Insight Article Desktop Banner
 
 
Global Equity Observer
  •  
décembre 30, 2021

Vers la lune, l’investissement de qualité et la blockchain

Insight Video Mobile Banner
 
décembre 30, 2021

Vers la lune, l’investissement de qualité et la blockchain


Global Equity Observer

Vers la lune, l’investissement de qualité et la blockchain

Share Icon

décembre 30, 2021

 
 

L’année 2021 s'est une nouvelle fois révélée l’année des cryptomonnaies. Le Bitcoin (+97 %), l’Ethereum (+527 %), et le désormais tristement célèbre Dogecoin (+4 486 %) ont tous surperformé de façon spectaculaire le S&P 500 (+22 %).

 
 

En août 2008, en pleine crise financière mondiale, un document de neuf pages intitulé Bitcoin : A Peer-to-Peer Electronic Cash System (« Bitcoin : Un système de paiement électronique en “peer-to-peer” ») a été publié sous un pseudonyme sur une liste de diffusion consacrée à la cryptographie. Deux ans plus tard, Laszlo Hanyecz offrait 10 000 bitcoins en échange de deux pizzas, la première transaction commerciale avérée réalisée avec ce nouveau concept de paiement. Treize ans après, le bitcoin existe toujours et fonctionne comme un réseau permettant de faire circuler la valeur sur Internet sans l’aide d’une autorité centrale — même s’il est aujourd’hui davantage un actif spéculatif qu’un substitut stable de l’argent. Aujourd’hui, ces 10 000 bitcoins valent environ 470 millions de dollars et la capitalisation boursière totale des tokens des systèmes de cryptomonnaies s’élève à environ 3 000 milliards de dollars.2

 
 
"
Aujourd’hui, la capitalisation boursière totale des tokens des systèmes de cryptomonnaies s’élève à environ 3 000 milliards de dollars
 
 
 

Le mois dernier, le premier ETF (« Exchange Traded Fund ») lié au bitcoin a finalement été lancé et est ainsi devenu l’ETF ayant atteint le plus rapidement le milliard de dollars d’actifs.3 Un ETF qui détient directement des bitcoins (plutôt que des contrats à terme sur bitcoins) attend quant à lui encore l’approbation du régulateur américain, la Securities and Exchange Commission (SEC).

La blockchain — la technologie sous-jacente

Le bitcoin est fondé sur la technologie blockchain. Pour beaucoup, la blockchain est un concept difficile à appréhender, car il se situe quelque part entre l’économie, la cryptographie/construction de bases de données, les statistiques théoriques et parfois même la philosophie ; des disciplines académiques dont peu de gens ont une compréhension globale. Elle est également entourée du vacarme causé par certains de ses adeptes libertaires, et le système souffre de sa popularité auprès des cybercriminels. Alors que la blockchain était initialement une innovation portée par les consommateurs, ignorée par les investisseurs professionnels et les régulateurs, le projet de monnaie numérique lancé en 2019 par une société de médias sociaux récemment renommée a marqué un tournant. La possibilité qu’une entreprise bien capitalisée comptant plus d’un milliard d’utilisateurs crée une monnaie privée, quasi instantanément et d’importance systémique, a été un signal d’alarme.

Sans entrer dans le détail du fonctionnement des blockchains, le concept de base est qu’il s’agit d’un nouveau type d’architecture de base de données capable de désintermédier de nombreux modèles économiques existants, en particulier, mais pas exclusivement, dans les services financiers. Cette nouvelle structure de base de données facilite le transfert de valeur entre parties sur Internet, sans autorité centrale. Elle permet également la création de contrats « intelligents » à exécution automatique et de monnaie programmable, ce que nous expliquerons plus loin. Du fait même de son existence et de ses propriétés, elle pourrait théoriquement réduire les coûts de vérification et de construction de réseaux dans l’économie.

Plus concrètement, on peut dire qu’aujourd’hui, lorsque vous utilisez de l’argent numérique sur une carte de débit ou de crédit pour faire un achat, les banques et les réseaux de paiement prélèvent des frais pour vérifier que vous êtes bien en possession de l’argent transféré au commerçant en échange d’un produit ou d’un service donné. Ces coûts de vérification sont encore plus élevés lorsque plusieurs parties doivent vérifier/contrôler le transfert d’actifs par le biais d’une chaîne de grands livres de correspondants bancaires au-delà des frontières. C’est la raison pour laquelle les transferts de fonds transfrontaliers sont lents et coûteux. La technologie blockchain pourrait accélérer et réduire le coût de ces transferts, dans des conditions plus facilement vérifiables par toutes les parties concernées. Les structures de base de données blockchain permettent à une « source de vérité » centrale, un grand livre, d’être distribuée à de nombreuses parties qui peuvent en stocker une copie, y accéder et la compléter.

La blockchain a également la capacité théorique de réduire les barrières à l’entrée pour la construction d’un nouveau réseau. Construire un nouveau réseau de paiement centralisé aujourd’hui nécessiterait des coûts de démarrage très élevés tant au niveau de la technologie que de la sécurité. Les réseaux de blockchains peuvent être construits au fil du temps à un coût bien moindre, grâce à des incitations destinées aux utilisateurs, aux investisseurs et aux développeurs, tandis que la sécurité et la valeur du réseau augmentent au fur et à mesure que celui-ci se développe. Selon nous, cette innovation en matière de vérification et d’économie des réseaux a des répercussions sur les perspectives à long terme des avantages concurrentiels qui sous-tendent les performances de certaines entreprises de qualité, mais aussi sur la façon dont elles exercent leurs activités aujourd’hui.

Les opportunités offertes par la blockchain

Les propriétés de la blockchain peuvent, nous semble-t-il, inciter les industries existantes à améliorer leur qualité et permettre la création de nouvelles entreprises crédibles, ce que l’économie fondée sur des systèmes centralisés n’a pas réussi à faire jusqu’à présent. La pression exercée par la blockchain sur les entreprises en place pourrait modifier les dynamiques concurrentielles sectorielles et encourager la coopération entre les concurrents naturels, autrement dit la « coopétition ». Un bon exemple en est le financement de la chaîne d’approvisionnement, un secteur de 16 000 milliards de dollars4 qui s’appuie trop souvent sur des formulaires papier et des tampons archaïques.5 La concurrence de la blockchain encourage les banques, les producteurs de matières premières et les entreprises d'expédition à se regrouper, à normaliser et à numériser leurs processus d’une manière jusqu’à présent inimaginable. Les procédures papier passent donc au numérique, ce qui permet d’économiser d’importants coûts opérationnels, d’accroître l’efficacité et la rapidité et de libérer du capital du système. Les estimations les plus optimistes suggèrent que cela pourrait libérer du système plus de 1 000 milliards de dollars de coûts.6

Puisque les réseaux de blockchain sont idéalement adaptés aux grands réseaux multipartites ayant des accords importants pour le transfert de droits de propriété, la véritable solution ne se trouvera finalement peut-être pas dans la création d’une nouvelle entreprise de blockchain décentralisée. En réalité, il pourrait être préférable de simplement mettre à niveau les systèmes en place sur les bases de données centralisées existantes à l’aide d’applications, ou d’utiliser une blockchain autorisée plus centralisée, ce qui n’est pas si différent des systèmes qui existent aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, l’existence même de la blockchain impose le progrès. Sans la menace qu’elle représente, beaucoup d’acteurs traditionnels n’auraient pas la dynamique nécessaire pour changer (bien évidemment, dans de nombreux cas, cette menace peut ne pas être suffisante). Les possibilités ne se limitent pas aux systèmes existants. Beaucoup d’idées et de fonctions nouvelles pourraient devenir des activités très lucratives. Par exemple, un réseau de blockchain qui permettrait d’acheter des œuvres d’art ou des biens immobiliers pourrait remplacer les ventes aux enchères complexes et les frais légaux.

Pour poursuivre sur le thème de la chaîne d’approvisionnement, l’expérimentation de la blockchain permet d’innover dans le suivi de la provenance des marchandises. Cela pourrait réduire considérablement les déchets. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un système de blockchain décentralisé comme le bitcoin, une multinationale américaine de la distribution expérimente avec la société de blockchain Hyperledger Fabric de nouvelles solutions pour accroître la transparence des chaînes d’approvisionnement alimentaire. Cela pourrait permettre des rappels très sélectifs de lots spécifiques d’aliments contaminés, comme les aliments infectés par E. coli, et éliminerait l’énorme gaspillage occasionné par les rappels systématiques effectués aujourd’hui quand une contamination est détectée.    

Les cryptomonnaies et les banques centrales

La pression au changement s’étend même aux banques centrales. Aujourd’hui, les consommateurs disposent de deux grandes formes d’argent : les espèces, directement émises par les banques centrales sous une forme physique au porteur, et l’argent déposé sur les comptes au sein du système bancaire. Selon nous, le bitcoin a démontré la validité du concept d’un nouveau genre de valeur en peer-to-peer, une sorte de monnaie privée sous la forme d’un actif numérique au porteur, avec une politique monétaire préprogrammée. Les monnaies privées ne sont pas une nouvelle invention, mais les monnaies privées numériques ont la capacité de se développer et de fournir un contrôle décentralisé.

Qui plus est, les actifs numériques au porteur programmables offrent de nombreuses opportunités nouvelles. Ils peuvent accroître la sécurité du système de paiement. Jusqu’à présent, l’argent liquide était une alternative valable à la monnaie numérique des comptes en banque. Cependant, à mesure que le recours à l’argent liquide diminue et que la dépendance systémique à l’égard des sociétés privées exploitant des systèmes de paiement présente des risques de points de défaillance isolés, que se passerait-il si l’un des principaux réseaux de cartes était piraté ou tombait simplement en panne ? Si une banque centrale pouvait émettre de l’argent numérique sous forme de tokens, elle pourrait créer un système de paiement numérique alternatif viable. Les tokens émis par la banque centrale pourraient également présenter de nouvelles caractéristiques qui n’existent pas dans le système actuel. Par exemple, ils pourraient être automatiquement liés aux taux d’intérêt de la banque centrale, positifs ou négatifs. Ceci est particulièrement intéressant dans le cas des taux négatifs, dont l’efficacité réelle est aujourd’hui limitée par la présence d’espèces physiques. Singapour, le Canada, la Chine et la Suède ont tous testé des programmes avancés de monnaie numérique.7 L’une des sociétés de notre portefeuille gère le projet E-krona pour la Banque de Suède.

L’offre de tokens

Au-delà de la création de nouvelles formes numériques d’argent au porteur, les tokens peuvent être structurés de nombreuses manières, fongibles ou non. Certains sont conçus comme des tokens sources de revenus ; imaginez-les comme un token (jeton) qui permet une utilisation unique d’un jeu d’arcade ou d’une machine de laverie automatique. D’autres sont structurés davantage comme des actions, donnant des droits théoriques sur des ensembles de commissions et sur des bénéfices. D’autres encore sont des représentations numériques d’actifs, qu’il s’agisse de pièces de monnaie, qui sont fongibles et représentatives de la monnaie fiduciaire, ou de NFT (« non-fongible tokens », ou tokens non fongibles), qui représentent la propriété d’œuvres d’art numériques, par exemple, mais aussi d’œuvres d’art physiques, voire de votre maison. Le caractère personnalisable des tokens ouvre toutes sortes de perspectives en matière de finance et de transfert d’actifs.  

Les tokens sont également un autre moyen d’apporter des liquidités pour financer une entreprise. Vous avez peut-être entendu parler des ICO (« Initial Coin Offerings », ou offres initiales de jetons). Leur structure permet de transformer en un processus global et ouvert à tous, les processus locaux et fermés que sont le financement privé par capital-risque ou les coûteuses introductions en bourse. La « tokénisation » des actifs peut s’étendre bien au-delà des services financiers. En théorie, la Joconde pourrait être transformée en token et la propriété du tableau pourrait devenir beaucoup plus accessible et liquide. Les propriétaires de tokens de la Joconde pourraient obtenir des droits sur les recettes générées par la vente de billets pour voir l’œuvre. Dans les décennies à venir, il n’est pas impossible que quelque chose de semblable à un token de la Joconde fasse partie d’une future stratégie actions internationales conçue autour de franchises solides.

Investir dès maintenant

En attendant que tout cela arrive, en quoi est-ce intéressant ? Beaucoup de nos participations existantes investissent déjà dans la blockchain et créent de nouveaux services pour en tirer profit. Par exemple, une multinationale de services aux professionnels a déjà été mentionnée en tant que partenaire privilégié de la Banque centrale de Suède, la Riksbank. L’une des plus grandes entreprises de logiciels au monde exploite l’un des plus grands produits blockchain-as-a-service (BAAS) sur sa plateforme Azure, et permet à ses clients de déployer des réseaux de blockchain, de créer des applications en toute confiance et de stocker des données en mode « off-chain ». De même, une multinationale de services informatiques dispose d’une offre BAAS intégrée à son produit de cloud Leonardo. Un conglomérat technologique américain est en train de développer un moteur de recherche pour la blockchain et a conclu un partenariat avec Chainlink, une plateforme blockchain qui fournit des signaux de données, ou oracles, depuis le monde réel pour les contrats intelligents. Une société mondiale de paiements joue un rôle déterminant en permettant la conversion de paiements en monnaie fiduciaire en paiements en cryptomonnaies. Elle procède également à un grand nombre d’expérimentations et d’investissements dans la blockchain, notamment en investissant dans Anchorage Digital, l’un des principaux fournisseurs de services de conservation dans le monde des cryptomonnaies. Une entreprise de services financiers de Singapour fait partie du consortium eTrade Connect, qui vise à moderniser le financement du commerce en utilisant Hyperledger. À ce stade, ces participations ne sont pas significatives, mais elles pourraient l’être à un horizon de dix ans.

La capacité de résoudre les problèmes

L’avènement de l’Internet de la valeur (« Internet of Value ») n’en est encore qu’à ses prémices. À ce jour, la plupart des concepts ne fonctionnent pas correctement à grande échelle en dehors d’environnements expérimentaux hautement contrôlés. La blockchain va devoir prouver qu’elle peut résoudre des problèmes réels d’une manière économiquement viable. Et la liste des problèmes à surmonter est longue. Elle comprend l’évolutivité, la vitesse, la confidentialité, la sécurité, l’impact environnemental/l’intensité énergétique, la gouvernance, etc. Les questions relatives à la connaissance du client, à la lutte contre le blanchiment d’argent, au règlement général sur la protection des données (RGPD) et à la protection des investisseurs sont toutes prises en compte par les régulateurs, mais il existe des approches différentes selon qu’il s’agit d’amener les organisations blockchain à se conformer aux registres des services financiers existants ou de créer de nouveaux cadres de référence. Un secteur qui fait l’objet d’une attention commune au niveau mondial est celui des bourses, car elles sont connectées au système financier existant. Au final, les cryptomonnaies sont désormais sorties du bois et il ne sera probablement pas possible de faire machine arrière.

Viser la lune ?

Il est très difficile de dire à quoi va ressembler l’avenir. Si nous devions nous risquer à une supposition, nous dirions que là où les systèmes centralisés et évolutifs fonctionnent bien dans l’ensemble — comme la plateforme d’une société de paiements mondiale qui traite environ 2 000 transactions par seconde — la technologie blockchain est, elle, plus susceptible d’encourager l’innovation chez les opérateurs historiques et de désintermédier la tarification dans certaines des couches fonctionnelles utilisées par ces entreprises aujourd’hui. Dans ce genre de cas, il n’y a souvent pas de problème majeur à résoudre, mais plutôt une série de choses à améliorer. Cependant, là où les opérateurs historiques ont jusqu’à présent résisté au changement et où le transfert de valeur sur papier est la norme, les nouvelles entreprises de blockchain pourraient bien remplacer complètement les méthodes utilisées actuellement pour vérifier les transferts d’actifs En attendant, l’un des plus grands obstacles à venir est la réglementation, mais dès lors qu’un cadre sera défini pour déterminer comment la blockchain s’intègre dans les politiques publiques, l’adoption de cette technologie au niveau institutionnel sera probablement facilitée, et les progrès devraient s’accélérer à nouveau.

De nombreux investisseurs et économistes de renom méprisent les cryptomonnaies. Le Dogecoin pourrait se révéler être l’équivalent de la « Tulip Mania », à moins que, comme le dit la chanson officielle du Dogecoin,8 il ne s’envole : « Vers la Lune ! ». La HODL (« Hold On for Dear Life », autrement dit « Accroche-toi à cette chère vie ») Doge Army nous invite à juste titre à faire preuve de plus d’imagination quant à nos perspectives d'avenir.

 
 

Considérations sur les risques

Il ne peut être garanti qu’un portefeuille atteindra son objectif d’investissement. Les portefeuilles sont sujets au risque de marché, c’est-à-dire à la possibilité que la valeur de marché des titres en portefeuille baisse. Les valeurs boursières peuvent varier quotidiennement en fonction de facteurs économiques ou d’autre nature (par ex. catastrophes naturelles, crises sanitaires, terrorisme, conflits et troubles sociaux) qui ont des répercussions sur les marchés, les pays, les entreprises ou les gouvernements. Il est difficile de prévoir le calendrier, la durée et les éventuels effets négatifs (par ex. liquidité du portefeuille) liés à de tels événements. En conséquence, cette stratégie expose l’investisseur à des pertes potentielles. Nous attirons votre attention sur le fait que cette stratégie peut comporter d’autres types de risques. L’évolution de l’économie mondiale, des dépenses et des préférences de consommation, de la concurrence, de la démographie, des réglementations publiques et des conditions économiques peut pénaliser les sociétés internationales et peut avoir un impact négatif plus prononcé sur la stratégie que si les actifs de la stratégie étaient investis dans un éventail plus large de sociétés.En général, la valeur des actions varie également en fonction des activités spécifiques d’une entreprise. Les investissements sur les marchés étrangers s’accompagnent de risques particuliers, notamment les risques de change, politiques, économiques et de marché. Les actions de sociétés de petites et moyennes capitalisations présentent des risques spécifiques, tels que des gammes de produits, des marchés et des ressources financières limitées, et une volatilité supérieure à celles des entreprises de grandes capitalisations plus solidement établies. Les risques associés aux investissements dans les marchés des pays émergents sont plus élevés que sur les marchés développés étrangers.Les instruments dérivés peuvent augmenter les pertes de façon disproportionnée et avoir un impact significatif sur la performance. Ils peuvent également être soumis aux risques de contrepartie, de liquidité, de valorisation, de corrélation et de marché. Les titres illiquides peuvent être plus difficiles à vendre et à valoriser que les titres cotés en bourse (risque de liquidité). Les portefeuilles peu diversifiés investissent dans un nombre plus restreint d’émetteurs. De ce fait, toute évolution de la situation financière ou de la valeur de marché d’un émetteur donné est susceptible d’entraîner une volatilité accrue. La performance relative des stratégies ESG qui intègrent l’investissement d’impact et/ou des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) peut diverger de celle d’autres stratégies ou d’indices de référence généraux du marché, selon que ces secteurs ou ces investissements ont la faveur ou non du marché. Par conséquent, rien ne garantit que les stratégies ESG se traduiront par une performance d’investissement plus favorable. Les cryptomonnaies (notamment le bitcoin) fonctionnent comme un moyen décentralisé d’échange financier entre pairs (« peer-to-peer ») et de stockage de valeurs, utilisé comme de l’argent. Elles ne sont soutenues par aucun gouvernement. Les gouvernements fédéraux, étatiques ou étrangers peuvent restreindre l’utilisation et l’échange de cryptomonnaies. Les cryptomonnaies peuvent connaître une très grande volatilité.

 
alex.gabriele
Managing Director
International Equity Team
 
 
Featured Funds
 
 
 
 
 

DÉFINITIONS DES INDICES

Les indices ne sont pas gérés et ne comprennent ni frais, ni droits, ni commissions de vente. Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice. Tout indice mentionné dans le présent document est la propriété intellectuelle du fournisseur concerné (y compris les marques déposées). Les produits basés sur des indices ne sont pas recommandés, avalisés, vendus ou promus par le fournisseur concerné, qui se dégage de toute responsabilité à leur égard. L’Indice S&P 500® mesure la performance du segment des grandes capitalisations du marché des actions américaines, et couvre environ 75 % du marché américain, dont 500 entreprises de premier plan dans l’économie américaine.

DISTRIBUTION

Le présent document ne s’adresse et ne doit être distribué exclusivement qu’aux personnes résidant dans des pays ou territoires où une telle distribution ou mise à disposition n’est pas contraire aux lois et réglementations locales en vigueur.

Irlande : MSIM Fund Management (Ireland) Limited. Siège social : The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson's Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. Enregistrée en Irlande en tant que société privée à responsabilité limitée par actions, sous le numéro 616661. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque Centrale d’Irlande. Royaume-Uni :Morgan Stanley Investment Management Limited est agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Enregistrée en Angleterre. Numéro d’enregistrement : 1 981 121. Siège social : 25 Cabot Square, Canary Wharf, London E14 4QA, autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Dubaï : Morgan Stanley Investment Management Limited (Bureau de représentation, Unit Precinct 3-7th Floor-Unit 701 and 702, Level 7, Gate Precinct Building 3, Dubai International Financial Centre, Dubaï, 506 501, Émirats arabes unis. Téléphone : +97 (0)14 709 7158). Allemagne : MSIM Fund Management (Ireland) Limited Niederlassung Deutschland, Grosse Gallusstrasse 18, 60312 Francfort, Allemagne (Catégorie : Branch Office (FDI) selon § 53b KWG). Italie : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, succursale de Milan (Sede Secondaria di Milano) est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited, une société enregistrée en Irlande, réglementée par la Banque Centrale d’Irlande et dont le siège social est situé à The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited succursale de Milan (Sede Secondaria di Milano) dont le siège est situé à Palazzo Serbelloni Corso Venezia, 16 20 121 Milano, Italie, est enregistrée en Italie avec le numéro d’entreprise et le numéro de TVA 11488280964. Pays-Bas : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, Tour Rembrandt, 11e étage Amstelplein 1 1096HA, Pays-Bas. Téléphone : 31 2-0462-1300. Morgan Stanley Investment Management est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque centrale d’Irlande. France : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, succursale de Paris est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited, une société enregistrée en Irlande, réglementée par la Banque Centrale d’Irlande et dont le siège social est situé à The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited succursale de Paris dont le siège est situé au 61 rue de Monceau 75008 Paris, France, est enregistrée en France avec le numéro d’entreprise 890 071 863 RCS. Espagne : MSIM Fund Management (Ireland) Limited (Sucursal en España) est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited, société enregistrée en Irlande, réglementée par la Banque Centrale d’Irlande et dont le siège social est situé à The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited (Sucursal en España), sise Calle Serrano 55, 28 006, Madrid, Espagne, est enregistrée en Espagne avec le numéro d’identification fiscale W0058820B.  Suisse : Morgan Stanley & Co. International plc, Londres, succursale de Zurich, autorisée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (« FINMA »). Enregistrée au registre du commerce de Zurich sous le numéro CHE-115.415.770. Siège social : Beethovenstrasse 33, 8002 Zurich, Suisse, Téléphone : +41 (0) 44 588 1000. Fax : +41(0) 44 588 1074.

États-Unis

Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas être adaptés pour tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à la Stratégie comprennent un certain nombre de titres et ne reproduisent pas nécessairement la performance d’un indice. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, les risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. Un niveau d’investissement minimum est requis. Vous trouverez des informations importantes sur le gestionnaire financier dans la partie 2 du formulaire ADV.

Veuillez examiner attentivement les objectifs de placement, les risques, les frais et les dépenses des fonds avant d’investir. Les prospectus contiennent cette information ainsi que d’autres renseignements sur les fonds. Pour obtenir un prospectus, téléchargez-le sur le site morganstanley.com/im ou appelez le 1-800-548-7786. Veuillez lire attentivement le prospectus avant d’investir.

Morgan Stanley Distribution, Inc. est le distributeur des fonds Morgan Stanley.

NON ASSURÉ PAR LE FDIC | ABSENCE DE GARANTIE BANCAIRE | POSSIBLE PERTE DE VALEUR | NON ASSURÉ PAR DES AGENCES GOUVERNEMENTALES FÉDÉRALES | NE CONSTITUE PAS UN DÉPÔT

Hong Kong : Le présent document est publié par Morgan Stanley Asia Limited aux fins d’utilisation à Hong Kong et ne peut être diffusé qu’auprès d’« investisseurs professionnels » au sens du Securities and Futures Ordinance (décret sur les valeurs mobilières et les contrats à terme) de Hong Kong (Cap 571). Le contenu du présent document n’a été révisé ni approuvé par aucune autorité de réglementation, y compris la Securities and Futures Commission de Hong Kong. En conséquence, à moins que la loi en vigueur ne prévoie des exceptions, ce document ne devra pas être publié, diffusé, distribué ni adressé aux particuliers résidant à Hong Kong, ni mis à leur disposition. Singapour : Ce document ne doit pas être considéré comme faisant l’objet d’une invitation à souscrire ou à acheter, directement ou indirectement, au public ou à tout membre du public à Singapour autre que (i) un investisseur institutionnel en vertu de l’article 304 des Futures Act, chapitre 289 de Singapour (« SFA ») ; (ii) une « personne concernée » (qui comprend un investisseur qualifié) en vertu de l’article 305 de la LFT, et cette distribution est conforme aux conditions précisées à l’article 305 de la LFT ; ou (iii) conformément aux conditions de toute autre disposition applicable de la SFA. Cette publication n’a pas été vérifiée par l’Autorité monétaire de Singapour. Australie : La présente publication est diffusée en Australie par Morgan Stanley Investment Management (Australia) Pty Limited ACN : 122 040 037, licence AFS n° 314182, qui accepte la responsabilité de son contenu. La présente publication, ainsi que l’accès à celle-ci, est réservée aux « clients wholesale » selon l’acception de ce terme dans la loi sur les sociétés en vigueur en Australie.

Japon : Pour les investisseurs professionnels, ce document est distribué à titre informatif seulement. Pour ceux qui ne sont pas des investisseurs professionnels, ce document est fourni par Morgan Stanley Investment Management (Japan) Co., Ltd. (« MSIMJ ») dans le cadre de conventions de gestion de placements discrétionnaires (« IMA ») et de conventions de conseils en placement (« AAI »). Il ne s’agit pas d’une recommandation ni d’une sollicitation de transactions ou offre d’instruments financiers particuliers. En vertu d’une convention IMA, en ce qui concerne la gestion des actifs d’un client, le client prescrit à l’avance les politiques de gestion de base et charge MSIMJ de prendre toutes les décisions d’investissement en fonction de l’analyse de la valeur des titres et MSIMJ accepte cette mission. Le client doit déléguer à MSIMJ les pouvoirs nécessaires à l’investissement. MSIMJ exerce les pouvoirs délégués en fonction des décisions d’investissement de MSIMJ, et le client s’interdit d’émettre des instructions individuelles. Tous les profits et pertes d’investissement reviennent aux clients ; le principal n’est pas garanti. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, la nature des risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. À titre de commission de conseils en investissement pour une gestion conseillée (IAA) ou une discrétionnaire (AMIIMA), le montant des biens assujettis au contrat multiplié par un certain taux (la limite supérieure est de 2,20 % par année (taxes comprises)) sera engagé proportionnellement à la durée du contrat. Pour certaines stratégies, des honoraires conditionnels peuvent être compris en plus des frais mentionnés ci-dessus. Des frais indirects peuvent également être supportés, tels que des commissions de courtage pour des titres émis par des personnes morales. Étant donné que ces frais et dépenses sont différents selon le contrat et d’autres facteurs, MSIMJ ne peut pas préciser les taux, les limites supérieures, etc. à l’avance. Tous les clients doivent lire attentivement les documents fournis avant la conclusion et l’exécution d’un contrat. Ce document est émis au Japon par MSIMJ, société enregistrée sous le n° 410 (Directeur du Bureau des Finances Locales Kanto (entreprises d’instruments financiers)), membre des organisations suivantes : Japan Securities Dealers Association, Investment Trusts Association, Japan, Japan Investment Advisers Association et Type II Financial Instruments Firms Association.

INFORMATIONS IMPORTANTES

EMEA : Cette communication promotionnelle est publiée par MSIM Fund Management (Ireland) Limited. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque Centrale d’Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est une société privée à responsabilité limitée par actions immatriculée en Irlande sous le numéro 616661 et dont le siège social est situé à l’adresse The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande.

Il n’y a aucune garantie qu’une stratégie d’investissement fonctionnera dans toutes les conditions du marché et il revient à chaque investisseur d’évaluer sa capacité à investir à long terme, surtout pendant les périodes de détérioration du marché. Avant de réaliser un placement, les investisseurs sont invités à lire attentivement le document d’offre relatif à la stratégie ou au produit. Les divers supports d’investissement présentent des différences importantes dans la mise en œuvre de la stratégie.

Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas être adaptés pour tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à la Stratégie comprennent un certain nombre de titres et ne reproduisent pas nécessairement la performance d’un indice. Avant d’investir, veuillez examiner attentivement les objectifs d’investissement, les risques et les frais associés à la stratégie.

Ce document constitue une communication générale, qui n’est pas impartiale et a été préparé uniquement à des fins d’information et d’éducation et ne constitue pas une offre ni une recommandation d’achat ni de vente d’un titre en particulier ni d’adoption d’une stratégie de placement particulière. Les informations contenues dans le présent document ne s’appuient pas sur la situation d’un client en particulier. Elles ne constituent pas un conseil d’investissement et ne doivent pas être interprétées comme constituant un conseil en matière fiscale, comptable, juridique ni réglementaire. Avant de prendre une décision d’investissement, les investisseurs doivent solliciter l’avis d’un conseiller juridique et financier indépendant, y compris s’agissant des conséquences fiscales.

Sauf indication contraire, les opinions exprimées dans ce document sont celles de l’équipe de gestion du portefeuille, elles sont fondées sur des faits telles qu’ils existent à la date de préparation et non à une quelconque date ultérieure, et ne seront pas mis à jour ni révisées pour tenir compte d’informations disponibles ou de circonstances, ou de changements survenant après la date de rédaction.

Les prévisions et/ou estimations fournies dans le présent document sont susceptibles de changer et pourraient ne pas se matérialiser. Les informations concernant les performances attendues et les perspectives de marché sont basées sur la recherche, l’analyse et les opinions des auteurs. Ces conclusions sont de nature spéculative, peuvent ne pas se concrétiser et ne visent pas à prédire le rendement futur d’un produit de Morgan Stanley Investment Management en particulier.

MSIM n’a pas autorisé les intermédiaires financiers à utiliser ni à distribuer le présent document, à moins que cette utilisation et cette distribution ne soient effectuées conformément à la législation et à la réglementation en vigueur.

De plus, les intermédiaires financiers sont tenus de s’assurer que les informations contenues dans ce document soient adaptées aux personnes à qui ils le fournissent en termes de leur situation et de leurs objectifs. MSIM ne peut être tenu responsable et rejette toute responsabilité en cas d’utilisation abusive de ce document par tout intermédiaire financier.

Il est interdit de reproduire, copier, modifier, utiliser pour créer un travail dérivé, exécuter, afficher, publier, poster, mettre sous licence, intégrer, distribuer ou transmettre tout ou partie de ce document, directement ou indirectement, ou de divulguer son contenu à des tiers sans le consentement écrit explicite de MSIM. Il est interdit d’établir un hyperlien vers ce document, à moins que cet hyperlien ne soit destiné à un usage personnel et non commercial. Toutes les informations contenues dans le présent document sont la propriété des auteurs et sont protégées par la loi sur les droits d’auteur et par toute autre loi applicable.

Toutes les informations contenues dans le présent document sont la propriété des auteurs et sont protégées par la loi sur les droits d’auteur.

 

Ce document est une communication promotionnelle.

Les utilisateurs sont invités à prendre connaissance des Conditions d’utilisation avant d’engager toute procédure, car celles-ci mentionnent des restrictions légales et réglementaires applicables à la diffusion des informations relatives aux produits d’investissement de Morgan Stanley Investment Management.

Les services décrits sur ce site Web peuvent ne pas être disponibles dans certaines juridictions ou pour certaines personnes. Merci de consulter nos Conditions d’utilisation pour de plus amples informations.


Confidentialité    •    Conditions d'utilisation

©  Morgan Stanley. Tous droits réservés.