyens aux filiales de MSIM de fournir des services financiers à la clientèle de gros en Australie. Une invitation à investir ne peut être proposée que lorsqu’aucune publication d’information n’est requise par la Corporations Act 2001 (Cth) (la « Corporations Act »). Toute invitation à investir ne pourra pas être considérée comme telle si une publication d’information est requise par la Corporations Act 2001 et ne sera faite qu’à des personnes ayant le statut de « client de gros » (wholesale client), tel que défini dans la Corporations Act. Ce document ne sera pas déposé auprès de l’Australian Securities and Investments Commission.

Japon

Pour les investisseurs professionnels, ce document est distribué à titre informatif seulement. Pour ceux qui ne sont pas des investisseurs professionnels, ce document est fourni par Morgan Stanley Investment Management (Japan) Co., Ltd. (« MSIMJ ») dans le cadre de conventions de gestion de placements discrétionnaires (« IMA ») et de conventions de conseils en placement (« AAI »).  Il ne s’agit pas d’une recommandation ni d’une sollicitation de transactions ou offre d’instruments financiers particuliers. En vertu d’une convention portant sur la gestion des actifs d’un client, le client indique à l’avance les politiques de gestion de base et charge MSIMJ de prendre toutes les décisions d’investissement en fonction notamment de l’analyse de la valeur des titres, et MSIMJ accepte cette mission. Le client doit déléguer à MSIMJ les pouvoirs nécessaires à l’investissement. MSIMJ exerce les pouvoirs délégués en fonction des décisions d’investissement de MSIMJ, et le client s’interdit d’émettre des instructions individuelles.  Tous les profits et pertes d’investissement reviennent aux clients ; le principal n’est pas garanti. Avant d’investir, les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, la nature des risques et les frais associés à la stratégie. À titre de commission de conseils en investissement pour une gestion conseillée (IAA) ou une discrétionnaire (AMIIMA), le montant des biens assujettis au contrat multiplié par un certain taux (la limite supérieure est de 2,20% par année (taxes comprises)) sera engagé proportionnellement à la durée du contrat. Pour certaines stratégies, des honoraires conditionnels peuvent être compris en plus des frais mentionnés ci-dessus. Des frais indirects peuvent également être supportés, tels que des commissions de courtage pour des titres émis par des personnes morales. Étant donné que ces frais et dépenses sont différents selon le contrat et d’autres facteurs, MSIMJ ne peut pas préciser les taux, les limites supérieures, etc. à l’avance. Tous les clients doivent lire attentivement les documents fournis avant la conclusion et l’exécution d’un contrat. Ce document est émis au Japon par MSIMJ, société enregistrée sous le n° 410 (Directeur du Bureau des Finances Locales Kanto (entreprises d’instruments financiers)), membre des organisations suivantes : Japan Securities Dealers Association, Investment Trusts Association, Japan, Japan Investment Advisers Association et Type II Financial Instruments Firms Association.

 

Ce document est une communication promotionnelle.

Les utilisateurs sont invités à prendre connaissance des Conditions d’utilisation avant d’engager toute procédure, car celles-ci mentionnent des restrictions légales et réglementaires applicables à la diffusion des informations relatives aux produits d’investissement de Morgan Stanley Investment Management.

Les services décrits sur ce site Web peuvent ne pas être disponibles dans certaines juridictions ou pour certaines personnes. Merci de consulter nos Conditions d’utilisation pour de plus amples informations.


Confidentialité    •    Conditions d'utilisation

©  Morgan Stanley. Tous droits réservés.