GLOBAL EQUITY OBSERVER
  •  
déc. 2018
Éloge de la tortue... et de la capitalisation
 

GLOBAL EQUITY OBSERVER

Éloge de la tortue... et de la capitalisation

Éloge de la tortue... et de la capitalisation

Share Icon

déc. 2018

 
 

Dans la fable originale d’Ésope, la tortue défie le lièvre. Ce dernier a démarré à vive allure et pris une large avance, mais sa suffisance l’a poussé à faire une sieste, ce qui a permis à la tortue de le dépasser et de remporter la course. La variante de la fable appliquée au domaine de l’investissement est quelque peu différente. Là encore, le lièvre s’élance et prend rapidement la tête de la course, et se voit vraisemblablement octroyer un multiple significatif de la part du marché. Malheureusement, l’impétueuse boule de poils à quatre pattes est susceptible de connaître une fin malheureuse, qu’il soit la cible d’un fermier ou d’un autre prédateur, qu’il meurt gelé dans une récession glaciaire ou qu’il se retrouve tout simplement à tourner en rond de manière effrénée. Pendant ce temps, la tortue progresse lentement mais sûrement, en rentrant éventuellement la tête en cas de coup dur.

 
 
 
«
Sur les marchés aussi rien ne sert de courir, il faut partir à point
 
 

La tortue n’est pas la métaphore idéale pour parler de capitalisation, puisque nous considérons que les entreprises que nous détenons font preuve d’un peu plus de dynamisme que l’apathique reptile à carapace. Néanmoins, le secret de la capitalisation réside dans une croissance modeste mais régulière, assortie d’une performance élevée et soutenue. Une entreprise qui affiche un taux de croissance, disons, de 4 % par an, qui génère en plus une croissance des bénéfices de 1 % grâce à l’amélioration progressive de ses marges, et un rendement des flux de trésorerie disponibles d’environ 5 %, devrait offrir une capitalisation de près de 10 % au fil du temps. Cela constituerait non seulement une excellente performance absolue qui permettrait de doubler le capital tous les sept ans, mais il est peu probable que ce résultat soit égalé par une quelconque entreprise de moindre qualité, car c’est toujours au mauvais moment que les choses tournent mal pour les entreprises de mauvaise qualité... comme le découvrent tôt ou tard de nombreux lièvres. Sur les marchés aussi rien ne sert de courir, il faut partir à point. Le problème est que ces valeurs de capitalisation sont très rares et plus difficiles à repérer que les tortues. Par conséquent, voici un guide permettant de les repérer.

Quelle est la nature d’une valeur de capitalisation ?

Elle possède avant tout des actifs incorporels solides et difficiles à répliquer, notamment des marques ou des réseaux, qui procurent un pouvoir de fixation des prix. Les valeurs de capitalisation recèlent de bonnes perspectives de croissance et des ventes stables, souvent alimentées par des revenus récurrents. Il est essentiel que les dirigeants aient une attitude favorable aux actionnaires. Celle-ci se caractérise notamment par une gestion prudente du capital et des investissements suffisants dans l’innovation et la publicité pour aider à pérenniser les franchises.

Où peut-on trouver des valeurs de capitalisation ?

Il est plus facile de répertorier les secteurs dans lesquels elles sont absentes : les banques, les services publics, les télécommunications (même si elles ont été rebaptisées services de communication), les compagnies minières et l’énergie sont tous des preneurs de prix cycliques à faible rendement, et par conséquent incapables de capitaliser. Les deux secteurs de prédilection des valeurs de capitalisation sont les biens de consommation courante et le sous-secteur des logiciels et des services informatiques au sein du secteur des technologies de l’information, soit « les marques que les consommateurs choisissent, les logiciels et les services dont les entreprises ont besoin et les réseaux en lesquels les consommateurs ont confiance ». Nos commentaires de mai et juin 2017, « Technologies de l’information - Gagnants et perdants » et « Amazon est à nos portes », parlent de ce que l’équipe recherche dans ces deux secteurs.

 
 
 
«
Les deux secteurs de prédilection pour les valeurs de capitalisation et les biens de consommation courante et le sous-secteur des logiciels et des services informatiques
 
 

À quoi ressemblent les états financiers des valeurs de capitalisation ?

Ils possèdent des actifs incorporels solides pour générer une rentabilité élevée des capitaux investis et affichent des bénéfices solides et en croissance constante, même dans des conditions difficiles, car le pouvoir de fixation des prix et les revenus récurrents protègent respectivement les marges brutes élevées et les ventes stables. La rentabilité élevée des capitaux investis contribue à générer des flux de trésorerie disponibles élevés, puisque les bénéfices se traduisent par des liquidités. Enfin, nous préférons que ces liquidités reviennent aux actionnaires plutôt que d’être gaspillées sur des acquisitions inconséquentes, et que le bilan soit solide à long terme plutôt « qu’efficace » à court terme

Quel est le principal risque lorsque l’on juge qu’une entreprise est une valeur de capitalisation ?

Il est facile de déterminer si une entreprise est rentable aujourd’hui ou si elle a été en mesure de capitaliser par le passé. La difficulté consiste à établir si elle va poursuivre sur sa lancée ou si sa performance élevée et sa croissance vont se détériorer. La première étape consiste à déterminer ce qui est à l’origine de la performance élevée de l’entreprise, c’est-à-dire quels sont ses principaux actifs incorporels. Ensuite, la principale analyse porte sur la myriade de menaces qui pèsent sur ces actifs, qu’il s’agisse de questions de mode, de problématiques technologiques, environnementales ou sociales. Même si l’analyse conclue que la performance va sans doute rester élevée, voire s’inscrire en hausse, et la croissance être régulière, il faut examiner la nature de la gouvernance car les dirigeants peuvent aisément éviter la capitalisation, soit faute d’investissement car en recherche de bénéfices à court terme, soit par une mauvaise allocation du capital. Rencontrer les dirigeants et comprendre leurs motivations peut aider à atténuer les risques d’une mauvaise gestion, mais aucune entreprise humaine n’est infaillible.

 
 
 
«
L’environnement actuel de fin de cycle pourrait être particulièrement favorable aux valeurs de capitalisation
 
 

Les acteurs de l’industrie du tabac peuvent-ils encore capitaliser ?

Le principal atout de ce secteur a été son pouvoir de fixation des prix. Un produit qui crée une dépendance, une industrie concentrée et des taxes en hausse constante qui constituent la plus grande partie du prix d’achat sont autant de facteurs qui se sont combinés pour donner lieu à une hausse des prix d’environ 5 % par an. Ainsi, les hausses de prix ont plus que compensé l’impact du durcissement du cadre réglementaire au cours des 50 dernières années. Pour l’instant du moins, nous sommes d’avis que les récentes rumeurs d’ordre réglementaire concernant la réduction de la nicotine dans les cigarettes traditionnelles et l’interdiction du menthol aux États-Unis ne constituent pas une rupture avec cette tendance à long terme, car toute mise en oeuvre est susceptible de prendre beaucoup de temps, si elle finit même par voir le jour.

C’est l’introduction de nouvelles technologies qui a tout bouleversé, donnant naissance à des « produits nouvelle génération » comme la cigarette électronique ou le tabac sans combustion (« heat not burn »). Bien que ce changement puisse inciter les organismes de réglementation à prendre des mesures plus fermes contre les cigarettes traditionnelles, compte tenu de la disponibilité d’autres systèmes de distribution de nicotine, le principal impact se fait sentir sur la dynamique concurrentielle. Les nouveaux produits peuvent bouleverser les parts de marché historiquement stables, comme c’est le cas de Philip Morris International qui a gagné 16 % du marché japonais avec ses cigarettes électroniques IQOS ou JUUL, et qui menace les acteurs historiques américains. Nous sommes convaincus que les entreprises qui ont su développer de bons produits de nouvelle génération devraient gagner des parts de marché et donc capitaliser, ce que les autres ne seront pas en mesure de faire. Par conséquent, l’univers d’investissement au sein du secteur du tabac s’est rétréci, tombant ainsi pour nous en dessous de 10 % de l’actif du portefeuille, alors qu’il culminait auparavant à environ 25 %.

Pensez-vous que la période soit propice pour investir dans des valeurs de capitalisation ?

Nous sommes d’avis que les valeurs de capitalisation constituent une classe d’actifs constamment sous-évaluée en raison de l’orientation à court terme du marché. En adoptant une perspective à moyen ou long terme, nous estimons qu’il n’y a jamais de mauvais moment pour investir dans les valeurs de capitalisation. Cela dit, il est possible que l’environnement actuel de fin de cycle leur soit particulièrement favorable puisque leur capacité à préserver leurs bénéfices en période de ralentissement pourrait devenir particulièrement précieuse.

 
william.lock
 
Head of International Equity Team
 
bruno.paulson
 
Managing Director
 
dirk.hoffmannbecking
 
Executive Director
 
 

CONSIDÉRATIONS SUR LES RISQUES

Il ne peut être garanti qu’un portefeuille atteindra son objectif d’investissement. Les portefeuilles sont sujets au risque de marché, c’est-à-dire à la possibilité que la valeur de marché des titres en portefeuille baisse. En conséquence, cette stratégie expose l’investisseur à des pertes potentielles. Nous attirons votre attention sur le fait que cette stratégie peut contenir d’autres types de risques. L’évolution de l’économie mondiale, des dépenses et des préférences de consommation, de la concurrence, de la démographie, des réglementations gouvernementales et des conditions économiques peuvent pénaliser des sociétés de taille mondiale et peuvent influencer négativement la stratégie de façon plus marquée que si elle était investie sur un éventail de titres plus large. En général, la valeur des actions varie également en fonction des activités spécifiques d’une entreprise. Les investissements sur les marchés étrangers s’accompagnent de risques particuliers, notamment les risques de change, politiques, économiques et de marché. Les actions de sociétés à petites capitalisations présentent des risques spécifiques, tels que des gammes de produits, des marchés et des ressources financières limitées, et une volatilité supérieure à celles des entreprises à grandes capitalisations plus solidement établies. Les risques associés aux investissements dans les pays émergents sont plus élevés que sur les marchés développés étrangers. Les portefeuilles peu diversifiés investissent dans un nombre plus restreint d’émetteurs. De ce fait, toute évolution de la situation financière ou de la valeur de marché d’un émetteur donné est susceptible d’entraîner une volatilité accrue. Stratégie de vente d’options. La vente d’options d’achat implique le risque que le Portefeuille soit obligé de vendre le titre ou l’instrument sous-jacent (ou de régler en espèces un montant d’une valeur égale) à un prix défavorable ou inférieur au cours du marché de ce titre ou instrument sous-jacent, au moment où l’option est exercée. En tant que vendeur d’une option d’achat, le Portefeuille renonce, pendant la durée de vie de l’option, à profiter des augmentations de la valeur de marché du titre ou de l’instrument sous-jacent couvrant l’option au-delà de la somme de la prime et du prix d’exercice, mais conserve le risque de perte correspondant à la baisse du cours du titre ou de l’instrument sous-jacent. De plus, la stratégie de vente d’options d’achat pourrait ne pas protéger le portefeuille entièrement contre les baisses de la valeur du marché. La vente d’options non couvertes comporte des risques particuliers qui exposent le Portefeuille à des pertes potentiellement importantes.

INDEX INFORMATION

DISTRIBUTION

Le présent document s’adresse et ne doit être distribué exclusivement qu’aux personnes résidant dans des pays ou territoires où une telle distribution ou mise à disposition n’est pas contraire aux lois et réglementations locales en vigueur.

Royaume-Uni : Morgan Stanley Investment Management Limited est agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Enregistrée en Angleterre. Numéro d’enregistrement : 1981121. Siège social : 25 Cabot Square, Canary Wharf, London E14 4QA. Dubaï : Morgan Stanley Investment Management Limited (Bureau de représentation, Unit Precinct 3-7th Floor-Unit 701 and 702, Level 7, Gate Precinct Building 3, Dubai International Financial Centre, Dubaï, 506501, United Arab Emirates. Téléphone : +97 (0)14 709 7158). Allemagne : Morgan Stanley Investment Management Limited Niederlassung Deutschland Junghofstrasse 13-15 60311 Francfort Allemagne (Catégorie : Branch Office (FDI) selon § 53b KWG). Italie : Morgan Stanley Investment Management Limited, succursale de Milan (Sede Secondaria di Milano) est une succursale de Morgan Stanley Investment Management Limited, une société enregistrée au Royaume-Uni, agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority (FCA), dont le siège social est au 25 Cabot Square, Canary Wharf, Londres, E14 4QA. Morgan Stanley Investment Management Limited succursale de Milan (Sede Secondaria di Milano) dont le siège est situé à Palazzo Serbelloni Corso Venezia, 16 20121 Milano, Italie, est enregistré en Italie avec le numéro d’entreprise et le numéro de TVA 08829360968. Pays-Bas : Morgan Stanley Investment Management, Tour Rembrandt, 11e étage Amstelplein 1 1096HA, Pays-Bas. Téléphone : 31 2-0462-1300. Morgan Stanley Investment Management est une succursale de Morgan Stanley Investment Management Limited. Morgan Stanley Investment Management Limited est agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority au Royaume-Uni. Suisse : Morgan Stanley & Co. International plc, succursale de Londres, Zurich Autorisée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (« FINMA »). Enregistrée au registre du commerce de Zurich sous le numéro CHE-115.415.770. Siège Social : Beethovenstrasse 33, 8002 Zurich, Suisse, Téléphone : +41 (0) 44 588 1000. Fax : +41(0) 44 588 1074.

États-Unis

Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas convenir à tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à la Stratégie comprennent un certain nombre de titres et ne reproduisent pas nécessairement la performance d’un indice. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, les risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. Un niveau d’investissement minimum est requis. Vous trouverez des informations importantes sur le gestionnaire financier dans la partie 2 du formulaire ADV.

Veuillez examiner attentivement les objectifs de placement, les risques, les frais et les dépenses des fonds avant d’investir. Les prospectus contiennent cette information, et plus, sur les fonds. Pour obtenir un prospectus, téléchargez-en un sur morganstanley.com/im ou appelez le 1-800-548-7786. Veuillez lire attentivement le prospectus avant d’investir.

Morgan Stanley Distribution, Inc. est le distributeur des fonds Morgan Stanley.

NON ASSURÉ PAR LE FDIC | ABSENCE DE GARANTIE BANCAIRE | POSSIBLE PERTE DE VALEUR | NON ASSURÉ PAR DES AGENCES GOUVERNEMENTALES FÉDÉRALES | NE CONSTITUE PAS UN DÉPÔT

Hong Kong : Le présent document est publié par Morgan Stanley Asia Limited aux fins d’utilisation à Hong Kong et ne peut être diffusé qu’auprès d’« investisseurs professionnels » au sens du Securities and Futures Ordinance (décret sur les valeurs mobilières et les contrats à terme) de Hong Kong (Cap 571). Le contenu du présent document n’a été révisé ni approuvé par aucune autorité de réglementation, y compris la Securities and Futures Commission de Hong Kong. En conséquence, à moins que la loi en vigueur ne prévoie des exceptions, ce document ne devra pas être publié, diffusé, distribué ni adressé aux particuliers résidant à Hong Kong, ni mis à leur disposition. Singapour : Ce document ne doit pas être considéré comme faisant l’objet d’une invitation à souscrire ou à acheter, directement ou indirectement, au public ou à tout membre du public à Singapour autre que (i) un investisseur institutionnel en vertu de l’article 304 des Futures Act, chapitre 289 de Singapour (« SFA »); (ii) une « personne concernée » (qui comprend un investisseur qualifié) en vertu de l’article 305 de la LFT, et cette distribution est conforme aux conditions précisées à l’article 305 de la LFT; ou (iii) conformément aux conditions de toute autre disposition applicable de la SFA. Australie : La présente publication est diffusée en Australie par Morgan Stanley Investment Management (Australia) Pty Limited ACN : 122040037, licence AFS n° 314182, qui accepte la responsabilité de son contenu. La présente publication, ainsi que l’accès à celle-ci, est réservée aux « clients wholesale » selon l’acception de ce terme dans la loi sur les sociétés en vigueur en Australie.

Japon : Pour les investisseurs professionnels, ce document est distribué à titre informatif seulement. Pour ceux qui ne sont pas des investisseurs professionnels, ce document est fourni par Morgan Stanley Investment Management (Japan) Co., Ltd. (« MSIMJ ») dans le cadre de conventions de gestion de placements discrétionnaires («IMA») et de conventions de conseils en placement («AAI»). Il ne s’agit pas d’une recommandation ni d’une sollicitation de transactions ou offre d’instruments financiers particuliers. En vertu d’une convention IMA, en ce qui concerne la gestion des actifs d’un client, le client prescrit à l’avance les politiques de gestion de base et charge MSIMJ de prendre toutes les décisions d’investissement en fonction de l’analyse de la valeur des titres et MSIMJ accepte cette mission. Le client doit déléguer à MSIMJ les pouvoirs nécessaires à l’investissement. MSIMJ exerce les pouvoirs délégués en fonction des décisions d’investissement de MSIMJ, et le client s’interdit d’émettre des instructions individuelles. Tous les profits et pertes d’investissement reviennent aux clients; le principal n’est pas garanti. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, la nature des risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. À titre de commission de conseils en investissement pour une gestion conseillée (IAA) ou une discrétionnaire (AMIIMA), le montant des biens assujettis au contrat multiplié par un certain taux (la limite supérieure est de 2,16% par année (taxes comprises)) sera engagé proportionnellement à la durée du contrat. Pour certaines stratégies, des honoraires conditionnels peuvent être compris en plus des frais mentionnés ci-dessus. Des frais indirects peuvent également être supportés, tels que des commissions de courtage pour des titres émis par des personnes morales Étant donné que ces frais et dépenses sont différents selon le contrat et d’autres facteurs, MSIMJ ne peut pas préciser les taux, les limites supérieures, etc. à l’avance. Tous les clients doivent lire attentivement les documents fournis avant la conclusion et l’exécution d’un contrat. Ce document est diffusé au Japon par MSIMJ, enregistré sous le n°410 (Directeur du Bureau des Finances Locales de Kanto (Entreprises d’Instruments Financiers)), Membres : de la Investment Trusts Association, au Japon, de la Japan Investment Advisers Association et de la Type II Financial Instruments Firms Association.

INFORMATION IMPORTANTE

EMEA: Cette communication a été publiée par Morgan Stanley Investment Management Limited (« MSIM »). Autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Enregistrée en Angleterre sous le n°1981121. Siège Social : 25 Cabot Square, Canary Wharf, London E14 4QA.

Il n’y a aucune garantie qu’une stratégie d’investissement fonctionnera dans toutes les conditions du marché et il incombe à chaque investisseur d’évaluer sa capacité à investir à long terme, surtout pendant les périodes de détérioration du marché. Avant de réaliser un placement, les investisseurs sont invités à lire attentivement le document d’offre relatif à la stratégie ou au produit. Les divers supports d’investissement présentent des différences importantes dans la mise en oeuvre de la stratégie.

Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas convenir à tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à la Stratégie comprennent un certain nombre de titres et ne reproduisent pas nécessairement la performance d’un indice. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, les risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir.

Ce document constitue une communication générale, qui n’est pas impartiale et a été préparé uniquement à des fins d’information et d’éducation et ne constitue pas une offre ni une recommandation d’achat ni de vente d’un titre en particulier ni d’adoption d’une stratégie de placement particulière. Les informations contenues dans le présent document ne s’appuient pas sur la situation d’un client en particulier. Elles ne constituent pas un conseil d’investissement et ne doivent pas être interprétées comme constituant un conseil en matière fiscale, comptable, juridique ni réglementaire. Avant de prendre une décision d’investissement, les investisseurs doivent solliciter l’avis d’un conseiller juridique et financier indépendant, y compris s’agissant des conséquences fiscales.

Sauf indication contraire, les opinions exprimées dans ce document sont celles de l’équipe de gestion du portefeuille, elles sont fondées sur des faits telles qu’ils existent à la date de préparation et non à une quelconque date ultérieure, et ne seront pas mis à jour ni révisées pour tenir compte d’informations disponibles ou de circonstances, ou de changements survenant après la date de rédaction.

Les prévisions et/ou estimations fournies dans le présent document sont susceptibles de changer et pourraient ne pas se matérialiser. Les informations concernant les rendements attendus et les perspectives de marché sont basées sur la recherche, l’analyse et les opinions des auteurs. Ces conclusions sont de nature spéculative, peuvent ne pas se concrétiser et ne visent pas à prédire le rendement futur d’un produit de Morgan Stanley Investment Management en particulier.

MSIM n’a pas autorisé les intermédiaires financiers à utiliser ni à distribuer le présent document, à moins que cette utilisation et cette distribution ne soient effectuées conformément à la législation et à la réglementation en vigueur. De plus, les intermédiaires financiers sont tenus de s’assurer que les informations contenues dans ce document conviennent aux personnes à qui ils le fournissent, à leur situation et à leur objectif. MSIM ne peut être tenu responsable et rejette toute responsabilité en cas d’utilisation abusive de ce document par tout intermédiaire financier.

Tout ou partie de ce travail ne peut être reproduit, copié ou transmis, ni tout ou partie de son contenu, à des tiers sans l’autorisation écrite expresse de MSIM.

Toutes les informations contenues dans le présent document sont la propriété des auteurs et sont protégées par la loi sur les droits d’auteur.

 

Les utilisateurs sont invités à prendre connaissance des Conditions d’utilisation avant d’engager toute procédure, car celles-ci mentionnent des restrictions légales et réglementaires applicables à la diffusion des informations relatives aux produits d’investissement de Morgan Stanley Investment Management.

Les services décrits sur ce site Web peuvent ne pas être disponibles dans certaines juridictions ou pour certaines personnes. Merci de consulter nos Conditions d’utilisation pour de plus amples informations.


Confidentialité    •    Conditions d'utilisation

©  Morgan Stanley. Tous droits réservés.