Insight Article Desktop Banner
 
 
Perspectives de marché 2021
  •  
janvier 04, 2021

Encaisser et rebondir : les obligations convertibles s’imposent en 2021

Insight Video Mobile Banner
 
janvier 04, 2021

Encaisser et rebondir : les obligations convertibles s’imposent en 2021


Perspectives de marché 2021

Encaisser et rebondir : les obligations convertibles s’imposent en 2021

Share Icon

janvier 04, 2021

 
 

2020 restera dans les annales comme une année terrible, mais en tant qu’investisseur, il faut toujours rester à l'affut des opportunités créées par les grands événements. Prenez les obligations convertibles, malgré les ravages de 2020, elles ont prospéré.

 
 

Au 30 novembre, la performance de l’indice Refinitiv Global Focus (USD hedged) était de 18,59 %, soit l’une des meilleures années jamais enregistrées. En outre, les émissions mondiales d’obligations convertibles au cours des 11 premiers mois se sont élevées à 145 milliards de dollars américains, soit le montant le plus élevé depuis 2007. Ces chiffres n’étaient attendus par personne au début de l’année et pour cause ! Mais le drame de la COVID-19 a également eu un impact sur la technologie et les conditions de plus grande volatilité qui ont permis la renaissance du marché des obligations convertibles.

Pour mieux comprendre l’étrange année 2020 et se projeter en 2021, nous étudions ici les trois facteurs clés qui ont joué un rôle important cette année et considérons le rôle qu’ils pourraient jouer en 2021.

  1. LES OBLIGATIONS CONVERTIBLES ONT ENREGISTRÉ DE BONNES PERFORMANCES QUAND LES ACTIONS ONT BIEN PERFORMÉ. Certains secteurs sont davantage représentés sur le marché des obligations convertibles, de sorte que la performance sectorielle des actions est un facteur déterminant du rendement des obligations convertibles.
  2. LES OBLIGATIONS CONVERTIBLES DEVRAIENT SURPERFORMER LES ACTIONS LORSQUE LA VOLATILITÉ EST ÉLEVÉE. L’option sur action intégrée dans les obligations gagne en valeur en cas de volatilité des marchés actions.
  3. LES VALORISATIONS DES OBLIGATIONS CONVERTIBLES SONT AFFECTÉES PAR DES FACTEURS TECHNIQUES TELS QUE L’OFFRE ET LA DEMANDE. L’équilibre du marché est perturbé lorsque des changements importants surviennent dans l’offre ou la demande. Ces changements créent à la fois des défis et des opportunités.
     

Nous allons examiner chacun de ces facteurs en détail, pour mieux comprendre les facteurs de performance de 2020, mais aussi en tant qu’éléments de réflexion pour anticiper l’évolution de la situation en 2021.

1) LES OBLIGATIONS CONVERTIBLES ONT ENREGISTRÉ DE BONNES PERFORMANCES QUAND LES ACTIONS ONT BIEN PERFORMÉ

La plupart des investisseurs seront sensibles à l’observation selon laquelle le principal risque d’une obligation convertible provient de l’option sur actions qu’elle intègre. Mathématiquement, une obligation convertible typique d’une valeur nominale de 100 dollars à l’émission peut être composée pour 85 dollars d’une obligation ordinaire et pour 15 dollars d’une option sur actions, mais cette part de 15 % représente généralement environ la moitié du risque et de la performance de l’ensemble, car c’est le plus volatil des deux actifs. Or, plus l’action est volatile, plus l’option a de la valeur, ce qui fait baisser le coût d’emprunt pour l’émetteur. Ainsi les entreprises dont le cours des actions est volatil sont-elles plus susceptibles d’émettre des obligations convertibles que celles dont le cours est peu volatil. C’est pourquoi le marché des obligations convertibles est en grande partie composé d’entreprises des secteurs de croissance volatils tels que la technologie, la consommation discrétionnaire, les biotechnologies et les télécommunications. Au 30 novembre 2020, ces quatre secteurs représentaient à eux seuls 64,6 % de l’indice Refinitiv Global Focus (USD hedged), ce qui en 2020 était une bonne et même excellente chose. L’illustration 1 montre, en se fondant sur les indices actions sectoriels de MSCI, que ces quatre secteurs de croissance ont enregistré une performance de 23,99 % en 2020 (au 30 novembre 2020), contre -1,92 % pour les sept autres secteurs.

 
 
 
ILLUSTRATION 1 : Les performances des actions se sont concentrées dans une poignée de secteurs
Performances des actions mondiales par secteur MSCI
 

La performance de l’indice est fournie à titre indicatif seulement et n’est pas destinée à illustrer la performance d’un investissement spécifique. La performance passée n’est pas un indicateur fiable des performances futures. Voir la section sur les définitions d’indices.

Source : MSIM, Bloomberg au 11 décembre 2020

 
 

C’est aux États-Unis que la croissance du secteur technologique est la plus marquée, puisque les six plus grandes valeurs (Facebook, Apple, Netflix, Microsoft, Amazon et Google, parfois désignées par l’acronyme FANMAG) représentent aujourd’hui environ 25 % de la capitalisation boursière de l’indice S&P 500. L’illustration 2 souligne l’écart de performance spectaculaire de ces entreprises par rapport au reste du marché américain en 2020. En 11 mois, le S&P 500 a réalisé une performance honorable de 12,1 %, mais si l’on détache les FANMAG du reste, on constate que ce groupe a réalisé une performance de 83,72 % contre -1,11 % pour le « S&P 494 » !

Il faut désormais se demander si ces actions sont surévaluées, tout en reconnaissant la vigueur de leurs bénéfices et de leur croissance, qui a dynamisé le sentiment du marché. Faits à prendre en compte :1

  • Entre début 2015 et la fin du premier semestre 2020, les chiffres d’affaires prévisionnels des FANMAG ont augmenté de 115 %, contre 2,6 % pour le reste du S&P 500.
  • Au cours de la même période, les bénéfices prévisionnels des FANMAG ont progressé de 95 %, tandis que ceux du reste du S&P 500 ont reculé de 1,9 %.
  • Cette rentabilité des FANMAG ne tient pas seulement à la croissance spectaculaire de leurs chiffres d’affaires, mais aussi à leurs marges et, toujours sur cette même période, les FANMAG ont réalisé des marges bénéficiaires prévisionnelles de 15,5 %, contre 10,3 % pour le S&P 494.

Les investisseurs actions savent que les marchés boursiers accordent une grande importance à la croissance et que plus celle-ci est rentable, plus sa valorisation est élevée. Dans le contexte actuel, caractérisé par la pandémie, de nombreuses tendances favorables à l’utilisation de la technologie ont gagné en puissance. Une grande partie du secteur technologique figure parmi les plus grands bénéficiaires des bouleversements économiques provoqués par la COVID-19 et devrait continuer à progresser longtemps après la fin de la crise, à mesure que le travail, la consommation, l’éducation et les loisirs seront transférés en ligne.

L’impact croissant des technologies sur notre vie ne se limite toutefois pas aux marchés boursiers, et, si le thème décrit ci-dessus selon lequel « la technologie est le moteur des marchés actions » est bien connu, l’idée selon laquelle « la technologie est le moteur de l’économie » n’est pas encore appréciée à sa pleine mesure. Or, il n’est pas inconcevable que ce deuxième thème tire le premier :2

  • La technologie, avec 50 % des dépenses, est désormais le principal poste de dépenses d’investissement. Or, les dépenses d’investissement sont les mamelles de la productivité, qui est elle-même le moteur du PIB.2
  • L’économie numérique ne représente encore que 9 % du PIB américain, mais a contribué pour 32 % à la croissance du PIB au cours des 14 dernières années.2
  • Avec la technologie aux commandes, le PIB devrait croître plus rapidement qu’il ne le ferait autrement, ce qui contribuera à contenir l’inflation plus longtemps.

 

Comme évoqué plus haut au sujet des marchés actions, la pandémie n’a fait qu’accélérer ces tendances. L’illustration 3 ci-dessous montre que les dépenses en équipements technologiques ont décollé au troisième trimestre, à mesure que les entreprises s’adaptaient à l’évolution de la conjoncture.3

 
 
 
ILLUSTRATION 2 : Les marchés actions portés par les FANMAG
31/12/3019 – 30/11/2020
 

La performance de l’indice est fournie à titre indicatif seulement et n’est pas destinée à illustrer la performance d’un investissement spécifique. La performance passée n’est pas un indicateur fiable des performances futures.

Sources : MSIM, Bloomberg au 30 novembre 2020

 
 
 
ILLUSTRATION 3 : Dépenses d’investissement des entreprises dans les technologies
 

Source : U.S. Bureau of Economic Analysis, au 30 novembre 2020

 
 

Au vu des éléments ci-dessus, il apparaît clairement que l’économie numérique a été le moteur des marchés actions ces dernières années et plus encore en 2020 compte tenu des changements provoqués par la COVID-19. Cela a eu un impact disproportionné sur le marché des obligations convertibles en raison de la part plus importante des émetteurs de croissance volatils sur ce marché. Nous anticipons la poursuite de ces tendances en 2021, car la croissance économique est appelée à rebondir une fois que les vaccins seront plus largement disponibles. Les actions, toujours tirées par la technologie, devraient continuer à progresser.

2) LES OBLIGATIONS CONVERTIBLES ONT TENDANCE À BIEN SE COMPORTER LORSQUE LA VOLATILITÉ AUGMENTE

Une obligation convertible se compose d’une obligation d’entreprise ordinaire et d’une option sur actions. Plus le marché actions est volatil, plus la valeur de l’option est élevée, car il y a plus de chances qu’elle passe au-dessous du prix ou « in the money ». Autrement dit, lorsque la volatilité augmente, les obligations convertibles gagnent en valeur.

Ceci peut s’observer en comparant une période calme à une période agitée comme dans l’illustration 4. Au cours des trois années du 1er janvier 2016 au 31 décembre 2018, la croissance mondiale s’est ralentie, les taux ont baissé et la volatilité s’est atténuée, comme en témoigne le niveau moyen de seulement 14,5 % du VIX. Durant cette période, les valeurs du MSCI World ont enregistré une performance annualisée de 7,20 %, tandis que l’indice Bloomberg Barclays Global Aggregate Total Return affichait une performance annualisée de 3,02 %. En principe, la performance des obligations convertibles devrait se situer quelque part entre celle des obligations et celle des actions, car elle associe une part du risque des deux. Plus précisément, les performances attendues des obligations convertibles peuvent raisonnablement être comparées à celles d’un portefeuille équilibré composé d’environ 60 % d’actions et 40 % d’obligations. Or, sur la période 2016-2018, un portefeuille composé à 60/40 d’actions et d’obligations aurait enregistré une performance de 5,53 %, là où l’indice Refinitiv Global Focus n’affichait qu’une performance de 1,46 % par an, soit une sous-performance de plus de 4 % par rapport au portefeuille 60/40 en actions et obligations ! Cette période a donc été très décevante pour les investisseurs en obligations convertibles, mais si l’on considère le faible niveau de volatilité, ce n’est pas vraiment une surprise.

 
 
 
ILLUSTRATION 4 : Une volatilité faible a, dans le passé, entraîné des performances médiocres pour les obligations convertibles
 

La performance de l’indice est fournie à titre indicatif seulement et n’est pas destinée à illustrer la performance d’un investissement spécifique. La performance passée n’est pas un indicateur fiable des performances futures.

Sources : MSIM, Bloomberg au 30 novembre 2020

 
 

Prenons maintenant la période la plus récente, qui va du 1er janvier 2019 au 30 novembre 2020. Durant cette période, le niveau moyen du VIX est passé au-dessus de sa moyenne à long terme (environ 20 %) pour atteindre 22,1 % dans un contexte d’incertitude marqué par la présidentielle américaine et la COVID-19. Les valeurs du MSCI World ont enregistré une performance annualisée impressionnante de 20,12 % sur la période tandis qu’avec une performance annuelle de 10,13 % l’indice Bloomberg Barclays Global Aggregate Total Return n’a pas démérité. Le portefeuille 60/40 d’actions et d’obligations, quant à lui, a dégagé une performance de 16,12 %, une performance attractive surpassée néanmoins par l’indice Refinitiv Global Focus et sa performance annualisée de 16,54 %. Il en ressort donc que durant cette période de plus grande volatilité, les obligations convertibles ont généré de meilleures performances que les autres catégories obligataires grâce à la valeur de leur option sous-jacente.

Pour 2021, notre scénario de référence anticipe une mise à disposition des vaccins, une reprise de la croissance économique et une bonne performance des marchés actions. Nous ne pouvons toutefois compter sur un parcours sans heurts. En ce qui concerne les vaccins, la question qui se pose désormais et de savoir si après leur mise au point en un temps record ils seront efficaces, qui en bénéficiera et quand ? Ensuite, même si l’on part du principe que les vaccins seront la solution en 2021, reste à savoir dans quelle mesure l’économie mondiale pourra se rétablir compte tenu de l’ampleur des dégâts. Quelles sont les entreprises qui se redresseront et quelles sont celles qui n’y parviendront pas ? Les consommateurs pourront-ils recommencer à dépenser alors que tant de personnes ont perdu leur emploi ? Toutes ces questions constituent des défis pour le marché actions et seront d’autant plus sensibles que les valorisations ont atteint des niveaux records dans bon nombre de secteurs. Nous estimons par conséquent qu’une allocation aux obligations convertibles constitue un investissement prudent.

3) LES VALORISATIONS DES OBLIGATIONS CONVERTIBLES SONT AFFECTÉES PAR DES FACTEURS TECHNIQUES

Aucun bilan de 2020 ni aucune perspective pour 2021 ne serait complet sans évoquer la situation exceptionnelle de l’offre sur le marché mondial des obligations convertibles. Après plusieurs années d’émissions inférieures à la moyenne en raison du contexte de taux bas et de volatilité réduite, l’offre a décollé en 2020, avec 142 milliards de dollars en nouvelles émissions, soit le total le plus élevé depuis 2007 (voir illustration 5). Pour la première fois depuis plusieurs années, la taille totale du marché des obligations convertibles approche des 500 milliards de dollars en volume, après une croissance d’environ 30 % en 2020. Un tel changement ouvre une large gamme d’opportunités à court terme :

  • PRIX RÉDUITS, L’OFFRE ÉTANT SUPÉRIEURE À LA DEMANDE : La demande commence à peine à suivre la hausse de l’offre, et les obligations convertibles se sont négociées jusqu’à 4 % moins cher dans certaines régions pendant une partie de l’année 2020. Même si les actions ont fortement progressé en novembre, le marché des obligations convertibles se négocie encore entre sa juste valeur et une décote de 1,5 % selon les régions.4 Ce phénomène est remarquable, car les obligations convertibles gagnent presque toujours en valeur lorsque les actions progressent, car les investisseurs assument davantage de risque. Pourtant, en 2020, les obligations convertibles ont mis du temps à trouver la demande, de sorte que cette classe d’actifs est l’une des rares où les prix ne sont pas contraints.
  • PRIX RÉDUITS PAR RAPPORT AUX OPTIONS COTÉES : Le caractère bon marché du marché des convertibles semble être une aberration par rapport aux options cotées dont les investisseurs estiment qu’elles seront plus volatiles à l’avenir. Une étude récente sur les options montre que la volatilité implicite à 12 mois du S&P est au 83e centile en termes d’élévation des prix sur cinq ans5, tandis que la recherche sur le marché des obligations convertibles fait apparaître que ce marché se situe, de manière simultanée, au 83e centile en termes de faiblesse des prix depuis 20096.
  • CONDITIONS ATTRACTIVES DANS LES SECTEURS EN DIFFICULTÉ : Une grande partie de la surabondance de l’offre en 2020 est survenue après la débâcle des marchés actions au premier trimestre, ce qui est logique, puisque les entreprises les plus touchées ont dû trouver des financements pour surmonter la pandémie (compagnies aériennes, croisiéristes, détaillants classiques). De manière générale, le marché des obligations convertibles constitue une solution prisée en période de crise, car le niveau élevé de volatilité augmente la valeur des options, contribuant ainsi à compenser le creusement des spreads de crédit. Les émissions en période de crise ont tendance à être très avantageuses pour les investisseurs à long terme, car les conditions d’émission se doivent d'être favorables aux investisseurs, avec des primes de conversion moins élevées définies par rapport à des cours d’actions bon marché.
  • OFFRE D’ENTREPRISES QUI BÉNÉFICIENT DE LA PANDÉMIE : Outre l’offre émanant des secteurs en difficulté qui présentent un potentiel haussier en cas de rétablissement ultérieur, le marché des obligations convertibles a également été alimenté par les émissions d’entreprises favorisées par la crise, notamment dans le domaine des technologies et des télécommunications, qui ont levé des fonds pour financer leur croissance. Cette combinaison de l’offre provenant à la fois des gagnants et des perdants de la crise a contribué à la forte performance de la classe d’actifs au quatrième trimestre. Bon nombre de ces nouvelles émissions ont désormais été corrigées à la hausse et ne sont plus équilibrées, mais les opportunités attractives restent nombreuses.
 
 
 
ILLUSTRATION 5 : En 2020 les émissions d’obligations convertibles ont atteint leur plus haut en 10 ans
Le volume total des émissions mondiales a atteint 142 milliards de dollars en cumul annuel, soit le niveau le plus élevé depuis 2007 (163 milliards de dollars), dont 95 milliards de dollars aux États-Unis
 

Source : BOAML, au 30 novembre 2020

 
 

Résumé

La volatilité créée par la pandémie a clairement dynamisé le marché des obligations convertibles en profitant aux plus grands secteurs, en suscitant une nouvelle offre considérable et en permettant de contenir les valorisations. Au cours des trois années de 2015 à 2018, la faible croissance et la volatilité réduite ont sapé l’attractivité des obligations convertibles par rapport aux actions et aux obligations. Mais à présent, nous estimons que les investisseurs en crédit doivent envisager de renforcer leur exposition aux obligations convertibles comme outil de diversification idéal pour accroître le potentiel de performance offert par la reprise économique, tandis que les investisseurs en actions pourront utiliser les obligations convertibles comme un moyen de rémunérer la volatilité résultant d’une trajectoire de reprise sans doute chaotique.

 
 

1 Source : http://blog.yardeni.com/2020/07/the-magnificent-six-stocks-that-are.html

2 Source : https://research.cornerstonemacro.com/ResearchPortal/Download?E=jgegkdfbha

3 Source : https://markets.jpmorgan.com/research/email/-p4sn4fu/cYVI-08qblz_8Xuygfeevw/GPS-3540216-0

4 Source : Jeffries, au 11 décembre 2020

5 Source : UBS, recherche sur les dérivés, 7 décembre 2020

6 Source : BAML « Global convertibles Year Ahead » 30 novembre 2020

 
 

Considérations sur les risques

Il ne peut être garanti qu’un portefeuille atteindra son objectif d’investissement. Les portefeuilles sont soumis au risque de marché, c'est-à-dire à la possibilité que la valeur des titres détenus par le portefeuille diminue et que la valeur des actions du portefeuille soit donc inférieure à celle que vous avez payée. Les valeurs boursières peuvent varier quotidiennement en fonction de facteurs économiques ou d'autre nature (par ex. catastrophes naturelles, crises sanitaires, terrorisme, conflits et troubles sociaux) qui ont des répercussions sur les marchés, les pays, les entreprises ou les gouvernements. Il est difficile de prévoir le calendrier, la durée et les éventuels effets négatifs (par ex. liquidité du portefeuille) liés à de tels événements. En conséquence, ce portefeuille expose l’investisseur à des pertes potentielles. Nous attirons votre attention sur le fait que ce portefeuille peut contenir d'autres types de risques. Les titres obligataires sont soumis à la capacité d’un émetteur de rembourser le principal et les intérêts (risque de crédit), aux fluctuations des taux d’intérêt (risque de taux d’intérêt), à la solvabilité de l’émetteur et la liquidité générale du marché (risque de marché). Dans un contexte de hausse des taux d'intérêt, les prix des obligations pourraient chuter et entraîner des périodes de volatilité et des rachats plus importants. Dans un environnement de taux d'intérêt en baisse, le portefeuille peut générer des revenus moindres. Les titres à plus long terme peuvent être plus sensibles aux variations des taux d’intérêt. Outre les risques associés aux actions ordinaires, les investissements dans des titres convertibles sont soumis aux risques associés aux titres de créance, à savoir, les risques de crédit, de prix et de taux d’intérêt. En général, la valeur des actions varie également en fonction des activités spécifiques à une entreprise. Les investissements sur les marchés étrangers s’accompagnent de risques particuliers, notamment les risques de change, politiques, économiques et de marché.

 
tom.wills
Gérant de portefeuille principal - Obligations convertibles mondiales
 
 
 
 

DÉFINITIONS DES INDICES

Les indices présentés dans ce rapport ne sont pas destinés à décrire la performance d'un investissement spécifique, et les indices présentés n'incluent pas les dépenses, frais ou coût d'acquisition, ce qui diminuerait la performance. Les indices indiqués ne sont pas gérés et ne doivent pas être considérés comme un investissement. Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice.

L’indice Bloomberg Barclays Global Aggregate est un indice de référence général qui mesure les performances des marchés mondiaux des obligations investment grade à taux fixe. Les rendements totaux indiqués ne sont pas couverts en USD.

Le Volatility Index (VIX) du Chicago Board Options Exchange (CBOE) reflète les anticipations du marché en matière de volatilité à 30 jours.

L’indice MSCI World est un indice pondéré par la capitalisation boursière, conçu pour mesurer la performance des marchés boursiers mondiaux. Le terme « flottant » représente la part des actions en circulation qui sont considérées comme disponibles à l’achat sur les marchés d’actions publics par les investisseurs. La performance de l’Indice est cotée en dollars américains et sous-entend le réinvestissement des dividendes nets.

L’indice MSCI World Health Care est un indice pondéré par la capitalisation boursière qui suit la performance des titres du secteur de la santé dans les pays développés d’Amérique du Nord, d’Europe et de la zone Asie-Pacifique. Il prend en compte le réinvestissement des dividendes, nets des retenues à la source à l’étranger.

L’indice MSCI World Industrials est conçu de manière à représenter les segments des grandes et moyennes capitalisations de 23 pays développés. Tous les titres inclus dans l’indice font partie du secteur industriel, conformément à la classification Global Industry Classification Standard (GICS®).

L’indice MSCI World Information Technology est un indice pondéré par la capitalisation boursière qui suit la performance des titres du secteur des technologies de l’information dans les pays développés d’Amérique du Nord, d’Europe et de la zone Asie-Pacifique. Il prend en compte le réinvestissement des dividendes, nets des retenues à la source à l’étranger.

L’indice MSCI World Consumer Staples est conçu de manière à représenter les segments des grandes et moyennes capitalisations de 23 pays développés. Tous les titres inclus dans l’indice font partie du secteur de la consommation non-cyclique, conformément à la classification Global Industry Classification Standard (GICS®).

L’indice Refinitiv Convertible Global Focus USD Hedged est un indice pondéré par le marché qui inclut des obligations convertibles en actions d’une taille unitaire minimale de 500 millions de dollars (États-Unis), 200 millions d’euros (Europe), 22 milliards de yens et 275 millions de dollars (autres pays).

L’Indice S&P 500® (US S&P 500) mesure la performance du segment des grandes capitalisations du marché des actions américaines, et couvre environ 75 % de ce marché. L’indice comprend 500 entreprises de premier plan dans les principaux secteurs de l’économie américaine.

INFORMATIONS IMPORTANTES

La performance passée n’est pas un indicateur fiable des performances futures.

Les opinions, les points de vue, les prévisions et les estimations exprimés sont ceux de l’auteur ou de l’équipe de gestion à la date de préparation du présent document. Ils peuvent être modifiés à tout instant au gré de l’évolution des conditions de marché, de la conjoncture économique ou d’autres facteurs. En outre, les opinions ne seront pas mises à jour ou corrigées dans le but de refléter les informations publiées à posteriori ou des situations existantes ou des changements se produisant après la date de publication. Les opinions exprimées ne reflètent pas celles de tous les gérants de portefeuille de Morgan Stanley Investment Management (MSIM) ou celles de la société dans son ensemble. Elles peuvent ne pas être prises en compte dans toutes les stratégies et les produits proposés par la société.

Les prévisions et/ou estimations fournies dans le présent document sont susceptibles de changer et pourraient ne pas se matérialiser. Les informations concernant les performances attendues et les perspectives de marché sont basées sur la recherche, l’analyse et les opinions des auteurs. Ces conclusions sont de nature spéculative et ne visent pas à prévoir la performance future d’un produit de Morgan Stanley Investment Management en particulier.

Ce document constitue une communication générale, qui n’est pas impartiale et toute l’information qu’il contient a été préparée uniquement à des fins d’information et de formation et ne constitue pas une offre ni une recommandation d’achat ni de vente d’un titre en particulier ni d’adoption d’une stratégie d’investissement particulière. Les informations contenues dans le présent document ne s'appuient pas sur la situation d’un client en particulier. Elles ne constituent pas un conseil d’investissement et ne doivent pas être interprétées comme constituant un conseil en matière fiscale, comptable, juridique ni réglementaire. Avant de prendre une décision d’investissement, les investisseurs doivent solliciter l’avis d’un conseiller juridique et financier indépendant, y compris s’agissant des conséquences fiscales.

Cette communication n'est pas un produit du département de recherche de Morgan Stanley et ne doit pas être considérée comme une recommandation de recherche. Les informations contenues dans le présent document n’ont pas été préparées conformément aux exigences légales visant à promouvoir l’indépendance de la recherche en investissement et ne font l’objet d’aucune interdiction de négociation avant leur diffusion.

Certaines informations fournies dans le présent document sont fondées sur des données obtenues de sources tierces jugées fiables. Nous n’avons cependant pas vérifié ces informations et ne fournissons aucune garantie quant à leur exactitude ni à leur exhaustivité.

Le présent document s’adresse et doit être distribué exclusivement aux personnes résidant dans des pays ou territoires où une telle distribution ou mise à disposition n’est pas contraire aux lois et réglementations locales en vigueur.

Il n’y a aucune garantie qu’une stratégie d’investissement fonctionnera dans toutes les conditions du marché et il incombe à chaque investisseur d’évaluer sa capacité à investir à long terme, surtout pendant les périodes de détérioration du marché. Avant de réaliser un placement, les investisseurs sont invités à lire attentivement le document d’offre relatif à la stratégie ou au produit. Les divers supports d’investissement présentent des différences importantes dans la mise en œuvre de la stratégie.

Irlande : MSIM Fund Management (Ireland) Limited. Siège social : The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson's Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. Enregistrée en Irlande en tant que société privée à responsabilité limitée par actions, sous le numéro 616661. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque Centrale d'Irlande. Royaume-Uni : Morgan Stanley Investment Management Limited est agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Enregistrée en Angleterre. Numéro d’enregistrement : 1981121. Siège social : 25 Cabot Square, Canary Wharf, London E14 4QA, autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Dubaï : Morgan Stanley Investment Management Limited (Bureau de représentation, Unit Precinct 3-7 th Floor-Unit 701 and 702, Level 7, Gate Precinct Building 3, Dubai International Financial Centre, Dubaï, 506501, Émirats arabes unis. Téléphone : +97 (0)14 709 7158). Allemagne : MSIM Fund Management (Ireland) Limited Niederlassung Deutschland, Grosse Gallusstrasse 18, 60312 Francfort, Allemagne (Catégorie : Branch Office (FDI) selon § 53b KWG). Italie : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, succursale de Milan (Sede Secondaria di Milano) est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited, une société enregistrée en Irlande, réglementée par la Banque Centrale d'Irlande et dont le siège social est situé à The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited succursale de Milan (Sede Secondaria di Milano) dont le siège est situé à Palazzo Serbelloni Corso Venezia, 16 20121 Milano, Italie, est enregistrée en Italie avec le numéro d’entreprise et le numéro de TVA 11488280964. Pays-Bas : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, Tour Rembrandt, 11e étage Amstelplein 1 1096HA, Pays-Bas. Téléphone : 31 2-0462-1300. Morgan Stanley Investment Management est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque Centrale d'Irlande. France : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, succursale de Paris est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited, une société enregistrée en Irlande, réglementée par la Banque Centrale d'Irlande et dont le siège social est situé à The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited succursale de Paris dont le siège est situé au 61 rue de Monceau 75008 Paris, France, est enregistrée en France avec le numéro d’entreprise 890 071 863 RCS. Suisse : Morgan Stanley & Co. International plc, Londres, succursale de Zurich Autorisée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (« FINMA »). Enregistrée au registre du commerce de Zurich sous le numéro CHE-115.415.770. Siège social : Beethovenstrasse 33, 8002 Zurich, Suisse, Téléphone : +41 (0) 44 588 1000. Fax : +41(0) 44 588 1074.

Hong Kong : Le présent document est publié par Morgan Stanley Asia Limited aux fins d’utilisation à Hong Kong et ne peut être diffusé qu’auprès d’« investisseurs professionnels » au sens du Securities and Futures Ordinance (décret sur les valeurs mobilières et les contrats à terme) de Hong Kong (Cap 571). Le contenu du présent document n’a été révisé ni approuvé par aucune autorité de réglementation, y compris la Securities and Futures Commission de Hong Kong. En conséquence, à moins que la loi en vigueur ne prévoie des exceptions, ce document ne devra pas être publié, diffusé, distribué ni adressé aux particuliers résidant à Hong Kong, ni mis à leur disposition. Singapour : Ce document ne doit pas être considéré comme faisant l’objet d’une invitation à souscrire ou à acheter, directement ou indirectement, au public ou à tout membre du public à Singapour autre que (i) un investisseur institutionnel en vertu de l’article 304 des Futures Act, chapitre 289 de Singapour (« SFA ») ; (ii) une « personne concernée » (qui comprend un investisseur qualifié) en vertu de l’article 305 de la LFT, et cette distribution est conforme aux conditions précisées à l’article 305 de la LFT ; ou (iii) conformément aux conditions de toute autre disposition applicable de la SFA. Cette publication n’a pas été vérifiée par l’Autorité monétaire de Singapour. Australie : La présente publication est diffusée en Australie par Morgan Stanley Investment Management (Australia) Pty Limited ACN : 122040037, licence AFS n° 314182, qui accepte la responsabilité de son contenu. La présente publication, ainsi que l’accès à celle-ci, est réservée aux « clients wholesale » selon l’acception de ce terme dans la loi sur les sociétés en vigueur en Australie.

Japon : Pour les investisseurs professionnels, ce document est diffusé ou distribué à titre seulement informatif. Pour ceux qui ne sont pas des investisseurs professionnels, ce document est fourni par Morgan Stanley Investment Management (Japan) Co., Ltd. (« MSIMJ ») dans le cadre de conventions de gestion de placements discrétionnaires (« IMA ») et de conventions de conseils en placement (« AAI »). Il ne s’agit pas d’une recommandation ni d’une sollicitation de transactions ou offre d’instruments financiers particuliers. En vertu d'une convention IMA, en ce qui concerne la gestion des actifs d'un client, le client prescrit à l'avance les politiques de gestion de base et charge MSIMJ de prendre toutes les décisions d'investissement en fonction de l'analyse de la valeur des titres et MSIMJ accepte cette mission. Le client doit déléguer à MSIMJ les pouvoirs nécessaires à l'investissement. MSIMJ exerce les pouvoirs délégués en fonction des décisions d'investissement de MSIMJ, et le client s'interdit d'émettre des instructions individuelles. Tous les profits et pertes d'investissement reviennent aux clients ; le principal n'est pas garanti. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, la nature des risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. À titre de commission de conseils en investissement pour une gestion conseillée (IAA) ou une discrétionnaire (AMIIMA), le montant des biens assujettis au contrat multiplié par un certain taux (la limite supérieure est de 2,20% par année (taxes comprises)) sera engagé proportionnellement à la durée du contrat. Pour certaines stratégies, des honoraires conditionnels peuvent être compris en plus des frais mentionnés ci-dessus. Des frais indirects peuvent également être supportés, tels que des commissions de courtage pour des titres émis par des personnes morales Étant donné que ces frais et dépenses sont différents selon le contrat et d'autres facteurs, MSIMJ ne peut pas préciser les taux, les limites supérieures, etc. à l'avance. Tous les clients doivent lire attentivement les documents fournis avant la conclusion et l'exécution d'un contrat. Ce document est diffusé au Japon par MSIMJ, enregistré sous le n°410 (Directeur du Bureau des Finances Locales de Kanto (Entreprises d'Instruments Financiers)), Membres : de la Japan Securities Dealers Association, de la Investment Trusts Association, de la Japan Investment Advisers Association et de la Type II Financial Instruments Firms Association.

États-Unis : Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas convenir à tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à la Stratégie comprennent un certain nombre de titres et ne reproduisent pas nécessairement la performance d’un indice. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, les risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. Un niveau d’investissement minimum est requis. Vous trouverez des informations importantes sur le gestionnaire financier dans la partie 2 du formulaire ADV.

Veuillez examiner attentivement les objectifs de placement, les risques, les frais et les dépenses des fonds avant d'investir. Les prospectus contiennent cette information, et plus, sur les fonds. Pour obtenir un prospectus, téléchargez-le directement depuis le site morganstanley.com/im ou appelez le 1-800- 548-7786. Veuillez lire attentivement le prospectus avant d’investir.

Morgan Stanley Distribution, Inc. est le distributeur des fonds Morgan Stanley.

NON ASSURÉ PAR LE FDIC | ABSENCE DE GARANTIE BANCAIRE | POSSIBLE PERTE DE VALEUR | NON ASSURÉ PAR DES AGENCES GOUVERNEMENTALES FÉDÉRALES | NE CONSTITUE PAS UN DÉPÔT

INFORMATIONS IMPORTANTES

EMOA : Cette communication promotionnelle est publiée par MSIM Fund Management (Ireland) Limited. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque Centrale d'Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est une société privée à responsabilité limitée par actions immatriculée en Irlande sous le numéro 616661 et dont le siège social est situé à l’adresse The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson's Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande.

Les indices ne sont pas gérés et ne comprennent ni frais, ni droits, ni commissions de vente. Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice. Tout indice mentionné dans le présent document est la propriété intellectuelle du fournisseur concerné (y compris les marques déposées). Les produits basés sur des indices ne sont pas recommandés, avalisés, vendus ou promus par le fournisseur concerné, qui se dégage de toute responsabilité à leur égard.

MSIM n’a pas autorisé les intermédiaires financiers à utiliser ni à distribuer le présent document, à moins que cette utilisation et cette distribution ne soient effectuées conformément à la législation et à la réglementation en vigueur. De plus, les intermédiaires financiers sont tenus de s’assurer que les informations contenues dans ce document soient adaptées aux personnes à qui ils le fournissent en termes de leur situation et de leurs objectifs. MSIM ne peut être tenu responsable et rejette toute responsabilité en cas d’utilisation abusive de ce document par tout intermédiaire financier.

Ce document peut être traduit dans d'autres langues. Lorsqu'une telle traduction est faite, seule la version anglaise fait foi. S’il y a des divergences entre la version anglaise et une version de ce document dans une autre langue, seule la version anglaise fait foi.

Il est interdit de reproduire, copier, modifier, utiliser pour créer un travail dérivé, exécuter, afficher, publier, poster, mettre sous licence, intégrer, distribuer ou transmettre tout ou une partie de ce document, directement ou indirectement, ou de divulguer son contenu à des tiers sans le consentement écrit explicite de MSIM. Il est interdit d’établir un hyperlien vers ce document, à moins que cet hyperlien ne soit destiné à un usage personnel et non commercial. Toutes les informations contenues dans le présent document sont la propriété des auteurs et sont protégées par la loi sur les droits d’auteur.

Morgan Stanley Investment Management est la division de gestion d’actifs de Morgan Stanley.

 

Les utilisateurs sont invités à prendre connaissance des Conditions d’utilisation avant d’engager toute procédure, car celles-ci mentionnent des restrictions légales et réglementaires applicables à la diffusion des informations relatives aux produits d’investissement de Morgan Stanley Investment Management.

Les services décrits sur ce site Web peuvent ne pas être disponibles dans certaines juridictions ou pour certaines personnes. Merci de consulter nos Conditions d’utilisation pour de plus amples informations.


Confidentialité    •    Conditions d'utilisation

©  Morgan Stanley. Tous droits réservés.