Insight Article Desktop Banner
 
 
Global Equity Observer
  •  
octobre 30, 2023

Écosystèmes clos : Les bénéficiaires « à très long terme » de l'IA

Insight Video Mobile Banner
 
octobre 30, 2023

Écosystèmes clos : Les bénéficiaires « à très long terme » de l'IA


Global Equity Observer

Écosystèmes clos : Les bénéficiaires « à très long terme » de l'IA

Share Icon

octobre 30, 2023

 
 

En 2023, la trajectoire des marchés a été dictée par l’essor de l’intelligence artificielle (IA) et la domination des "« Sept magnifiques »"1  sur le marché américain, qui ont généré plus de 85 % des gains de l'indice S&P 500 cette année. A eux seuls, les "Sept magnifiques" ont gagné 43 % lors des neuf premiers mois de l'année, contre 3 % pour les 493 autres composantes de l’indice.2 Leur succès n’a rien de surprenant.

 
 

Comme nous l'avons indiqué dans notre Global Equity Observer de juin 2023 intitulé « Capitaliser malgré la frénésie », les premiers bénéficiaires de la ruée vers l’IA ""ont été les « vendeurs de pelles », à savoir les fournisseurs de semi-conducteurs et les mastodontes (ou hyperscalers) du cloud ""qui déploient les infrastructures nécessaires au déploiement de l'IA générative, avec notamment de vastes capacités de stockage et une puissance de traitement exceptionnelle. Ce sont eux qui bénéficient déjà des avantages de cette nouvelle déferlante. Le cas le plus extrême est celui d'un grand groupe technologique américain basé à Santa Clara, dont les prévisions de bénéfices ont triplé cette année alors que, dans une moindre mesure, un éditeur de logiciels et de solutions dématérialisées que nous possédons a déjà revendiqué une croissance de 2 % pour sa solution Azure au cours du dernier trimestre. Cette augmentation précoce des revenus permet d’entrevoir la hausse significative de la demande pour les services cloud des « hyperscalers », même si ces revenus accrus s'accompagneront d'une augmentation significative des dépenses d'investissement, nécessaires pour construire les capacités nécessaires.  

Au-delà de ces bénéficiaires naturels, nous pensons que d’autres acteurs - "« plus longs à l’allumage »" - pour lesquels les avantages de l'IA générative et de l'IA en général prendront plus de temps à se concrétiser, mais pourraient toutefois avoir un impact significatif sur le long terme. Ces entreprises seront plus probablement des utilisateurs des modèles existants que des précurseurs, même si elles contribueront bien sûr à la création de nouvelles applications. Ces acteurs un peu « longs à l’allumage » devront être en mesure de générer de la valeur pour les clients et/ou de réduire leurs coûts grâce à l'IA générative et, surtout, d'avoir le « fixing power » nécessaire pour conserver une part décente des bénéfices pour leurs actionnaires. C'est en exploitant les atouts concurrentiels existants des entreprises que les opportunités émergent, en se servant de l'IA générative pour accroître encore la valeur de modèles économiques déjà excellents. En revanche, si l’IA générative venait à augmenter la valeur pour le client ou à réduire les coûts pour le producteur dans un secteur dominé par les volumes, ce seraient les clients plutôt que les actionnaires qui en profiteraient. Les pressions concurrentielles obligeraient les entreprises concernées à répercuter les bienfaits technologiques sur leurs clients, sans qu’elles profitent d'une qualité supérieure de leurs produits ou d'une baisse des prix.

 
 

Modèles et écosystèmes clos

 
 

En mai dernier, un document ayant fuité de manière anonyme, apparemment d'un chercheur travaillant pour un leader mondial des moteurs de recherche, affirmait que les modèles d'IA développés en interne n'offraient aucune « protection » (moat) en matière d’IA générative.3 En effet, les nouveaux modèles open-source, qui reposent sur des interfaces de programmation d'applications (API) déjà existantes, sont plus rapides, plus adaptables, plus privés et, surtout, gratuits. Pourquoi les consommateurs paieraient-ils pour un modèle dont l’usage est restreint, alors que des alternatives dénuées de contraintes sont compétitives en termes de qualité et de prix ? Un conglomérat technologique et acteur majeur du secteur a mis le code de son intelligence artificielle conversationnelle en libre accès sur Internet après une fuite. Le fait que les acteurs n'utilisant pas de logiciels libres (et, par conséquent, leurs investisseurs respectifs) plaident aujourd'hui en faveur de la mise en place par les pouvoirs publics de licences pour les modèles les plus sophistiqué et tend à montrer qu'ils ressentent la pression de la concurrence, alors que le secteur technologique américain est connu pour son antipathie à l'égard de toute forme d'intervention de l'État.

Même si les modèles d’IA générative ont tendance à se banaliser, les défis inhérents à leur déploiement à grande échelle sont loin d'être négligeables. L'efficacité est devenue le maître-mot étant donné les coûts exorbitants de calcul et de mémoire des grands modèles de langage (LLM), sans oublier les problématiques liées aux « hallucinations » des modèles, qui peuvent purement et simplement inventer des choses ! L'intégration de l’IA générative dans la recherche va bien au-delà des modèles. Le défi est beaucoup plus facile à relever pour des systèmes relativement fermés, ou « écosystèmes clos », spécialité de la plupart des entreprises dont nous parlons. Les entreprises possédant des données propriétaires dans leur « écosystème », qu'elles soient pures ou complétées par des données publiques, offrent des opportunités très intéressantes. Beaucoup d’entre elles appliquent l'IA traditionnelle, ou prédictive, à leurs données depuis des années pour générer des informations ou automatiser des processus, et ont désormais choisi d’utiliser en plus l’IA générative.

 
 

L’IA générative et le portefeuille

 
 

Une agence de notation américaine figurant dans nos portefeuilles mondiaux a été l'une des premières à se lancer dans l'aventure de l’IA. Elle utilise depuis longtemps l'IA prédictive dans le cadre de son activité d'analyse, par exemple pour la connaissance clients (« Know Your Customer ») pour déceler les signaux d'alerte et rechercher des fraudes potentielles. En partenariat avec une multinationale américaine de l’édition de logiciels et du cloud computing figurant déjà dans nos portefeuilles, cette agence de notation a lancé un « assistant de recherche » alimenté par ChatGPT pour aider ses clients à se familiariser avec son système. Cette initiative devrait être source d’efficacité pour les clients, qui pourront effectuer leurs analyses beaucoup plus rapidement, puisque seulement quelques consignes (« prompts ») leur permettront de rédiger leurs rapports d'investissement. L’assistant n'utilise que le contenu des bases de données internes et toutes les informations citées seront accompagnées de sources, ce qui devrait limiter le risque d’« hallucinations » (et offrir une source de revenus supplémentaire si les clients n'ont pas accès à ces sources). Le modèle de tarification est encore à l'étude, mais l'entreprise a l’intention de « fixer des prix au-delà de la valeur » - ce qu'elle sait déjà faire, puisqu'elle perçoit en moyenne 7 % de revenus supplémentaires par an de ses clients existants via des ventes croisées, des mises à niveau de services et l’évolution de sa tarification.4 L'entreprise a également donné accès à ses 14 000 employés à l'application CoPilot pour les inciter à formuler de nouvelles idées pour améliorer son activité. La priorité est actuellement donnée aux opportunités de revenus, mais l’entreprise devrait bénéficier ultérieurement de gains importants sur ses dépenses.

Une entreprise américaine d’édition de logiciels et de données financières qui figure dans nos portefeuilles connaît une trajectoire similaire. Elle a également lancé une interface d’IA générative pour aider les clients à interroger son système, à lancer des tâches et même à utiliser la programmation sous Python. En ouvrant l’ensemble de ses données à une utilisation plus large, elle créé de la valeur pour ses clients, améliore son taux de fidélisation et parvient à augmenter ses prix. À moyen terme, l’entreprise devrait bénéficier de gains d'efficacité significatifs au niveau du service clients car l’IA générative aidera au traitement des demandes des clients et à la collecte de contenu, domaine dans lequel travaillent environ 50 % de ses employés - mais aussi à l'accélération de l'acquisition et du nettoyage des données les plus cruciales.

Les entreprises possédant des données propriétaires ne sont pas les seules à offrir de bonnes opportunités. Prenons l’exemple d'une société européenne leader dans le domaine des progiciels de gestion intégrés (ERP), qui est effectivement propriétaire du site où sont hébergées et analysées les données de ses clients. Comme d’autres, elle utilise l'IA depuis un certain temps pour l'analyse des données et l'automatisation des tâches et permet actuellement à 26 000 entreprises clientes d’assurer un recouvrement intelligent dans le secteur financier, de réduire le délai entre la facture et le paiement, d’effectuer un réapprovisionnement prédictif ou encore d’automatiser les commandes de matériel.5 Un assistant reposant sur l’IA est désormais en service pour interroger ses systèmes en langage naturel, ce qui accélère l'analyse des données financières, des ressources humaines (RH) ou des chaînes d'approvisionnement. L’IA générative GenAI sert également à rédiger des descriptions de postes et des questions d'entretien pour la fonction RH ou à générer des modèles de processus et des documents dans le domaine de la transformation des processus. Outre la tarification des cas d'utilisation spécifiques, l'entreprise prévoit de proposer une version d’IA générative de sa principale solution de cloud public d’ici la fin de l’année, avec une augmentation de 30 % du prix. Quant aux clients, il leur est difficile de quitter l'écosystème de l'entreprise en raison des coûts exorbitants pour changer de prestataire. Le recours accru à l'IA va probablement accroître la fidélisation des clients et offrir de nouvelles opportunités de monétisation, sans compter les gains que l’IA générative pourrait produire grâce à un codage plus efficient, ce qui pourrait accélérer l’augmentation des marges dans le cadre de la transition vers les plateformes dématérialisées.

Dans les trois cas, les opportunités offertes par l'IA générative constituent une évolution et non une révolution : elles contribuent à la croissance des chiffres d'affaires et à l'amélioration des marges d’entreprises déjà prospères, rentables et en pleine croissance. Notre portefeuille abrite de nombreuses autres entreprises possédant de solides activités liées à l'IA grâce à la détention de données précieuses, par exemple des bureaux d’information sur les antécédents de crédit, des éditeurs professionnels, des courtiers en assurance ou un fournisseur de données et de services cliniques dans le secteur de la santé. D’autres entreprises en portefeuille issues de secteurs comme la consommation non-cyclique possèdent une longueur d'avance sur leurs concurrents, car elles ont massivement investi dans l’analyse de leurs données. Selon le cabinet Accenture, seuls 10 % de ses clients ont atteint la « maturité en termes de données » et peuvent exploiter pleinement les possibilités offertes par l'IA. Celles qui ont franchi le pas disposent donc d'un avantage significatif.

 
 

Des temps incertains

 
 

Le marché est reparti à la baisse et a chuté de 7 % lors des deux derniers mois, après un rebond marqué amorcé en septembre 2022.6 Comme la phase haussière, la baisse a été alimentée par la dégradation des notations plutôt que par les bénéfices, qui ont globalement fait du surplace. Ce repli est intervenu malgré l'amélioration des prévisions macroéconomiques aux États-Unis, voire même en Europe et en Chine. Les plus pessimistes soulignent toutefois certains signes avant-coureurs, comme l'emploi dans le secteur américain du transport routier et les ventes de logements en attente. La chute du marché s’explique essentiellement par la hausse ininterrompue des rendements, le 10 ans américain ayant flirté avec les 4,6 % fin septembre, soit une hausse de 73 points de base (pb) au cours du trimestre et de 46 pb en un mois5, alors que le cycle de hausse de la Réserve fédérale américaine (Fed) touche à sa fin. Les spéculations vont bon train sur les raisons de cette forte poussée des rendements, qu'il s'agisse des « taux durablement plus élevés » ou de l’embellie des perspectives de croissance ( ). Mais elle est plus probablement due à un simple décalage de l’offre et de la demande. L'offre de bons du Trésor est pléthorique, les États-Unis accusant un déficit de près de 8 % de son produit intérieur brut malgré un taux de chômage inférieur à 4 % et un stock existant de 7 600 milliards de dollars arrivant à échéance l'année prochaine.7 Toutefois, l'appétence pour ces titres des deux principaux acheteurs historiques, la Chine et la Fed, suscite de réelles interrogations.

Ces rendements plus élevés induisent deux questions pour les marchés actions. Premièrement, est-ce que le système actuel, massivement endetté, peut faire face à une augmentation marquée du coût du crédit sans que quelque chose ne se brise, comme ce fut le cas avec les stratégies d'investissement adossées au passif (LDI) au Royaume-Uni il y a un an et avec la Silicon Valley Bank au printemps dernier. La seconde question porte sur l'impact des rendements sur les valorisations relatives et l'attractivité du marché actions par rapport aux obligations. En effet, l'écart entre le rendement réel (earning yield) des actions et le taux « sans risque » est retombé à son niveau le plus bas depuis 20 ans, un niveau encore plus faible qu'il y a deux mois, malgré la chute des marchés boursiers. Même en excluant l’alternative offerte par les obligations, le multiple prévisionnel actuel de 16,0x de l'indice MSCI World ne semble pas bon marché, d'autant plus qu'il repose sur une hypothèse de croissance des bénéfices sans doute optimiste de 10 % pour 2024 malgré un probable ralentissement de l'économie, et même si les autorités parviennent à orchestrer un atterrissage en douceur.5 Rien ne permet d’affirmer que le marché intègre un risque significatif de ralentissement dans ses multiples de valorisation ou ses prévisions de bénéfices. Comme toujours, nous pensons que le pouvoir de fixation des prix et les revenus récurrents, deux des principaux critères d’inclusion des entreprises dans nos portefeuilles, finiront une fois de plus par témoigner de leurs mérites en cas de récession. De plus, le marché finira à nouveau par privilégier les entreprises dont les bénéfices sont résilients lors des périodes difficiles, et le facteur « qualité » devrait servir de refuge face aux incertitudes.

 
 

1 Meta, Apple, Nvidia, Amazon, Microsoft, Alphabet et Tesla
2 Source : FactSet
3 Source : https://www.semianalysis.com/p/google-we-have-no-moat-and-neither
4 Source : Rapports financiers des entreprises
5 Source : Rapports financiers des entreprises
6 Source : FactSet
7 Source : Apollo Asset Management.

 
bruno.paulson
Managing Director
International Equity Team
 
 
Fonds présentés
 
 
 
 
 

Considérations sur les risques

Il ne peut être garanti qu’un portefeuille atteindra son objectif d’investissement. Les portefeuilles sont sujets au risque de marché, c’est-à-dire à la possibilité que la valeur de marché des titres en portefeuille baisse. Les valeurs boursières peuvent varier quotidiennement en fonction de facteurs économiques ou d’autre nature (par ex. catastrophes naturelles, crises sanitaires, terrorisme, conflits et troubles sociaux) qui ont des répercussions sur les marchés, les pays, les entreprises ou les gouvernements. Il est difficile de prévoir le calendrier, la durée et les éventuels effets négatifs (par ex. liquidité du portefeuille) liés à de tels événements. En conséquence, cette stratégie expose l’investisseur à des pertes potentielles. Nous attirons votre attention sur le fait que cette stratégie peut comporter d’autres types de risques. L’évolution de l’économie mondiale, des dépenses et des préférences de consommation, de la concurrence, de la démographie, des réglementations publiques et des conditions économiques peut pénaliser les sociétés internationales et peut avoir un impact négatif plus prononcé sur la stratégie que si les actifs de la stratégie étaient investis dans un éventail plus large de sociétés. En général, la valeur des actions varie également en fonction des activités spécifiques d’une entreprise. Les investissements sur les marchés étrangers s’accompagnent de risques particuliers, notamment les risques de change, politiques, économiques et de marché. Les actions de sociétés de petites et moyennes capitalisations présentent des risques spécifiques, tels que des gammes de produits, des marchés et des ressources financières limitées, et une volatilité supérieure à celles des entreprises de grandes capitalisations plus solidement établies. Les risques associés aux investissements dans les marchés des pays émergents sont plus élevés que sur les marchés développés étrangers. Les instruments dérivés peuvent augmenter les pertes de façon disproportionnée et avoir un impact significatif sur la performance. Ils peuvent également être soumis aux risques de contrepartie, de liquidité, de valorisation, de corrélation et de marché. Les titres illiquides peuvent être plus difficiles à vendre et à valoriser que les titres cotés en bourse (risque de liquidité). Les portefeuilles peu diversifiés investissent dans un nombre plus restreint d’émetteurs. De ce fait, toute évolution de la situation financière ou de la valeur de marché d’un émetteur donné est susceptible d’entraîner une volatilité accrue. La performance relative des stratégies ESG qui intègrent l’investissement d’impact et / ou des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) peut diverger de celle d’autres stratégies ou d’indices de référence généraux du marché, selon que ces secteurs ou ces investissements ont la faveur ou non du marché. Par conséquent, rien ne garantit que les stratégies ESG se traduiront par une performance d’investissement plus favorable.

DÉFINITIONS

Un point de base est une unité de mesure, égale à un centième de point de pourcentage, utilisée en finance pour décrire la variation en pourcentage de la valeur ou du taux d'un instrument financier.

Le produit intérieur brut (PIB) est la valeur monétaire de tous les produits finis et services produits à l’intérieur des frontières d’un pays au cours d’une période donnée. Il comprend l’ensemble de la consommation privée et publique, les dépenses publiques, les investissements et les exportations nettes.

L’indice MSCI World est un indice pondéré par la capitalisation boursière, conçu pour mesurer la performance des marchés boursiers mondiaux. Le terme "« flottant »" représente la part des actions en circulation qui sont considérées comme disponibles à l’achat sur les marchés d’actions publics par les investisseurs. La performance de l’indice est cotée en dollars américains et sous-entend le réinvestissement des dividendes nets.

INFORMATIONS IMPORTANTES

Il n’y a aucune garantie qu’une stratégie d’investissement fonctionnera dans toutes les conditions du marché et il revient à chaque investisseur d’évaluer sa capacité à investir à long terme, surtout pendant les périodes de détérioration du marché.

Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas être adaptés pour tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à cette Stratégie peuvent détenir des titres qui ne suivent pas nécessairement la performance d’un indice particulier. Un niveau d’investissement minimum est requis.

Vous trouverez des informations importantes sur les gestionnaires financiers dans la partie 2 du formulaire ADV.

Les opinions et les points de vue et/ou les analyses exprimés sont ceux de l’auteur ou de l’équipe de gestion à la date de publication : ils peuvent être modifiés à tout instant au gré de l’évolution des conditions de marché ou de la conjoncture économique et ne pas se concrétiser. En outre, les opinions ne seront pas mises à jour ou corrigées dans le but de refléter les informations publiées a posteriori, des situations existantes ou des changements se produisant après la date de publication. Les opinions exprimées ne reflètent pas les opinions de tous les gérants de portefeuille de Morgan Stanley Investment Management (MSIM) et ses filiales et sociétés affiliées (collectivement désignées par « la Société »). Elles peuvent ne pas être prises en compte dans toutes les stratégies et les produits proposés par la société.

Les prévisions et/ou estimations fournies dans le présent document sont susceptibles de changer et pourraient ne pas se matérialiser. Les informations concernant les performances attendues et les perspectives de marché sont basées sur la recherche, l’analyse et les opinions des auteurs ou de l’équipe de gestion. Ces conclusions sont de nature spéculative, peuvent ne pas se concrétiser et ne visent pas à prédire la performance future d’une stratégie ou d’un produit proposé par la Société. Les résultats futurs peuvent considérablement varier en fonction de facteurs tels que l’évolution des marchés des valeurs mobilières ou des marchés financiers ou des conditions économiques générales.

Ce document a été préparé sur la base d’informations publiques, de données élaborées en interne et d’autres sources externes jugées fiables. Toutefois, aucune garantie n’est donnée quant à la fiabilité de ces informations et la Société n’a pas cherché à vérifier en toute indépendance les informations provenant de sources publiques et externes.

Ce document constitue une communication générale, qui n’est pas impartiale et toute l’information qu’il contient a été préparée uniquement à des fins d’information et de formation et ne constitue pas une offre ni une recommandation d’achat ni de vente d’un titre en particulier ni d’adoption d’une stratégie d’investissement particulière. Les informations contenues dans le présent document ne s’appuient pas sur la situation d’un client en particulier. Elles ne constituent pas un conseil d’investissement et ne doivent pas être interprétées comme constituant un conseil en matière fiscale, comptable, juridique ni réglementaire. Avant de prendre une décision d’investissement, les investisseurs doivent solliciter l’avis d’un conseiller juridique et financier indépendant, y compris s’agissant des conséquences fiscales.

Les graphiques et diagrammes fournis dans le présent document le sont uniquement à titre d’illustration. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Les indices ne sont pas gérés et ne comprennent ni frais, ni droits, ni commissions de vente. Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice. Tout indice mentionné dans le présent document est la propriété intellectuelle du fournisseur concerné (y compris les marques déposées). Les produits basés sur des indices ne sont pas sponsorisés, approuvés, vendus ou promus par le fournisseur concerné, qui se dégage de toute responsabilité à leur égard.

Ce document n’est pas un produit du département de recherche de Morgan Stanley et ne doit pas être considéré comme un document ou une recommandation de recherche.

La Société n’a pas autorisé les intermédiaires financiers à utiliser ni à distribuer le présent document, à moins que cette utilisation et cette distribution ne soient effectuées conformément à la législation et à la réglementation en vigueur. De plus, les intermédiaires financiers sont tenus de s’assurer que les informations contenues dans ce document soient adaptées aux personnes à qui ils le fournissent au vu de leur situation et de leurs objectifs. La Société ne peut être tenue responsable et rejette toute responsabilité en cas d’utilisation abusive de ce document par tout intermédiaire financier.

Ce document peut être traduit dans d’autres langues. Lorsqu’une telle traduction est faite, seule la version anglaise fait foi. S’il y a des divergences entre la version anglaise et une version de ce document dans une autre langue, seule la version anglaise fait foi.

Il est interdit de reproduire, copier, modifier, utiliser pour créer un document dérivé, interpréter, afficher, publier, poster, mettre sous licence, intégrer, distribuer ou transmettre tout ou une partie de ce document, directement ou indirectement, ou de divulguer son contenu à des tiers sans le consentement écrit explicite la Société. Il est interdit d’établir un hyperlien vers ce document, à moins que cet hyperlien ne soit destiné à un usage personnel et non commercial. Toutes les informations contenues dans le présent document sont la propriété des auteurs et sont protégées par la loi sur les droits d’auteur et par toute autre loi applicable.

Morgan Stanley Investment Management est la division de gestion d’actifs de Morgan Stanley.

DISTRIBUTION

Ce document s’adresse et ne doit être distribué exclusivement qu’aux personnes résidant dans des pays ou territoires où une telle distribution ou mise à disposition n’est pas contraire aux lois et réglementations locales en vigueur.

MSIM, la division de gestion d’actifs de Morgan Stanley (NYSE : MS) et ses sociétés affiliées ont passé des accords pour commercialiser leurs produits et services respectifs.  Chaque société affiliée de MSIM est réglementée de manière appropriée dans la juridiction où elle opère. Les sociétés affiliées de MSIM sont : Eaton Vance Management (International) Limited, Eaton Vance Advisers International Ltd, Calvert Research and Management, Eaton Vance Management, Parametric Portfolio Associates LLC et Atlanta Capital Management LLC.

Ce document a été publié par une ou plusieurs des entités suivantes :

EMEA

Ce document s’adresse aux clients professionnels/investisseurs accrédités uniquement.

Au sein de l’UE, les documents de MSIM et d’Eaton Vance sont publiés par MSIM Fund Management (Ireland) Limited (« FMIL »). FMIL est une société privée à responsabilité limitée par actions immatriculée en Irlande sous le numéro 616661 et réglementée par la Banque Centrale d’Irlande. Son siège social est situé à l’adresse 24-26 City Quay, Dublin 2, DO2 NY19, Irlande.

En dehors de l’UE, les documents de MSIM sont publiés par Morgan Stanley Investment Management Limited (MSIM Ltd), une société agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Enregistrée en Angleterre. Numéro d’enregistrement : 1981121. Siège social : 25 Cabot Square, Canary Wharf, London E14 4QA.

En Suisse, les documents de MSIM sont publiés par Morgan Stanley & Co. International plc, Londres, succursale de Zurich, une société agréée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers ("FINMA" ;. Siège social : Beethovenstrasse 33, 8002 Zurich, Suisse.

En dehors des États-Unis et de l’UE, les documents d’Eaton Vance sont publiés par Eaton Vance Management (International) Limited (« EVMI ») 125 Old Broad Street, Londres, EC2N 1AR, Royaume-Uni, qui est agréé et réglementé au Royaume-Uni par la Financial Conduct Authority.

Italie : MSIM FMIL (succursale de Milan), (Sede Secondaria di Milano), Palazzo Serbelloni Corso Venezia, 16 20121 Milan, Italie. Pays-Bas : MSIM FMIL (succursale d’Amsterdam), Tour Rembrandt, 11e étage Amstelplein 1 1096HA, Pays-Bas. France : MSIM FMIL (succursale de Paris), 61, rue de Monceau, 75008 Paris, France. Espagne : MSIM FMIL (succursale de Madrid), Calle Serrano 55, 28006, Madrid, Espagne. Allemagne : MSIM FMIL succursale de Francfort, Große Gallusstraße 18, 60312 Francfort, Allemagne (Catégorie : Branch Office (FDI) selon § 53b KWG). Danemark : MSIM FMIL (succursale de Copenhague), Gorrissen Federspiel, Axel Towers, Axeltorv2, 1609 Copenhague V, Danemark.

MOYEN-ORIENT

Dubaï :  MSIM Ltd (Bureau de représentation, Unit Precinct 3-7 th Floor-Unit 701 and 702, Level 7, Gate Precinct Building 3, Dubai International Financial Centre, Dubaï, 506501, Émirats arabes unis. Téléphone : +97 (0)14 709 7158).

Ce document est distribué dans le Centre financier international de Dubaï par Morgan Stanley Investment Management Limited (bureau de représentation), une entité réglementée par la Dubai Financial Services Authority (« DFSA »). Il n’est destiné qu’à être utilisé par des clients professionnels et des contreparties de marché. Ce document n'est pas destiné à être distribué aux clients particuliers, et ceux-ci ne doivent pas agir sur la base des informations contenues dans ce document.

Ce document concerne un produit financier qui n'est soumis à aucune forme de réglementation ou d'approbation par la DFSA. La DFSA n'est pas responsable de l'examen ou de la vérification des documents relatifs à ce produit financier. Par conséquent, la DFSA n'a pas approuvé ce document ou tout autre document associé, ni pris de mesures pour vérifier les informations qui y figurent, et décline tout responsabilité à cet égard. Le produit financier auquel ce document se rapporte peut être illiquide et/ou soumis à des restrictions quant à sa revente ou son transfert. Les acheteurs potentiels sont tenus d’effectuer leurs propres vérifications concernant ce produit financier. Si vous ne comprenez pas le contenu de ce document, veuillez consulter un conseiller financier agréé.

États-Unis

NON ASSURÉ PAR LE FDIC | ABSENCE DE GARANTIE BANCAIRE | POSSIBLE PERTE DE VALEUR | NON ASSURÉ PAR DES AGENCES GOUVERNEMENTALES FÉDÉRALES | NE CONSTITUE PAS UN DÉPÔT

Amérique latine (Brésil, Chili, Colombie, Mexique, Pérou et Uruguay)

Ce document est destiné à être utilisé uniquement par un investisseur institutionnel ou un investisseur qualifié. Toutes les informations contenues dans ce document sont confidentielles et destinées à l’usage et à l’examen exclusifs de son destinataire visé et ne sauraient être transmises à un tiers. Ce document est fourni à titre d’information uniquement et ne constitue pas une offre publique, une sollicitation ou une recommandation d’achat ou de vente d’un(e) quelconque produit, service, instrument financier et/ou stratégie. La décision d’investir ne doit être prise qu’après avoir lu la documentation sur la stratégie et mené une due diligence approfondie et indépendante.

ASIE-PACIFIQUE

Hong Kong : Le présent document est diffusé par Morgan Stanley Asia Limited aux fins d’utilisation à Hong Kong et ne peut être diffusé qu’auprès d’« investisseurs professionnels » au sens du Securities and Futures Ordinance (décret sur les valeurs mobilières et les contrats à terme) de Hong Kong (Cap 571). Le contenu du présent document n’a été révisé ni approuvé par aucune autorité de réglementation, y compris la Securities and Futures Commission de Hong Kong. En conséquence, à moins que la loi en vigueur ne prévoie des exceptions, ce document ne devra pas être publié, diffusé, distribué, ni adressé aux particuliers résidant à Hong Kong, ni mis à leur disposition. Singapour :Ce document est diffusé par Morgan Stanley Investment Management Company et ne saurait être considéré comme une offre de souscription ou d’achat, directe ou indirecte, présentée au public ou à des membres du public de Singapour autres que (i) des investisseurs institutionnels selon la définition de l’article 304 de la Securities and Futures Act (SFA), chapitre 289, (ii) des « personnes concernées » (ce qui inclut les investisseurs accrédités) au sens de l’article 305 de la SFA, la distribution du présent document étant conforme aux conditions énoncées à l’article 305 de la SFA ou (iii) les personnes concernées par toute autre disposition applicable de la SFA, et conformément aux conditions de celle-ci. Cette publication n’a pas été vérifiée par l’Autorité monétaire de Singapour.   Australie : Ce document est publié par Morgan Stanley Investment Management (Australie) Pty Ltd ABN 22122040037, AFSL No. 314182 et ses affiliés et ne constitue pas une invitation à investir. Morgan Stanley Investment Management (Australia) Pty Limited donne les moyens aux filiales de MSIM de fournir des services financiers à la clientèle de gros en Australie. Une invitation à investir ne peut être proposée que lorsqu’aucune publication d’information n’est requise par la Corporations Act 2001 (Cth) (la « Corporations Act »). Toute invitation à investir ne pourra pas être considérée comme telle si une publication d’information est requise par la Corporations Act 2001 et ne sera faite qu’à des personnes ayant le statut de « client de gros » (wholesale client), tel que défini dans la Corporations Act. Ce document ne sera pas déposé auprès de l’Australian Securities and Investments Commission.

 

Ce document est une communication promotionnelle.

Les utilisateurs sont invités à prendre connaissance des Conditions d’utilisation avant d’engager toute procédure, car celles-ci mentionnent des restrictions légales et réglementaires applicables à la diffusion des informations relatives aux produits d’investissement de Morgan Stanley Investment Management.

Les services décrits sur ce site Web peuvent ne pas être disponibles dans certaines juridictions ou pour certaines personnes. Merci de consulter nos Conditions d’utilisation pour de plus amples informations.


Confidentialité    •    Your Privacy Choices Your Privacy Choices Icon    •    Conditions d'utilisation

©  Morgan Stanley. Tous droits réservés.