Insight Article Desktop Banner
 
 
2022 Outlook
  •  
janvier 17, 2022

Saisir les opportunités sur des marchés émergents en pleine mutation

Insight Video Mobile Banner
 
janvier 17, 2022

Saisir les opportunités sur des marchés émergents en pleine mutation


2022 Outlook

Saisir les opportunités sur des marchés émergents en pleine mutation

Share Icon

janvier 17, 2022

 
 

Les actions émergentes sont boudées par les investisseurs après avoir connu leur pire décennie depuis les années 1930 et, pour ne rien arranger, elles ont enregistré une nouvelle performance décevante en 2021. L'indice MSCI Emerging Markets a cédé 2,5 %1 tandis que l'indice MSCI World a fait un bond de 24 %1. Cette sous-performance s’explique par un certain nombre de facteurs : un ralentissement économique induit par un resserrement monétaire, le tour de vis réglementaire en Chine, le spectre de l’inflation, l’appréciation du dollar face aux devises émergentes et les chocs liés à la Covid-19. Toutefois, plusieurs facteurs déterminants devraient favoriser unE conjoncture macroéconomique favorable aux actifs émergents en 2022 et au-delà, ce qui laisse entrevoir de meilleurs résultats que ces 10 dernières années.

 
 

Pendant une bonne partie de la dernière décennie, les investisseurs n’avaient d’yeux que pour deux pays (les États-Unis et la Chine) et un seul secteur (les valeurs technologiques). Néanmoins, l'histoire montre que les thèmes d'investissement phares d'une décennie restent rarement ceux de la décennie suivante, c'est pourquoi nous prévoyons un retour en force du reste, à savoir de plusieurs pays en dehors des deux superpuissances, et de nombreuses entreprises en dehors des géants technologiques. Après une décennie aussi médiocre pour la performance des marchés émergents (illustration 1), l'écart de valorisation entre les actions émergentes et les actions américaines n'a jamais été aussi important, comme le montre l'illustration 2. Et comme les perspectives de croissance des économies émergentes, abstraction faite de la Chine notamment, s'améliorent par rapport aux États-Unis, nous pensons que c'est le moment d'investir dans certains pans du monde émergent. Il est probable qu'une normalisation intervienne, comblant ainsi l'écart de valorisation et de performance par rapport aux États-Unis.

 
 
 
ILLUSTRATION 1: Années 2010 : la pire décennie pour les actions émergentes depuis les années 1930
 

La performance de l’indice est fournie à titre indicatif seulement et n’est pas destinée à illustrer la performance d’un investissement spécifique. La performance passée n’est pas un indicateur fiable des performances futures. Voir la section « Informations importantes » pour les définitions d’indices.

Source : MSIM, Bloomberg. FactSet, Haver. Performance totale des actions en USD. Sur la base de la performance de l’indice MSCI Emerging Markets. Au 31 décembre 2021.

 
 
 
ILLUSTRATION 2: Une valorisation relative au plus bas depuis des années
 

La performance des actions émergentes correspond à celle de l'indice MSCI Emerging Markets. La performance des États-Unis correspond à celle de l'indice MSCI U.S.

La performance de l’indice est fournie à titre indicatif seulement et n’est pas destinée à illustrer la performance d’un investissement spécifique. La performance passée n’est pas un indicateur fiable des performances futures. Voir la section « Informations importantes » pour les définitions d’indices.

Source : MSIM, Bloomberg, FactSet, Haver. Au 31 décembre 2021.

 
 

Nous tablons sur un retour en force des actions émergentes dans les cinq à dix prochaines années pour les raisons évoquées brièvement ci-dessous.

Reprise post-pandémie

Les marchés émergents n'avaient pas suffisamment de ressources pour relancer leur économie mise à mal par la pandémie. Ils ont donc enregistré une reprise économique plus modeste que celle observée aux États-Unis. Même s'il est impossible de prévoir la trajectoire du coronavirus et ses incessantes mutations, nous avons observé que les effets de la pandémie sur les pays émergents sont de moins en moins prononcés à chaque vague. Cela s'explique en partie par les campagnes de vaccination et une meilleure immunité de groupe. Dans ces conditions, on peut s'attendre à ce que les pays émergents apprennent à vivre avec le virus et que l'activité économique reparte.

De plus, les pays émergents sont en meilleure posture aujourd'hui s'agissant de leur balance des paiements et, à l'exception de la Chine, ils se sont désendettés ces dernières années. Les valeurs financières sont un bon moyen de parier sur la reprise économique dans le monde émergent car elles peuvent profiter de l'amélioration des cycles du crédit, de la hausse des taux d'intérêt et du redressement des courbes des taux. En outre, les banques qui se sont

Réformes inspirées par la pandémie

L'histoire montre que les pays en développement se réforment lorsqu’ils sont dos au mur. À la différence des États-Unis, les pays émergents n'avaient pas une grande marge de manœuvre monétaire et budgétaire pour stimuler leur économie pendant la pandémie, ce qui a obligé un bon nombre d’entre eux à réaliser des réformes économiques douloureuses destinées à améliorer la productivité qui devraient, in fine, stimuler la croissance dans les années à venir.

Par exemple, en Inde, le processus de privatisation de la compagnie aérienne nationale et la création d’une « bad bank » (structure de défaisance) pour résoudre le problème des prêts improductifs sont des signes encourageants. L’Indonésie a adopté un projet de loi omnibus visant à réformer le droit du travail et à attirer les investissements étrangers. Enfin, la Russie continue de faire preuve d’orthodoxie budgétaire et monétaire, ce qui a considérablement réduit la vulnérabilité de son économie à la volatilité des cours du pétrole et autres chocs externes.

De belles réussites dans le secteur manufacturier

Par le passé, de nombreux pays émergents sont parvenus à la prospérité grâce aux exportations. Les économies manufacturières tournées vers l’export figuraient alors parmi les plus dynamiques. À l’ère de la démondialisation, cette voie se rétrécit alors que les obstacles au commerce international se multiplient et que davantage d’économies – et d’entreprises – se replient sur elles-mêmes. Certains pays d’Asie du Sud-Est (comme le Vietnam) et d’Europe de l’Est (comme la Pologne) s’affirment comme les grands gagnants de la délocalisation des activités manufacturières en dehors de la Chine. Le Mexique et l’Inde sont également en train d’accroître sensiblement leur part de marché à l’export au niveau mondial.

Rebond des cours des matières premières

Nous tablons sur un rebond durable des cours des matières premières au niveau mondial. D'une part, la transition vers une économie plus propre et la neutralité carbone stimule la demande de cuivre, d’aluminium, de platine, de lithium et d’autres matières premières « vertes ». D'autre part, les matières premières ont déjà connu une décennie de discipline des producteurs après le boom des années 2000 et, dans le même temps, les enjeux environnementaux et sociaux se traduisent par un durcissement de la réglementation et des contraintes qui pèsent sur l’extraction de minéraux à forte intensité carbone. Il en résulte une « greenflation » (inflation verte), autrement dit une hausse prévisible des prix des matières premières utilisées dans les centrales d’énergie renouvelable, les véhicules électriques et autres technologies propres. La hausse des prix des matières premières profitera aux pays et aux entreprises qui en produisent beaucoup.

La révolution numérique

Pendant de nombreuses décennies, les industries manufacturières ont été le moteur de la croissance des pays émergents et de la convergence de ces derniers avec le monde développé. Aujourd’hui, c’est la révolution numérique qui s’affirme comme un puissant relais de croissance et de productivité. Mais surtout, cette révolution numérique se propage beaucoup plus vite dans les pays émergents que dans le monde développé en l’absence d’infrastructure historique. L'adoption des smartphones et l’essor de l’internet haut débit facilite le commerce et les services bancaires en ligne, ainsi que le lancement de nouveaux services aux entreprises, autant d’éléments qui contribuent à une transformation spectaculaire des économies intérieures.

À l’instar des entreprises de l’internet aux États-Unis et en Chine, les entreprises numériques locales fournissent des services en ligne partout, depuis l’Asie jusqu’à l’Amérique du Sud en passant par l’Afrique, et se développent précisément au moment où les industries manufacturières perdent de leur importance en tant que moteur de la croissance dans de nombreux pays émergents. Ces entreprises qui s’adaptent aux goûts des consommateurs locaux et s’adressent à ces derniers dans leur langue ont comme avantage de créer un large éventail de nouveaux services (recherche en ligne, e-commerce, tourisme, divertissement, financement de la consommation) tout en stimulant la productivité.

Conséquences en matière d’investissement

Dans nos stratégies axées sur les pays émergents, nous sommes activement investis dans les marchés, les thèmes et les entreprises qui, selon nous, sont les mieux placées pour prospérer en surfant sur une ou plusieurs des cinq tendances décrites ci-dessus, et ce au moyen de portefeuilles concentrés de valeurs de croissance de qualité. Nous pensons que ces facteurs favoriseront une convergence de la croissance du PIB et des performances boursières entre le monde développé et le monde émergent et que les actions émergentes auront le vent en poupe après plus d'une décennie de sous-performance par rapport aux actions américaines.

Voici quelques-unes des opportunités sur lesquelles nous cherchons à capitaliser en particulier :

1. Les signes de reprise économique dans certains marchés où nous prévoyons une demande de crédit plus importante, notamment dans les pays qui ont échappé à une crise de la dette par le passé ou qui l'ont surmontée, comme ceux d’Europe centrale, ceux d’Asie du Sud-Est ou l’Inde.

2. De nombreux pays ont entrepris des réformes inspirées par la pandémie mais les exemples les plus frappants sont peut-être l’Indonésie et l’Inde. Les perspectives de réforme des politiques publiques s’améliorent dans des pays tels que l’Afrique du Sud.

3. Les pays émergents qui s’affirment comme des puissances manufacturières exportatrices sont concentrés en Asie du Sud-Est (Vietnam) et Europe de l’Est (Pologne).

4. L’engouement pour les technologies vertes soutient certains titres du secteur des minéraux qui font partie de la solution pour réduire les émissions de CO2 et nous gardons un œil sur des pays qui devraient profiter de la hausse des cours des matières premières. Par exemple, l’essor de la filière de l’hydrogène devrait donner un coup de pouce aux pays exportateurs de platine, notamment l’Afrique du Sud et la Russie.

5. Curieusement, la révolution numérique se traduit par l’apparition de déclinaisons locales des géants technologiques chinois et américains dans les différentes régions du monde émergent, depuis l’Amérique du Sud jusqu’à l’Asie orientale en passant par l’Afrique. Le passage au numérique crée des opportunités dans tous les secteurs d’activité, avec l’émergence de champions locaux et régionaux dans des domaines tels que l’e-commerce, les paiements numériques et le divertissement.

 
 

5 grands arguments en faveur d'un retour en grâce des actions émergentes

1.  REPRISE POST-PANDÉMIE : Après avoir pris du retard par rapport aux pays développés, les pays émergents apprennent à vivre avec le coronavirus et sont en meilleure posture pour la reprise économique.

2.  RÉFORMES INSPIRÉES PAR LA PANDÉMIE : Ne disposant pas de suffisamment de ressources pour relancer leur économie mise à mal par la pandémie, de nombreux gouvernements de pays émergents ont été obligés de mener à bien des réformes économiques douloureuses mais nécessaires, qui devraient donner un coup de fouet à la croissance dans les années à venir.

3.  DE BELLES RÉUSSITES DANS LE SECTEUR MANUFACTURIER : Certains pays émergents sont encore en mesure de gagner des parts de marché à l’export, un relais de croissance traditionnel pour les économies en développement.

4.  REBOND DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES : Le rebond des cours des matières premières qui est à l'œuvre, en partie imputable à l'«inflation verte» » (la hausse des prix des matières premières nécessaires aux investissements verts), est un signe encourageant pour de nombreux pays émergents qui dépendent des exportations de matières premières.

5.  RÉVOLUTION NUMÉRIQUE : La pandémie est en train d’accélérer la révolution numérique et l'un des aspects les moins bien appréhendés est que cette révolution est encore plus rapide dans les pays émergents que dans les pays développés.

 
 

Considérations liées aux risques

Il ne peut être garanti qu’un portefeuille atteindra son objectif d’investissement. Les portefeuilles sont sujets au risque de marché, c’est-à-dire à la possibilité que la valeur de marché des titres en portefeuille baisse. Les valeurs boursières peuvent varier quotidiennement en fonction de facteurs économiques ou d'autre nature (par ex. catastrophes naturelles, crises sanitaires, terrorisme, conflits et troubles sociaux) qui ont des répercussions sur les marchés, les pays, les entreprises ou les gouvernements. Il est difficile de prévoir le calendrier, la durée et les éventuels effets négatifs (par ex. liquidité du portefeuille) liés à de tels événements. En conséquence, cette stratégie expose l’investisseur à des pertes potentielles. Nous attirons votre attention sur le fait que cette stratégie peut comporter d’autres types de risques. En général, la valeur des titres de capital varie également en fonction des activités spécifiques à une entreprise. Les investissements sur les marchés étrangers s’accompagnent de risques particuliers, notamment des risques de change, politiques, économiques, de marché et de liquidité. Les risques associés aux investissements dans les pays émergents sont plus élevés que ceux associés aux investissements dans les pays développés étrangers. Les instruments dérivés peuvent être illiquides, augmenter les pertes de façon disproportionnée et avoir un impact négatif important sur la performance du portefeuille. Les titres illiquides peuvent être plus difficiles à vendre et à valoriser que les titres cotés en bourse (risque de liquidité). Les titres achetés lors de placements privés et soumis à restrictions peuvent faire l’objet de conditions de revente et présenter un manque d’informations accessibles au public, ce qui augmentera leur illiquidité et pourrait nuire à la capacité de les évaluer et de les vendre (risque de liquidité). Risque lié à un investissement en Chine. Les investissements en Chine sont exposés au risque d’une perte totale due à l’action ou à l’inaction du gouvernement. Par ailleurs, l’économie chinoise est axée sur les exportations et dépend fortement de ses échanges commerciaux. Une évolution défavorable des conditions économiques de ses principaux partenaires commerciaux, tels que les États-Unis, le Japon et la Corée du Sud, aurait un impact négatif sur l’économie chinoise et les investissements du Fonds. Qui plus est, un ralentissement d’autres économies mondialement importantes, telles que les États-Unis, l’Union européenne et certains pays asiatiques, pourrait avoir un effet négatif sur la croissance économique chinoise. Un ralentissement économique en Chine aurait un impact négatif sur les investissements du Portefeuille. Risques liés à l’investissement par le biais du programme Stock Connect. Tout investissement dans des actions A cotées et négociées grâce au programme Stock Connect, ou sur d’autres bourses de valeurs en Chine qui participent au programme Stock Connect, est soumis à un certain nombre de restrictions qui peuvent affecter les investissements et les performances du Portefeuille. De plus, les actions A du programme Stock Connect ne peuvent généralement pas être vendues, achetées ou transférées d’une quelconque autre manière que par le biais de Stock Connect conformément aux règles en vigueur. Le programme Stock Connect peut faire l’objet d’une nouvelle interprétation ou être soumis à de nouvelles directives. Rien ne permet de garantir la pérennité du programme ou que les évolutions futures relatives à celui-ci ne puissent restreindre ou affecter de manière négative les investissements ou les performances du Portefeuille.

 

 
jitania.kandhari_1
Deputy CIO of the Solutions and Multi-Asset Group, Portfolio Manager for Active International Allocation, Head of Macro and Thematic Research for the Emerging Markets Equity team
 
 
Featured Video
 
Saisir les opportunités sur des marchés émergents en pleine mutation - Vídeo
Insight thumbnail video icon
 
Les actions des marchés émergents sont sur le point de faire leur retour en 2022 et au-delà. Jitania Kandhari, directrice adjointe du système Solutions and Multi-Asset Group, gestionnaire de portefeuille pour l’allocation internationale active, responsable de la recherche macroéconomique et thématique pour l’équipe actions des marchés émergents, partage cinq raisons.
 
 
 
 

DÉFINITIONS

Le produit intérieur brut (PIB) est la valeur monétaire de tous les produits finis et services produits à l’intérieur des frontières d’un pays au cours d’une période donnée. Il comprend l’ensemble de la consommation privée et publique, les dépenses publiques, les investissements et les exportations nettes. Le ratio cours/bénéfice (P/E ou C/B) est le cours d’une action divisé par son bénéfice par action au cours des 12 derniers mois. Parfois appelé le multiple, le P/E donne aux investisseurs une idée du montant qu’ils paient pour la capacité bénéficiaire d’une entreprise. Plus le P/E est élevé, plus les investisseurs paient cher, et donc plus ils s’attendent à une croissance des bénéfices.

DÉFINITIONS DES INDICES

L’indice MSCI Emerging Markets (MSCI EM) est un indice pondéré par les capitalisations de marché ajustées du flottant, conçu pour mesurer la performance des marchés émergents. L’indice MSCI Developed Markets (MSCI DM) est un indice pondéré par les capitalisations de marché ajustées du flottant, conçu pour mesurer la performance des marchés développés. L’indice MSCI World est un indice pondéré par la capitalisation boursière, conçu pour mesurer la performance des marchés boursiers mondiaux. Le terme « flottant » représente la part des actions en circulation qui sont considérées comme disponibles à l'achat sur les marchés d'actions publics par les investisseurs. La performance de l'indice est cotée en dollars américains et sous-entend le réinvestissement des dividendes nets. L’indice MSCI U.S. est conçu pour mesurer la performance des segments des grandes et moyennes capitalisations du marché américain.

Les indices présentés dans ce rapport ne sont pas destinés à décrire la performance d’un investissement spécifique, et les indices présentés n’incluent pas les dépenses, frais ou coût d’acquisition, ce qui diminuerait la performance. Les indices indiqués ne sont pas gérés et ne doivent pas être considérés comme un investissement. Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice.

INFORMATIONS IMPORTANTES

Il n’y a aucune garantie qu’une stratégie d’investissement fonctionnera dans toutes les conditions du marché et il revient à chaque investisseur d’évaluer sa capacité à investir à long terme, surtout pendant les périodes de détérioration du marché.

Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas être adaptés pour tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à cette Stratégie peuvent détenir des titres qui ne suivent pas nécessairement la performance d’un indice particulier. Un niveau d’investissement minimum est requis.

Vous trouverez des informations importantes sur les gestionnaires financiers dans la partie 2 du formulaire ADV.

Les opinions et les points de vue et/ou les analyses exprimés sont ceux de l’auteur ou de l’équipe de gestion à la date de publication : ils peuvent être modifiés à tout instant au gré de l’évolution des conditions de marché ou de la conjoncture économique et ne pas se concrétiser. En outre, les opinions ne seront pas mises à jour ou corrigées dans le but de refléter les informations publiées a posteriori, des situations existantes ou des changements se produisant après la date de publication. Les opinions exprimées ne reflètent pas les opinions de tous les gérants de portefeuille de Morgan Stanley Investment Management (MSIM) et ses filiales et sociétés affiliées (collectivement désignées par « la Société »). Elles peuvent ne pas être prises en compte dans toutes les stratégies et les produits proposés par la société.

Les prévisions et/ou estimations fournies dans le présent document sont susceptibles de changer et pourraient ne pas se matérialiser. Les informations concernant les performances attendues et les perspectives de marché sont basées sur la recherche, l’analyse et les opinions des auteurs ou de l’équipe de gestion. Ces conclusions sont de nature spéculative, peuvent ne pas se concrétiser et ne visent pas à prédire le rendement futur d’une stratégie ou d’un produit proposé par la Société. Les résultats futurs peuvent considérablement varier en fonction de facteurs tels que l’évolution des marchés des valeurs mobilières, des marchés financiers ou des conditions économiques générales.

Ce document a été préparé sur la base d’informations publiques, de données élaborées en interne et d’autres sources externes jugées fiables. Toutefois, aucune garantie n’est donnée quant à la fiabilité de ces informations et la Société n’a pas cherché à vérifier en toute indépendance les informations provenant de sources publiques et externes.

Ce document constitue une communication générale, qui n’est pas impartiale et toute l’information qu’il contient a été préparée uniquement à des fins d’information et de formation et ne constitue pas une offre ni une recommandation d’achat ni de vente d’un titre en particulier ni d’adoption d’une stratégie d’investissement particulière. Les informations contenues dans le présent document ne s'appuient pas sur la situation d’un client en particulier. Elles ne constituent pas un conseil d’investissement et ne doivent pas être interprétées comme constituant un conseil en matière fiscale, comptable, juridique ni réglementaire. Avant de prendre une décision d’investissement, les investisseurs doivent solliciter l’avis d’un conseiller juridique et financier indépendant, y compris s’agissant des conséquences fiscales.

Les graphiques et diagrammes fournis dans le présent document le sont uniquement à titre d’illustration. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Ce document n’est pas un produit du département de recherche de Morgan Stanley et ne doit pas être considéré comme un document ou une recommandation de recherche.

La Société n’a pas autorisé les intermédiaires financiers à utiliser ni à distribuer le présent document, à moins que cette utilisation et cette distribution ne soient effectuées conformément à la législation et à la réglementation en vigueur. De plus, les intermédiaires financiers sont tenus de s’assurer que les informations contenues dans ce document soient adaptées aux personnes à qui ils le fournissent en termes de leur situation et de leurs objectifs. La Société ne peut être tenue responsable et rejette toute responsabilité en cas d’utilisation abusive de ce document par tout intermédiaire financier.

Ce document peut être traduit dans d’autres langues. Lorsqu’une telle traduction est faite, seule la version anglaise fait foi. S’il y a des divergences entre la version anglaise et une version de ce document dans une autre langue, seule la version anglaise fait foi.

Il est interdit de reproduire, copier, modifier, utiliser pour créer un document dérivé, interpréter, afficher, publier, poster, mettre sous licence, intégrer, distribuer ou transmettre tout ou une partie de ce document, directement ou indirectement, ou de divulguer son contenu à des tiers sans le consentement écrit explicite la Société. Il est interdit d’établir un hyperlien vers ce document, à moins que cet hyperlien ne soit destiné à un usage personnel et non commercial. Toutes les informations contenues dans le présent document sont la propriété des auteurs et sont protégées par la loi sur les droits d’auteur et par toute autre loi applicable.

Eaton Vance fait partie de Morgan Stanley Investment Management. Morgan Stanley Investment Management est la division de gestion d’actifs de Morgan Stanley.

DISTRIBUTION

Ce document s’adresse et ne doit être distribué exclusivement qu’aux personnes résidant dans des pays ou territoires où une telle distribution ou mise à disposition n’est pas contraire aux lois et réglementations locales en vigueur.

MSIM, la division de gestion d’actifs de Morgan Stanley (NYSE : MS) et ses sociétés affiliées ont passé des accords pour commercialiser leurs produits et services respectifs. Chaque société affiliée de MSIM est réglementée de manière appropriée dans la juridiction où elle opère. Les sociétés affiliées de MSIM sont : Eaton Vance Management (International) Limited, Eaton Vance Advisers International Ltd, Calvert Research and Management, Eaton Vance Management, Parametric Portfolio Associates LLC, Atlanta Capital Management LLC et Eaton Vance Management International (Asia) Pte. Ltd.

EMEA :

Ce document s’adresse aux clients professionnels/investisseurs accrédités uniquement.

Dans l’UE, les documents de MSIM et d’Eaton Vance sont publiés par MSIM Fund Management (Ireland) Limited (« FMIL »). FMIL est une société privée à responsabilité limitée par actions immatriculée en Irlande sous le numéro 616661 et réglementée par la Banque Centrale d’Irlande. Son siège social est situé à l’adresse The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin 2, DO2VC42, Irlande.

En dehors de l’UE, les documents de MSIM sont publiés par Morgan Stanley Investment Management Limited (MSIM Ltd), une société agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Enregistrée en Angleterre. Numéro d’enregistrement : 1 981 121. Siège social : 25 Cabot Square, Canary Wharf, London E14 4QA.

En Suisse, les documents de MSIM sont publiés par Morgan Stanley & Co. International plc, Londres, succursale de Zurich, une société agréée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (« FINMA »). Siège social : Beethovenstrasse 33, 8002 Zurich, Suisse.

En dehors des États-Unis et de l’Union européenne, les documents d’Eaton Vance sont publiés par Eaton Vance Management (International) Limited (« EVMI ») 125 Old Broad Street, Londres, EC2N 1AR, Royaume-Uni, qui est agréé et réglementé au Royaume-Uni par la Financial Conduct Authority.

Italie : MSIM FMIL (succursale de Milan), (Sede Secondaria di Milano), Palazzo Serbelloni Corso Venezia, 16 20121 Milan, Italie. Pays-Bas : MSIM FMIL (succursale d’Amsterdam), Tour Rembrandt, 11e étage Amstelplein 1 1096HA, Pays-Bas. France : MSIM FMIL (succursale de Paris), 61, rue de Monceau, 75008 Paris, France. Espagne : MSIM FMIL (succursale de Madrid), Calle Serrano 55, 28006, Madrid, Espagne.

MOYEN-ORIENT :

Dubaï : MSIM Ltd (Bureau de représentation, Unit Precinct 3-7 th Floor-Unit 701 and 702, Level 7, Gate Precinct Building 3, Dubai International Financial Centre, Dubaï, 506501, Émirats arabes unis. Téléphone : +97 (0)14 709 7158).

EVMI fait appel à une organisation tierce au Moyen-Orient, Wise Capital (Middle East) Limited (« Wise Capital »), pour promouvoir les capacités d’investissement d’Eaton Vance auprès des investisseurs institutionnels. Pour ces services, Wise Capital reçoit une rémunération calculée sur la base des actifs pour lesquels Eaton Vance fournit des conseils d’investissement à la suite de ces mises en relation.

ÉTATS-UNIS :Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas être adaptés pour tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à la Stratégie comprennent un certain nombre de titres et ne reproduisent pas nécessairement la performance d’un indice. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, les risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. Un niveau d’investissement minimum est requis. Vous trouverez des informations importantes sur les gestionnaires financiers dans la partie 2 du formulaire ADV.

Veuillez examiner attentivement les objectifs de placement, les risques, les frais et les dépenses des fonds avant d’investir. Les prospectus contiennent cette information ainsi que d’autres renseignements sur les fonds. Pour obtenir un prospectus des fonds Morgan Stanley, téléchargez-le sur le site morganstanley.com/im ou appelez le 1-800-548-7786. Veuillez lire attentivement le prospectus avant d’investir.

Morgan Stanley Distribution, Inc. est le distributeur des fonds Morgan Stanley.

NON ASSURÉ PAR LE FDIC | ABSENCE DE GARANTIE BANCAIRE | POSSIBLE PERTE DE VALEUR | NON ASSURÉ PAR DES AGENCES GOUVERNEMENTALES FÉDÉRALES | NE CONSTITUE PAS UN DÉPÔT

Hong Kong : Le présent document est publié par Morgan Stanley Asia Limited aux fins d’utilisation à Hong Kong et ne peut être diffusé qu’auprès d’« investisseurs professionnels » au sens du Securities and Futures Ordinance (décret sur les valeurs mobilières et les contrats à terme) de Hong Kong (Cap 571). Le contenu du présent document n’a été révisé ni approuvé par aucune autorité de réglementation, y compris la Securities and Futures Commission de Hong Kong. En conséquence, à moins que la loi en vigueur ne prévoie des exceptions, ce document ne devra pas être publié, diffusé, distribué ni adressé aux particuliers résidant à Hong Kong, ni mis à leur disposition. Singapour :Ce document ne saurait être considéré comme une offre de souscription ou d’achat, directe ou indirecte, présentée au public ou à des membres du public de Singapour autres que (i) des investisseurs institutionnels selon la définition de l’article 304 de la Securities and Futures Act (SFA), chapitre 289, (ii) des « personnes concernées » (ce qui inclut les investisseurs accrédités) au sens de l’article 305 de la SFA, la distribution du présent document étant conforme aux conditions énoncées à l’article 305 de la SFA ou (iii) les personnes concernées par toute autre disposition applicable de la SFA, et conformément aux conditions de celle-ci. Cette publication n’a pas été vérifiée par l’Autorité monétaire de Singapour. Eaton Vance Management International (Asia) Pte. Ltd. (“EVMIA”) a obtenu de l’Autorité monétaire de Singapour (MAS), son autorité de tutelle, une licence pour la prestation de services relatifs aux marchés de capitaux tels que la gestion de fonds en vertu de la Securities and Futures Act (« SFA ») et bénéficie du statut de Conseiller financier exempt conformément à la section 23(1)(d) de la Financial Adviser Act. Eaton Vance Management, Eaton Vance Management (International) Limited et Parametric Portfolio Associates® LLC bénéficient d’une dérogation en vertu de l’annexe 3, paragraphe 9, de la SFA à Singapour pour mener des activités de gestion de fonds en vertu d’un accord avec EVMIA et sous réserve de certaines conditions. Aucune autre des entités du groupe Eaton Vance ou de ses sociétés affiliées ne détient une licence ou un agrément pour mener des activités réglementées ou requérant une licence et aucun élément du présent document ne saurait signifier ou laisser penser que ces entités ou sociétés affiliées se présentent comme étant titulaires d’une licence, approuvées, agréées ou réglementées à Singapour, ou proposent ou commercialisent leurs services ou leurs produits. Australie : La présente publication est diffusée en Australie par Morgan Stanley Investment Management (Australia) Pty Limited ACN : 122040037, licence AFS n° 314182, qui accepte la responsabilité de son contenu. La présente publication, ainsi que l’accès à celle-ci, est réservée aux « clients wholesale » selon l’acception de ce terme dans la loi sur les sociétés en vigueur en Australie. EVMI est exemptée de l’obligation de détenir une licence de services financiers australienne en vertu de la loi sur les sociétés en ce qui concerne l’offre de services financiers à des « clients wholesale », tels que définis dans la loi sur les sociétés de 2001 (Cth) et conformément à l’ASIC Corporations (Repeal and Transitional) Instrument 2016/396. Calvert Research and Management, ARBN 635 157 434, est réglementé par la U.S. Securities and Exchange Commission, en vertu des lois américaines qui diffèrent des lois australiennes. Calvert Research and Management est exempté de l’obligation de détenir une licence de services financiers australienne conformément à l’ordonnance 03/1100 relative à la l’offrede services financiers à des « clients wholesale » en Australie.

Japon : Pour les investisseurs professionnels, ce document est distribué à titre informatif seulement. Pour ceux qui ne sont pas des investisseurs professionnels, ce document est fourni par Morgan Stanley Investment Management (Japan) Co., Ltd. (« MSIMJ ») dans le cadre de conventions de gestion de placements discrétionnaires (« IMA ») et de conventions de conseils en placement (« AAI »). Il ne s’agit pas d’une recommandation ni d’une sollicitation de transactions ou offre d’instruments financiers particuliers. En vertu d’une convention IMA, en ce qui concerne la gestion des actifs d’un client, le client prescrit à l’avance les politiques de gestion de base et charge MSIMJ de prendre toutes les décisions d’investissement en fonction de l’analyse de la valeur des titres et MSIMJ accepte cette mission. Le client doit déléguer à MSIMJ les pouvoirs nécessaires à l’investissement. MSIMJ exerce les pouvoirs délégués en fonction des décisions d’investissement de MSIMJ, et le client s’interdit d’émettre des instructions individuelles. Tous les profits et pertes d’investissement reviennent aux clients ; le principal n’est pas garanti. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, la nature des risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. À titre de commission de conseils en investissement pour une gestion conseillée (IAA) ou une discrétionnaire (AMIIMA), le montant des biens assujettis au contrat multiplié par un certain taux (la limite supérieure est de 2,20 % par année (taxes comprises)) sera engagé proportionnellement à la durée du contrat. Pour certaines stratégies, des honoraires conditionnels peuvent être compris en plus des frais mentionnés ci-dessus. Des frais indirects peuvent également être supportés, tels que des commissions de courtage pour des titres émis par des personnes morales. Étant donné que ces frais et dépenses sont différents selon le contrat et d’autres facteurs, MSIMJ ne peut pas préciser les taux, les limites supérieures, etc. à l’avance. Tous les clients doivent lire attentivement les documents fournis avant la conclusion et l'exécution d'un contrat. Ce document est diffusé au Japon par MSIMJ, enregistré sous le n°410 (Directeur du Bureau des Finances Locales de Kanto (Entreprises d'Instruments Financiers)), Membres : de la Japan Securities Dealers Association, de la Investment Trusts Association, de la Japan Investment Advisers Association et de la Type II Financial Instruments Firms Association.

 

Ce document est une communication promotionnelle.

Les utilisateurs sont invités à prendre connaissance des Conditions d’utilisation avant d’engager toute procédure, car celles-ci mentionnent des restrictions légales et réglementaires applicables à la diffusion des informations relatives aux produits d’investissement de Morgan Stanley Investment Management.

Les services décrits sur ce site Web peuvent ne pas être disponibles dans certaines juridictions ou pour certaines personnes. Merci de consulter nos Conditions d’utilisation pour de plus amples informations.


Confidentialité    •    Conditions d'utilisation

©  Morgan Stanley. Tous droits réservés.