Investment Focus
  •  
avr. 2019
Déconstruire six mythes sur l'investissement climatique
 

Investment Focus

Déconstruire six mythes sur l'investissement climatique


avr. 2019

 
 

C’est parce qu’ils analysent le changement climatique de façon très approximative que les investisseurs institutionnels négligent des opportunités de générer des performances intéressantes et d’avoir un impact significatif sur le problème le plus urgent auquel notre planète est actuellement confrontée.

 
 

Les investisseurs ont pris conscience du fait que le changement climatique n’est plus une menace théorique. Les effets des conditions météorologiques extrêmes, de l’élévation du niveau des mers, de la rareté des ressources et de la pollution se font sentir sur tous les continents, avec des conséquences désastreuses pour les particuliers, les gouvernements et les entreprises.

Pourtant, pour de nombreux investisseurs, l’investissement climatique reste un concept abstrait qui est souvent associé à des discussions sur la gestion des risques, les préférences des consommateurs, et l’amalgame entre l’investissement environnemental, social et de gouvernance (ESG) et l’investissement impact. En fait, les conséquences du changement climatique sont nuancées, tout comme les solutions potentielles. En examinant la question du changement climatique sous un angle plus large, nous pensons que les investisseurs pourraient être en mesure de mieux cerner les opportunités de s’attaquer efficacement à un éventail de problèmes climatiques et de potentiellement générer des performances ajustées du risque intéressantes.

Voici six des mythes les plus courants qui circulent sur l’investissement climatique.

 
 

Mythe n°1

La problématique se résume au réchauffement climatique.

RÉALITÉ : Les problèmes sont multiples.

Pour beaucoup de gens, le terme « réchauffement climatique » évoque la fonte des icebergs au niveau du cercle polaire arctique. Il s’agit en effet d’une conséquence majeure et inquiétante du changement climatique. Néanmoins, de nombreux aspects de la question climatique sont plus tangibles et potentiellement plus faciles à gérer. Ils comprennent, entre autres :

  • LA POLLUTION : Qu’il s’agisse du problème très visible de la qualité de l’air à Pékin ou à Delhi, qui s’étouffent dans les brouillards toxiques, ou de la verdoyante Londres, où les niveaux d’oxyde d’azote dépassent régulièrement les normes de sécurité, la pollution est présente dans notre vie quotidienne.
  • RARETÉ DES RESSOURCES : La sécheresse est un problème de plus en plus sérieux qui affecte les communautés et les agriculteurs du monde entier. L’année dernière, la ville du Cap a failli être à cours d’eau et a introduit le concept du Jour Zéro, qui déclenche le début d’un rationnement drastique de l’eau. La Californie doit également faire face aux graves conséquences de la sécheresse et, désormais, des inondations. Dans de nombreuses régions d’Afrique, les lacs s’assèchent, ce qui entraîne des troubles sociaux, des conflits, des mouvements migratoires et des crises liées au problème des réfugiés.
  • GESTION DES DÉCHETS : Bon nombre de nos villes sont à court de sites d’enfouissement et d’autres solutions d’élimination des déchets. Les plastiques se répandent dans les océans, contaminant la vie marine et notre chaîne alimentaire à des niveaux alarmants. Au rythme actuel, il pourrait y avoir plus de plastique que de poissons dans les océans d’ici 2050.1
  • ECO-DIVERSITÉ : Des sections de forêt tropicale vierge en Indonésie sont régulièrement rasées pour faire place à l’agriculture ou le commerce du bois. C’est également le cas au Brésil où la forêt tropicale amazonienne produit 20 % de l’oxygène de notre planète. Rien qu’en 2016, 30 % du corail de la Grande Barrière de corail a été détruit.2
 
 

Mythe n°2

Une stratégie ESG permet de répondre aux enjeux climatiques.

RÉALITÉ : L’investissement ESG est nécessaire, mais pas suffisant pour faire face au changement climatique.

Il consiste à intégrer des facteurs de risque environnementaux, sociaux et de gouvernance, et devient une composante essentielle de toute stratégie d’investissement. Son objectif est de limiter le risque opérationnel, financier ou de réputation qui pourrait résulter d’un dysfonctionnement dans l’une de ces trois dimensions.

Nous pensons toutefois qu’il n’est pas possible de se limiter à un assainissement ESG si l’on veut avoir un impact positif sur le climat. Il est nécessaire d’investir activement dans les entreprises, en mobilisant généralement des capitaux dans le cadre du capital-investissement, dont les activités principales créent de nouveaux effets positifs sur l’environnement, qu’il s’agisse d’une réduction des émissions de CO2, de la pollution ou de la consommation de ressources.

 
 

Mythe n°3

Les énergies renouvelables constituent la solution principale.

RÉALITÉ : Le spectre des opportunités d’investissement dépasse largement la production d’électricité.

Les énergies renouvelables ont toujours été le fondement de l’investissement dans la lutte contre le changement climatique, mais il existe tout un univers d’opportunités en plus des éoliennes et des panneaux photovoltaïques. Une stratégie globale sur le climat ne se limitera pas à la production d’électricité, mais portera également sur l’efficacité énergétique, le logement, les transports, l’alimentation et le recyclage.

Là encore, certaines des idées d’investissement les plus caractéristiques, tant du point de vue de la performance que de l’impact, se concentrent sur la résolution de problèmes spécifiques, l’amélioration des technologies existantes ou la facilitation de leur adoption à une large échelle.

Minimiser l’empreinte carbone des transports, par exemple, ne consiste pas seulement à financer les voitures électriques et les fabricants de batteries lithium-ion. Ce secteur abrite une myriade d’entreprises qui contribuent à développer des moyens de transport plus respectueux de l’environnement, qui peuvent sembler modestes mais qui ont un impact immense.

C’est le cas, par exemple, d’une entreprise de kiosques d’échange de batteries en Asie, qui fait des deux-roues électriques une alternative plus viable en apportant une réponse créative au problème de la charge.

Plutôt que de brancher leur véhicule et d’attendre qu’il se recharge, les conducteurs utilisent les kiosques pour échanger leurs batteries. Les kiosques ne sont pas inféodés à une technologie en particulier ; dès que de nouvelles batteries sont lancées sur le marché, l’entreprise les intègre simplement dans son catalogue.

De même, la chimie verte est une catégorie qui ne bénéficie pas de la même considération que les énergies alternatives, mais qui permet amplement de réduire l’utilisation de dérivés de combustiblesfossiles dans des produits de consommation courante, des matériaux de conditionnement aux peintures et aux vernis pour meubles. Il en va de même pour les nouveaux modèles économiques concernant le recyclage, les matériaux de conditionnement compostables, la valorisation énergétique des déchets et le traitement des eaux usées.

Il existe aussi un grand nombre d’idées d’investissement liées à l’alimentation. La demande de protéines de viande augmente en même temps que la population mondiale et les niveaux de revenu. Pourtant, le bétail est une source importante d’émissions de méthane, un gaz à effet de serre dont les effets sont environ 30 fois pire que le CO2.3 De ce point de vue, les produits de la mer durables, dont l’empreinte carbone est beaucoup plus faible, constituent un océan d’opportunités.

 
 

Mythe n°4

Les énergies renouvelables ont besoin de subventions pour générer des performances convaincantes.

RÉALITÉ : Les coûts ont chuté massivement depuis l’avènement des énergies renouvelables et les prix sont désormais concurrentiels par rapport aux énergies traditionnelles sur de nombreux marchés.

Il fut un temps où les énergies renouvelables étaient totalement tributaires des subventions, mais trois changements majeurs ont rendu cette réalité obsolète.

Tout d’abord, les coûts ont considérablement baissé alors que la technologie s’est améliorée ; il est désormais possible de développer des sources d’énergie renouvelable dans des espaces très réduits ou dans des zones reculées. Aujourd’hui, les pales des éoliennes sont proches des ailes d’avions en termes de taille et de sophistication, tandis que les prix des panneaux photovoltaïques ont baissé de plus de 60 % au cours des dix dernières années.4 Comme cette technologie atteint son volume critique, son installation et son entretien deviennent également plus rentables et pratiques.

Deuxièmement, les investisseurs peuvent maintenant cibler des projets spécifiques et ainsi s’assurer que la solution est en adéquation avec la problématique. Les marchés ne sont pas monolithiques et les prix de l’énergie, de même que les ressources photovoltaïques et éoliennes, varient selon les régions. Cela rend les énergies renouvelables très concurrentielles dans certains endroits et moins dans d’autres. Il incombe également aux investisseurs de se pencher sur le contexte particulier dans lequel s’inscrivent les projets d’énergie renouvelable.

Enfin, la demande de solutions distribuées est en hausse, favorisée par le vieillissement des infrastructures de réseau dans les marchés développés et, dans le cas de nombreux marchés émergents, par l’absence de réseaux. Par exemple, une entreprise d’Afrique australe qui se spécialise dans la fabrication et la vente de systèmes domestiques fonctionnant grâce à l’énergie photovoltaïque ouvre la voie à des changements environnementaux et sociaux. En remplaçant le kérosène ou le diesel par l’énergie photovoltaïque, les consommateurs économisent de l’argent, contribuent à améliorer la qualité de l’air dans leurs collectivités et puisent dans une source d’énergie plus fiable et plus durable.

 
 

Mythe n°5

L’investissement initial dans les technologies propres est totalement vain.

RÉALITÉ : Les investisseurs avisés ciblent des solutions modestes plutôt que des projets particulièrement ambitieux.

L’investissement dans les technologies propres a traversé quelques cycles de bulles spéculatives et, comme l’investissement initial dans d’autres domaines, il a connu des succès et des échecs très médiatisés. Bien que ce soient essentiellement les solutions globales et à grande échelle qui retiennent l’attention des investisseurs dans le domaine des technologies propres, de plus en plus d’entreprises travaillent en coulisse pour s’attaquer aux causes et aux effets spécifiques du changement climatique.

En effet, le secteur a évolué, tout comme les investisseurs. Au lieu de chercher une solution miracle pour le dessalement de l’eau de mer à grande échelle, les investisseurs avisés s’intéressent aux logiciels qui régulent les pompes des systèmes d’eau. Plutôt que de miser sur la prochaine nouveauté dans le domaine des voitures ou des batteries électriques, les investisseurs intelligents spécialisés dans les phases de démarrage soutiennent des projets comme le développement de matériel permettant de faciliter la collecte de données ou l’optimisation de l’alimentation aux bornes de recharge.

Ces idées ne font peut-être pas les gros titres – et c’est souvent une bonne chose – mais elles créent collectivement le maillage nécessaire pour réaliser des gains significatifs et progressifs dans leurs domaines respectifs.

 
 

Mythe n°6

L’investissement climatique est fortement tributaire des changements politiques et réglementaires.

RÉALITÉ : Les particuliers, les entreprises et les administrations locales peuvent exercer la même influence.

Les médias mettent souvent l’accent sur les déclarations des gouvernements concernant la politique climatique, mais la tendance sous-jacente de l’investissement climatique est résolument constante et transcende de plus en plus la politique. Collectivement, les particuliers, les entreprises et les administrations locales peuvent exercer plus d’influence.

Prenons l’exemple des États-Unis. Alors que le gouvernement fédéral a pris une orientation différente en matière d’initiatives climatiques, les États et les villes mettent en œuvre des plans ambitieux qui leur sont propres. En mars, le Nouveau-Mexique s’est joint à la Californie, à Hawaï et au district de Columbia pour fixer un objectif en matière de production d’électricité renouvelable et sans émissions de CO2 d’ici 2045, et les gouverneurs d’une douzaine d’autres États américains auraient apparemment l’intention de dévoiler des objectifs similaires. Dans le même temps, certaines des plus grandes entreprises au monde prennent des mesures significatives pour réduire leur empreinte environnementale. Et il ne faut pas sous-estimer les particuliers qui se mobilisent en tant que citoyens et en tant que consommateurs.

Tout cela pour dire qu’une stratégie climatique globale tient compte de toutes les idées, grandes et petites. Son objectif est de faire face à la menace globale du réchauffement climatique et de soutenir les initiatives locales visant à résoudre les problèmes liés à la pollution, à la rareté des ressources, à la gestion des déchets et à l’écodiversité. L’innovation comporte des risques technologiques et commerciaux. Cependant, une approche active et diversifiée à l’échelle mondiale dans toutes les classes d’actifs – depuis le stade initial aux infrastructures en passant par l’agriculture – peut offrir aux investisseurs un moyen d’obtenir des performances intéressantes et d’avoir un impact réel sur le problème le plus urgent auquel notre planète est actuellement confrontée.

 
 

1 Source: https://www.morganstanley.com/ideas/peak-plastic, Mai 2018

2 https://www.theguardian.com/environment/2018/apr/19/great-barrier-reef-30-of-coral-died-in-catastrophic-2016-heatwave

3 https://www.sciencedaily.com/releases/2014/03/140327111724.htm

Source: https://news.energysage.com/solar-panel-efficiency-cost-over-time/

INFORMATION IMPORTANTE

Les déclarations ci-dessus reflètent les opinions et points de vue d’AIP Private Markets à la date du présent document et non à une date ultérieure, et ne seront ni mises à jour ni complétées. Les prévisions peuvent varier à tout moment et ne pas se concrétiser en raison de l’évolution des conditions du marché et de la conjoncture économique.

Les informations contenues dans le présent document font référence à des études, mais elles ne constituent pas un rapport d’analyse de recherche action et Morgan Stanley Equity Research n’en est pas l’auteur. Les opinions exprimées dans le présent document sont celles d’AIP Private Markets en janvier 2019 et sont susceptibles de changer à tout moment en raison de l’évolution des conditions du marché et de la conjoncture économique. Les points de vue et opinions exprimés dans le présent document peuvent différer de ceux d’autres sociétés affiliées ou entreprises de Morgan Stanley.

Ces opinions ne sont pas nécessairement représentatives des avis et des opinions d’un autre gérant de portefeuille de Morgan Stanley ou de la société dans son ensemble. Bien que l’information contenue dans le présent document soit jugée fiable, nous ne pouvons en garantir l’exactitude ni l’exhaustivité. Le bénéficiaire doit garder à l’esprit que les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Sachez que les prévisions sont intrinsèquement limitées et ne doivent pas être considérées comme un indicateur des performances futures. Les opinions exprimées sont susceptibles de changer en fonction des conditions du marché et de la conjoncture économique, entre autres. CeIles-ci ne sauraient être considérées comme des recommandations, mais comme une illustration de thèmes économiques plus larges.

Les informations concernant les performances attendues et les perspectives de marché sont basées sur la recherche, l’analyse et les opinions de l’équipe d’investissement d’AIP Private Markets. Ces conclusions sont de nature spéculative, peuvent ne jamais se réaliser et n’ont pas pour but de prévoir l’avenir d’un investissement spécifique de Morgan Stanley.

Certaines informations contenues dans le présent document constituent des déclarations prospectives, qui peuvent être identifiées à l’aide de termes prospectifs tels que « peut », « sera », « devrait », « prévoir », « anticiper », « projeter », « estimer », « destiner », « continuer », ou « croire » (ou leurs négatifs) ou d’autres variantes. En raison de divers risques et incertitudes, les événements réels ou les résultats peuvent différer considérablement de ceux qui sont reflétés ou envisagés dans ces déclarations prospectives. Aucune déclaration ni garantie n’est faite quant à la performance future ou à ces déclarations prospectives.

Il n’y a aucune garantie qu’une stratégie d’investissement fonctionnera dans toutes les conditions du marché et il incombe à chaque investisseur d’évaluer sa capacité à investir à long terme, surtout pendant les périodes de détérioration du marché. Les divers supports d’investissement présentent des différences importantes dans la mise en œuvre de la stratégie. Votre conseiller financier se fera un plaisir de discuter avec vous du véhicule le mieux adapté à vos objectifs d’investissement, à votre tolérance au risque et à votre horizon d’investissement. Le présent document a été élaboré uniquement à titre d’information ; il ne constitue ni une offre ni une recommandation d’achat ou de vente de titres ou d’instruments, ni de participation à une stratégie d’investissement. Les informations contenues dans le présent document ne s’appuient pas sur la situation d’un client en particulier. Elles ne constituent pas un conseil d’investissement et ne doivent pas être interprétées comme constituant un conseil en matière fiscale, comptable, juridique ni réglementaire. Avant de prendre une décision d’investissement, le bénéficiaire doit solliciter l’avis d’un conseiller juridique et financier indépendant, y compris s’agissant des conséquences fiscales. Tout indice mentionné dans le présent document est la propriété intellectuelle du fournisseur concerné (y compris les marques déposées). Les produits basés sur des indices ne sont aucunement sponsorisés, recommandés, vendus ou promus

En acceptant ces conditions, vous vous engagez à ce que ce document (y compris toute donnée, analyse, conclusion ou autre information qu’il contient et fournie par l’équipe d’AIP Private Markets) ne soit pas reproduit, divulgué ni distribué à quiconque, en intégralité ou en partie sans le consentement préalable d’un représentant de l’équipe d’AIP Private Markets.

Les personnes qui envisagent un investissement alternatif doivent se référer à la documentation d’offre y afférente, qui décrira en détails les risques et considérations spécifiques associés à un tel investissement.

Le présent document s’adresse et ne doit être distribué exclusivement qu’aux personnes résidant dans des pays ou territoires où une telle distribution ou mise à disposition n’est pas contraire aux lois et réglementations locales en vigueur.

Les investissements alternatifs sont généralement assortis de frais plus élevés que les autres véhicules d’investissement, et ces frais réduisent la performance obtenue par les investisseurs. Les fonds d’investissement alternatifs sont peu réglementés, ne sont pas soumis aux mêmes exigences réglementaires que les fonds communs de placement et ne sont pas tenus de fournir aux investisseurs des informations périodiques concernant les prix ou les valorisations. Les stratégies d’investissement décrites dans les pages précédentes peuvent ne pas convenir à la situation particulière du bénéficiaire ; par conséquent, nous vous recommandons de consulter vos propres conseillers fiscaux, juridiques ou autres, tant en amont de tout investissement que de manière régulière, afin de déterminer si c’est le cas.

Ce document s’adresse aux investisseurs avertis capables de comprendre les risques associés aux investissements décrits dans le présent document, et pourrait ne pas convenir au bénéficiaire. Aucune décision d’investissement ne doit être prise sans avoir tenu compte des risques encourus et sans que vos conseillers fiscaux, comptables, juridiques ou autres, selon ce que vous jugerez pertinent, n’aient été consultés.

Morgan Stanley ne fournit pas à ses clients de services de conseil en matière de fiscalité et de comptabilité fiscale. Ce document n’a pas vocation à, et n’a pas été rédigé pour être utilisé en vue de permettre aux contribuables d’éviter les pénalités qui pourraient leur être infligées en vertu des lois fiscales fédérales américaines. Les lois fiscales fédérales et étatiques sont complexes et en constante évolution. Nous invitons nos clients à toujours consulter un conseiller juridique ou fiscal en vue d’obtenir des informations relatives à leur situation personnelle.

Le présent document vise à décrire une stratégie d’investissement. Il ne s’agit pas d’une offre, d’une sollicitation ni d’une vente à l’égard d’un fonds ou d’un autre véhicule d’investissement. L’accès à cette stratégie d’investissement peut être restreint pour certains investisseurs en fonction de facteurs tels que leur localisation ou leur sophistication. Morgan Stanley n’est pas responsable de l’information contenue sur les sites Internet tiers, ni de votre utilisation ou de votre incapacité à utiliser ces sites, et nous ne pouvons garantir ni son exactitude ni son exhaustivité. Les conditions générales et la politique de confidentialité de ces sites Internet tiers peuvent être différentes de celles qui s’appliquent à votre utilisation d’un site Internet Morgan Stanley. Les opinions exprimées par l’auteur d’un article rédigé par un tiers sont les siennes et ne reflètent pas nécessairement celles de Morgan Stanley. L’information et les données fournies par tout site Internet tiers sont en date du document lors de sa rédaction et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis.

CONSIDÉRATIONS SUR LES RISQUES

Les investissements alternatifs sont de nature spéculative et comportent un degré de risque élevé. Les investisseurs peuvent perdre la totalité ou une partie substantielle de leur investissement. Les instruments alternatifs s’adressent uniquement aux investisseurs à long terme qui acceptent de renoncer à la liquidité et d’exposer leur capital au risque pour une période indéfinie. Les investissements alternatifs sont généralement très peu liquides – il n’existe pas de marché secondaire pour les fonds privés et il peut y avoir des restrictions sur les rachats, les cessions ou autres transferts d’investissement dans des fonds privés. Les investissements alternatifs ont souvent recours à l’effet de levier et à d’autres pratiques spéculatives qui peuvent accroître la volatilité et le risque de perte. Les intermédiaires financiers sont tenus de s’assurer que les informations contenues dans ce document conviennent aux personnes à qui ils le fournissent, à leur situation et à leur objectif. L’équipe de Morgan Stanley Alternative Investment Partners Private Markets (« AIP Private Markets ») ne peut être tenue responsable et rejette toute responsabilité en cas d’utilisation ou de mauvaise utilisation du présent document par un quelconque intermédiaire financier. Il convient, avant d’investir, de s’assurer d’avoir reçu de la part de l’intermédiaire financier tous les conseils nécessaires concernant l’opportunité d’un tel investissement.

Risques liés aux investissements en capital-investissement. Certains fonds investiront habituellement dans des titres, des instruments et des actifs qui ne sont pas et ne devraient pas devenir des titres cotés en bourse et qui, par conséquent, pourraient exiger beaucoup de temps pour générer une performance ou être entièrement liquidés. Les commandités respectifs ne peuvent garantir qu’ils seront en mesure d’identifier, de choisir, d’effectuer ou de réaliser des investissements du type ciblé pour leur fonds, ou que ce fonds sera en mesure d’investir pleinement son capital engagé. Rien ne garantit qu’un fonds sera en mesure de générer des performances pour ses investisseurs ou que les performances seront proportionnelles aux risques encourus dans le cadre des objectifs d’investissement de ce fonds. L’activité consistant à identifier et structurer des investissements du type de ceux envisagés par ces fonds est concurrentielle et comporte un degré élevé d’incertitude. Outre la concurrence d’autres investisseurs, la disponibilité d’opportunités d’investissement dépend généralement des conditions du marché ainsi que, dans de nombreux cas, du climat réglementaire ou politique en vigueur. En outre, les investissements en infrastructures peuvent être assujettis à divers risques juridiques, notamment les questions environnementales, l’expropriation de terrains et d’autres réclamations liées aux projets immobiliers, les actions syndicales et les actions en justice intentées par des groupes d’intérêts particuliers.

DISTRIBUTION

Le présent document s’adresse et ne doit être distribué exclusivement qu’aux personnes résidant dans des pays ou territoires où une telle distribution ou mise à disposition n’est pas contraire aux lois et réglementations locales en vigueur.

Royaume-Uni : Morgan Stanley Investment Management Limited est agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Enregistrée en Angleterre. Numéro d’enregistrement : 1981121. Siège social : 25 Cabot Square, Canary Wharf, London E14 4QA, autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Dubaï : Morgan Stanley Investment Management Limited (Bureau de représentation, Unit Precinct 3-7th Floor-Unit 701 et 702, Level 7, Gate Precinct Building 3, Dubai International Financial Centre, Dubaï, 506501, Émirats arabes unis. Téléphone : +97 (0)14 709 7158). Allemagne : Morgan Stanley Investment Management Limited Niederlassung Deutschland Junghofstrasse 13-15 60311 Francfort Allemagne (Catégorie : Branch Office (FDI) selon § 53b KWG). Italie : Morgan Stanley Investment Management Limited, succursale de Milan (Sede Secondaria di Milano) est une succursale de Morgan Stanley Investment Management Limited, une société enregistrée au Royaume-Uni, agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority (FCA), dont le siège social est au 25 Cabot Square, Canary Wharf, Londres, E14 4QA. Morgan Stanley Investment Management Limited, succursale de Milan (Sede Secondaria di Milano) dont le siège est situé à Palazzo Serbelloni Corso Venezia, 16 20121 Milan, Italie, est enregistré en Italie avec le numéro d’entreprise et le numéro de TVA 08829360968. Pays Bas : Morgan Stanley Investment Management, Tour Rembrandt, 11e étage Amstelplein 1 1096HA, Pays-Bas. Téléphone : 31 2-0462-1300. Morgan Stanley Investment Management est une succursale de Morgan Stanley Investment Management Limited. Morgan Stanley Investment Management Limited est agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority au Royaume-Uni. Suisse : Morgan Stanley & Co. International plc, Londres, succursale de Zurich autorisée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (« FINMA »). Enregistrée au registre du commerce de Zurich sous le numéro CHE-115.415.770. Siège social : Beethovenstrasse 33, 8002 Zurich, Suisse, Téléphone : +41 (0) 44 588 1000. Facsimile Fax : +41(0) 44 588 1074. Hong Kong : Le présent document est publié par Morgan Stanley Asia Limited aux fins d’utilisation à Hong Kong et ne peut être diffusé qu’auprès des « investisseurs professionnels » au sens du Securities and Futures Ordinance (décret sur les valeurs mobilières et les contrats à terme) de Hong Kong (Cap 571). Le contenu du présent document n’a été révisé ni approuvé par aucune autorité de réglementation, y compris la Securities and Futures Commission de Hong Kong. En conséquence, à moins que la loi en vigueur ne prévoie des exceptions, ce document ne devra pas être publié, diffusé, distribué ni adressé aux particuliers résidant à Hong Kong, ni mis à leur disposition. Singapour : Ce document ne doit pas être considéré comme faisant l’objet d'une invitation à souscrire ou à acheter, directement ou indirectement, au public ou à tout membre du public à Singapour autre que (i) à un investisseur institutionnel en vertu de l’article 304 des Futures Act, du chapitre 289 de Singapour (« SFA »); (ii) à une « personne concernée » (notamment un investisseur qualifié) en vertu de l’article 305 de la SFA, et cette distribution est conforme aux conditions précisées à l’article 305 de la SFA ; ou (iii) conformément à, et aux conditions de toute autre disposition applicable de la SFA. En particulier, l’offre de parts de fonds d’investissement qui ne sont pas autorisés ou reconnus par la MAS à la clientèle de détail est interdite. Aucun document écrit distribué aux personnes susmentionnées et en rapport avec une offre n’est un prospectus au sens défini par la SFA ; en conséquence, la responsabilité juridique en vertu de la SFA relative au contenu des prospectus ne s’applique pas ; les investisseurs doivent déterminer avec prudence si l’investissement convient à leur situation. Australie : La présente publication est diffusée en Australie par Morgan Stanley Investment Management (Australia) Pty Limited ACN : 122040037, licence AFS n° 314182, qui accepte la responsabilité de son contenu. La présente publication, ainsi que l’accès à celle-ci, est réservée aux « clients wholesale » selon l’acception de ce terme dans la loi sur les sociétés en vigueur en Australie.

A titre d’illustration uniquement. Les prévisions peuvent varier à tout moment et ne pas se concrétiser en raison de l’évolution des conditions du marché et de la conjoncture économique. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

 

Les utilisateurs sont invités à prendre connaissance des Conditions d’utilisation avant d’engager toute procédure, car celles-ci mentionnent des restrictions légales et réglementaires applicables à la diffusion des informations relatives aux produits d’investissement de Morgan Stanley Investment Management.

Les services décrits sur ce site Web peuvent ne pas être disponibles dans certaines juridictions ou pour certaines personnes. Merci de consulter nos Conditions d’utilisation pour de plus amples informations.


Confidentialité    •    Conditions d'utilisation

©  Morgan Stanley. Tous droits réservés.