Insight Article Desktop Banner
 
 
Global Equity Observer
  •  
août 28, 2023

Tout vient à point à qui sait attendre : un argument en faveur d'une approche à long terme

Insight Video Mobile Banner
 
août 28, 2023

Tout vient à point à qui sait attendre : un argument en faveur d'une approche à long terme


Global Equity Observer

Tout vient à point à qui sait attendre : un argument en faveur d'une approche à long terme

Share Icon

août 28, 2023

 
 

Dans notre monde moderne, beaucoup d'entre nous vivons dans une société de l'instantanéité où nous pouvons obtenir ce que nous voulons, quand nous le voulons et comme nous le voulons. Il suffit d'un clic pour faire ses courses pour la semaine, d'un mouvement de pouce sur un écran pour trouver un nouveau partenaire, et de deux frappes sur le clavier pour réserver un vol à l'autre bout du monde. À bien des égards, cette immédiateté est extrêmement bénéfique : nous gagnons du temps, nous restons en contact avec nos semblables et nous avons accès à plus d'informations que jamais auparavant.

 
 

Mais si cela nous facilite la vie, avoir tout à portée de main a aussi un coût. Le cerveau humain est programmé pour recevoir des « shoots » de dopamine, l'hormone du bonheur. Aujourd'hui, nous y parvenons grâce à nos smartphones, surnommés "l'aiguille hypodermique des temps modernes, injectant de la dopamine numérique 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7" selon le Dr Anna Lembke, professeur de psychiatrie et de sciences comportementale à l'université de Stanford. Selon ses recherches, les poussées répétées de dopamine via les smartphones entraînent une sursollicitation du système limbique (la partie du cerveau impliquée dans nos réactions émotionnelles) et un affaiblissement du cortex préfrontal (en charge du contrôle des impulsions, de la planification à long terme et du report de la gratification). Cette surstimulation peut entraîner de l'agitation et de l’impatience. Nous pouvons également être détournés d'activités plus profondes nécessitant patience et persévérance, telles que la lecture d'un livre jusqu’à la dernière page, l'apprentissage d'une nouvelle compétence ou l'investissement avec une véritable optique de long terme. Comme nous allons l'expliquer, nous pensons que la tortue patiente de la fable remporte la course de fond lorsqu'il s'agit d'investissements en actions.

En effet, certaines études montrent que la capacité à retarder la satisfaction est positivement corrélée à une plus grande réussite à long terme. L'exemple le plus connu est sans doute "le test du marshmallow" de Walter Mischel, qui consiste à donner un marshmallow à des enfants en leur expliquant qu'ils en recevront un deuxième s'ils résistent à l'envie de manger le premier pendant 15 minutes. Des études ultérieures ont montré que les enfants qui contrôlaient mieux leurs impulsions avaient plus de chances de réussir plus tard en obtenant de meilleurs résultats aux examens, un meilleur fonctionnement social et cognitif, et en étant couronnés de succès dans tout un ensemble d'autres domaines de la vie.1

En matière d'investissement, différer la gratification peut consister à résister à l'envie de se laisser emporter par l'euphorie d'une bulle de marché. Par exemple, le fait d’éviter les actions de croissance les plus spéculatives qui se sont envolées durant la bulle Internet, et d'avoir maintenu une surpondération des valeurs de consommation non cycliques (qui étaient clairement délaissées par le marché), avait porté ses fruits lors du krach des « dot-com » qui avait commencé en mars 2000 et s'était terminé en octobre 2002. L'indice MSCI World avait alors chuté de 43 % entre son sommet et son point bas, tandis que le secteur plus défensif des biens de consommation non cyclique avait progressé de 17 % au cours de la même période, terminant en tête de l'indice.2 Il est permis de penser que l'engouement actuel suscité par l'intelligence artificielle met de nouveau certains investisseurs à l'épreuve. Notre priorité donnée à des entreprises établies et de qualité, dont les bénéfices sont stables, et notre discipline visant à résister à l'envie de suivre tout rebond de court terme nous ont historiquement permis d'obtenir de meilleurs résultats à long terme.

Un biais inné pour "l’immédiat"

Compte tenu des prédispositions psychologiques de l'être humain, il n'est guère surprenant que la plupart d’entre nous privilégions le court terme. "Le biais du présent" est un phénomène très répandu selon lequel une personne est plus encline à ne voir que les avantages et les coûts imminents sans tenir compte de ceux qui surviendront plus tard. Par exemple, un consommateur qui présente un biais est susceptible d'avoir des habitudes financières moins favorables, notamment trop de dépenses et d’emprunts, et pas assez d'épargne.3 De même, un investisseur victime de "myopic loss aversion" (aversion myopique aux pertes) se concentre excessivement sur le court terme : il réagira négativement aux pertes récentes au détriment des bénéfices potentiels à long terme.4 Ces comportements vont à l'encontre d’un investissement à long terme fructueux et soulignent la nécessité d'être conscient de ces biais.

Plaidoyer pour une réflexion à long terme

Dans un monde qui veut tout, tout de suite, nous sommes de fervents défenseurs du « plus tard possible ». Comme nous pouvons en témoigner, il faut de la discipline et de la patience pour réussir à long terme. Notre approche « bottom-up » fondamentale et axée sur la qualité, notre horizon d'investissement de long terme et notre discipline en matière de valorisation ont bénéficié à nos clients depuis plus de vingt ans. Une vision à long terme requiert la capacité de réfréner tout "biais du présent" instinctif comme en témoignent la faible rotation de notre portefeuille et notre souci d'identifier les entreprises qui non seulement affichent aujourd'hui des rentabilités opérationnelles élevées du capital, mais qui selon nous pourront les maintenir dans le futur.

Laissons les capitalisateurs capitaliser

Nous croyons fermement à l’importance de la capitalisation, notion qui se trouve au cœur de notre approche. Le défi consiste à trouver des entreprises capables de capitaliser. Nous n'exigeons pas une croissance « explosive » de la part des entreprises, mais recherchons plutôt une croissance régulière et raisonnable qui peut être maintenue grâce à des rentabilités élevées sur un certain nombre d’années. Une entreprise qui affiche un taux de croissance, disons, de 4 % par an, qui génère en plus une croissance des bénéfices de 1 % grâce à l’amélioration progressive de ses marges, et un rendement des flux de trésorerie disponibles d’environ 5 %, devrait offrir une capitalisation de près de 10 % au fil du temps. Selon la "règle des 72", cela permet de doubler son capital tous les sept ans.5 L'une de nos positions dans le secteur des technologies de l'information, un leader mondial des services de conseil en technologie, constitue un exemple convaincant de capitalisation fiable : cette société affiche une croissance du bénéfice par action (en USD) de 11 % par an au cours de la dernière décennie, grâce à une croissance organique régulière des ventes, favorisée par l'augmentation des marges et une allocation efficace de capital par le biais de fusions et acquisitions (M&A) et de rachats d’actions .6

Les compounders de grande qualité partagent souvent un point commun : une direction compétente dotée d’une vision à long terme. Compte tenu de la forte capacité à générer de la trésorerie chez les entreprises de grande qualité dans lesquelles nous investissons, la direction peut (et selon nous doit) réinvestir suffisamment de trésorerie dans des domaines tels que la recherche & développement, le marketing ainsi que l'innovation. Cela lui permet de s'assurer 1) que sa franchise demeure compétitive et résiliente, et 2) que les rendements générés par une éventuelle acquisition externe seront suffisamment élevés pour être préférables à un retour de trésorerie vers les actionnaires. Comme indiqué dans notre Global Equity Observer de juin 2023 intitulé « Acheter ou ne pas acheter », en matière d’allocation efficace du capital des actionnaires, nous restons assez prudents à l'égard des fusions-acquisitions, même si nous identifions occasionnellement un spécimen de cette rare espèce : ce que nous appelons « les bons acquéreurs ».

Nous demandons aux directions de ne pas se laisser distraire par la tentation d'atteindre des objectifs à court terme, leur mission à long terme consistant à construire et à améliorer les actifs incorporels de leurs entreprises. Un indicateur clé : la rémunération des dirigeants. Nous échangeons régulièrement avec les directions d’entreprises et leurs conseils d'administration sur leurs plans de rémunération à long terme. Nous les encourageons à aligner ces dispositifs sur les intérêts à long terme des actionnaires et à abandonner les tactiques à court terme, telles que l'augmentation de la dette ou des acquisitions dépourvues de logique.

Rester investi et discipliné

Il est prouvé que détenir des investissements sur le long terme réduit la probabilité de perdre de l'argent : si vous avez investi dans l'indice MSCI World entre 1970 et 2023, 23 % des mois ont été négatifs sur un horizon d'investissement d'un an. Mais cette proportion tombe à 11 % sur un horizon de cinq ans et à seulement 3 % sur des périodes de dix ans (Graphique 1).7 Essayer d'anticiper le marché (« market timing ») est également une entreprise vouée à l’échec. Une étude de Bank of America a ainsi montré que si un investisseur manquait les 10 meilleures séances de l'indice S&P 500 au cours de chaque décennie depuis 1930, sa performance totale aurait été de seulement 30 %. À l’opposé, si cet investisseur était resté investi durant sur la totalité des cycles, sa performance aurait atteint 17,715 %.8 Dans nos portefeuilles mondiaux concentrés et gérés activement, nous nous considérons comme des propriétaires à long terme plutôt que comme des « locataires » d'actions. Nous recherchons des entreprises de capitalisation qui conservent leurs avantages dans le temps, ce qui se traduit par une faible rotation annuelle des portefeuilles, de l'ordre de 20 % par an. Si l'on examine les positions actuelles de notre principale stratégie mondiale, on constate qu'un tiers du portefeuille est détenu depuis plus de dix ans et environ deux tiers depuis plus de cinq ans.

 
 
GRAPHIQUE 1
 
Probabilité de perdre de l'argent en investissant dans le MSCI World sur différents horizons de temps
 

Source : FactSet. Performances nettes mensuelles (en USD), de 1970 à 2023.

 
 

L'une des sociétés de logiciels que nous détenons illustre la façon dont nous gardons les yeux rivés sur la thèse d'investissement à long terme et dont nous essayons d'éviter le bruit de marché à court terme. En 2020, l'entreprise s’est repositionnée plus tôt que prévu vers les services « cloud », une décision que le marché n'a pas apprécié dans un premier temps, ce qui a entraîné une chute de 25 % du cours de bourse. De notre côté, nous avons soutenu ce mouvement stratégique et renforcé notre position, le titre continuant de figurer parmi nos 10 plus fortes positions malgré la réaction du marché. Notre position à long terme a depuis porté ses fruits : l’entreprise a été l'un des principaux contributeurs à la performance absolue au cours des 12 derniers mois. Nous appliquons également cette discipline à nos décisions de vente. Par exemple, nous avons l'année dernière cédé nos positions dans une société de produits de beauté d’envergure mondiale pour des raisons de valorisation, après le massif rebond du titre lié aux espoirs de réouverture de la Chine. Notre analyse a montré que la valorisation de l'entreprise intégrait pleinement les futurs bénéfices probables. Nous avons donc saisi cette occasion pour nous désengager.

Qu’est-ce que cela signifie pour nous ?

Alors que la société est davantage guidée par des impulsions à court terme et des récompenses immédiates, en matière d'investissement, nous pensons que la patience permet d'obtenir des résultats durables et des performances positives à long terme. Depuis plus de 20 ans, l'approche d'investissement de notre équipe se concentre sur l'identification d'entreprises de grande qualité capables de se développer, et sur la patience nécessaire pour leur laisser le temps de le faire. Nous examinons attentivement la qualité des fondamentaux des entreprises et la solidité de leur avantages compétitifs. En revanche, nous nous méfions des tactiques de court terme qui vont à l'encontre de l'effet de capitalisation à long terme. Au lieu d'imiter le lièvre de la fable qui cherche à faire mieux que le marché à court terme, nous préférons la tortue qui capitalise régulièrement.

 
 

1 "Le test du marshmallow : quels sont les ressorts de la volonté ?", Walter Mischel, 2014.
2 Source : FactSet. Sur la base des secteurs MSCI World, performance cumulée (nette) en USD.
3 "Biais du présent et comportement financier", Jing Jian Xiao et Nilton Porto (uri.edu), 2019.
4 "L'effet de myopie et l'aversion aux pertes lors de la prise de risque : un test expérimental" The Quarterly Journal of Economics, Thaler, R. H., Tversky, A., Kahneman, D., & Schwartz, A., 1997.
5 La « règle de 72 » est une formule utilisée pour déterminer le temps nécessaire à un investissement pour doubler sa valeur en fonction d'un taux d'intérêt annuel fixe.
6 Source : FactSet. Données au 30 août 2022.
7 Source : FactSet. Performances nettes mensuelles (en USD) de 1970 à 2023.
8  "Ce graphique montre pourquoi les investisseurs ne devraient jamais essayer de prévoir l'évolution du marché actions", cnbc.com, 24 mars 2021.

 
william.lock
Head of International Equity Team
International Equity Team
 
 
Annabel Stanford
Annabel Stanford
Analyste
 
 
Fonds présentés
 
 
 
 
 

Considérations sur les risques

Il ne peut être garanti qu’un portefeuille atteindra son objectif d’investissement. Les portefeuilles sont sujets au risque de marché, c’est-à-dire à la possibilité que la valeur de marché des titres en portefeuille baisse. Les valeurs boursières peuvent varier quotidiennement en fonction de facteurs économiques ou d’autre nature (par ex. catastrophes naturelles, crises sanitaires, terrorisme, conflits et troubles sociaux) qui ont des répercussions sur les marchés, les pays, les entreprises ou les gouvernements. Il est difficile de prévoir le calendrier, la durée et les éventuels effets négatifs (par ex. liquidité du portefeuille) liés à de tels événements. En conséquence, cette stratégie expose l’investisseur à des pertes potentielles. Nous attirons votre attention sur le fait que cette stratégie peut comporter d’autres types de risques. L’évolution de l’économie mondiale, des dépenses et des préférences de consommation, de la concurrence, de la démographie, des réglementations publiques et des conditions économiques peut pénaliser les sociétés internationales et peut avoir un impact négatif plus prononcé sur la stratégie que si les actifs de la stratégie étaient investis dans un éventail plus large de sociétés. En général, la valeur des actions varie également en fonction des activités spécifiques d’une entreprise. Les investissements sur les marchés étrangers s’accompagnent de risques particuliers, notamment les risques de change, politiques, économiques et de marché. Les actions de sociétés de petites et moyennes capitalisations présentent des risques spécifiques, tels que des gammes de produits, des marchés et des ressources financières limitées, et une volatilité supérieure à celles des entreprises de grandes capitalisations plus solidement établies. Les risques associés aux investissements dans les marchés des pays émergents sont plus élevés que sur les marchés développés étrangers. Les instruments dérivés peuvent augmenter les pertes de façon disproportionnée et avoir un impact significatif sur la performance. Ils peuvent également être soumis aux risques de contrepartie, de liquidité, de valorisation, de corrélation et de marché. Les titres illiquides peuvent être plus difficiles à vendre et à valoriser que les titres cotés en bourse (risque de liquidité). Les portefeuilles peu diversifiés investissent dans un nombre plus restreint d’émetteurs. De ce fait, toute évolution de la situation financière ou de la valeur de marché d’un émetteur donné est susceptible d’entraîner une volatilité accrue. La performance relative des stratégies ESG qui intègrent l’investissement d’impact et / ou des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) peut diverger de celle d’autres stratégies ou d’indices de référence généraux du marché, selon que ces secteurs ou ces investissements ont la faveur ou non du marché. Par conséquent, rien ne garantit que les stratégies ESG se traduiront par une performance d’investissement plus favorable.

DÉFINITIONS

L’indice MSCI World est un indice pondéré par la capitalisation boursière ajusté du flottant et mesurant la performance des marchés actions des pays développés. Le terme "« flottant »" représente la part des actions en circulation qui sont considérées comme disponibles à l’achat sur les marchés d’actions publics par les investisseurs. La performance de l’indice est cotée en dollars américains et sous-entend le réinvestissement des dividendes nets.

Le rendement des flux de trésorerie disponibles est un ratio financier qui rapporte les flux de trésorerie opérationnels d’une entreprise - réduits des dépenses d’investissement - par action à son cours de bourse. Le ratio du rendement des flux de trésorerie disponibles est calculé à l’aide des titres sous-jacents du fonds.

Le taux de croissance du BPA (bénéfice par action) est la projection de la moyenne pondérée du bénéfice par action pour tous les titres du portefeuille pour les cinq exercices précédents. Le bénéfice par action pour une entreprise est défini comme étant le bénéfice total divisé par le nombre d’actions en circulation.

L’Indice S&P 500® mesure la performance du segment des grandes capitalisations du marché des actions américaines, et couvre environ 75 % de ce marché. L’indice comprend 500 grandes sociétés des principaux secteurs de l’économie américaine.

INFORMATIONS IMPORTANTES

Il n’y a aucune garantie qu’une stratégie d’investissement fonctionnera dans toutes les conditions du marché et il revient à chaque investisseur d’évaluer sa capacité à investir à long terme, surtout pendant les périodes de détérioration du marché.

Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas être adaptés pour tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à cette Stratégie peuvent détenir des titres qui ne suivent pas nécessairement la performance d’un indice particulier. Un niveau d’investissement minimum est requis.

Vous trouverez des informations importantes sur les gestionnaires financiers dans la partie 2 du formulaire ADV.

Les opinions et les points de vue et/ou les analyses exprimés sont ceux de l’auteur ou de l’équipe de gestion à la date de publication : ils peuvent être modifiés à tout instant au gré de l’évolution des conditions de marché ou de la conjoncture économique et ne pas se concrétiser. En outre, les opinions ne seront pas mises à jour ou corrigées dans le but de refléter les informations publiées a posteriori, des situations existantes ou des changements se produisant après la date de publication. Les opinions exprimées ne reflètent pas les opinions de tous les gérants de portefeuille de Morgan Stanley Investment Management (MSIM) et ses filiales et sociétés affiliées (collectivement désignées par « la Société »). Elles peuvent ne pas être prises en compte dans toutes les stratégies et les produits proposés par la société.

Les prévisions et/ou estimations fournies dans le présent document sont susceptibles de changer et pourraient ne pas se matérialiser. Les informations concernant les performances attendues et les perspectives de marché sont basées sur la recherche, l’analyse et les opinions des auteurs ou de l’équipe de gestion. Ces conclusions sont de nature spéculative, peuvent ne pas se concrétiser et ne visent pas à prédire la performance future d’une stratégie ou d’un produit proposé par la Société. Les résultats futurs peuvent considérablement varier en fonction de facteurs tels que l’évolution des marchés des valeurs mobilières ou des marchés financiers ou des conditions économiques générales.

Ce document a été préparé sur la base d’informations publiques, de données élaborées en interne et d’autres sources externes jugées fiables. Toutefois, aucune garantie n’est donnée quant à la fiabilité de ces informations et la Société n’a pas cherché à vérifier en toute indépendance les informations provenant de sources publiques et externes.

Ce document constitue une communication générale, qui n’est pas impartiale et toute l’information qu’il contient a été préparée uniquement à des fins d’information et de formation et ne constitue pas une offre ni une recommandation d’achat ni de vente d’un titre en particulier ni d’adoption d’une stratégie d’investissement particulière. Les informations contenues dans le présent document ne s’appuient pas sur la situation d’un client en particulier. Elles ne constituent pas un conseil d’investissement et ne doivent pas être interprétées comme constituant un conseil en matière fiscale, comptable, juridique ni réglementaire. Avant de prendre une décision d’investissement, les investisseurs doivent solliciter l’avis d’un conseiller juridique et financier indépendant, y compris s’agissant des conséquences fiscales.

Les graphiques et diagrammes fournis dans le présent document le sont uniquement à titre d’illustration. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Les indices ne sont pas gérés et ne comprennent ni frais, ni droits, ni commissions de vente. Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice. Tout indice mentionné dans le présent document est la propriété intellectuelle du fournisseur concerné (y compris les marques déposées). Les produits basés sur des indices ne sont pas recommandés, avalisés, vendus ou promus par le fournisseur concerné, qui se dégage de toute responsabilité à leur égard.

Ce document n’est pas un produit du département de recherche de Morgan Stanley et ne doit pas être considéré comme un document ou une recommandation de recherche.

La Société n’a pas autorisé les intermédiaires financiers à utiliser ni à distribuer le présent document, à moins que cette utilisation et cette distribution ne soient effectuées conformément à la législation et à la réglementation en vigueur. De plus, les intermédiaires financiers sont tenus de s’assurer que les informations contenues dans ce document soient adaptées aux personnes à qui ils le fournissent en termes de leur situation et de leurs objectifs. La Société ne peut être tenue responsable et rejette toute responsabilité en cas d’utilisation abusive de ce document par tout intermédiaire financier.

Ce document peut être traduit dans d’autres langues. Lorsqu’une telle traduction est faite, seule la version anglaise fait foi. S’il y a des divergences entre la version anglaise et une version de ce document dans une autre langue, seule la version anglaise fait foi.

Il est interdit de reproduire, copier, modifier, utiliser pour créer un document dérivé, interpréter, afficher, publier, poster, mettre sous licence, intégrer, distribuer ou transmettre tout ou une partie de ce document, directement ou indirectement, ou de divulguer son contenu à des tiers sans le consentement écrit explicite la Société. Il est interdit d’établir un hyperlien vers ce document, à moins que cet hyperlien ne soit destiné à un usage personnel et non commercial. Toutes les informations contenues dans le présent document sont la propriété des auteurs et sont protégées par la loi sur les droits d’auteur et par toute autre loi applicable.

Morgan Stanley Investment Management est la division de gestion d’actifs de Morgan Stanley.

DISTRIBUTION

Ce document s’adresse et ne doit être distribué exclusivement qu’aux personnes résidant dans des pays ou territoires où une telle distribution ou mise à disposition n’est pas contraire aux lois et réglementations locales en vigueur.

MSIM, la division de gestion d’actifs de Morgan Stanley (NYSE : MS) et ses sociétés affiliées ont passé des accords pour commercialiser leurs produits et services respectifs.  Chaque société affiliée de MSIM est réglementée de manière appropriée dans la juridiction où elle opère. Les sociétés affiliées de MSIM sont : Eaton Vance Management (International) Limited, Eaton Vance Advisers International Ltd, Calvert Research and Management, Eaton Vance Management, Parametric Portfolio Associates LLC et Atlanta Capital Management LLC.

Ce document a été publié par une ou plusieurs des entités suivantes :

EMEA

Ce document s’adresse aux clients professionnels/investisseurs accrédités uniquement.

Au sein de l’UE, les documents de MSIM et d’Eaton Vance sont publiés par MSIM Fund Management (Ireland) Limited (« FMIL »). FMIL est une société privée à responsabilité limitée par actions immatriculée en Irlande sous le numéro 616661 et réglementée par la Banque Centrale d’Irlande. Son siège social est situé à l’adresse 24-26 City Quay, Dublin 2, DO2 NY19, Irlande.

En dehors de l’UE, les documents de MSIM sont publiés par Morgan Stanley Investment Management Limited (MSIM Ltd), une société agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Enregistrée en Angleterre. Numéro d’enregistrement : 1981121. Siège social : 25 Cabot Square, Canary Wharf, London E14 4QA.

En Suisse, les documents de MSIM sont publiés par Morgan Stanley & Co. International plc, Londres, succursale de Zurich, une société agréée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers ("FINMA"). Siège social : Beethovenstrasse 33, 8002 Zurich, Suisse.

En dehors des États-Unis et de l’UE, les documents d’Eaton Vance sont publiés par Eaton Vance Management (International) Limited (« EVMI ») 125 Old Broad Street, Londres, EC2N 1AR, Royaume-Uni, qui est agréé et réglementé au Royaume-Uni par la Financial Conduct Authority.

Italie : MSIM FMIL (succursale de Milan), (Sede Secondaria di Milano), Palazzo Serbelloni Corso Venezia, 16 20121 Milan, Italie. Pays-Bas : MSIM FMIL (succursale d’Amsterdam), Tour Rembrandt, 11e étage Amstelplein 1 1096HA, Pays-Bas. France : MSIM FMIL (succursale de Paris), 61, rue de Monceau, 75008 Paris, France. Espagne : MSIM FMIL (succursale de Madrid), Calle Serrano 55, 28006, Madrid, Espagne. Allemagne : MSIM FMIL succursale de Francfort, Große Gallusstraße 18, 60312 Francfort, Allemagne (Catégorie : Branch Office (FDI) selon § 53b KWG). Danemark : MSIM FMIL (succursale de Copenhague), Gorrissen Federspiel, Axel Towers, Axeltorv2, 1609 Copenhague V, Danemark.

MOYEN-ORIENT

Dubaï : MSIM Ltd (Bureau de représentation, Unit Precinct 3-7 th Floor-Unit 701 and 702, Level 7, Gate Precinct Building 3, Dubai International Financial Centre, Dubaï, 506501, Émirats arabes unis. Téléphone : +97 (0)14 709 7158).

Ce document est distribué dans le Centre financier international de Dubaï par Morgan Stanley Investment Management Limited (bureau de représentation), une entité réglementée par la Dubai Financial Services Authority (« DFSA »). Il n’est destiné qu’à être utilisé par des clients professionnels et des contreparties de marché. Ce document n’est pas destiné à être distribué aux clients particuliers, et ceux-ci ne doivent pas agir sur la base des informations contenues dans ce document.

Ce document concerne un produit financier qui n’est soumis à aucune forme de réglementation ou d’approbation par la DFSA. La DFSA n’est pas responsable de l’examen ou de la vérification des documents relatifs à ce produit financier. Par conséquent, la DFSA n’a pas approuvé ce document ou tout autre document associé, ni pris de mesures pour vérifier les informations qui y figurent, et décline toute responsabilité à cet égard. Le produit financier auquel ce document se rapporte peut être illiquide et/ou soumis à des restrictions quant à sa revente ou son transfert. Les acheteurs potentiels sont tenus d’effectuer leurs propres vérifications concernant ce produit financier. Si vous ne comprenez pas le contenu de ce document, veuillez consulter un conseiller financier agréé.

États-Unis

NON ASSURÉ PAR LE FDIC | ABSENCE DE GARANTIE BANCAIRE | POSSIBLE PERTE DE VALEUR | NON ASSURÉ PAR DES AGENCES GOUVERNEMENTALES FÉDÉRALES | NE CONSTITUE PAS UN DÉPÔT

Amérique latine (Brésil, Chili, Colombie, Mexique, Pérou et Uruguay)

Ce document est destiné à être utilisé uniquement par un investisseur institutionnel ou un investisseur qualifié. Toutes les informations contenues dans ce document sont confidentielles et destinées à l’usage et à l’examen exclusifs de son destinataire visé et ne sauraient être transmises à un tiers. Ce document est fourni à titre d’information uniquement et ne constitue pas une offre publique, une sollicitation ou une recommandation d’achat ou de vente d’un(e) quelconque produit, service, instrument financier et/ou stratégie. La décision d’investir ne doit être prise qu’après avoir lu la documentation sur la stratégie et mené une due diligence approfondie et indépendante.

ASIE-PACIFIQUE

Hong Kong : Le présent document est diffusé par Morgan Stanley Asia Limited aux fins d’utilisation à Hong Kong et ne peut être diffusé qu’auprès d’« investisseurs professionnels » au sens du Securities and Futures Ordinance (décret sur les valeurs mobilières et les contrats à terme) de Hong Kong (Cap 571). Le contenu du présent document n’a été révisé ni approuvé par aucune autorité de réglementation, y compris la Securities and Futures Commission de Hong Kong. En conséquence, à moins que la loi en vigueur ne prévoie des exceptions, ce document ne devra pas être publié, diffusé, distribué, ni adressé aux particuliers résidant à Hong Kong, ni mis à leur disposition. Singapour :Ce document est diffusé par Morgan Stanley Investment Management Company et ne saurait être considéré comme une offre de souscription ou d’achat, directe ou indirecte, présentée au public ou à des membres du public de Singapour autres que (i) des investisseurs institutionnels selon la définition de l’article 304 de la Securities and Futures Act (SFA), chapitre 289, (ii) des « personnes concernées » (ce qui inclut les investisseurs accrédités) au sens de l’article 305 de la SFA, la distribution du présent document étant conforme aux conditions énoncées à l’article 305 de la SFA ou (iii) les personnes concernées par toute autre disposition applicable de la SFA, et conformément aux conditions de celle-ci. Cette publication n’a pas été vérifiée par l’Autorité monétaire de Singapour.   Australie : Ce document est publié par Morgan Stanley Investment Management (Australie) Pty Ltd ABN 22122040037, AFSL No. 314182 et ses affiliés et ne constitue pas une invitation à investir. Morgan Stanley Investment Management (Australia) Pty Limited donne les moyens aux filiales de MSIM de fournir des services financiers à la clientèle de gros en Australie. Une invitation à investir ne peut être proposée que lorsqu’aucune publication d’information n’est requise par la Corporations Act 2001 (Cth) (la « Corporations Act »). Toute invitation à investir ne pourra pas être considérée comme telle si une publication d’information est requise par la Corporations Act 2001 et ne sera faite qu’à des personnes ayant le statut de « client de gros » (wholesale client), tel que défini dans la Corporations Act. Ce document ne sera pas déposé auprès de l’Australian Securities and Investments Commission. 

 

Ce document est une communication promotionnelle.

Les utilisateurs sont invités à prendre connaissance des Conditions d’utilisation avant d’engager toute procédure, car celles-ci mentionnent des restrictions légales et réglementaires applicables à la diffusion des informations relatives aux produits d’investissement de Morgan Stanley Investment Management.

Les services décrits sur ce site Web peuvent ne pas être disponibles dans certaines juridictions ou pour certaines personnes. Merci de consulter nos Conditions d’utilisation pour de plus amples informations.


Confidentialité    •    Your Privacy Choices Your Privacy Choices Icon    •    Conditions d'utilisation

©  Morgan Stanley. Tous droits réservés.