Insight Article Desktop Banner
 
 
2021 Outlooks
  •  
décembre 22, 2020

Perspectives 2021 - Plongée dans la nouvelle décennie : les nouvelles années 20, follement rugissantes ou follement inquiétantes ?

Insight Video Mobile Banner
 
décembre 22, 2020

Perspectives 2021 - Plongée dans la nouvelle décennie : les nouvelles années 20, follement rugissantes ou follement inquiétantes ?


2021 Outlooks

Perspectives 2021 - Plongée dans la nouvelle décennie : les nouvelles années 20, follement rugissantes ou follement inquiétantes ?

Share Icon

décembre 22, 2020

 
 

Le mois de novembre a été marqué par une envolée spectaculaire des marchés. L’indice MSCI World s’est adjugé 13 % sur la période, sa plus forte hausse depuis janvier 1975. Des nouvelles exceptionnelles ont certes été annoncées, trois candidats vaccins dépassant largement le seuil minimal exigé de 50 % d’efficacité. Ces succès ouvrent des perspectives réelles de retour à une situation proche de la « normale » au second semestre 2021 ; ils mettront peut-être un terme au cycle infernal des contaminations et des confinements qui a resurgi cet automne aux États-Unis, en Europe et dans l’ensemble de l’hémisphère Nord. Par ailleurs, le monde a poussé un soupir de soulagement en constatant que les États-Unis se préparaient à une transition pacifique du pouvoir. Autre facteur positif, en l’absence d’une réelle « vague bleue » démocrate, la probabilité d’une hausse significative de l'impôt sur les sociétés ou d’un durcissement radical de la réglementation diminue, ce qui devrait protéger la rentabilité des entreprises américaines, en particulier celle des géants technologiques.

 
 
"
Les vaccins ouvrent de réelles perspectives d’un retour à une situation proche de la ‘normale’ au second semestre 2021
 
 
 

Si l’actualité du mois s’est révélée clairement favorable, le problème est de déterminer si le marché est allé trop loin trop vite. À la fin du mois d’octobre, avant le « mois des miracles », l’indice MSCI World n’avait que peu évolué depuis le début de l’année ; il s’est aujourd'hui stabilisé à plus de 50 % au-dessus de son plus bas de mars, affichant à fin novembre une performance annualisée de 12 %, supérieure à la moyenne.  Cela laisse supposer qu’à long terme, les perspectives de profit des entreprises pourraient être meilleures qu'en début d'année, en dépit des conséquences de la pandémie qui, selon les anticipations du Fonds monétaire international (FMI), devraient provoquer une contraction du produit intérieur brut (PIB) mondial de 4,4 % cette année et ont entraîné une chute de 9 % des bénéfices prévisionnels, en cumul annuel.

Il convient de souligner qu’au début de l’année, la bourse n’était pas particulièrement bon marché ; après la hausse de 26 % enregistrée en 2019, les actifs étaient tous entrés dans une phase de réévaluation dans le sillage d’un léger repli des profits. Dans ce contexte, le multiple cours-bénéfice à 12 mois s’élève à 20x, alors que cet indicateur n’avait pas franchi la barre des 17x depuis 2005. Avec une année supplémentaire de redressement des résultats, le multiple cours-bénéfice à deux ans, à 17,7x, demeure 15 % supérieur au plus haut de 15,4x enregistré avant 2020. Nous sommes visiblement bien passés en mode « prise de risque ».

 
 
"
Toutefois, la pandémie de Covid-19 laissera des traces durables que nous pouvons observer à travers l'accélération de trois tendances déjà présentes : le recours aux technologies, les interventions de l'État et la croissance de la dette.
 
 
 

Même en tablant sur la dissipation des effets directs de la pandémie et l’allégement des règles de confinement et d’isolation volontaire d’ici la fin du second semestre, grâce à la vaccination progressive des populations, la pandémie de Covid-19 laissera néanmoins des traces. Elles se manifestent dans l’accélération de trois grandes tendances déjà installées.

La première concerne le changement de braquet dans l’adoption des technologies. Le commerce en ligne connaît un essor fulgurant, à l’instar du travail à distance, tandis que les achats en espèces sont remplacés par les règlements par cartes de paiement et que les entreprises migrent vers le « cloud » leurs infrastructures informatiques sur site. Cette accélération technologique fait à l’évidence des gagnants et peut, plus généralement, donner aux entreprises l’opportunité de réduire durablement leurs coûts, en économisant par exemple de l’espace de bureau ou en faisant appel à de nouvelles équipes établies en télétravail dans des localisations meilleur marché. Mais elle laisse aussi des perdants, que ce soit la distribution traditionnelle sans offre commerciale exclusive, les acteurs de l’immobilier ou les entreprises gestionnaires d'infrastructures hébergées sur site.

 
 
"
La lutte contre les effets du changement climatique pourrait être la plus importante des mutations.
 
 
 

La deuxième tendance est l’intensification des interventions gouvernementales. L’ampleur inédite du soutien pendant la pandémie a probablement renforcé l'interventionnisme déjà grandissant des États dans l’économie. L’époque où les économies étaient gérées pour le seul profit des grandes entreprises semble sur le point de s’achever ; en témoignent les freins à la liberté du commerce, le retour des actions antitrust, les pressions en faveur d'une hausse de l’impôt sur les sociétés et les premiers efforts pour rééquilibrer les relations entre le travail et le capital, en augmentant le niveau du salaire minimum par exemple. La lutte contre les effets du changement climatique pourrait être la plus importante des mutations, avec la progression de la tarification du carbone et des restrictions imposées aux activités polluantes. Les optimistes souligneront le probable blocage législatif aux États-Unis, voire l’éventualité d’une vague d’investissements lucratifs dans les infrastructures vertes. A contrario, la plupart des éléments du statu quo sur les activités gourmandes en carbone pourraient devenir économiquement non viables ou même être la cible d’interdictions.

La dernière tendance dopée par la pandémie est la croissance de la dette.  Le taux d'épargne des particuliers a certes fortement augmenté, sous l’effet des aides gouvernementales et de la disparition de certains postes de consommation sociale, tels que les vacances ou les repas au restaurant. Il n’en va pas de même dans le secteur des entreprises qui ont encore un peu plus creusé leur dette. Selon les estimations de Moody’s, les émissions « investment grade » progresseront de 60 % cette année et même le segment du haut rendement devrait connaître une hausse de 25 %. Ce n’est pourtant rien comparé à l’aggravation de la dette publique des États, alourdie par les mesures adoptées pour protéger les économies de la pandémie. À lui seul, le déficit public américain s’est détérioré de 4000 milliards de dollars depuis le début de l’année, pour se stabiliser aujourd’hui à 107 % du PIB.1 De nouveau, dans un scénario optimiste, les consommateurs renouant avec la liberté augmenteraient considérablement leurs dépenses en 2021 et 2022 et réduiraient donc leur taux d’épargne, tandis que les gouvernements continueraient de stimuler la demande en maintenant des déficits élevés, encouragés par des banques centrales accommodantes et une attitude jusqu’ici tolérante des marchés obligataires. La croissance repartirait donc fortement à la hausse, sans provoquer, espérons-le, de rebond sensible de l’inflation ou des taux d’intérêt susceptible d’effrayer les marchés. Les scénarios moins favorables se situent aux deux extrêmes de ce scénario « Boucle d’or » : soit trop froid à cause de la frilosité des consommateurs ou des coupes budgétaires des gouvernements, soit trop chaud, si la reprise faisait grimper l’inflation et les taux.

 
 
"
Si des commentateurs enthousiastes avancent que la situation pourrait déboucher sur de nouvelles années folles en mode « rugissant », nous préférons conseiller aux investisseurs de protéger leur capital.
 
 
 

Les trois tendances ont toutes potentiellement des effets favorables : les entreprises gagnent en efficacité, les investissements dans les infrastructures vertes stimulent l’économie et la faiblesse des taux d’intérêt permet aux gouvernements de continuer à dépenser. Dans un contexte où le consommateur retrouve la possibilité de dépenser son épargne, les plus enthousiastes des commentateurs tablent sur le retour des années folles en mode « rugissant », sans se soucier sans doute de la manière dont la décennie des années folles s’est achevée la dernière fois. Ces scénarios positifs sont possibles et plusieurs sont même probables, mais ce qui nous inquiète c’est qu’ils pourraient déjà avoir été pris en compte comme des paramètres certains dans le multiple cours-bénéfice aujourd'hui supérieur à 20x. Compte tenu de tout ce qui peut mal tourner, nous voyons se profiler à travers ce multiple une décennie follement « inquiétante ». De même, les investisseurs centrés sur la croissance peuvent observer les effets disruptifs positifs de l’innovation technologique pour justifier les niveaux de valorisation élevés sans se préoccuper des contraintes potentielles pesant sur les géants du secteur, tandis que les adeptes de la « value » peuvent espérer un scénario imminent de reflation, sans tenir suffisamment compte des facteurs de disruption ou des défis environnementaux.

Dans ce monde en mode « risk-on » après la spectaculaire envolée des marchés au cours des huit derniers mois, nous préférons conseiller aux investisseurs de protéger leur capital ou de garder les lumières allumées plutôt que de tenter de tirer dessus. Comme dirait Warren Buffet, « Soyez craintifs quand les autres sont cupides. »  C’est pourquoi, nous plaiderions plutôt en faveur des valeurs de capitalisation. Notre opinion repose sur le constat que le pouvoir de fixation des prix et les revenus récurrents de ces entreprises leur permettent d’accroître leurs bénéfices tout au long des cycles de marché, ce qui renforce leur résistance dans les périodes difficiles telles que celles que nous traversons aujourd’hui.

Nos portefeuilles mondiaux sont en effet parvenus à offrir cette capacité de résistance ; ils affichent pour l’instant une croissance des bénéfices prévisionnels comprise entre 3 et 5 % depuis le début de l’année, contre 8 à 11 % en 2019, contrastant nettement avec les taux -9 % et -1 % réalisés respectivement en 2020 et 2019 par l’indice MSCI World. Il est intéressant de souligner que ce gain relatif de 22 à 27 % sur la base des prévisions de bénéfices de ces deux dernières années n’a pas engendré de surperformance sensible sur la période en raison de la remontée spectaculaire récente des titres « value ». En conséquence, les portefeuilles ont fortement décroché par rapport à l’indice, se négociant seulement avec une prime de 9 % à 16 % sur la base des bénéfices prévisionnels par rapport à l’indice MSCI World, une prime qui disparaît en termes de flux de trésorerie disponibles en dépit de l’écart considérable sur le plan de la qualité. Les valeurs de capitalisation offrent donc un mécanisme d’assurance relativement bon marché.

 
 

1 Source : Département du Trésor américain


 
 

Considérations sur les risques

Il ne peut être garanti qu’un portefeuille atteindra son objectif d’investissement. Les portefeuilles sont sujets au risque de marché, c’est-à-dire à la possibilité que la valeur de marché des titres en portefeuille baisse. Les valeurs boursières peuvent varier quotidiennement en fonction de facteurs économiques ou d'autre nature (par ex. catastrophes naturelles, crises sanitaires, terrorisme, conflits et troubles sociaux) qui ont des répercussions sur les marchés, les pays, les entreprises ou les gouvernements. Il est difficile de prévoir le calendrier, la durée et les éventuels effets négatifs (par ex. liquidité du portefeuille) liés à de tels événements. En conséquence, cette stratégie expose l’investisseur à des pertes potentielles. Nous attirons votre attention sur le fait que cette stratégie peut comporter d’autres types de risques. L’évolution de l’économie mondiale, des dépenses et des préférences de consommation, de la concurrence, de la démographie, des réglementations publiques et des conditions économiques peut pénaliser les sociétés internationales et peut avoir un impact négatif plus prononcé sur la stratégie que si les actifs de la stratégie étaient investis dans un éventail plus large de sociétés. En général, la valeur des actions varie également en fonction des activités spécifiques d’une entreprise. Les investissements sur les marchés étrangers s’accompagnent de risques particuliers, notamment les risques de change, politiques, économiques et de marché. Les actions de sociétés à petites capitalisations présentent des risques spécifiques, tels que des gammes de produits, des marchés et des ressources financières limités, et une volatilité supérieure à celles des entreprises à grandes capitalisations plus solidement établies. Les risques associés aux investissements dans les marchés des pays émergents sont plus élevés que sur les marchés développés étrangers. Les portefeuilles peu diversifiés investissent dans un nombre plus restreint d’émetteurs. De ce fait, toute évolution de la situation financière ou de la valeur de marché d’un émetteur donné est susceptible d’entraîner une volatilité accrue.

 
bruno.paulson
Managing Director
International Equity Team
 
 
Featured Funds
 
 
 
 
Perspectives de marché 2021 en 60 secondes: Bruno Paulson - International Equity Team
Insight thumbnail video icon
 
Nous sommes à l’aube d’une nouvelle décennie. Doit-on s’attendre à de nouvelles années folles ou à un destin plus paisible ? Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire l’analyse de Bruno Paulson, gérant au sein de notre équipe Actions internationals.
 
 
 
 

DÉFINITIONS

Les indices ne sont pas gérés et ne comprennent ni frais, ni droits, ni commissions de vente. Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice. Tout indice mentionné dans le présent document est la propriété intellectuelle du fournisseur concerné (y compris les marques déposées). Les produits basés sur des indices ne sont pas recommandés, avalisés, vendus ou promus par le fournisseur concerné, qui se dégage de toute responsabilité à leur égard. L’indice MSCI World est un indice pondéré par la capitalisation boursière, conçu pour mesurer la performance des marchés boursiers mondiaux. Le terme « flottant » représente la part des actions en circulation qui sont considérées comme disponibles à l’achat sur les marchés d’actions publics par les investisseurs. La performance de l'Indice est cotée en dollars américains et sous-entend le réinvestissement des dividendes nets. L’indice MSCI World Health Care est un indice pondéré par la capitalisation boursière qui suit la performance des titres du secteur de la santé dans les pays développés d’Amérique du Nord, d’Europe et de la zone Asie-Pacifique. Il prend en compte le réinvestissement des dividendes, nets des retenues à la source à l’étranger.

DISTRIBUTION

Le présent document ne s’adresse et ne doit être distribué exclusivement qu’aux personnes résidant dans des pays ou territoires où une telle distribution ou mise à disposition n’est pas contraire aux lois et réglementations locales en vigueur.

Irlande : MSIM Fund Management (Ireland) Limited. Siège social : The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson's Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. Enregistrée en Irlande en tant que société privée à responsabilité limitée par actions, sous le numéro 616661. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque Centrale d'Irlande. Royaume-Uni : Morgan Stanley Investment Management Limited est agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Enregistrée en Angleterre. Numéro d’enregistrement : 1981121. Siège social : 25 Cabot Square, Canary Wharf, London E14 4QA, autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Dubaï : Morgan Stanley Investment Management Limited (Bureau de représentation, Unit Precinct 3-7 th Floor-Unit 701 and 702, Level 7, Gate Precinct Building 3, Dubai International Financial Centre, Dubaï, 506501, Émirats arabes unis. Téléphone : +97 (0)14 709 7158). Allemagne : MSIM Fund Management (Ireland) Limited Niederlassung Deutschland, Grosse Gallusstrasse 18, 60312 Francfort, Allemagne (Catégorie : Branch Office (FDI) selon § 53b KWG). Italie : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, succursale de Milan (Sede Secondaria di Milano) est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited, une société enregistrée en Irlande, réglementée par la Banque Centrale d'Irlande et dont le siège social est situé à The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited succursale de Milan (Sede Secondaria di Milano) dont le siège est situé à Palazzo Serbelloni Corso Venezia, 16 20121 Milano, Italie, est enregistrée en Italie avec le numéro d’entreprise et le numéro de TVA 11488280964. Pays-Bas : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, Tour Rembrandt, 11e étage Amstelplein 1 1096HA, Pays-Bas. Téléphone : 31 2-0462-1300. Morgan Stanley Investment Management est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque Centrale d'Irlande. France : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, succursale de Paris est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited, une société enregistrée en Irlande, réglementée par la Banque Centrale d'Irlande et dont le siège social est situé à The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited succursale de Paris dont le siège est situé au 61 rue de Monceau 75008 Paris, France, est enregistrée en France avec le numéro d’entreprise 890 071 863 RCS. Suisse : Morgan Stanley & Co. International plc, Londres, succursale de Zurich Autorisée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (« FINMA »). Enregistrée au registre du commerce de Zurich sous le numéro CHE-115.415.770. Siège social : Beethovenstrasse 33, 8002 Zurich, Suisse, Téléphone : +41 (0) 44 588 1000. Fax : +41(0) 44 588 1074.

États-Unis

Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas convenir à tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à la Stratégie comprennent un certain nombre de titres et ne reproduisent pas nécessairement la performance d’un indice. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, les risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. Un niveau d’investissement minimum est requis. Vous trouverez des informations importantes sur le gestionnaire financier dans la partie 2 du formulaire ADV.

Veuillez examiner attentivement les objectifs de placement, les risques, les frais et les dépenses des fonds avant d'investir. Les prospectus contiennent cette information ainsi que d’autres renseignements sur les fonds. Pour obtenir un prospectus, téléchargez-le sur morganstanley.com/im ou appelez le 1-800-548-7786. Veuillez lire attentivement le prospectus avant d’investir.

Morgan Stanley Distribution, Inc. est le distributeur des fonds Morgan Stanley.

NON ASSURÉ PAR LE FDIC | ABSENCE DE GARANTIE BANCAIRE | POSSIBLE PERTE DE VALEUR | NON ASSURÉ PAR DES AGENCES GOUVERNEMENTALES FÉDÉRALES | NE CONSTITUE PAS UN DÉPÔT

Hong Kong : Le présent document est publié par Morgan Stanley Asia Limited aux fins d’utilisation à Hong Kong et ne peut être diffusé qu’auprès d’« investisseurs professionnels » au sens du Securities and Futures Ordinance (décret sur les valeurs mobilières et les contrats à terme) de Hong Kong (Cap 571). Le contenu du présent document n’a été révisé ni approuvé par aucune autorité de réglementation, y compris la Securities and Futures Commission de Hong Kong. En conséquence, à moins que la loi en vigueur ne prévoie des exceptions, ce document ne devra pas être publié, diffusé, distribué ni adressé aux particuliers résidant à Hong Kong, ni mis à leur disposition. Singapour : Ce document ne doit pas être considéré comme faisant l’objet d’une invitation à souscrire ou à acheter, directement ou indirectement, au public ou à tout membre du public à Singapour autre que (i) un investisseur institutionnel en vertu de l’article 304 des Futures Act, chapitre 289 de Singapour (« SFA ») ; (ii) une « personne concernée » (qui comprend un investisseur qualifié) en vertu de l’article 305 de la LFT, et cette distribution est conforme aux conditions précisées à l’article 305 de la LFT ; ou (iii) conformément aux conditions de toute autre disposition applicable de la SFA. Cette publication n’a pas été vérifiée par l’Autorité monétaire de Singapour. Australie : La présente publication est diffusée en Australie par Morgan Stanley Investment Management (Australia) Pty Limited ACN : 122040037, licence AFS n° 314182, qui accepte la responsabilité de son contenu. La présente publication, ainsi que l’accès à celle-ci, est réservée aux « clients wholesale » selon l’acception de ce terme dans la loi sur les sociétés en vigueur en Australie.

Japon : Pour les investisseurs professionnels, ce document est distribué à titre informatif seulement. Pour ceux qui ne sont pas des investisseurs professionnels, ce document est fourni par Morgan Stanley Investment Management (Japan) Co., Ltd. (« MSIMJ ») dans le cadre de conventions de gestion de placements discrétionnaires (« IMA ») et de conventions de conseils en placement (« AAI »). Il ne s'agit pas d'une recommandation ni d'une sollicitation de transactions ou offre d'instruments financiers particuliers. En vertu d'une convention IMA, en ce qui concerne la gestion des actifs d'un client, le client prescrit à l'avance les politiques de gestion de base et charge MSIMJ de prendre toutes les décisions d'investissement en fonction de l'analyse de la valeur des titres et MSIMJ accepte cette mission. Le client doit déléguer à MSIMJ les pouvoirs nécessaires à l'investissement. MSIMJ exerce les pouvoirs délégués en fonction des décisions d'investissement de MSIMJ, et le client s'interdit d'émettre des instructions individuelles. Tous les profits et pertes d'investissement reviennent aux clients ; le principal n'est pas garanti. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, la nature des risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. À titre de commission de conseils en investissement pour une gestion conseillée (IAA) ou une discrétionnaire (AMIIMA), le montant des biens assujettis au contrat multiplié par un certain taux (la limite supérieure est de 2,20% par année (taxes comprises)) sera engagé proportionnellement à la durée du contrat. Pour certaines stratégies, des honoraires conditionnels peuvent être compris en plus des frais mentionnés ci-dessus. Des frais indirects peuvent également être supportés, tels que des commissions de courtage pour des titres émis par des personnes morales Étant donné que ces frais et dépenses sont différents selon le contrat et d'autres facteurs, MSIMJ ne peut pas préciser les taux, les limites supérieures, etc. à l'avance. Tous les clients doivent lire attentivement les documents fournis avant la conclusion et l'exécution d'un contrat. Ce document est diffusé au Japon par MSIMJ, enregistrée sous le n° 410 (Directeur du Bureau des Finances Locales de Kanto (Entreprises d'Instruments Financiers)), membres : la Japan Securities Dealers Association, l’Investment Trusts Association, Japon, la Japan Investment Advisers Association et la Type II Financial Instruments Firms Association.

INFORMATIONS IMPORTANTES

EMOA : Cette communication promotionnelle est publiée par MSIM Fund Management (Ireland) Limited. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque Centrale d'Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est une société privée à responsabilité limitée par actions immatriculée en Irlande sous le numéro 616661 et dont le siège social est situé à l’adresse The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson's Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande.

Il n’y a aucune garantie qu’une stratégie d’investissement fonctionnera dans toutes les conditions du marché et il incombe à chaque investisseur d’évaluer sa capacité à investir à long terme, surtout pendant les périodes de détérioration du marché. Avant de réaliser un placement, les investisseurs sont invités à lire attentivement le document d'offre relatif à la stratégie ou au produit. Les divers supports d’investissement présentent des différences importantes dans la mise en œuvre de la stratégie.

Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas être adaptés pour tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à la Stratégie comprennent un certain nombre de titres et ne reproduisent pas nécessairement la performance d’un indice.  Avant d’investir, veuillez examiner attentivement les objectifs d’investissement, les risques et les frais associés à la stratégie.

Ce document constitue une communication générale, qui n’est pas impartiale et a été préparé uniquement à des fins d’information et d’éducation et ne constitue pas une offre ni une recommandation d’achat ni de vente d’un titre en particulier ni d’adoption d’une stratégie de placement particulière. Les informations contenues dans le présent document ne s’appuient pas sur la situation d’un client en particulier. Elles ne constituent pas un conseil d’investissement et ne doivent pas être interprétées comme constituant un conseil en matière fiscale, comptable, juridique ni réglementaire. Avant de prendre une décision d’investissement, les investisseurs doivent solliciter l’avis d’un conseiller juridique et financier indépendant, y compris s’agissant des conséquences fiscales.

Sauf indication contraire, les opinions exprimées dans ce document sont celles de l’équipe de gestion du portefeuille, elles sont fondées sur des faits telles qu’ils existent à la date de préparation et non à une quelconque date ultérieure, et ne seront pas mis à jour ni révisées pour tenir compte d’informations disponibles ou de circonstances, ou de changements survenant après la date de rédaction.

Les prévisions et/ou estimations fournies dans le présent document sont susceptibles de changer et pourraient ne pas se matérialiser. Les informations concernant les performances attendues et les perspectives de marché sont basées sur la recherche, l’analyse et les opinions des auteurs. Ces conclusions sont de nature spéculative, peuvent ne pas se concrétiser et ne visent pas à prédire la performance future d’un produit de Morgan Stanley Investment Management en particulier.

MSIM n’a pas autorisé les intermédiaires financiers à utiliser ni à distribuer le présent document, à moins que cette utilisation et cette distribution ne soient effectuées conformément à la législation et à la réglementation en vigueur.

De plus, les intermédiaires financiers sont tenus de s’assurer que les informations contenues dans ce document soient adaptées aux personnes à qui ils le fournissent en termes de leur situation et de leurs objectifs. MSIM ne peut être tenu responsable et rejette toute responsabilité en cas d’utilisation abusive de ce document par tout intermédiaire financier.

Tout ou partie de ce travail ne peut être reproduit, copié ou transmis, ni tout ou partie de son contenu, à des tiers sans l’autorisation écrite expresse de MSIM.

Toutes les informations contenues dans le présent document sont la propriété des auteurs et sont protégées par la loi sur les droits d’auteur.

 

Les utilisateurs sont invités à prendre connaissance des Conditions d’utilisation avant d’engager toute procédure, car celles-ci mentionnent des restrictions légales et réglementaires applicables à la diffusion des informations relatives aux produits d’investissement de Morgan Stanley Investment Management.

Les services décrits sur ce site Web peuvent ne pas être disponibles dans certaines juridictions ou pour certaines personnes. Merci de consulter nos Conditions d’utilisation pour de plus amples informations.


Confidentialité    •    Conditions d'utilisation

©  Morgan Stanley. Tous droits réservés.