Insight Article Desktop Banner
 
 
Global Fixed Income Bulletin
  •  
février 15, 2024

Les obligations font-elles une pause ?

Insight Video Mobile Banner
 
février 15, 2024

Les obligations font-elles une pause ?


Global Fixed Income Bulletin

Les obligations font-elles une pause ?

Share Icon

février 15, 2024

 
 

Par rapport à la volatilité à laquelle les investisseurs obligataires se sont habitués au cours du dernier trimestre de 2023, 2024 a commencé sur une note plus calme. Les rendements ont légèrement augmenté et les courbes se sont accentuées sur l’ensemble des marchés développés mondiaux. Le président de la Fed, M. Powell, s’est inscrit en faux contre les présomptions du marché concernant une baisse des taux en mars, ce qui a entraîné une hausse des rendements et un renforcement du dollar américain. Les rendements des marchés émergents se sont avérés plus mitigés, certaines banques centrales ayant pu réduire leurs taux en janvier en raison de la baisse de l’inflation. Les spreads de crédit ont continué à se resserrer au cours du mois, la zone euro surpassant les États-Unis. Les spreads de rendement ont été mitigés, ceux de la zone euro continuant à se resserrer et ceux des États-Unis de s’élargir. Les spreads des prêts hypothécaires d’agences se sont élargis, tandis que les spreads des crédits titrisés se sont globalement resserrés.    

 
 
GRAPHIQUE 1
 
Performance des actifs depuis le début de l’année
 

Remarque : Performances libellées en dollars américains. Source : Bloomberg. Données au 31 janvier 2024. Les performances des indices sont fournies à titre indicatif uniquement et n’ont pas vocation à illustrer la performance d’un investissement spécifique. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Voir la définition des indices ci-après.

 
 
GRAPHIQUE 2
 
Variations mensuelles des devises par rapport au dollar américain
 

Remarque : une variation positive indique une appréciation de la devise par rapport au dollar américain. Source : Bloomberg. Données au 31 janvier 2024. 

 
GRAPHIQUE 3
 
Principales variations mensuelles des rendements à 10 ans et des spreads
 

Source : Bloomberg, JP Morgan. Données au 31 janvier 2024.

 
 

Perspectives des marchés obligataires

Le mois de janvier s’est avéré décevant dans le monde des obligations. Après la performance stupéfiante du marché obligataire au quatrième trimestre, il n’était pas vraiment surprenant que les rendements obligataires augmentent légèrement aux États-Unis et plus fortement en Europe. La performance des bons du Trésor américain a été plus plate car l’annonce d’une perte importante dans une banque régionale a fait baisser les rendements de manière significative vers la fin du mois. Avant cette nouvelle, les rendements avaient augmenté de près de 25 points de base, soit une hausse similaire à celle de l’Europe. Le recul des marchés et la rigidité des spreads de crédit en dollars américains corroborent la difficulté qu’auront les marchés obligataires à générer des rendements au début de l’année 2024, après les excellentes performances de l’année dernière. En effet, de nombreuses nouvelles positives sur le front de l’inflation et les baisses de taux des banques centrales sont prises en compte par les marchés. La réalité (les données) doit rester favorable à des baisses de taux multiples/agressives ou ces baisses de taux doivent être réduites et il est probable que cela continuera à être le cas.

L’évaluation agressive des baisses de taux face à des données de croissance encore solides et à une inflation supérieure à l’objectif fixé fait courir un risque aux obligations si les données ou la Fed déçoivent. Un phénomène similaire existe dans la plupart des autres pays où l’on observe également une tendance à diminuer les prix de façon agressive. Les commentaires de la Fed lors de la réunion du FOMC de janvier suggèrent qu’il est prématuré de faire preuve d’autant d’agressivité. En réalité, le président Powell s’est efforcé d’écarter la possibilité d’une baisse des taux en mars, ce que le marché avait presque considéré comme une certitude. Plus particulièrement, la Fed et de nombreuses autres banques centrales des marchés développés se sont détournées des baisses de taux et aucune banque centrale des pays développés n’a encore entamé un cycle de baisse des taux. S’il est probable que des baisses de taux interviendront cette année, le mystère reste entier quant au calendrier et à l’ampleur de ces baisses. Cela dit, nous ne pensons pas qu’il soit important de repousser les baisses de taux de mars à l’été. Ce qui importe davantage, c’est l’ampleur des baisse de taux de la Fed cette année et l’année suivante.

Bien que les données récentes sur l’inflation aient continué à être inférieures ou égales aux attentes et que la Fed ait explicitement déclaré qu’elle était satisfaite de cette tendance, ce qui signifie qu’elle réduira ses taux si cette tendance se poursuit, des obstacles potentiels se dressent devant elle. L’un des problèmes plausibles est que l’inflation du premier trimestre ne devrait pas s’améliorer par rapport à ce qui s’est passé au cours des six derniers mois. Un autre problème est que les données économiques réelles des États-Unis, en particulier le secteur des services et les marchés du travail sont en train de se détériorer. Ce qui nous inquiète, ainsi que la Fed, c’est que les récents élans de désinflation s’essoufflent. Jusqu’à présent, la désinflation s’est concentrée dans le secteur des biens et a dépassé les attentes (à la baisse). La faiblesse de l’économie chinoise et l’amélioration de l’offre en sont responsables. Mais la Fed et les investisseurs peuvent-ils compter sur la poursuite de cette tendance ? De plus, avec la consolidation des données américaines, les améliorations du côté des services pourraient s’avérer plus difficiles à obtenir ce qui risquerait d’entraîner un plafonnement de l’inflation supérieur aux objectifs de la Fed. Dans ce cas, les attentes agressives du marché en matière de réduction des taux s’avéreront trop optimistes.

Ce contexte rend les perspectives de rendement des obligations d’État incertaines. Des baisses de taux auront lieu mais la vigueur de l’économie américaine pourrait limiter les baisses de taux ce qui empêcherait les rendements des obligations du Trésor américain à 10 ans de descendre en dessous de 4 %. Du fait de cette situation ainsi que de la nature inversée de la courbe des taux nous hésitons à surpondérer la duration de manière trop agressive. Dans une perspective à plus long terme, les obligations de haute qualité aux rendements actuels semblent assez intéressantes avec un rendement réel positif prospectif de plus de 2 % ce qui limite l’inclinaison à sous-pondérer le risque de duration. Dans l’ensemble la meilleure stratégie consiste selon nous à accroître le rendement sans prendre de risque excessif en matière de taux d’intérêt.

La constellation de dynamiques de croissance et d’inflation avec l’adoption d’une politique plus souple des banques centrales sera positive pour le crédit dans un avenir assez proche. Malheureusement les marchés du crédit, en particulier les marchés des titres américains « investment grade » et des titres américains et européens à haut rendement, ne tiennent pas compte de ces bonnes nouvelles. Ceci amenuise la probabilité d’un nouveau resserrement dans les mois à venir. Les rendements globaux semblent encore bien se comporter, ce qui devrait favoriser la poursuite de l’afflux de capitaux dans cette classe d’actifs. Le niveau raisonnable des rendements globaux conforte notre conviction selon laquelle les marchés du crédit devraient surperformer les liquidités en 2024, mais le portage prendra certainement le pas sur les plus-values. Nous chercherons à renforcer notre exposition en cas d’élargissement significatif des spreads car il est fort probable que le « put » des banques centrales en soutien à l’économie fonctionne même si sa mise en œuvre n’est pas encore d’actualité. Les obligations à haut rendement à échéance courte semblent attrayantes dans cet environnement. Les valeurs financières présentent toujours des valorisations plus intéressantes que les valeurs non financières.

Les banques centrales des pays émergents continuent d’abaisser leurs rendements face à la baisse de l’inflation. Bien que le retard de la Fed puisse interrompre le rebond des marchés locaux des pays émergents, nous pensons que cette reprise a encore des chances d’aboutir car l’assouplissement des pays émergents en 2024 devrait être supérieur à celui des États-Unis et de l’Europe. Même s’il est peu probable que la baisse des rendements soit aussi importante que celle observée récemment les perspectives restent bonnes. Nous avons une préférence pour les marchés obligataires d’Amérique latine où les banques centrales sont parvenues à baisser leurs taux et devraient poursuivre sur cette voie si la Fed marque véritablement une pause. Cependant les données américaines doivent confirmer les perspectives d’assouplissement anticipées par les marchés financiers. L’un des principaux risques que présente une poursuite des bonnes performances du marché obligataire est une accélération économique ou dans le cas des États-Unis l’absence de ralentissement économique significatif. Cela enrayerait la boucle de rétroaction positive induite par la baisse des taux à court terme, laquelle entraînerait une baisse des rendements à long terme et un resserrement des spreads de crédit. L’avenir nous le dira.

Nous continuons de privilégier en termes d’obligations le crédit titrisé à échéance courte tels que les titres adossés à des créances hypothécaires résidentielles (RMBS), les titres adossés à des actifs (ABS) et certains titres adossés à des crédits hypothécaires commerciaux (CMBS) qui offrent des rendements plus élevés assortis de garanties solides. La vigueur du marché du travail américain et l’augmentation des revenus réels devraient maintenir les finances des ménages sur une trajectoire solide même si elle n’est pas aussi robuste qu’il y a 18 mois. Le segment de crédit titrisé que nous privilégions reste celui des prêts hypothécaires résidentiels non garantis par une agence malgré les difficultés d’accès à la propriété. De manière surprenante le marché immobilier américain semble avoir atteint un plus bas avec une nouvelle remontée des prix. Les prêts hypothécaires des agences américaines malgré leurs excellentes performances au quatrième trimestre semblent toujours plus intéressants que le crédit « investment grade », tout du moins en ce qui concerne les titres assortis de coupons élevés.

Les perspectives du dollar américain se sont également assombries. Alors qu’elles étaient médiocres en décembre, les perspectives étaient plutôt bonnes en janvier. Bien que l’économie américaine ralentisse par rapport à son rythme effréné du troisième trimestre la résistance surprenante des données publiées récemment suggère qu’elle présente toujours des caractéristiques exceptionnelles (par exemple : une croissance plus forte, des rendements plus élevés, un marché boursier solide). Nous ne pensons donc pas qu’il soit judicieux de sous-pondérer le dollar américain par rapport aux autres devises du G-20. Certaines devises émergentes semblent mieux positionnées mais après leur récent rebond nous ne pensons pas qu’il faille « courir après le marché ».

Taux et devises des marchés développés

Analyse mensuelle :
Le mois de janvier a été divisé en deux parties pour les obligations des pays développés. Dans la zone euro les membres du Conseil des gouverneurs de la BCE à Davos ont souligné à plusieurs reprises le fait que l’inflation est toujours supérieure à leur objectif tentant ainsi d’atténuer les espoirs d’une réduction au printemps. Vers la fin du mois cependant, la communication de la BCE est devenue plus conciliante. La présidente Christine Lagarde reconnaissant une inflation plus faibles que prévu et un marché du travail affaibli lors de la réunion de politique générale de la BCE en janvier. Même ses collègues traditionnellement plus stricts ont reconnu les progrès réalisés en matière de prix et ont laissé entendre qu’ils étaient prêts à envisager des réductions plus rapides en fonction des données. Aux États-Unis la hausse régulière des rendements s’est inversée les investisseurs étant de plus en plus convaincus que la Fed assouplira sa politique de manière agressive au cours des deux prochaines années même si une réduction en mars est considérée comme moins probable. Enfin à la fin du mois de janvier les inquiétudes concernant la santé des banques régionales américaines ont entraîné un mouvement de repli du risque sur les marchés qui a abaissé à nouveau les rendements. Après un aller-retour les rendements des bons du Trésor ont terminé le mois de janvier en hausse de 2 points de base par rapport à la fin du mois de décembre tandis que les Bunds (+15 points de base) et les Gilts (+24 points de base) sont restés à la traîne ; les courbes des États-Unis et de la zone euro ont été légèrement plus pentues. Sur le marché des changes le dollar s’est apprécié par rapport à ses pairs au cours du mois. La livre sterling a également enregistré de bonnes performances, l’inflation de décembre ayant fortement surpris par son ampleur et les rendements des Gilts ayant augmenté.1

Perspectives :
Le début du cycle d’assouplissement au sein des pays développés semble désormais se profiler, la communication des banques centrales (en particulier celle de la BCE ) devenant plus conciliante. Cela dit comme les données demeurent globalement résistantes, il reste à voir à quelle vitesse et jusqu’où les banques centrales estiment qu’elles doivent réduire leurs taux. Nous continuons à percevoir des opportunités dans plusieurs transactions sur les taux inter-marchés, les taux canadiens et américains devant continuer à converger en fonction des valorisations et de l’inflation toujours incertaine dans le premier cas. Le marché se concentre désormais sur la normalisation probable de la Banque du Japon au cours du premier semestre de cette année la duration japonaise semble devoir sous-performer et n’a d’ailleurs pas suivi le rebond des autres marchés des pays développés à la fin du mois de janvier.

Taux et devises des marchés émergents

Analyse mensuelle :
Les performances ont été mitigées pour la dette des marchés émergents au cours du premier mois de l’année 2024. La plupart des devises des marchés émergents se sont affaiblies au cours de la période tandis que les spreads souverains se sont élargis et que les spreads des obligations d’entreprises se sont resserrés. Plusieurs banques centrales des marchés émergents d’Amérique latine (Brésil, Colombie et Chili) et de la région EMEA (Arménie et Hongrie) ont réduit leurs taux alors que l’inflation continuait de baisser. La Turquie a relevé ses taux et le président Erdogan a fait des commentaires suggérant que la politique stricte de contrôle de l’inflation se poursuivra. JP Morgan a annoncé que l’Égypte serait retirée de son indice en monnaie locale à la fin du mois de janvier en raison de l’illiquidité persistante du marché des changes. Le FMI a déboursé 4,7 milliards de dollars en faveur de l’Argentine dans le cadre d’un mécanisme élargi de crédit pour aider à soutenir et à stabiliser la macroéconomie. La décollecte s’est poursuivie au niveau de la classe d’actifs : -1,9 milliard de dollars pour les fonds en devises fortes et -0,7 milliard de dollars pour les fonds en devises locales.2

Perspectives :
Les actifs des pays émergents sont en passe de devenir une classe d’actifs attarctive cette année car les valorisations restent intéressantes et une fois que les marchés développés commenceront à réduire leurs taux cela contribuera à instaurer un environnement favorable pour les marchés émergents qui poursuivront leur politique de réduction des taux. Les actifs locaux en particulier les taux locaux constituent le facteur de risque le plus attrayant car le macro-environnement commence à devenir favorable aux actifs locaux. La croissance, l’inflation et la politique sont assez divergentes dans l’univers des marchés émergents. Nous continuons de penser que les marchés porteront leur attention sur les écarts de valorisation entre pays et crédits.

Obligations d’entreprises

Analyse mensuelle :
En janvier les spreads des obligations « investment grade » de la zone euro ont légèrement surperformé les spreads des obligations « investment grade » américaines alors que les spreads du marché du crédit se sont largement resserrés. Plusieurs facteurs ont influencé le sentiment du marché au cours du mois ; tout d’abord le contexte positif du marché du crédit a été maintenu par les attentes croissantes selon lesquelles la politique monétaire des banques centrales s’oriente vers un assouplissement des conditions financières et la baisse des taux d’intérêt l’accent étant mis sur la croissance plutôt que sur les préoccupations liées à l’inflation. Deuxièmement il n’y a pas eu de nouvelle escalade géopolitiques, les nouvelles concernant le Moyen-Orient et la mer Rouge étant considérées comme un événement régional et non systémique. Troisièmement les spéculations de fusions-acquisitions, les procès perdus et les révisions des bénéfices ont engendré de la volatilité affectant le crédit de certains émetteurs. Enfin une technique favorable alimentée par de fortes entrées de capitaux dans le crédit « investment grade », ainsi que l’important pipeline de nouvelles émissions ont favorisé le resserrement des spreads de crédit. Il est vrai que la vague de nouvelles émissions a d’abord provoqué une certaine volatilité mais elle s’est accompagnée d’une forte demande comme le montre la baisse des primes sur les nouvelles émissions.3

Les marchés américain et mondiaux des obligations à haut rendement ont enregistré une performance médiocre en janvier. Après un rebond à la fin du mois de décembre alimenté par de faibles émissions, d’importants flux retails et un faible volume de transactions, le mois de janvier a été caractérisé par une forte augmentation des émissions primaires, des flux de détail continus et plusieurs exercices de gestion très médiatisés. Les bénéfices, les fondamentaux et la structure sont revenus sur le devant de la scène en janvier les gestionnaires semblant généralement faire preuve d’un plus grand discernement en matière de risque et de valeur relative. Les segments de qualité inférieure du marché ont généralement sous-performé en janvier.4

Le mois de janvier a été médiocre pour les obligations convertibles mondiales après un mois de décembre vigoureux alimenté par l’anticipation de futures baisses de taux. Les obligations convertibles mondiales ont eu du mal à suivre le rythme des autres actifs à risque au cours du mois et ont finalement sous-performé à la fois les actions et les obligations mondiales. Il n’y a eu que 5,2 milliards de dollars de nouvelles émissions en janvier, qui est historiquement un mois calme pour le marché primaire des obligations convertibles mondiales. S’écartant des normes historiques la nouvelle émission la plus importante a été initiée par un émetteur japonais qui a lancé une grande opération en deux tranches au cours du mois.5

Perspectives :
À l’avenir notre scénario de base reste favorable au crédit dans un contexte macroéconomique qui s’améliore à la suite de la réorientation des banques centrales qui sont passées des préoccupations liées à l’inflation à celles liées à la surcroissance et de la dynamique positive induite par les flux entrants dans la classe d’actifs. En ce qui concerne la valorisation nous percevons un marché dont les prix sont justes mais moins onéreux que ceux d’autres marchés ; par conséquent, le portage constitue une opportunité de performance intéressante. Toutefois compte tenu de l’incertitude du contexte  à moyen terme, nous accordons une faible confiance au resserrement attendu des spreads.

Le marché des titres à haut rendement a terminé le mois de janvier avec la combinaison toujours unique d’un rendement historiquement intéressant et d’un écart moyen proche des plus bas niveaux du cycle, bien qu’il ait légèrement augmenté d’un mois sur l’autre. Nos perspectives demeurent relativement prudentes, compte tenu de la rapidité et de l’ampleur du resserrement des valorisations des titres à haut rendement en fin d’année qui témoignent presque d’un parfait atterrissage en douceur de l’économie. Point positif, le rendement global est à un niveau historiquement élevé ce qui devrait permettre aux investisseurs en titres à haut rendement de dégager une performance positive en 2024, même dans notre hypothèse de scénario baissier.

Nous restons optimistes sur le marché mondial des obligations convertibles à mesure que nous avançons dans le premier trimestre de 2024. Les conditions techniques du marché mondial des obligations convertibles se sont généralement améliorées en 2023, les prix et les deltas ayant augmenté et les primes de conversion ayant diminué au fil de l’année. Globalement, nous pensons que ces facteurs confèrent aux obligations convertibles mondiales un profil plus équilibré. De plus, nous nous attendons à ce que les émissions continuent d’augmenter en 2024 car les sociétés cherchent à refinancer les obligations convertibles existantes ainsi que la dette traditionnelle sur le marché des obligations convertibles compte tenu du niveau relativement élevé des taux d’intérêt. Un profil de rendement asymétrique plus traditionnel conjugué à l’augmentation attendue des nouvelles émissions nous rend optimistes quant aux perspectives des obligations convertibles mondiales en 2024.

Produits titrisés

Analyse mensuelle :
Au cours du mois de janvier les spreads de taux des titres adossés à des créances hypothécaires d’agences ont augmenté de 8 points de base à 147 points de base, par rapport aux obligations du Trésor américain de duration comparable. L’indice américain Agency MBS a enregistré une performance de -0,46 %, inférieure de 18 points de base à celle de l’indice du Trésor américain le tout en fonction de la duration. Le rendement courant de l’indice Agency MBS a augmenté de 12 pb pour atteindre 4,80 %. Les taux hypothécaires à 30 ans ont augmenté de 2 points de base pour atteindre 6,63 % mais le taux hypothécaire moyen pour les prêts en cours reste d’environ 3,7 %, étant ainsi hors jeu pour le refinancement. Les spreads des crédits titrisés ont continué à se resserrer car la demande est restée très forte et les nouvelles émissions ont été constamment sursouscrites. En janvier les émissions américaines d’ABS se sont élevées à 37 milliards de dollars (contre 22 milliards de dollars en janvier 2023), avec en tête 22 milliards de dollars d’émissions d’ABS pour l’automobile. Les émissions de CMBS américains se sont élevées à 7 milliards de dollars (contre 2 milliards de dollars en janvier 2023) et les émissions de RMBS hors agences à 8 milliards de dollars ce qui est bien supérieur au rythme de 2023.

Les impayés de crédit à la consommation ont continué d’augmenter en particulier pour les emprunteurs à faibles revenus dont le crédit n’est pas bien noté, mais les impayés globaux ne sont pas menaçants aux niveaux actuels. Le secteur des bureaux reste soumis à d’importantes tensions avec une augmentation du nombre de logements vacants, un affaiblissement de la demande locative et une augmentation des coûts du service de la dette. Les appartements multifamiliaux, les installations de logistique/d’entreposage et les hôtels de loisirs continuent d’afficher de bonnes performances en termes d’exploitation/de revenus, grâce à l’augmentation des taux d’occupation et des loyers, mais la hausse du coût de la dette continue de peser sur les secteurs des CMBS de meilleure qualité. L’activité du marché européen de la titrisation est restée faible en janvier, bien que nous ayons constaté une augmentation des émissions de RMBS au Royaume-Uni. Les spreads des titres européens ont continué à se resserrer par rapport aux spreads des titres américains comparables, en raison de la pénurie d’offre. 6

Perspectives :
Après plusieurs mois de resserrement des spreads sur l’ensemble des produits titrisés, nous prévoyons une stabilisation des spreads à leur niveau actuel en février. La demande globale reste forte, mais nous pensons qu’il sera difficile de resserrer les écarts par rapport aux niveaux actuels. Les secteurs du crédit titrisé ont été parmi les plus performants en janvier mais cette performance devrait se normaliser dans les mois à venir. Nous pensons également que les taux resteront probablement dans la fourchette cible pendant une bonne partie de l’année 2024 et que les performances résulteront principalement du portage des flux de trésorerie au cours des prochains mois. Nous continuons de penser que les niveaux actuels des taux d’intérêt demeurent éprouvants pour de nombreux emprunteurs et vont continuer de pénaliser les bilans des ménages, ce qui engendrera des tensions sur certains ABS du secteur de la consommation, notamment ceux impliquant des emprunteurs à faibles revenus.  Les taux de financement actuels sont également problématiques pour l’immobilier commercial et certains secteurs pourraient connaître une baisse de leurs revenus d’exploitation en 2024.  Nous continuons à privilégier les opportunités de crédit hypothécaire résidentiel. Nous maintenons une opinion neutre sur les valorisations des titres adossés à des créances hypothécaires d’agences qui sont plus élevées qu’en 2023 mais restent bon marché dans une perspective historique à plus long terme. Les spreads des titres adossés à des créances hypothécaires d’agences restent intéressants par rapport aux spreads des obligations d’entreprises de qualité et par rapport aux spreads historiques des titres adossés à des créances hypothécaires d’agences, mais nous pensons qu’un nouveau resserrement des spreads de ces derniers n’est probablement pas envisageable à court terme.

 
 

1 Source : Bloomberg. Données au 31 janvier 2024.
2 Source : Bloomberg. Données au 31 janvier 2024. Les obligations d’entreprises émergentes sont représentées par l’indice JP Morgan CEMBI Broad Diversified.
3 Source : Indices Bloomberg : indices U.S. Corporate et European Aggregate Corporate. Données au 31 janvier 2024.
4 Source : J.P. Morgan et indice Bloomberg US Corporate High Yield. Données au 31 janvier 2024.
5 Source : Bloomberg et indice Refinitiv Global Convertibles Focus. Données au 31 janvier 2024.
6 Source : Bloomberg. Données au 31 janvier 2024.

 
 

CONSIDÉRATIONS SUR LES RISQUES

La diversification ne garantit ni un profit ni une protection contre les pertes dans un marché en baisse.

Il ne peut être garanti qu’un portefeuille atteindra son objectif d’investissement. Les portefeuilles sont soumis au risque de marché, c’est-à-dire à la possibilité que la valeur des titres détenus par le portefeuille diminue et que la valeur des actions du portefeuille soit donc inférieure à celle que vous avez payée. Les valeurs de marché peuvent varier quotidiennement en fonction de facteurs économiques ou d’autre nature (par ex. catastrophes naturelles, crises sanitaires, terrorisme, conflits et troubles sociaux) qui ont des répercussions sur les marchés, les pays, les entreprises ou les États. Il est difficile de prévoir le calendrier, la durée et les éventuelles conséquences négatives (par ex. liquidité du portefeuille) liées à de tels événements. Par conséquent, vous pouvez perdre de l’argent en investissant dans un portefeuille. Les titres obligataires sont soumis à la capacité d’un émetteur à rembourser le principal et les intérêts (risque de crédit), aux fluctuations des taux d’intérêt, à la solvabilité de l’émetteur et la liquidité générale du marché (risque de marché). Dans un contexte de hausse des taux d’intérêt les prix des obligations pourraient baisser et entraîner des périodes de volatilité et des rachats plus importants. Dans un environnement de taux d’intérêt en baisse le portefeuille peut générer des revenus moindres. Les titres à plus long terme peuvent être plus sensibles aux variations de taux d’intérêt. Certains titres du gouvernement américain achetés dans cette stratégie tels que ceux émis par Fannie Mae et Freddie Mac, ne sont pas adossés pleinement à une garantie de l’État. Il est possible que ces émetteurs ne disposent pas des fonds nécessaires pour rembourser leurs obligations à l’avenir. Les emprunts bancaires publics sont soumis au risque de liquidité et aux risques de crédit des titres moins bien notés. Les titres à haut rendement (obligations spéculatives) sont des titres moins bien notés qui peuvent présenter un risque de crédit et de liquidité plus élevé. Les titres de créance souverains sont soumis au risque de défaillance. Les titres adossés à des créances hypothécaires et à des actifs sont sensibles au risque de remboursement anticipé, présentent un risque de défaut plus élevé et peuvent être difficiles à évaluer et difficiles à vendre (risque de liquidité). Ils sont également soumis aux risques de crédit, de marché et de taux d’intérêt. Le marché des changes est très volatil. Les prix sur ces marchés sont influencés, entre autres, par l’évolution de l’offre et de la demande d’une devise particulière, les échanges commerciaux, les programmes et les politiques budgétaires, financières et de contrôle des changes ou des devises nationales ou étrangères, et les variations des taux d’intérêt domestiques et étrangers. Les investissements sur les marchés étrangers s’accompagnent de risques particuliers, notamment des risques de change, politiques, et économiques. Les risques associés aux investissements dans les pays émergents sont plus élevés que ceux associés aux investissements étrangers. Les instruments dérivés peuvent augmenter les pertes de façon disproportionnée et avoir une incidence considérable sur la performance. Ils peuvent également être soumis aux risques de contrepartie, de liquidité, de valorisation, de corrélation et de marché. Les titres illiquides et soumis à restrictions peuvent être plus difficiles à vendre et à valoriser que les titres cotés en bourse (risque de liquidité). En raison de la possibilité que les remboursements anticipés modifient les flux de trésorerie des obligations hypothécaires collatéralisées (CMO), il est impossible de déterminer à l’avance leur date d’échéance finale ou leur durée de vie moyenne. En outre, si la garantie des CMO ou les garanties de tiers est/sont insuffisante(s) pour effectuer les paiements, le portefeuille pourrait subir une perte.

 
 
 
The Broad Markets Fixed Income team unites the expertise of single-sector research and trading teams across the Morgan Stanley Investment Management fixed income platform to identify what they believe are the best opportunities in fixed income.
 
 
 
Fonds à la une
 
 
 
 
 

DÉFINITIONS

Points de base :1 point de base = 0,01 %.

DÉFINITIONS DES INDICES

Les indices présentés dans le présent rapport ne sont pas destinés à décrire la performance d’un investissement en particulier, et les indices présentés n’incluent pas les dépenses, frais ou coûts d’acquisition, ce qui diminuerait la performance. Les indices indiqués ne sont pas gérés et ne doivent pas être considérés comme un investissement. Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice.

Bloomberg® et les indices Bloomberg sont utilisés comme des marques de service de Bloomberg Finance L.P. et de ses sociétés affiliées et ont fait l’objet d’une licence d’utilisation à certaines fins par Morgan Stanley Investment Management (MSIM). Non affiliée à MSIM, Bloomberg n’approuve, ne soutient, ne contrôle ou ne recommande aucun produit, et ne garantit pas l’adéquation, l’exactitude ou l’exhaustivité des données ou des informations relatives à un produit.

L’indice Bloomberg Euro Aggregate Corporate (Bloomberg Euro IG Corporate) est un indice conçu pour refléter la performance du marché des obligations d’entreprises « investment grade » libellées en euros.

L’indice Bloomberg Global Aggregate Corporate est la composante « entreprise » de l’indice Bloomberg Global Aggregate. Ce dernier permet de mesurer l’évolution générale des marchés obligataires mondiaux « investment grade ».

L’indice Bloomberg US Corporate High Yield mesure la performance du marché des obligations d’entreprises à haut rendement libellées en dollars américains, à taux fixe et imposables. Les titres sont classés dans la catégorie des titres à haut rendement si la note moyenne de Moody’s, Fitch et S&P est inférieure ou égale à Ba1/BB+/BB+. L’indice ne tient pas compte de la dette émergente.

L’indice Bloomberg US Corporate est un indice de référence général qui mesure les performances du marché des obligations d’entreprises « investment grade » à taux fixe et imposables.

L’indice Bloomberg US Mortgage Backed Securities (MBS) réplique les performances des titres « pass-through » adossés à des créances hypothécaires (ARM à taux fixe et hybride) garantis par Ginnie Mae (GNMA), Fannie Mae (FNMA) et Freddie Mac (FHLMC). L’indice est élaboré en regroupant les blocs de MBS livrables à venir en lots ou génériques en fonction du programme, du coupon et du millésime. Introduits en 1985, les indices à taux fixe GNMA, FHLMC et FNMA pour les titres à 30 et 15 ans ont été antidatés aux mois de janvier 1976, mai 1977 et novembre 1982, respectivement. En avril 2007, des titres hypothécaires hybrides à taux variable (ARM) ont été ajoutés à l’indice.

L’Indice des prix à la consommation (IPC) examine la moyenne pondérée des prix d’un panier de biens et services de consommation, tels que le transport, la nourriture et les soins médicaux.

Euro par rapport à USD – Performance totale de l’euro par rapport au dollar américain.

Emprunts d’État allemands à 10 ans – Indice Germany Benchmark 10-Year Datastream Government ; Emprunts d’État japonais à 10 ans – Indice Japan Benchmark 10-Year Datastream Government ; et Bons du Trésor américain à 10 ans – Indice U.S. Benchmark 10-Year Datastream Government.

L’indice ICE BofAML European Currency High-Yield Constrained (ICE BofAML Euro HY constrained) a vocation à suivre la performance en euro et en livre sterling de la dette d’entreprise hors « investment grade » (spéculative) émise sur les marchés des eurobonds.

L’indice ICE BofAML US Mortgage-Backed Securities (ICE BofAML US Mortgage Master) réplique les performances des titres « pass-through » adossés à des créances hypothécaires résidentielles à taux fixe et hybrides libellés en dollars américains et émis publiquement par des agences américaines sur le marché national américain.

L’indice ICE BofAML US High Yield Master II Constrained (ICE BofAML US High Yield) est un indice pondéré en fonction de la valeur de marché de toutes les obligations nationales et yankees à haut rendement, y compris les obligations à paiement différé ou en nature. Ses titres ont des échéances d’un an ou plus et sont assortis d’une note de crédit inférieure à BBB- /Baa3, mais ne sont pas en défaut.

L’indice ISM manufacturier repose sur des enquêtes menées auprès de plus de 300 entreprises manufacturières par l’« Institute of Supply Management ». L’indice ISM manufacturier assure un suivi de l’emploi, des stocks de production, des nouvelles commandes et des livraisons des fournisseurs. Un indice de diffusion composite est créé pour surveiller les conditions dans le secteur manufacturier national, en fonction des données de ces enquêtes.

Emprunts d’État italiens à 10 ans – Indice Italy Benchmark 10-Year Datastream Government.

L’indice JP Morgan CEMBI Broad Diversified est un indice de référence mondial des marchés émergents liquides qui réplique les performances des obligations d’entreprises libellées en dollars américains émises par des entités des marchés émergents.

L’indice JP Morgan Government Bond Emerging Markets (JPM Local EM debt) réplique les performances des obligations en devise locale émises par les gouvernements des marchés émergents. L’indice est positionné comme indice de référence investissable incluant uniquement les pays qui sont accessibles par la plupart des investisseurs internationaux (à l’exception de la Chine et de l’Inde en septembre 2013).

L’indice JP Morgan Government Bond Index Emerging Markets (JPM External EM Debt) réplique les performances des obligations en devise locale émises par les gouvernements des marchés émergents. L’indice est positionné comme indice de référence investissable incluant uniquement les pays qui sont accessibles par la plupart des investisseurs internationaux (à l’exception de la Chine et de l’Inde en septembre 2013).

L’indice JP Morgan Emerging Markets Bond Index Global (EMBI Global) réplique la performance totale des instruments de dette extérieure négociés sur les marchés émergents et constitue une version élargie de l’EMBI +. À l’instar de l’indice EMBI+, l’indice EMBI Global comprend des obligations « Brady » libellées en dollars américains, des prêts et des euro-obligations d’une valeur nominale en circulation d’au moins 500 millions de dollars.

L’indice JP Morgan GBI-EM Global Diversified est un indice de référence mondial liquide pondéré en fonction de la capitalisation boursière pour les obligations d’entreprises émergentes libellées en dollars américains représentant l’Asie, l’Amérique latine, l’Europe et le Moyen-Orient/l’Afrique.

JPY par rapport à USD – Performance totale en yen japonais par rapport au dollar américain.

L’indice Markit ITraxx Europe est un indice équipondéré de 125 credit default swaps sur des entreprises européennes « investment grade », répartis en 4 sous-indices : Financiers (de premier rang et subordonné), non financiers et HiVol.

L’indice Nikkei 225 (Japon Nikkei 225) est un indice pondéré par les prix des 225 principales sociétés japonaises à la Bourse de Tokyo.

L’indice MSCI AC Asia ex Japon (MSCI Asie hors Japon) réplique la performance des grandes et moyennes capitalisations de deux pays développés sur trois (à l’exception du Japon) et de huit pays émergents d’Asie.

L’indice MSCI All Country World (ACWI, MSCI actions monde) est un indice pondéré par la capitalisation boursière ajustée du flottant, conçu pour mesurer la performance des marchés boursiers mondiaux. Le terme "« flottant »" représente la part des actions en circulation qui sont considérées comme disponibles à l’achat sur les marchés d’actions publics par les investisseurs. La performance de l’indice est libellée en dollars américains et sous-entend le réinvestissement des dividendes nets.

L’indice MSCI Emerging Markets (MSCI emerging equities) réplique les performances des grandes et moyennes capitalisations de 23 pays émergents.

L’indice MSCI World (MSCI developed equities) reflète les performances de grandes et moyennes capitalisations de 23 pays développés.

L’Indice des directeurs d’achat (PMI) est un indicateur de la santé économique du secteur manufacturier.

Refinitiv Convertible Global Focus USD Hedged est un indice pondéré par le marché qui inclut des obligations convertibles en actions d’une taille unitaire minimale de 500 millions de dollars (États-Unis), 200 millions d’euros (Europe), 22 milliards de yens et 275 millions de dollars (autres pays).

L’indice Russell 2000® mesure la performance des 2 000 plus petites sociétés de l’indice Russell 3000.

L’Indice S&P 500® (US S&P 500) mesure la performance du segment des grandes capitalisations du marché des actions américaines, et couvre environ 75 % de ce marché. L’indice comprend 500 entreprises de premier plan dans les principaux secteurs de l’économie américaine.

L’indice S&P CoreLogic Case-Shiller US National Home Price NSA cherche à mesurer la valeur de l’immobilier résidentiel dans 20 grandes zones métropolitaines américaines : Atlanta, Boston, Charlotte, Chicago, Cleveland, Dallas, Denver, Detroit, Las Vegas, Los Angeles, Miami, Minneapolis, New York, Phoenix, Portland, San Diego, San Francisco, Seattle, Tampa et Washington, D.C.

L’indice S&P/LSTA US Leveraged Loan 100 (S&P/LSTA Leveraged Loan Index) a vocation à refléter la performance des plus grandes opérations du marché des prêts à effet de levier.

L’indice S&P GSCI Copper (Copper), un sous-indice de l’indice S&P GSCI, fournit aux investisseurs un indice de référence fiable et accessible au public pour suivre la performance des investissements sur le marché du cuivre.

L’indice S&P GSCI Softs (GSCI soft commodities) est un sous-indice de l’indice S&P GSCI qui mesure la performance des seules matières premières agricoles, pondérée en fonction de la production mondiale. En 2012, l’indice S&P GSCI Softs comprenait les matières premières suivantes : café, sucre, cacao et coton.

Emprunts d’État espagnols 10 ans – Spain Benchmark 10-Year Datastream Government Index.

L’indice  Thomson Reuters Convertible Global Focus USD Hedged  est un indice pondéré par le marché qui inclut des obligations convertibles en actions d’une taille unitaire minimale de 500 millions de dollars (États-Unis), 200 millions d’euros (Europe), 22 milliards de yens, et 275 millions de dollars (autres pays).

Emprunts d’État britanniques à 10 ans – U.K. Benchmark 10-Year Datastream Government Index. Pour les indices d’obligations gouvernementales Datastream suivants, les indices de référence sont fondés sur des obligations spécifiques. L’obligation choisie pour chaque série est l’obligation la plus représentative disponible pour la fourchette d’échéances donnée pour chaque point. Les indices de référence sont sélectionnés en fonction des conventions acceptées dans chaque marché. En général, l’obligation de référence est la dernière émission dans la fourchette d’échéance donnée ; il est également tenu compte du rendement, de la liquidité, de l'ampleur de l’émission et du coupon.

L’indice US Dollar Index (DXY) est un indice de la valeur du dollar américain par rapport à un panier de monnaies, souvent appelé panier de devises des partenaires commerciaux des États-Unis.

L’indice Volatility Index (VIX) du Chicago Board Options Exchange (CBOE) reflète les anticipations du marché en matière de volatilité à 30 jours.

Il n’y a aucune garantie qu’une stratégie d’investissement aboutira dans toutes les conditions du marché et il revient à chaque investisseur d’évaluer sa capacité à investir à long terme, surtout pendant les périodes de détérioration du marché.

Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas être adaptés pour tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à cette stratégie peuvent détenir des titres qui ne suivent pas nécessairement la performance d’un indice donné. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, les risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. Un niveau d’investissement minimum est requis. Vous trouverez des informations importantes sur les gestionnaires d’investissement dans la partie 2 du formulaire ADV.

Les opinions et les points de vue et/ou les analyses exprimés sont ceux de l’auteur ou de l’équipe de gestion à la date de publication : ils peuvent être modifiés à tout instant au gré de l’évolution des conditions de marché ou de la conjoncture économique et ne pas se concrétiser. En outre, les opinions ne seront pas mises à jour ou corrigées dans le but de refléter les informations publiées a posteriori, des situations existantes ou des changements se produisant après la date de publication. Les opinions exprimées ne reflètent pas les opinions de tous les gérants de portefeuille de Morgan Stanley Investment Management (MSIM) et ses filiales et sociétés affiliées (collectivement désignées par « la Société »). Elles peuvent ne pas être prises en compte dans toutes les stratégies et tous les produits proposés par la Société.

Les prévisions et/ou estimations fournies dans le présent document sont susceptibles de changer et pourraient ne pas se matérialiser. Les informations concernant les performances attendues et les perspectives de marché sont fondées sur la recherche, l’analyse et les opinions des auteurs ou de l’équipe de gestion. Ces conclusions sont de nature spéculative, peuvent ne pas se concrétiser et ne visent pas à prédire la performance future d’une stratégie ou d’un produit proposé par la Société. Les résultats futurs peuvent considérablement varier en fonction de facteurs tels que l’évolution des marchés des valeurs mobilières ou des marchés financiers ou des conditions économiques générales.

Ce document a été préparé à la lumière d’informations publiques, de données élaborées en interne et d’autres sources externes jugées fiables. Toutefois, aucune garantie n’est donnée quant à la fiabilité de ces informations et la Société n’a pas cherché à vérifier en toute indépendance les informations provenant de sources publiques et externes.

Ce document constitue une communication générale, qui n’est pas impartiale et toutes les informations qu’il contient ont été préparées uniquement à des fins d’information et de formation et ne constituent pas une offre ni une recommandation d’achat ni de vente d’un titre en particulier ni d’adoption d’une stratégie d’investissement donnée. Les informations figurant dans le présent document ne s’appuient pas sur la situation d’un client en particulier. Elles ne constituent pas un conseil en matière d’investissement et ne doivent pas être interprétées comme constituant un conseil en matière fiscale, comptable, juridique ni réglementaire. Avant de prendre une décision d’investissement, les investisseurs doivent solliciter l’avis d’un conseiller juridique et financier indépendant, y compris s’agissant des conséquences fiscales.

Les graphiques et diagrammes fournis dans le présent document le sont uniquement à titre d’illustration. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Les indices ne sont pas gérés et ne comprennent ni frais, ni droits, ni commissions de vente. Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice. Tout indice mentionné dans le présent document constitue la propriété intellectuelle du fournisseur concerné (y compris les marques déposées). Les produits basés sur des indices ne sont pas parrainés, approuvés, vendus ou promus par le fournisseur concerné, qui se dégage de toute responsabilité à leur égard.

Ce document n’est pas un produit du service de recherche de Morgan Stanley et ne doit pas être considéré comme un document ou une recommandation de recherche.

La Société n’a pas autorisé les intermédiaires financiers à utiliser ni à distribuer le présent document, à moins que cette utilisation et cette distribution ne soient effectuées conformément à la législation et à la réglementation en vigueur. De plus, les intermédiaires financiers sont tenus de s’assurer que les informations contenues dans ce document soient adaptées aux personnes à qui ils le fournissent au vu de leur situation et de leurs objectifs. La Société ne peut être tenue responsable et décline toute responsabilité en cas d’utilisation abusive de ce document par tout intermédiaire financier.

Ce document peut être traduit dans d’autres langues. Lorsqu’une telle traduction est faite, seule la version anglaise fait foi. S’il y a des divergences entre la version anglaise et une version de ce document dans une autre langue, seule la version anglaise fait foi.

Il est interdit de reproduire, de copier, de modifier, d’utiliser pour créer un document dérivé, d’interpréter, d’afficher, de publier, de poster, de mettre sous licence, d’intégrer, de distribuer ou de transmettre tout ou une partie de ce document, directement ou indirectement, ou de divulguer son contenu à des tiers sans le consentement écrit explicite la Société. Il est interdit d’établir un hyperlien vers ce document, à moins que ledit hyperlien ne soit destiné à un usage personnel et non commercial. Toutes les informations contenues dans ce document appartiennent aux auteurs et sont protégées par la loi sur les droits d’auteur et par toute autre loi applicable.

Eaton Vance fait partie de Morgan Stanley Investment Management. Morgan Stanley Investment Management est la division de gestion d’actifs de Morgan Stanley.

DISTRIBUTION

Ce document s’adresse et ne doit être distribué exclusivement qu’aux personnes résidant dans des pays ou territoires où une telle distribution ou mise à disposition n’est pas contraire aux lois et réglementations locales en vigueur.

MSIM, la division de gestion d’actifs de Morgan Stanley (NYSE : MS) et ses sociétés affiliées ont passé des accords pour commercialiser leurs produits et services respectifs. Chaque société affiliée de MSIM est réglementée de manière appropriée dans le pays où elle est présente. Les sociétés affiliées de MSIM sont :  Eaton Vance Management (International) Limited, Eaton Vance Advisers International Ltd, Calvert Research and Management, Eaton Vance Management, Parametric Portfolio Associates LLC et Atlanta Capital Management LLC.

Ce document a été publié par une ou plusieurs des entités suivantes :

EMEA :

Ce document s’adresse aux clients professionnels/investisseurs agréés uniquement.

Au sein de l’UE, les documents de MSIM et d’Eaton Vance sont publiés par MSIM Fund Management (Ireland) Limited (« FMIL »). FMIL est une société privée à responsabilité limitée par actions immatriculée en Irlande sous le numéro 616661 et réglementée par la Banque centrale d’Irlande. Son siège social est situé au 24-26 City Quay, Dublin 2, D02 NY 19, Irlande.

En dehors de l’UE, les documents de MSIM sont publiés par Morgan Stanley Investment Management Limited (MSIM Ltd), une société agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Immatriculée en Angleterre. Numéro d’immatriculation : 1981121. Siège social : 25 Cabot Square, Canary Wharf, Londres E14 4QA, Royaume-Uni.

En Suisse, les documents de MSIM sont publiés par Morgan Stanley & Co. International plc, Londres, succursale de Zurich, une société agréée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers ("FINMA"). Siège social : Beethovenstrasse 33, 8002 Zurich, Suisse.

En dehors des États-Unis et de l’UE, les documents d’Eaton Vance sont publiés par Eaton Vance Management (International) Limited (« EVMI »), dont le siège social est situé 125 Old Broad Street, Londres, EC2N 1AR, Royaume-Uni, qui est agréée et réglementée au Royaume-Uni par la Financial Conduct Authority.

Italie : MSIM FMIL (succursale de Milan), (Sede Secondaria di Milano), Palazzo Serbelloni Corso Venezia, 16 20121 Milan, Italie. Pays-Bas : MSIM FMIL (Amsterdam Branch), Rembrandt Tower, 11th Floor Amstelplein 1 1096HA, Pays-Bas. France : MSIM FMIL (succursale de Paris), 61, rue de Monceau, 75008 Paris, France. Espagne : MSIM FMIL (succursale de Madrid), Calle Serrano 55, 28006, Madrid, Espagne. Allemagne : Allemagne : MSIM FMIL (succursale de Francfort), Grosse Gallusstrasse 18, 60312 Francfort, Allemagne (Catégorie : succursale (FDI) selon l’article 53b de la KWG (loi bancaire allemande)). Danemark : MSIM FMIL (succursale de Copenhague), Gorrissen Federspiel, Axel Towers, Axeltorv2, 1609 Copenhague V, Danemark.

MOYEN-ORIENT

Dubaï : MSIM Ltd (Bureau de représentation, Unit Precinct 3-7 th Floor-Unit 701 and 702, Level 7, Gate Precinct Building 3, Dubai International Financial Centre, Dubaï, 506501, Émirats arabes unis. Téléphone : +97 (0)14 709 7158). Ce document est distribué dans le Dubai International Financial Centre par Morgan Stanley Investment Management Limited (Bureau de représentation), une entité réglementée par la Dubai Financial Services Authority (« DFSA »). Il n’est destiné qu’à être utilisé par des clients professionnels et des contreparties de marché. Ce document n’est pas destiné à être distribué aux clients particuliers, et ceux-ci ne doivent pas agir à la lumière des informations figurant dans ce document.

Ce document concerne un produit financier qui n’est soumis à aucune forme de réglementation ou d’approbation par la DFSA. Il n’incombe nullement à la DFSA d’examiner ou de vérifier des documents relatifs à ce produit financier. Par conséquent, la DFSA n’a pas approuvé ce document ni aucun autre document associé, et n’a pas non plus pris de mesures pour vérifier les informations qui y figurent. De plus, elle décline tout responsabilité à cet égard. Le produit financier auquel ce document se rapporte peut être illiquide et/ou soumis à des restrictions quant à sa revente ou son transfert. Les éventuels acheteurs sont tenus d’effectuer leurs propres vérifications concernant ce produit financier. Si vous ne comprenez pas le contenu de ce document, veuillez consulter un conseiller financier agréé.

États-Unis

NON ASSURÉ PAR LE FDIC | ABSENCE DE GARANTIE BANCAIRE | UNE PERTE DE VALEUR EST POSSIBLE | NON ASSURÉ PAR DES AGENCES GOUVERNEMENTALES FÉDÉRALES | NE CONSTITUE PAS UN DÉPÔT

Amérique latine (Brésil, Chili, Colombie, Mexique, Pérou et Uruguay)

Ce document est destiné à être utilisé uniquement par un investisseur institutionnel ou un investisseur qualifié. Toutes les informations contenues dans ce document sont confidentielles et destinées à l’usage et à l’examen exclusifs de son destinataire visé et ne sauraient être transmises à un tiers. Ce document est fourni à titre d’information uniquement et ne constitue pas une offre publique, une sollicitation ou une recommandation d’achat ou de vente d’un(e) quelconque produit, service, instrument financier et/ou stratégie. La décision d’investir ne doit être prise qu’après avoir lu la documentation sur la stratégie et mené des vérifications préalables approfondies et indépendantes.

ASIE-PACIFIQUE

Hong Kong : Le présent document est diffusé par Morgan Stanley Asia Limited aux fins d’utilisation à Hong Kong et ne peut être diffusé qu’auprès d’« investisseurs professionnels » au sens du Securities and Futures Ordinance (décret sur les valeurs mobilières et les contrats à terme) de Hong Kong (Cap 571). Le contenu du présent document n’a été révisé ni approuvé par aucune autorité de réglementation, y compris la Securities and Futures Commission de Hong Kong. En conséquence, à moins que la loi en vigueur ne prévoie des exceptions, ce document ne devra pas être publié, diffusé, distribué, ni adressé aux particuliers résidant à Hong Kong, ni mis à leur disposition. Singapour :Publié par Morgan Stanley Investment Management Company, le présent document ne doit pas être transféré ou distribué, directement ou indirectement, à des personnes à Singapour autres que (i) les investisseurs agréés, (ii) les investisseurs spécialisés ou (iii) les investisseurs institutionnels tels que définis à la Section 4A de la loi singapourienne Securities and Futures Act (« SFA »), Chapitre 289 ; ou (iv) les personnes concernées par toute autre disposition applicable de la SFA, et conformément aux conditions de celle-ci. Cette publication n’a pas été vérifiée par l’Autorité monétaire de Singapour. Australie :Ce document est publié par Morgan Stanley Investment Management (Australia) Pty Ltd ABN 22122040037, n° AFSL 314182 et ses sociétés affiliées et ne constitue pas une invitation à investir. Morgan Stanley Investment Management (Australia) Pty Limited donne les moyens aux filiales de MSIM de fournir des services financiers à la clientèle de gros en Australie. Une invitation à investir ne peut être proposée que lorsqu’aucune publication d’information n’est requise par la Corporations Act 2001 (Cth) (la « Corporations Act »). Aucune invitation à investir ne pourra être considérée comme telle si une publication d’informations est requise par la Corporations Act et toute invitation telle ne sera faite qu’à des personnes ayant le statut de « client de gros » (« wholesale client »), tel que défini dans la Corporations Act. Ce document ne sera pas déposé auprès de l’Australian Securities and Investments Commission.

Japon :
Pour les investisseurs professionnels, ce document est distribué à titre informatif seulement. Pour ceux qui ne sont pas des investisseurs professionnels, ce document est fourni par Morgan Stanley Investment Management (Japan) Co., Ltd. (« MSIMJ ») dans le cadre de conventions de gestion de placements discrétionnaires (« IMA ») et de conventions de conseils en placement (« IAA »). Il ne s’agit pas d’une recommandation ni d’une sollicitation de transactions ou d’offre d’instruments financiers en particulier. En vertu d’une convention IMA, en ce qui concerne la gestion des actifs d’un client, le client prescrit à l’avance les politiques de gestion fondamentales et charge MSIMJ de prendre toutes les décisions d’investissement en fonction de l’analyse de la valeur des titres et MSIMJ accepte cette mission. Le client doit déléguer à MSIMJ les pouvoirs nécessaires à l’investissement. MSIMJ exerce les pouvoirs délégués en fonction des décisions d’investissement de MSIMJ, et le client s’interdit d’émettre des instructions individuelles. Tous les profits et pertes d’investissement reviennent aux clients ; le principal n’est pas garanti. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, la nature des risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. À titre de commission de conseils en investissement pour une IAA ou une IMA, le montant des biens assujettis au contrat multiplié par un certain taux (la limite supérieure est de 2,20 % par année (taxes comprises)) sera engagé proportionnellement à la durée du contrat. Pour certaines stratégies, des honoraires conditionnels peuvent être engagés en plus des frais susmentionnés. Des frais indirects peuvent en outre être supportés, tels que des commissions de courtage pour des titres émis par des personnes morales. Étant donné que ces frais et dépenses sont différents selon le contrat et d’autres facteurs, MSIMJ ne peut pas préciser les taux, les limites supérieures, etc. à l’avance. Tous les clients doivent lire attentivement les documents fournis avant la conclusion et la signature d’un contrat. Ce document est diffusé au Japon par MSIMJ, immatriculée sous le numéro 410 (Directeur du Bureau des finances locales de Kanto (Entreprises d’instruments financiers)), membre de : la Japan Securities Dealers Association, l’Investment Trusts Association, Japon, la Japan Investment Advisers Association et la Type II Financial Instruments Firms Association.

 

Ce document est une communication promotionnelle.

Les utilisateurs sont invités à prendre connaissance des Conditions d’utilisation avant d’engager toute procédure, car celles-ci mentionnent des restrictions légales et réglementaires applicables à la diffusion des informations relatives aux produits d’investissement de Morgan Stanley Investment Management.

Les services décrits sur ce site Web peuvent ne pas être disponibles dans certaines juridictions ou pour certaines personnes. Merci de consulter nos Conditions d’utilisation pour de plus amples informations.


Confidentialité    •    Conditions d'utilisation

©  Morgan Stanley. Tous droits réservés.