Insight Article Desktop Banner
 
 
Global Equity Observer
  •  
juillet 23, 2021

La Qualité dans le « meilleur des mondes »

Insight Video Mobile Banner
 
juillet 23, 2021

La Qualité dans le « meilleur des mondes »


Global Equity Observer

La Qualité dans le « meilleur des mondes »

Share Icon

juillet 23, 2021

 
 

Depuis le lancement de la stratégie mondiale la plus ancienne de notre équipe, le dernier quart de siècle s'est avéré propice aux « capitalisateurs de qualité ». Leur pouvoir de fixation des prix combiné à leurs revenus récurrents leur ont permis de faire largement mieux que le marché dans son ensemble. Ces sociétés ont été aidées en cela par les débâcles qui ont frappé le secteur des technologies, des médias et des télécommunications (TMT) lors du krach de 2001-2003, puis le secteur financier lors de la crise financière mondiale de 2008-2009. Autre point positif, en dépit de ces bons résultats, ces valeurs se sont généralement négociées avec seulement une légère prime par rapport au marché, en particulier si l'on considère les rendements des flux de trésorerie disponibles.

 
 

Certains considèrent que la qualité et les capitalisateurs auront du mal à s'imposer dans ce « Meilleur des Mondes » de reflation et d'inflation. Même si nous entrons dans un régime davantage inflationniste, nous pensons de notre côté que ces entreprises devraient continuer de prospérer.

Il est vrai que l'année dernière s’est révélée comparativement moins favorable aux titres de qualité. Dans un premier temps, l'année 2020 a été marquée par un boom de la croissance, les investisseurs s'enthousiasmant pour les nombreuses sociétés technologiques bénéficiant de la pandémie. Nous pensons que certaines composantes de cette tendance se sont ensuite transformées en bulle. Nous avons alors assisté à des valorisations extrêmes et des excès spéculatifs autour des SPAC (« Special purpose acquisition companies » ou véhicules spécifiquement dédiés à l’acquisition d’entreprises). Notre discipline en matière de valorisation nous a permis de rester à l'écart de ces excès. En outre, le quatrième trimestre 2020 et le premier trimestre 2021 ont été marqués par de bonnes nouvelles concernant la vitesse de développement et de déploiement des vaccins, ce qui a fortement accéléré la trajectoire anticipée de la reprise. En conséquence, les secteurs de valeur et les stratégies misant sur une reprise cyclique dans des secteurs tels que la finance, les matériaux ou l'industrie ont naturellement été privilégiés. Leurs prévisions de bénéfices se sont nettement améliorées grâce à la « thématique de reflation », et elles ont donc largement surperformé les secteurs défensifs (notamment la consommation de base et la santé) qui représentent la majeure partie de nos portefeuilles mondiaux.

La bulle de croissance de l'année dernière s'est quelque peu dégonflée en 2021. Ainsi, le premier quintile des valeurs technologiques les plus chères n’a progressé que de 3 % depuis le début de l'année, contre une moyenne de 12 % pour les quatre autres quintiles.1 La valorisation médiane du premier quintile est passée d'environ 130 fois les bénéfices à 24 mois à environ seulement 110 fois.1 (Et ceci ne s’applique que si vous excluez de leurs coûts les rémunérations à base d'actions. Dans le cas contraire, l'action médiane du premier quintile enregistre des pertes). Par conséquent, à court terme, une grande partie du débat porte sur le potentiel restant éventuel de la thématique cyclique (ou de reflation).

Il n'est pas certain que d'autres bonnes surprises en matière de croissance soient à venir. De même, il existe des doutes sur le potentiel résiduel de hausse des bénéfices des valeurs cycliques. Les investisseurs s’interrogent également sur la mesure dans laquelle les bonnes nouvelles sont déjà reflétées dans les cours des actions. En effet, le secteur des matériaux s’est envolé de 82 % depuis mars 2020 et les services financiers de 74 %, alors que la progression n’a été que de 32 % pour la consommation de base et de 42 % pour la santé.1 L'expérience du deuxième trimestre 2021, période durant laquelle les secteurs cycliques ont légèrement sous-performé l'indice global, laisse penser que la dynamique ayant porté la thématique « value » pourrait s'essouffler.

Surveillance de l'inflation

Les investisseurs craignent que la reprise économique en cours n'entraîne un regain d’inflation. Les prix ont en effet déjà fortement augmenté pour de nombreux produits et matières premières. Il est encore difficile de faire la distinction dans cette hausse entre ce qui relève du transitoire (hausse des prix qui résulte d’un déséquilibre temporaire entre pics de demande et offre encore limitée par la pandémie), et ce qui pourrait s'avérer permanent. Le consensus suivant semble émerger: une grande partie des pressions inflationnistes s'estomperont effectivement à mesure que la demande se normalisera et que l'offre se rétablira, ce qui signifie que les États n'auront pas à appliquer de mesures restrictives.

Nous sommes d'accord pour dire que certaines matières premières, par exemple le minerai de fer, sont au-dessus de leurs prix probables à long terme (ce qui signifie d'ailleurs que leurs producteurs gagnent peut-être trop d’argent à l'heure actuelle). La principale variable de l'inflation à surveiller est la croissance des salaires : dans les économies axées sur les services, le coût de la main d’œuvre est plus important que celui des « marchandises », qu'il s'agisse de semi-conducteurs ou de bois de construction. Dans le même temps, le marché est obsédé par les minuscules micro-signaux des intentions des banques centrales. Cette obsession rappelle un sport prisé durant la guerre froide et baptisé « kremlinologie ». Cette activité a été décrite par un éminent historien de l'époque comme la tentative de déterminer qui remporterait les luttes de pouvoir au sein du Politburo en examinant la largeur des brassards noirs portés lors des funérailles publiques sur la Place Rouge.

Si l'on examine le calendrier et la vigueur de la reprise économique actuelle, le marché s'inquiète à plus long terme du sort des actions de qualité dans un monde où l'inflation serait plus élevée (si cela devait vraiment se produire). Nous n'avons pas d'opinion tranchée quant à la trajectoire probable de l'inflation, car il existe des arguments valables tant pour l’hypothèse d’une inflation transitoire que pour celle d’une hausse des prix plus permanente. En revanche, nous pensons que les entreprises de qualité peuvent encore prospérer dans un environnement davantage inflationniste.

Un point essentiel à souligner est que l'inflation est fondamentalement un phénomène nominal plutôt que réel. Si elle est de nature à accélérer les taux de croissance des chiffres d’affaires, tout bénéfice est en fait illusoire car il est annulé par la hausse du niveau des prix. Cela dit, il existe des arguments selon lesquels l'inflation peut particulièrement aider les entreprises de moindre qualité. « L'illusion de l'argent » peut tromper les gens et les amener à qualifier « de croissance » des entreprises qui ne se développent pas en termes réels (ce qui n'est pas le cas dans le contexte actuel de faible inflation). En outre, l'inflation peut favoriser les bénéfices comptables des entreprises à forte intensité capitalistique, car les ventes semblent alors fortement augmenter par rapport à la valeur comptable de leurs actifs subissant des dépréciations. Le dernier argument en faveur des actions de moindre qualité dans un régime inflationniste est le suivant : elles seraient moins vulnérables à une hausse des taux d'actualisation due à l'inflation lorsque les taux nominaux augmentent, étant donné leur multiple de valorisation inférieur et leur duration plus courte comparés à des actions plus chères. C'est mathématiquement logique... à condition d'ignorer le fait que le taux de croissance nominale à long terme est susceptible d'augmenter parallèlement aux taux d'inflation et d'actualisation, annulant ainsi tout effet sur les multiples de valorisation.

Les capitalisateurs restent attractifs

Dans l'ensemble, nous pensons que ces gains liés à l’inflation pour les entreprises de moindre qualité ne sont pas « réels » (ou pas « économiques »). Il est donc peu probable qu'ils aient un impact durable, sauf pour certaines sociétés financières qui pourraient bénéficier de gains nets en raison de la hausse des taux d'intérêt. Nous pensons également qu'il existe deux avantages relatifs importants pour les entreprises de grande qualité dans un monde où l'inflation est plus élevée :

  • le premier est que l'inflation obligera les entreprises à faire face à la hausse des coûts des intrants. Les entreprises capables de répercuter ces coûts sur les clients grâce à leur pouvoir de fixation des prix, l'une des principales caractéristiques que nous recherchons chez les capitalisateurs, seront probablement privilégiées.
  • L'autre avantage est que ce régime nécessitera probablement une intervention plus fréquente des États pour maintenir l'inflation sous contrôle, ce qui entraînera des cycles économiques plus courts. Au cours des dernières décennies, les cycles économiques ont été de durées étonnement longues, car les gouvernements n'ont pas eu à ralentir les économies pour freiner la hausse des prix, et il est peu probable que cette situation perdure si l'inflation redevient un problème. Dans un monde où les récessions sont fréquentes, les revenus récurrents des capitalisateurs seraient une source encore plus précieuse de stabilité des bénéfices.
     

En fin de compte, les arguments en faveur des capitalisateurs restent largement d’actualité dans un monde davantage inflationniste. Les entreprises capables d'augmenter régulièrement leurs bénéfices en termes réels dans différents cycles devraient continuer de surperformer le marché, tout comme elles l'ont fait au cours des dernières décennies. Le pouvoir de fixation des prix et les revenus récurrents sont sans doute encore plus importants dans un environnement où le coût des intrants augmente et où la volatilité économique s'accroît. Dans un monde où les marchés sont chers, et où l'indice MSCI World se traite sur un multiple prévisionnel de 20 fois pour la première fois depuis la bulle des TMT du début du siècle (même après une hausse de 40 % des bénéfices en 2020), les capitalisateurs restent intéressants.1 Après tout, comme les marchés comportent actuellement un risque élevé de valorisation, pourquoi prendre en plus un risque sur les bénéfices ?

 
 

1 Source : FactSet. Données au 30 juin 2021.


 
 

Considérations sur les risques

Il ne peut être garanti qu’un portefeuille atteindra son objectif d’investissement. Les portefeuilles sont sujets au risque de marché, c’est-à-dire à la possibilité que la valeur de marché des titres en portefeuille baisse. Les valeurs boursières peuvent varier quotidiennement en fonction de facteurs économiques ou d'autre nature (par ex. catastrophes naturelles, crises sanitaires, terrorisme, conflits et troubles sociaux) qui ont des répercussions sur les marchés, les pays, les entreprises ou les gouvernements. Il est difficile de prévoir le calendrier, la durée et les éventuels effets négatifs (par ex. liquidité du portefeuille) liés à de tels événements. En conséquence, cette stratégie expose l’investisseur à des pertes potentielles. Nous attirons votre attention sur le fait que cette stratégie peut comporter d’autres types de risques. L’évolution de l’économie mondiale, des dépenses et des préférences de consommation, de la concurrence, de la démographie, des réglementations publiques et des conditions économiques peut pénaliser les sociétés internationales et peut avoir un impact négatif plus prononcé sur la stratégie que si les actifs de la stratégie étaient investis dans un éventail plus large de sociétés. En général, la valeur des actions varie également en fonction des activités spécifiques d’une entreprise. Les investissements sur les marchés étrangers s’accompagnent de risques particuliers, notamment les risques de change, politiques, économiques et de marché. Les actions de sociétés à petites et moyennes capitalisations présentent des risques spécifiques, tels que des gammes de produits, des marchés et des ressources financières limitées, et une volatilité supérieure à celles des entreprises de grandes capitalisations plus solidement établies. Les risques associés aux investissements dans les marchés des pays émergents sont plus élevés que sur les marchés développés étrangers. Les instruments dérivés peuvent augmenter les pertes de façon disproportionnée et avoir un impact significatif sur la performance. Ils peuvent également être soumis aux risques de contrepartie, de liquidité, de valorisation, de corrélation et de marché. Les titres illiquides peuvent être plus difficiles à vendre et à valoriser que les titres cotés en bourse (risque de liquidité). Les portefeuilles peu diversifiés investissent dans un nombre plus restreint d’émetteurs. De ce fait, toute évolution de la situation financière ou de la valeur de marché d’un émetteur donné est susceptible d’entraîner une volatilité accrue. La performance relative des stratégies ESG qui intègrent l’investissement d’impact et / ou des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) peut diverger de celle d’autres stratégies ou d’indices de référence généraux du marché, selon que ces secteurs ou ces investissements ont la faveur ou non du marché. Par conséquent, rien ne garantit que les stratégies ESG se traduiront par une performance d’investissement plus favorable.

 
bruno.paulson
Managing Director
International Equity Team
 
 
Fonds présentés
 
 
 
Idées liées
 
Idées liées
 
 

DÉFINITIONS

Le flux de trésorerie disponible (FCF) est une mesure de la performance financière calculée à partir du flux de trésorerie d'exploitation moins les investissements. Le FCF représente les liquidités qu'une entreprise est capable de générer après avoir dépensé l'argent nécessaire pour maintenir ou développer sa base d'actifs. La Rentabilité Opérationnelle des Capitaux Employés (ROOCE) est un ratio indiquant l'efficacité et la rentabilité du fonds de roulement d'une entreprise. Il est égal au résultat avant intérêts et impôts divisé par les immobilisations corporelles plus le fonds de roulement d’exploitation (hors valeurs financières et goodwill).

DISTRIBUTION

Le présent document s’adresse et ne doit être distribué exclusivement qu'aux personnes résidant dans des pays ou territoires où une telle distribution ou mise à disposition n’est pas contraire aux lois et réglementations locales en vigueur.

Irlande :MSIM Fund Management (Ireland) Limited. Siège social : The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson's Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. Enregistrée en Irlande en tant que société privée à responsabilité limitée par actions, sous le numéro 616661. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque centrale d'Irlande. Royaume-Uni :Morgan Stanley Investment Management Limited est agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Enregistrée en Angleterre. Numéro d’enregistrement : 1981121. Siège social : 25 Cabot Square, Canary Wharf, London E14 4QA, autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Dubaï : Morgan Stanley Investment Management Limited (Bureau de représentation, Unit Precinct 3-7th Floor-Unit 701 and 702, Level 7, Gate Precinct Building 3, Dubaï  International Financial Centre, Dubaï, 506501, Émirats arabes unis. Téléphone : +97 (0)14 709 7158). Allemagne : MSIM Fund Management (Ireland) Limited Niederlassung Deutschland, Grosse Gallusstrasse 18, 60312 Francfort, Allemagne (Catégorie : Branch Office (FDI) selon § 53b KWG). Italie : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, succursale de Milan (Sede Secondaria di Milano) est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited, une société enregistrée en Irlande, réglementée par la Banque Centrale d’Irlande et dont le siège social est situé à The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited succursale de Milan (Sede Secondaria di Milano) dont le siège est situé à Palazzo Serbelloni Corso Venezia, 16 20121 Milano, Italie, est enregistrée en Italie avec le numéro d’entreprise et le numéro de TVA 11488280964. Pays-Bas : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, Tour Rembrandt, 11e étage Amstelplein 1 1096HA, Pays-Bas. Téléphone : 31 2-0462-1300. Morgan Stanley Investment Management est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque centrale d'Irlande. France : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, succursale de Paris est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited, une société enregistrée en Irlande, réglementée par la Banque Centrale d'Irlande et dont le siège social est situé à The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson's Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited succursale de Paris dont le siège est situé au 61 rue de Monceau 75008 Paris, France, est enregistrée en France avec le numéro d’entreprise 890 071 863 RCS. Espagne :MSIM Fund Management (Ireland) Limited (Sucursal en España) est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited, société enregistrée en Irlande, réglementée par la Banque Centrale d’Irlande et dont le siège social est situé à The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited (Sucursal en España), sise Calle Serrano 55, 28006, Madrid, Espagne, est enregistrée en Espagne avec le numéro d’identification fiscale W0058820B.  Suisse :Morgan Stanley & Co. International plc, Londres, succursale de Zurich, autorisée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (« FINMA »). Enregistrée au registre du commerce de Zurich sous le numéro CHE-115.415.770. Siège social : Beethovenstrasse 33, 8002 Zurich, Suisse, Téléphone : +41 (0) 44 588 1000. Fax : +41(0) 44 588 1074.

États-Unis

Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas convenir à tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à la Stratégie comprennent un certain nombre de titres et ne reproduisent pas nécessairement la performance d’un indice. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, les risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. Un niveau d’investissement minimum est requis. Vous trouverez des informations importantes sur le gestionnaire financier dans la partie 2 du formulaire ADV.

Veuillez examiner attentivement les objectifs de placement, les risques, les frais et les dépenses des fonds avant d'investir. Les prospectus contiennent cette information ainsi que d’autres renseignements sur les fonds. Pour obtenir un prospectus, téléchargez-le sur morganstanley.com/im ou appelez le 1-800-548-7786. Veuillez lire attentivement le prospectus avant d’investir.

Morgan Stanley Distribution, Inc. est le distributeur des fonds Morgan Stanley.

NON ASSURÉ PAR LE FDIC | ABSENCE DE GARANTIE BANCAIRE | POSSIBLE PERTE DE VALEUR | NON ASSURÉ PAR DES AGENCES GOUVERNEMENTALES FÉDÉRALES | NE CONSTITUE PAS UN DÉPÔT

Hong Kong : Le présent document est publié par Morgan Stanley Asia Limited aux fins d’utilisation à Hong Kong et ne peut être diffusé qu’auprès d’« investisseurs professionnels » au sens du Securities and Futures Ordinance (décret sur les valeurs mobilières et les contrats à terme) de Hong Kong (Cap 571). Le contenu du présent document n’a été révisé ni approuvé par aucune autorité de réglementation, y compris la Securities and Futures Commission de Hong Kong. En conséquence, à moins que la loi en vigueur ne prévoie des exceptions, ce document ne devra pas être publié, diffusé, distribué ni adressé aux particuliers résidant à Hong Kong, ni mis à leur disposition. Singapour : Ce document ne doit pas être considéré comme faisant l’objet d’une invitation à souscrire ou à acheter, directement ou indirectement, au public ou à tout membre du public à Singapour autre que (i) un investisseur institutionnel en vertu de l’article 304 des Futures Act, chapitre 289 de Singapour (« SFA ») ; (ii) une « personne concernée » (qui comprend un investisseur qualifié) en vertu de l’article 305 de la LFT, et cette distribution est conforme aux conditions précisées à l’article 305 de la LFT ; ou (iii) conformément aux conditions de toute autre disposition applicable de la SFA. Cette publication n’a pas été vérifiée par l’Autorité monétaire de Singapour. Australie : La présente publication est diffusée en Australie par Morgan Stanley Investment Management (Australia) Pty Limited ACN : 122040037, licence AFS n° 314182, qui accepte la responsabilité de son contenu. La présente publication, ainsi que l’accès à celle-ci, est réservée aux « clients wholesale » selon l’acception de ce terme dans la loi sur les sociétés en vigueur en Australie.

Japon : Pour les investisseurs professionnels, ce document est distribué à titre informatif seulement. Pour ceux qui ne sont pas des investisseurs professionnels, ce document est fourni par Morgan Stanley Investment Management (Japan) Co., Ltd. (« MSIMJ ») dans le cadre de conventions de gestion de placements discrétionnaires (« IMA ») et de conventions de conseils en placement (« AAI »). Il ne s'agit pas d'une recommandation ni d'une sollicitation de transactions ou offre d'instruments financiers particuliers. En vertu d'une convention IMA, en ce qui concerne la gestion des actifs d'un client, le client prescrit à l'avance les politiques de gestion de base et charge MSIMJ de prendre toutes les décisions d'investissement en fonction de l'analyse de la valeur des titres et MSIMJ accepte cette mission. Le client doit déléguer à MSIMJ les pouvoirs nécessaires à l'investissement. MSIMJ exerce les pouvoirs délégués en fonction des décisions d'investissement de MSIMJ, et le client s'interdit d'émettre des instructions individuelles. Tous les profits et pertes d'investissement reviennent aux clients ; le principal n'est pas garanti. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, la nature des risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. À titre de commission de conseils en investissement pour une gestion conseillée (IAA) ou une discrétionnaire (AMIIMA), le montant des biens assujettis au contrat multiplié par un certain taux (la limite supérieure est de 2,20% par année (taxes comprises)) sera engagé proportionnellement à la durée du contrat. Pour certaines stratégies, des honoraires conditionnels peuvent être compris en plus des frais mentionnés ci-dessus. Des frais indirects peuvent également être supportés, tels que des commissions de courtage pour des titres émis par des personnes morales. Étant donné que ces frais et dépenses sont différents selon le contrat et d'autres facteurs, MSIMJ ne peut pas préciser les taux, les limites supérieures, etc. à l'avance. Tous les clients doivent lire attentivement les documents fournis avant la conclusion et l'exécution d'un contrat. Ce document est émis au Japon par MSIMJ, société enregistrée sous le n° 410 (Directeur du Bureau des Finances Locales Kanto (entreprises d’instruments financiers)), membre des organisations suivantes : Japan Securities Dealers Association, Investment Trusts Association, Japan, Japan Investment Advisers Association et Type II Financial Instruments Firms Association

INFORMATION IMPORTANTE

EMEA : Cette communication promotionnelle est publiée par MSIM Fund Management (Ireland) Limited. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque Centrale d'Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est une société privée à responsabilité limitée par actions immatriculée en Irlande sous le numéro 616661 et dont le siège social est situé à l’adresse The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson's Quay, Dublin 2, D02 VC42,  Irlande.

Il n’y a aucune garantie qu’une stratégie d’investissement fonctionnera dans toutes les conditions du marché et il incombe à chaque investisseur d’évaluer sa capacité à investir à long terme, surtout pendant les périodes de détérioration du marché. Avant de réaliser un placement, les investisseurs sont invités à lire attentivement le document d'offre relatif à la stratégie ou au produit. Les divers supports d’investissement présentent des différences importantes dans la mise en œuvre de la stratégie.

Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas être adaptés pour tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à la Stratégie comprennent un certain nombre de titres et ne reproduisent pas nécessairement la performance d’un indice. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, les risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir.

Ce document constitue une communication générale, qui n’est pas impartiale et a été préparé uniquement à des fins d’information et d’éducation et ne constitue pas une offre ni une recommandation d’achat ni de vente d’un titre en particulier ni d’adoption d’une stratégie de placement particulière. Les informations contenues dans le présent document ne s’appuient pas sur la situation d’un client en particulier. Elles ne constituent pas un conseil d’investissement et ne doivent pas être interprétées comme constituant un conseil en matière fiscale, comptable, juridique ni réglementaire. Avant de prendre une décision d’investissement, les investisseurs doivent solliciter l’avis d’un conseiller juridique et financier indépendant, y compris s’agissant des conséquences fiscales.

Sauf indication contraire, les opinions exprimées dans ce document sont celles de l’équipe de gestion du portefeuille, elles sont fondées sur des faits telles qu’ils existent à la date de préparation et non à une quelconque date ultérieure, et ne seront pas mis à jour ni révisées pour tenir compte d’informations disponibles ou de circonstances, ou de changements survenant après la date de rédaction.

Les prévisions et/ou estimations fournies dans le présent document sont susceptibles de changer et pourraient ne pas se matérialiser. Les informations concernant les performances attendues et les perspectives de marché sont basées sur la recherche, l’analyse et les opinions des auteurs. Ces conclusions sont de nature spéculative, peuvent ne pas se concrétiser et ne visent pas à prédire la performance future d’un produit de Morgan Stanley Investment Management en particulier.

MSIM n’a pas autorisé les intermédiaires financiers à utiliser ni à distribuer le présent document, à moins que cette utilisation et cette distribution ne soient effectuées conformément à la législation et à la réglementation en vigueur.

De plus, les intermédiaires financiers sont tenus de s’assurer que les informations contenues dans ce document soient adaptées aux personnes à qui ils le fournissent en termes de leur situation et de leurs objectifs. MSIM ne peut être tenu responsable et rejette toute responsabilité en cas d’utilisation abusive de ce document par tout intermédiaire financier.

Il est interdit de reproduire, copier, modifier, utiliser pour créer un travail dérivé, exécuter, afficher,  publier, poster, mettre sous licence, intégrer, distribuer ou transmettre tout ou une partie de ce document, directement ou indirectement, ou de divulguer son contenu à des tiers sans le consentement écrit explicite de MSIM. Il est interdit d’établir un hyperlien vers ce document, à moins que cet hyperlien ne soit destiné à un usage personnel et non commercial. Toutes les informations contenues dans le présent document sont la propriété des auteurs et sont protégées par la loi sur les droits d’auteur et par toute autre loi applicable.

Toutes les informations contenues dans le présent document sont la propriété des auteurs et sont protégées par la loi sur les droits d’auteur.

 

Les utilisateurs sont invités à prendre connaissance des Conditions d’utilisation avant d’engager toute procédure, car celles-ci mentionnent des restrictions légales et réglementaires applicables à la diffusion des informations relatives aux produits d’investissement de Morgan Stanley Investment Management.

Les services décrits sur ce site Web peuvent ne pas être disponibles dans certaines juridictions ou pour certaines personnes. Merci de consulter nos Conditions d’utilisation pour de plus amples informations.


Confidentialité    •    Conditions d'utilisation

©  Morgan Stanley. Tous droits réservés.