Insight Article Desktop Banner
 
 
Chroniques des pays émergents
  •  
janvier 12, 2021

Les dix tendances dominantes pour 2021

Insight Video Mobile Banner
 
janvier 12, 2021

Les dix tendances dominantes pour 2021


Chroniques des pays émergents

Les dix tendances dominantes pour 2021

Share Icon

janvier 12, 2021

 
 

Dès le début de la pandémie, nous avons eu le sentiment que la Covid-19 était moins susceptible de « tout bouleverser » que de répéter inlassablement les mêmes scénarios. Et c’est effectivement ce qui s’est produit puisque la crise actuelle n’a fait qu’accentuer les tendances déjà en cours, notamment en étendant le rôle du gouvernement dans l’économie et en accélérant l’adoption de la technologie numérique. Dans le sillage de l’évolution de ces tendances, le profil des gagnants et des perdants pourrait changer radicalement sur les marchés mondiaux. À bien des égards, nos dix tendances dominantes pour 2021 ressemblent à s’y méprendre à celles de 2020. 

 
 

UNE ÉCONOMIE EN PLEIN ESSOR, DES MARCHÉS MOROSES

En 2020, l’économie mondiale s’est contractée de 4 %, son pire ralentissement depuis la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, les actions se sont appréciées de 14 % à l’échelle mondiale.1 Pourquoi observe-t-on ce rebond du marché sans précédent en période de récession ? Trois raisons principales. Au début, les gouvernements et les banques centrales ont mis en place des mesures de relance d’une ampleur inattendue pour maintenir les entreprises en vie. Les investisseurs en sont rapidement venus à considérer la pandémie comme une tempête passagère, et non comme le genre de choc à long terme provoqué par les crises financières. En se réfugiant chez eux, les gens ont dépensé moins, ont épargné plus, et une large part de cette épargne supplémentaire a été investie sur les marchés.2 D’où l’étrange spectacle d’une reprise historique des marchés au milieu d’une crise économique tout aussi historique.

Quid de la suite ? Les prévisions du Consensus montrent que les analystes s’attendent à ce que l'économie aussi bien que les marchés enregistrent un fort rebond en 2021, mais les forces qui ont stimulé les marchés l’an dernier ne sont pas viables. Les mesures de relance devraient se poursuivre, mais à un rythme bien inférieur au record de dépenses et d’injection de capitaux enregistré en 2020. La fin de la pandémie est déjà intégrée dans les valorisations, qui ont retrouvé des niveaux record. Compte tenu des campagnes de vaccination et de la réticence des gouvernements à imposer à nouveau des mesures de confinement, le niveau d’épargne devrait diminuer à mesure que les gens recommenceront à se rendre chez le coiffeur ou dans les salles de sport. Par conséquent, cette année pourrait présenter des caractéristiques opposées à l’an dernier, c’est-à-dire une stagnation des marchés parallèlement à la reprise économique.

L’INFLATION PROCHE DE SON POINT BAS

L’inflation des prix à la consommation a stagné pendant si longtemps que les responsables politiques en sont venus à penser qu’elle avait bel et bien disparu, et qu’elle n’était plus seulement dormante. Mais les forces qui ont freiné l’inflation sont en train de céder, l’une après l’autre. La croissance de la population mondiale en âge de travailler est devenue négative vers 2005, et la diminution de l’offre de main-d’œuvre a tendance à tirer les salaires à la hausse3. La croissance des échanges commerciaux mondiaux a commencé à chuter après la crise de 2008, réduisant la concurrence4. La baisse de la productivité entraîne une augmentation des coûts des entreprises, aggravant les pressions à la hausse sur les prix à la consommation.

Telle était la situation lorsque la pandémie a frappé. Les responsables politiques ont commencé à imprimer et à emprunter de l’argent à un rythme record, convaincus qu’ils pouvaient le faire sans relancer l’inflation. Elle est obsolète depuis des décennies, pas vrai ? Nous pensons qu’elle est juste dormante, et qu’elle est susceptible d’être réactivée par nos « Quatre D ». Le dépeuplement, la démondialisation et le déclin de la productivité exercent tous des pressions à la hausse sur les prix à la consommation et, dans ce contexte, l’augmentation rapide de la dette pourrait constituer l’électrochoc capable de la stimuler à nouveau.

 
 
 
GRAPHIQUE 1: Les mesures de relance ne devraient pas se poursuivre à leur rythme record
Estimations du total des mesures de relance du gouvernement et des banques centrales en réponse à la crise (% du PIB)
 

Source : MSIM, FMI, UBS. Comprend les données sur les mesures de relance budgétaire du FMI, les mesures de relance extrabudgétaires (garanties de prêts aux entreprises) d’UBS et les mesures de relance des banques centrales d’UBS. La moyenne des marchés développés est calculée en utilisant la médiane de la Nouvelle-Zélande, de l’Australie, de la Corée du Sud, du Japon, de la République tchèque, de la Suisse, du Royaume-Uni, de la zone euro, du Canada et des États-Unis. La moyenne des marchés émergents est calculée en utilisant la médiane de la Colombie, de l’Afrique du Sud, de la Turquie, du Brésil, du Mexique, de la Chine, de l’Inde, du Vietnam, des Philippines et de l’Indonésie.

 
 

DES LOGEMENTS EN GUISE DE COUVERTURE

Le boom immobilier survenu dans le contexte morose de 2020 a été aussi perturbant pour beaucoup que le boom des marchés boursiers, mais il existe une différence importante entre les deux. Les prix des logements sont plus susceptibles d’augmenter à compter d’aujourd’hui. D’une part, les attentes inflationnistes commencé à imprimer et à emprunter de l’argent à un rythme record, convaincus qu’ils pouvaient le faire sans relancer l’inflation. Elle est obsolète depuis des augmentent et les investisseurs se tournent vers des actifs qui sont considérés comme des couvertures efficaces contre l’inflation. Il s’agit notamment de l’or, de l’'argent et du bitcoin, ainsi que de l’immobilier. Le boom immobilier a été d’une ampleur saisissante, faisant grimper les prix dans pratiquement tous les pays développés à son apogée. Aux États-Unis, il a poussé pour la première fois le prix médian des logements existants au-dessus des 300 000 dollars5. Naturellement, la dynamique des prix de l’immobilier varie beaucoup d’un pays à l’autre, mais il y a des raisons de penser que le boom peut se prolonger jusqu’en 2021.

90 % des banques centrales du monde ont abaissé les taux à court terme à des niveaux historiquement bas, ce qui a aussi entraîné une chute des taux hypothécaires à 30 ans à des niveaux historiquement bas : moins de 3 % aux États-Unis, et moins encore en Europe6. Bien que la hausse probable des taux longs puisse également entraîner celle des taux hypothécaires, il est vraisemblable qu’ils restent proches de leurs plus bas historiques cette année.

Du côté de l’offre, la construction de logements s’est effondrée après la crise financière mondiale de 2008, et les stocks étaient à sec lorsque le virus a frappé. Aux États-Unis, le stock de maisons individuelles existantes disponibles à la vente est à un niveau historiquement bas, par rapport à la population adulte7. Et la pression de la demande des jeunes familles fatiguées d’être à l’étroit risque de persister même après la fin de la pandémie.

L’ARGENT BON MARCHÉ SE TARIT

Depuis le début des années 1980, lorsque les banques centrales ont commencé à gagner la guerre contre la hausse des prix à la consommation, elles ont progressivement abaissé le taux moyen à court terme, qui avait atteint un pic de 13 %, pour le ramener à 2 % début 20208. Et elles ont réduit ce taux de moitié pendant la pandémie.

Si vous laissez les gens emprunter pratiquement gratuitement, ils vont emprunter de l’argent pour en fabriquer davantage. Résultat, la politique monétaire de plus en plus accommodante a entraîné une flambée des prix des actifs. En 1980, la valeur totale des actifs financiers mondiaux, y compris les actions et les obligations, équivalait à 110 % du PIB mondial ; en 2019, ce chiffre était de 390 %9. Il est encore plus élevé aujourd’hui, après le cycle haussier de 2020.

Si et quand le retour de l’inflation obligera les banques centrales à resserrer à nouveau leur politique monétaire, le cycle risque de s’essouffler. Ce resserrement prendra sans doute moins la forme de taux plus élevés que celle d’une intervention réduite sur les marchés du crédit. Les 8 000 milliards de dollars d’actifs que les banques centrales ont achetés l’année dernière représentent plus du double du précédent record, établi en 2008, et 40 fois ce qu’elles ont acheté en 201910. Même un retour partiel à la normale pourrait avoir un effet modérateur sur les marchés.

LE MONDE POST-DOLLAR

Avant les États-Unis, seuls cinq pays avaient détenu la devise servant de réserve mondiale depuis le XVème siècle : le Portugal, l’Espagne, les Pays-Bas, la France et la Grande-Bretagne. Ces règnes ont duré 94 ans en moyenne11 ; le dollar américain a aujourd’hui 100 ans. Son âge avancé suffisait à s’interroger sur son avenir lorsque la pandémie a frappé.

Alors que les États-Unis ont engagé des milliards de dollars de nouvelles dépenses pour maintenir l’économie en vie, leur dette envers le reste du monde a atteint 67 % de leur production économique – bien au-delà du seuil de 50 % qui a souvent été le signal d’une crise imminente12. Par le passé, les empires financiers, détenteurs de la devise de réserve tant convoitée, ont souvent vacillé lorsque le reste du monde a perdu confiance dans leur capacité à payer leurs factures.

Jusqu’à présent, les responsables politiques américains considéraient le dollar comme intouchable, faute de rivaux sérieux. La confiance dans l’euro était minée par les doutes sur les divisions au sein du gouvernement multinational de l’Europe. La confiance dans le yuan a été sapée par les interventions d’un État unipartite. La grande surprise de 2020 a été l’émergence d’une cryptomonnaie apatride comme alternative plausible.13

L’investissement le plus rentable de l’année a été le Bitcoin, qui a gagné du terrain à la fois comme réserve de valeur (une alternative digitale à l’or) et comme moyen d’échange (une alternative digitale au dollar) ; et de grandes plateformes de paiement en ligne ont même annoncé qu’elles accepteraient les paiements en Bitcoin. Beaucoup sont encore sceptiques, mais la génération Y a près de dix fois plus de chances de détenir une cryptomonnaie que celle du baby-boom et les jeunes générations choisiront la monnaie de réserve qui défiera le dollar14. Il se pourrait bien qu’elle soit numérique.

UNE RENAISSANCE DES MATIÈRES PREMIÈRES15

Les prix des matières premières n’ont cessé de baisser en termes réels depuis que les marchés ont commencé à les enregistrer dans les années 1850,16 mais cette longue baisse est ponctuée par de forts rebonds longs d’une décennie. Il se peut que nous entamions actuellement un tel rebond.

Comme les dépenses publiques menacent de relancer l’inflation et d’affaiblir le dollar, ces forces pourraient contribuer à relancer les prix des matières premières, après une décennie de baisse. Si l’on remonte au moins jusqu’en 1980, la baisse du dollar a tendance à stimuler les prix des matières premières à l’échelle mondiale, du cuivre au blé17. Et c’est ainsi que lorsque le dollar a commencé à s’affaiblir l’année dernière, les prix des matières premières ont commencé à grimper.

Alors que l’impression de monnaie a fait grimper la valorisation de toutes sortes d’actifs, des actions aux obligations en passant par le Bitcoin, les matières premières font exception. En termes relatifs, elles semblent extrêmement intéressantes et leur part dans la valorisation des marchés boursiers américain et émergents ont atteint des niveaux bas record8. En outre, la faiblesse des prix au cours des années 2010 a entraîné de légères réductions des investissements et de l’offre dans tous les secteurs, des champs pétrolifères aux mines de cuivre. Si l’on associe une offre limitée à une demande croissante dans le cadre d’une reprise postérieure à la pandémie, on obtient la recette d’un rebond des prix des matières premières.

LE RETOUR DES MARCHÉS ÉMERGENTS

Lorsque les prix des matières premières augmentent, les nombreuses économies émergentes, qui dépendent des exportations de matières premières, se portent généralement plutôt bien. C’est la première de nos quatre principales raisons d’espérer un retour des marchés émergents, qui viennent de connaître leur pire décennie en termes de performance depuis le début des années 193018.

La part des exportations et de l’industrie manufacturière dans l’économie mondiale diminue, et les pays émergents ont de plus en plus de mal à suivre l’ancienne voie de la prospérité qui passe par les exportations de produits manufacturés. Cependant, quelques pays continuent d’accroître leur part des exportations mondiales, et notamment le Vietnam et certains de ses voisins d’Asie du Sud-Est, ainsi que la Pologne et certains de ses voisins d’Europe de l’Est19.

Les pays émergents n’ont tendance à prendre des réformes drastiques que lorsqu’ils sont au pied du mur, et peu de crises ont exercé une pression plus forte que la pandémie de Covid-19. Par rapport aux pays développés, ils ne peuvent pas se permettre de prendre autant de mesures de relance pour atténuer les affres du confinement ; et n’ont guère d’autre choix que de se serrer la ceinture afin d’accroître leur productivité et leur croissance à l’avenir, si ce n’est immédiatement. Il en résulte une vague de réformes axées bénéfiques au marché, largement ignorée, de l’Inde à l’Égypte en passant par l’Indonésie, le Brésil et l’Arabie saoudite.

Partout, la pandémie accélère l’adoption de la technologie numérique, mais cette révolution se déroule encore plus rapidement dans les pays émergents que dans les pays développés et donne une impulsion proportionnellement plus importante à la croissance économique20.

Aujourd’hui, les États-Unis représentent 25 % de l’économie mondiale et 56 % de la capitalisation boursière mondiale, tandis que les marchés émergents représentent 36 % du PIB mondial et seulement 12 % de la capitalisation boursière mondiale10. L’écart de valorisation entre les États-Unis et les marchés émergents atteint également des niveaux record8 Et avec les perspectives de croissance des économies émergentes en hausse par rapport aux États-Unis, ces positions instables sont susceptibles de se rééquilibrer.

LA RÉVOLUTION DIGITALE

Comme nous le savons tous désormais, la pandémie oblige les gens à travailler, à jouer, à étudier et à faire leurs achats en ligne, ce qui constitue une énorme aubaine pour le secteur numérique sous toutes ses formes. Mais où cette transformation est-elle le plus susceptible de stimuler les économies et les marchés ?

Ce qui est surprenant, c’est que les pays moins développés sont déjà prématurément bien développés en tant que sociétés de l’Internet, en partie parce que leurs citoyens sont beaucoup moins bien desservis par les lignes fixes ainsi que par les magasins physiques, les banques, les hôpitaux et les écoles. Lorsqu’ils adoptent les services numériques, ils ne laissent rien de côté, que cela rentre dans la sphère familière ou sentimentale. Parmi les 30 économies les plus numérisées du monde (en termes de recettes numériques par rapport au PIB), seize se trouvent sur les marchés émergents, avec en tête la Chine, la Corée du Sud, l’Indonésie et la Colombie20.

Dans ce groupe de 30, les revenus numériques augmentent à peine plus vite que le PIB nominal dans les pays développés, mais beaucoup plus vite sur les marchés émergents20. En moyenne, sur les marchés émergents, les recettes numériques augmentent de 11 % par an, soit 4 points de plus que le PIB nominal20. Bien que les technologies numériques réduisent partout le coût de lancement et d’exploitation des entreprises, ce processus est plus rapide là où l’adoption des services numériques est la plus rapide : les marchés émergents. En contrant le déclin mondial de la productivité, cette impulsion numérique est susceptible de favoriser le retour des marchés émergents.

L’ASCENSION DES CONCURRENTS

Au cours de la dernière décennie, les investisseurs ont été essentiellement attirés par deux pays (les États-Unis et la Chine) et par un seul type d’entreprises (les géants technologiques). Ce phénomène commence déjà à évoluer. La croissance mensuelle du nombre d’utilisateurs actifs des plates-formes géantes de réseaux sociaux les plus connues a ralenti, passant de 40 % ou plus au début de la dernière décennie à moins de 10 %21. Les géants du commerce électronique dans les deux pays ont fait d’énormes progrès ces dernières années, mais la part de marché des concurrents plus petits et plus populaires augmente plus rapidement22. Il est très possible que certains des concurrents finissent par rattraper leur retard.

Les enseignements à tirer du passé sont que les géants de la technologie permettent souvent à leurs successeurs de se développer : IBM a rendu Microsoft possible, et aujourd’hui, de nombreux géants de l’internet sont des plateformes sur lesquelles les startups prospèrent. De l’Asie du Sud à l’Amérique du Sud, les concurrents régionaux se développent dans le domaine du commerce électronique et des réseaux sociaux, réussissant bien mieux que les américains ou les chinois à s’adapter aux préférences locales.

LES NOUVELLES HABITUDES EN MATIÈRE DE MÉDIAS

Ce n’est pas un secret que la pandémie a été bénéfique au divertissement en ligne. Alors que les cinémas ferment leurs portes, le nombre total d’abonnements à deux services de streaming très appréciés est passé de 230 millions à 315 millions en 202023. La grande question est de savoir si cette évolution vers le divertissement en ligne va ralentir ou se poursuivre une fois la pandémie passée.

Le sort des anciennes formes de divertissement à domicile, qui sont tout aussi à l’abri des foules porteuses de virus, constitue déjà une réponse. Toutes choses égales par ailleurs, il n’y a aucune raison pour que les chaînes de télévision traditionnelles ne se soient pas développées elles aussi sous la contrainte.

Au contraire, chez les Américains, le déclin à long terme du nombre de téléspectateurs traditionnels s’est en fait accéléré en 2020, avec une baisse de 16 %24. Et ce déclin aurait été encore plus marqué sans l’augmentation du nombre de téléspectateurs attirés par l’âpre campagne présidentielle de 2020. Toutes les choses ne sont donc pas égales par ailleurs. Le numérique est en train de tuer les formes de divertissement traditionnelles, et ce changement devrait se poursuivre lorsque la pandémie sera passée.

 
 

Considérations sur les risques

 Il ne peut être garanti qu’un portefeuille atteindra son objectif d’investissement. Les portefeuilles sont soumis au risque de marché, c’est-à-dire à la possibilité que la valeur des titres détenus par le portefeuille diminue et que la valeur des actions du portefeuille soit donc inférieure à celle que vous avez payée. Les valeurs boursières peuvent varier quotidiennement en fonction de facteurs économiques ou d'autre nature (par ex. catastrophes naturelles, crises sanitaires, terrorisme, conflits et troubles sociaux) qui ont des répercussions sur les marchés, les pays, les entreprises ou les gouvernements. Il est difficile de prévoir le calendrier, la durée et les éventuels effets négatifs (par ex. liquidité du portefeuille) liés à de tels événements. En conséquence, ce portefeuille expose l’investisseur à des pertes potentielles. Nous attirons votre attention sur le fait que ce portefeuille peut être soumis à des risques supplémentaires. En général, la valeur des titres de capital varie également en fonction des activités spécifiques à une entreprise. Les investissements sur les marchés étrangers s’accompagnent de risques particuliers, notamment les risques de change, politiques, économiques et de marché. Les risques associés aux investissements dans les pays émergents sont plus élevés que ceux associés aux investissements dans les pays développés étrangers. Les actions d’entreprises de petite et moyenne capitalisation présentent des risques particuliers, tels que des lignes produits, des marchés et des ressources financières limités, et une volatilité supérieure à celles des entreprises à grandes capitalisations mieux établies. Les instruments dérivés peuvent être illiquides, augmenter les pertes de façon disproportionnée et avoir un impact négatif important sur la performance du portefeuille. Les titres illiquides peuvent être plus difficiles à vendre et à valoriser que les titres cotés en bourse (risque de liquidité). Les portefeuilles peu diversifiés investissent dans un nombre plus restreint d’émetteurs. De ce fait, toute évolution de la situation financière ou de la valeur de marché d’un émetteur donné est susceptible d’entraîner une volatilité accrue.

 
 

1 MSIM, Bloomberg, Factset, Haver. Données arrêtées à janvier 2021
2 Réserve fédérale américaine, Haver. Données arrêtées à décembre 2020.
3 Nations-Unies au 31 décembre 2018.
4 MSIM, Banque mondiale, Haver Analytics. Prévision du FMI.
5 MSIM, Haver. Données à fin novembre 2020.
6 NDR à fin octobre 2020 ; Citi, BCE, Federal Home Loan Mortgage Corporation à fin septembre 2020.
7 Applied Global Macro Research au 1er octobre 2020.
8 MSIM, Bloomberg, Factset, Haver. Données au 31 décembre 2020.
9 BIS, WFE FMI, McKinsey.
10 MSIM, Bloomberg, Factset, Haver. Données à fin décembre 2020.
11 EconomicReason.com, JP Morgan, HKMA, Erste Group.
12 Fonds Monétaire International (FMI) - “External Liabilities and Crises”. Données relevées aux États-Unis à la fin du T2 2020.
13 La crypto-monnaie (notamment Bitcoin) fonctionne comme un moyen d’échange financier de pair à pair, de stockage de la valeur décentralisé et qui est utilisé comme de l’argent. Elle n’est soutenue par aucun gouvernement. Les gouvernements fédéraux, d’État ou étrangers peuvent restreindre l’utilisation et l’échange de crypto-monnaies. La crypto-monnaie peut connaître une volatilité très élevée. Les stratégies des Marchés Émergents Mondiaux n’investissent pas dans la crypto-monnaie.
14 Forbes, July 2020.
15 Les marchés des matières premières peuvent fluctuer considérablement en fonction d’une variété de facteurs incontrôlables tels que l’inflation, les conditions météorologiques, les troubles politiques, les actes de terrorisme, les nouvelles technologies et même les rumeurs. Les investisseurs en matières premières devraient être en mesure de supporter une perte totale de leur investissement. Les stratégies Marchés Émergents Mondiaux n’investissent pas directement dans les produits de base.
16 MSIM, Bloomberg, Factset, Global Insight. Données au 31 décembre 2020. L’indice comprend tous les métaux industriels, les produits agricoles industriels non alimentaires et les denrées alimentaires.
17 CRB Commodity Index, MSIM, Bloomberg, Factset, Haver. As of December 31, 2020.
18 MSIM, Bloomberg, Factset, Haver. Données au 31 décembre 2019.
19 Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement. À fin 2019.
20 MSIM, IMF, Statista. Données à fin novembre 2020.
21 Données internes aux entreprises
22 The Economist, Reuters, au 31 décembre 2020.
23 Bloomberg, à la fin du T3 2020.
24 UBS, Nielsen NNTV à fin novembre 2020.

 


 

 

 
ruchir.sharma
Head of Emerging Markets and Chief Global Strategist
Global Emerging Markets Team
 
 
 
Perspectives de marché 2021 en 60 secondes: Ruchir Sharma - Emerging Markets Equity Team
Insight thumbnail video icon
 
Ruchir Sharma, stratégiste mondial en chef et responsable des marchés émergents, dévoile les dix grandes tendances qui marqueront l’année 2021.
 
 
 
 

DÉFINITIONS

Le produit intérieur brut (PIB) est la valeur monétaire de tous les produits finis et services produits à l’intérieur des frontières d’un pays au cours d’une période donnée. Il comprend l'ensemble de la consommation privée et publique, les dépenses publiques, les investissements et les exportations nettes.

INFORMATIONS IMPORTANTES : Les opinions et les points de vue exprimés sont ceux de l’auteur à la date de publication : ils peuvent être modifiés à tout instant au gré de l’évolution des conditions de marché ou de la conjoncture économique et ne pas se concrétiser. En outre, les opinions ne seront pas mises à jour ou corrigées dans le but de refléter les informations publiées a posteriori, des situations existantes ou des changements se produisant après la date de publication. Les opinions exprimées ne reflètent pas celles de tous les gérants de portefeuille de Morgan Stanley Investment Management (MSIM) ou celles de la société dans son ensemble. Elles peuvent ne pas être prises en compte dans toutes les stratégies et les produits proposés par la société.

Les prévisions et/ou estimations fournies dans le présent document sont susceptibles de changer et pourraient ne pas se matérialiser. Les informations concernant les rendements attendus et les perspectives de marché sont basées sur la recherche, l’analyse et les opinions des auteurs. Ces conclusions sont de nature spéculative, peuvent ne pas se concrétiser et ne visent pas à prédire le rendement futur d’un produit de MSIM en particulier.

Certaines informations fournies dans le présent document sont fondées sur des données obtenues de sources tierces jugées fiables. Nous n'avons cependant pas vérifié ces informations et ne fournissons aucune garantie quant à leur exactitude ni à leur exhaustivité. Cette information constitue une communication générale, qui n'est pas impartiale et a été préparée uniquement à des fins d'information et d'éducation et ne constitue pas une offre ni une recommandation d'achat ni de vente d'un titre en particulier ni d'adoption d'une stratégie de placement particulière. Les informations contenues dans le présent document ne s’appuient pas sur la situation d’un client en particulier. Elles ne constituent pas un conseil d’investissement et ne doivent pas être interprétées comme constituant un conseil en matière fiscale, comptable, juridique ou réglementaire. Avant de prendre une décision d’investissement, les investisseurs doivent solliciter l’avis d’un conseiller juridique et financier indépendant, y compris s’agissant des conséquences fiscales.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Cette communication n’est pas un produit du département de recherche de Morgan Stanley et ne doit pas être considérée comme une recommandation de recherche. Les informations contenues dans le présent document n’ont pas été préparées conformément aux exigences légales visant à promouvoir l’indépendance de la recherche en investissement et ne font l’objet d’aucune interdiction de négociation avant leur diffusion.

Il n’y a aucune garantie qu’une stratégie d’investissement fonctionnera dans toutes les conditions du marché et il incombe à chaque investisseur d’évaluer sa capacité à investir à long terme, surtout pendant les périodes de détérioration du marché. Avant de réaliser un investissement, les investisseurs sont invités à lire attentivement le document d'offre relatif à la stratégie ou au produit. Les divers supports d’investissement présentent des différences importantes dans la mise en œuvre de la stratégie.

DISTRIBUTION : Le présent document s’adresse et ne doit être distribué exclusivement qu'aux personnes résidant dans des pays ou territoires où une telle distribution ou mise à disposition n’est pas contraire aux lois et réglementations locales en vigueur.

Irlande : MSIM Fund Management (Ireland) Limited. Siège social : The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson's Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. Enregistrée en Irlande en tant que société privée à responsabilité limitée par actions, sous le numéro 616661. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque Centrale d'Irlande. Royaume-Uni : Morgan Stanley Investment Management Limited est agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Enregistrée en Angleterre. Numéro d’enregistrement : 1981121. Siège social : 25 Cabot Square, Canary Wharf, London E14 4QA, autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Dubaï : Morgan Stanley Investment Management Limited (Bureau de représentation, Unit Precinct 3-7 th Floor-Unit 701 and 702, Level 7, Gate Precinct Building 3, Dubai International Financial Centre, Dubaï, 506501, Émirats arabes unis. Téléphone : +97 (0)14 709 7158). Allemagne : MSIM Fund Management (Ireland) Limited Niederlassung Deutschland, Grosse Gallusstrasse 18, 60312 Francfort, Allemagne (Catégorie : Branch Office (FDI) selon § 53b KWG). Italie : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, succursale de Milan (Sede Secondaria di Milano) est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited, une société enregistrée en Irlande, réglementée par la Banque Centrale d'Irlande et dont le siège social est situé à The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited succursale de Milan (Sede Secondaria di Milano) dont le siège est situé à Palazzo Serbelloni Corso Venezia, 16 20121 Milano, Italie, est enregistrée en Italie avec le numéro d’entreprise et le numéro de TVA 11488280964. Pays-Bas : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, Tour Rembrandt, 11e étage Amstelplein 1 1096HA, Pays-Bas. Téléphone : 31 2-0462-1300. Morgan Stanley Investment Management est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque Centrale d'Irlande. France : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, succursale de Paris est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited, une société enregistrée en Irlande, réglementée par la Banque Centrale d'Irlande et dont le siège social est situé à The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited succursale de Paris dont le siège est situé au 61 rue de Monceau 75008 Paris, France, est enregistrée en France avec le numéro d’entreprise 890 071 863 RCS. Suisse : Morgan Stanley & Co. International plc, Londres, succursale de Zurich Autorisée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (« FINMA »). Enregistrée au registre du commerce de Zurich sous le numéro CHE-115.415.770. Siège social : Beethovenstrasse 33, 8002 Zurich, Suisse, Téléphone : +41 (0) 44 588 1000. Fax : +41(0) 44 588 1074.

INFORMATIONS IMPORTANTES

EMOA : Cette communication promotionnelle est publiée par MSIM Fund Management (Ireland) Limited. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque Centrale d'Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est une société privée à responsabilité limitée par actions immatriculée en Irlande sous le numéro 616661 et dont le siège social est situé à l’adresse The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson's Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande.

États-Unis : Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas convenir à tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à la Stratégie comprennent un certain nombre de titres et ne reproduisent pas nécessairement la performance d’un indice. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, les risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. Un niveau d’investissement minimum est requis. Vous trouverez des informations importantes sur le gestionnaire financier dans la partie 2 du formulaire ADV.

Veuillez examiner attentivement les objectifs de placement, les risques, les frais et les dépenses des fonds avant d'investir. Les prospectus contiennent cette information ainsi que d’autres renseignements sur les fonds. Pour obtenir un prospectus, téléchargez-le sur le site morganstanley.com/im ou appelez le 1-800-548-7786. Veuillez lire attentivement le prospectus avant d’investir.

Morgan Stanley Distribution, Inc. est le distributeur des fonds Morgan Stanley.

NON ASSURÉ PAR LE FDIC | ABSENCE DE GARANTIE BANCAIRE | POSSIBLE PERTE DE VALEUR | NON ASSURÉ PAR DES AGENCES GOUVERNEMENTALES FÉDÉRALES | NE CONSTITUE PAS UN DÉPÔT

Hong Kong : Le présent document est publié par Morgan Stanley Asia Limited aux fins d’utilisation à Hong Kong et ne peut être diffusé qu’auprès d’« investisseurs professionnels » au sens du Securities and Futures Ordinance (décret sur les valeurs mobilières et les contrats à terme) de Hong Kong (Cap 571). Le contenu du présent document n’a été révisé ni approuvé par aucune autorité de réglementation, y compris la Securities and Futures Commission de Hong Kong. En conséquence, à moins que la loi en vigueur ne prévoie des exceptions, ce document ne devra pas être publié, diffusé, distribué ni adressé aux particuliers résidant à Hong Kong, ni mis à leur disposition. Singapour : L’objet de ce document ne saurait être considéré comme une offre de souscription ou d’achat, directe ou indirecte, présentée au public ou à des membres du public de Singapour autres que (i) des investisseurs institutionnels selon la définition de l’article 304 de la Securities and Futures Act (SFA), chapitre 289, (ii) des « personnes concernées » (ce qui inclut les investisseurs accrédités) au sens de l’article 305 de la SFA, la distribution du présent document étant conforme aux conditions énoncées à l’article 305 de la SFA ou (iii) les personnes concernées par toute autre disposition applicable de la SFA, et conformément aux conditions de celle-ci. En particulier, pour les fonds d’investissement qui ne sont pas autorisés ou reconnus par le MAS, les parts de ces fonds ne peuvent pas être offertes au public de détail ; tout document écrit délivré à des personnes dans le cadre d’une offre n’est pas un prospectus au sens de la SFA et, par conséquent, la responsabilité légale de la SFA en ce qui concerne le contenu des prospectus ne s’applique pas, et les investisseurs doivent examiner attentivement s’il leur est bien adapté. Cette publication n’a pas été vérifiée par l’Autorité monétaire de Singapour. Australie : La présente publication est diffusée en Australie par Morgan Stanley Investment Management (Australia) Pty Limited ACN : 122040037, licence AFS No 314182, qui accepte la responsabilité de son contenu. La présente publication, ainsi que l’accès à celle-ci, est réservée aux « clients wholesale » selon l’acception de ce terme dans la loi sur les sociétés en vigueur en Australie.

Japon : Pour les investisseurs professionnels, ce document est distribué à titre informatif seulement. Pour ceux qui ne sont pas des investisseurs professionnels, ce document est fourni par Morgan Stanley Investment Management (Japan) Co., Ltd. (« MSIMJ ») dans le cadre de conventions de gestion de placements discrétionnaires (« IMA ») et de conventions de conseils en placement (« AAI »). Il ne s'agit pas d'une recommandation ni d'une sollicitation de transactions ou offre d'instruments financiers particuliers. En vertu d'une convention IMA, en ce qui concerne la gestion des actifs d'un client, le client prescrit à l'avance les politiques de gestion de base et charge MSIMJ de prendre toutes les décisions d'investissement en fonction de l'analyse de la valeur des titres et MSIMJ accepte cette mission. Le client doit déléguer à MSIMJ les pouvoirs nécessaires à l'investissement. MSIMJ exerce les pouvoirs délégués en fonction des décisions d'investissement de MSIMJ, et le client s'interdit d'émettre des instructions individuelles. Tous les profits et pertes d'investissement reviennent aux clients ; le principal n'est pas garanti. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, la nature des risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. À titre de commission de conseils en investissement pour une gestion conseillée (IAA) ou une discrétionnaire (AMIIMA), le montant des biens assujettis au contrat multiplié par un certain taux (la limite supérieure est de 2,20% par année (taxes comprises)) sera engagé proportionnellement à la durée du contrat. Pour certaines stratégies, des honoraires conditionnels peuvent être compris en plus des frais mentionnés ci-dessus. Des frais indirects peuvent également être supportés, tels que des commissions de courtage pour des titres émis par des personnes morales Étant donné que ces frais et dépenses sont différents selon le contrat et d'autres facteurs, MSIMJ ne peut pas préciser les taux, les limites supérieures, etc. à l'avance. Tous les clients doivent lire attentivement les documents fournis avant la conclusion et l'exécution d'un contrat. Ce document est diffusé au Japon par MSIMJ, enregistrée sous le n° 410 (Directeur du Bureau des Finances Locales de Kanto (Entreprises d’Instruments Financiers)), membres : la Japan Securities Dealers Association, l’Investment Trusts Association, Japon, la Japan Investment Advisers Association et la Type II Financial Instruments Firms Association.

INFORMATION IMPORTANTE

EMOA : Cette communication promotionnelle a été publiée par Morgan Stanley Investment Management Limited (« MSIM »). Agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Enregistrée en Angleterre sous le n° 1981121. Siège social : 25 Cabot Square, Canary Wharf, London E14 4QA.

Tout indice mentionné dans le présent document est la propriété intellectuelle du fournisseur concerné (y compris les marques déposées). Les produits basés sur des indices ne sont pas recommandés, avalisés, vendus ou promus par le fournisseur concerné, qui se dégage de toute responsabilité à leur égard.

Les graphiques et diagrammes fournis dans le présent document le sont uniquement à titre d’illustration.

Les informations contenues dans cette communication ne constituent pas une recommandation de recherche ou une « recherche d’investissement » et sont classées comme « communication marketing » conformément à la réglementation européenne ou suisse applicable. Cela signifie que ce matériel marketing a) n’a pas été préparé conformément aux exigences légales visant à promouvoir l’indépendance de la recherche en investissement et b) ne fait l’objet d’aucune interdiction de négociation avant sa diffusion.

MSIM n’a pas autorisé les intermédiaires financiers à utiliser ni à distribuer le présent document, à moins que cette utilisation et cette distribution ne soient effectuées conformément à la législation et à la réglementation en vigueur. De plus, les intermédiaires financiers sont tenus de s’assurer que les informations contenues dans ce document soient adaptées aux personnes à qui ils le fournissent en termes de leur situation et de leurs objectifs. MSIM ne peut être tenu responsable et rejette toute responsabilité en cas d’utilisation abusive de ce document par tout intermédiaire financier.

Il est interdit de reproduire, copier, modifier, utiliser pour créer un travail dérivé, exécuter, afficher, publier, poster, mettre sous licence, intégrer, distribuer ou transmettre tout ou une partie de ce document, directement ou indirectement, ou de divulguer son contenu à des tiers sans le consentement écrit explicite de MSIM. Il est interdit d’établir un hyperlien vers ce document, à moins que cet hyperlien ne soit destiné à un usage personnel et non commercial. Toutes les informations contenues dans le présent document sont la propriété des auteurs et sont protégées par la loi sur les droits d’auteur et par toute autre loi applicable.

Morgan Stanley Investment Management est la division de gestion d’actifs de Morgan Stanley.

 

Les utilisateurs sont invités à prendre connaissance des Conditions d’utilisation avant d’engager toute procédure, car celles-ci mentionnent des restrictions légales et réglementaires applicables à la diffusion des informations relatives aux produits d’investissement de Morgan Stanley Investment Management.

Les services décrits sur ce site Web peuvent ne pas être disponibles dans certaines juridictions ou pour certaines personnes. Merci de consulter nos Conditions d’utilisation pour de plus amples informations.


Confidentialité    •    Conditions d'utilisation

©  Morgan Stanley. Tous droits réservés.