Insight Article Desktop Banner
 
 
Global Equity Observer
  •  
novembre 27, 2023

Rémunération des dirigeants : « montrez-moi votre système de rémunération et je vous montrerai le résultat »

Insight Video Mobile Banner
 
novembre 27, 2023

Rémunération des dirigeants : « montrez-moi votre système de rémunération et je vous montrerai le résultat »


Global Equity Observer

Rémunération des dirigeants : « montrez-moi votre système de rémunération et je vous montrerai le résultat »

Share Icon

novembre 27, 2023

 
 

Le capitalisme moderne souffre du problème « principal-agent », qui illustre les intérêts divergents entre les propriétaires d'actifs et les dirigeants d'entreprise qui les gèrent. Le domaine de la rémunération des dirigeants, avec ses « packages » complexes de primes et d'actions de performance, a évolué pour tenter de faire converger les intérêts des deux parties.

 
 

Le domaine de la rémunération a clairement réussi à augmenter les rétributions des directeurs généraux. Selon l'Economic Policy Institute, ceux-ci sont aujourd'hui payés 344 fois plus qu'un salarié lambda, alors qu'en 1965, ils ne gagnaient que 21 fois plus.1 Nous pensons cependant qu'il reste des progrès à accomplir pour s'assurer que cet excédent de rémunération perçu par les dirigeants s'accompagne d'un meilleur alignement des intérêts.

En tant qu'investisseurs à long terme, nous souhaitons que les entreprises détenues par nos clients disposent de plans de rémunération qui encouragent la réflexion à long terme plutôt que l'opportunisme à court terme. Après tout, nous sommes d'accord avec Charlie Munger lorsqu'il affirme que les systèmes de rémunération déterminent les résultats. Nous craignons que de mauvaises incitations, par exemple une priorité trop forte donnée au bénéfice par action (BPA), n'encouragent les dirigeants à prendre des décisions qui dopent les profits à court terme au détriment de la capacité de leur entreprise à capitaliser sur le long terme. Il peut s'agir d'une société de consommation qui réduit sa publicité ou d'une entreprise qui réalise de grandes acquisitions qui, bien que « relutives », c'est-à-dire qui augmentent le bénéfice par action à court terme, déploient une grande quantité de capital à faible rentabilité. En revanche, lorsque le système de rémunération est géré efficacement, il permet d'aligner les comportements des principaux décisionnaires sur les objectifs de l'entreprise, ce qui favorise l'amélioration des performances et la rentabilité à long terme pour les actionnaires.

Par conséquent, nous prenons ce processus très au sérieux. Nous utilisons notre cadre de notation Pay X-Ray pour évaluer les systèmes de rémunération, en dialoguant avec les conseils d'administration pour les améliorer, et en votant contre ces systèmes lorsque nous ne sommes pas satisfaits de leurs structures. Nos initiatives visant à faire évoluer les systèmes de rémunération dans l'intérêt des actionnaires sont soutenues par notre équipe disposant de ressources conséquentes et par nos positions concentrées à long terme dans les entreprises que nous couvrons. Cela nous permet d'investir les efforts et le temps nécessaires pour améliorer les systèmes de rémunération et d'avoir accès aux conseils d'administration pour faire valoir nos points de vue. Nous avons enregistré de beaux succès, souvent après des années de discussions, ce qui prouve que la persévérance peut payer. Après tout, cela fait plus de 20 ans que nous échangeons avec les entreprises sur la manière dont elles rémunèrent leurs dirigeants, bien avant que le concept d'investissement environnemental, social et de gouvernance (ESG) ne fasse son apparition.

 
 

Poser les questions clés

Bien qu'il n'existe pas de formule magique pouvant être appliquée de façon uniforme aux entreprises de tous secteurs et de toutes industries, nous avons établi certains principes sur la base de la grande expérience de nos équipes de gestion en matière de dialogue avec les sociétés sur les questions de rémunération. Nous privilégions les systèmes de rémunération qui alignent les objectifs sur les intérêts des actionnaires et qui sont structurés autour de cibles de performance à la fois raisonnables et disciplinées, et qui ne peuvent être facilement manipulées à court terme. Au-delà des détails techniques de chaque résolution faisant l’objet d’un vote, les questions fondamentales que les investisseurs doivent se poser sont les suivantes :

  • Quel type de comportement le système de rémunération encourage-t-il : de court terme ou de long terme ?
  • Les incitations sont-elles équilibrées et sont-elles justifiées compte tenu de la nature de l'entreprise ? Par exemple, une entreprise mature est-elle incitée à se développer au détriment de sa rentabilité ? Une entreprise en croissance est-elle incitée à sous-investir, risquant alors de manquer des opportunités de croissance ?
  • Comment la rémunération des dirigeants peut-elle être détournée au profit de la seule direction ? Une mesure apparemment bonne peut-elle avoir des effets négatifs (par exemple, un indicateur de performance clé portant sur les flux de trésorerie peut-il décourager les dépenses d'investissement nécessaires) ?
  • Pouvons-nous surveiller le comportement réel de la direction afin de déterminer si le système ne fonctionne pas ou s'il fait l'objet d'abus ?
 
 

Évaluer les rémunérations à l'aide du Pay X-Ray

Nous avons créé le Pay X-Ray il y a quelques années pour servir de cadre à une analyse complète et rigoureuse des systèmes de rémunération des entreprises. Nous utilisons les données de fournisseurs spécialisés sur le vote comme ressources pour soutenir nos efforts. Mais compte tenu de notre connaissance approfondie des entreprises et de leur direction, nous ne sommes en aucun cas liés par les recommandations de ces fournisseurs de données. Le Pay X-Ray répartit la notation détaillée des systèmes de rémunération des entreprise en quatre catégories, comme indiqué ci-dessous.

  1. Mesures de performance : sur quoi la direction est-elle rémunérée ?
    Nous apprécions plusieurs mesures, telles que la croissance organique, les marges et les flux de trésorerie disponibles. L'équilibre idéal entre ces éléments dépend de la position stratégique de l'entreprise. Par exemple il peut s'agir de trouver un compromis entre la croissance et l'amélioration des marges. Pour les entreprises de consommation, nous préférons que les bénéfices ou les marges soient calculés avant les coûts de publicité et de promotion, afin d'éviter toute incitation à réduire les dépenses de communication dans le but d’atteindre des objectifs de rentabilité à court terme. D'une manière générale, nous sommes particulièrement favorables à inclure la rentabilité du capital dans les indicateurs clés, car elle oblige les dirigeants à valoriser le capital et pénalise les acquisitions à faible rendement.

    Nous sommes en revanche moins enthousiastes à l'égard de la performance totale pour l'actionnaire en tant que mesure, en particulier lorsque l'on utilise un indice général comme point de comparaison. En effet, celui-ci dépend en grande partie des performances du secteur plutôt que de celles de l'entreprise. Nous ne sommes pas non plus de grands partisans du BPA en tant qu’indicateur. Il peut en effet être dopé par des acquisitions « relutives », mais qui sont souvent assorties d'un faible rendement du capital, ou d’un surcroit d’endettement pour l'entreprise.
  2. Mécanismes de mise en œuvre : comment les dirigeants sont-ils rémunérés ?
    Dans ce cas, nous préférons que l'entreprise émette des actions plutôt que des options, car l'asymétrie des options peut favoriser une prise de risque excessive, en particulier une fois qu'elles sont « en dehors de la monnaie ». Nous souhaitons également que ces bonus prennent la forme d’actions de performance, qui exigent des dirigeants qu'ils atteignent des objectifs pour être récompensés, plutôt que de simples actions restreintes - ou « pay for stay » - que les dirigeants perçoivent dès qu’ils évitent d'être licenciés.
  3. Période d'acquisition des droits : quand la direction est-elle payée ?
    Nous sommes partisans du principe « plus c'est tardif, mieux c'est » car il encourage la direction à viser le succès à long terme de l'entreprise, plutôt que de se contenter d'atteindre des objectifs à court terme. Même un systèmes doté de bons indicateurs de rémunération peut être rendu inefficace si la période d'acquisition des droits n’est pas assez longue. Nous souhaitons également que les actions ne soit émises qu’après la période de mesure de performance. C'est particulièrement vrai dans le cas des départs de dirigeants, car nous avons été échaudés par certains d’entre eux qui ont artificiellement enjolivé le profil de l'entreprise jusqu’au moment de leur départ, la facture devant être réglée plus tard par leurs successeurs.
  4. Manigances : quels sont les tours de passe-passe que la direction pourrait utiliser ?
    Outre les indicateurs de base susmentionnés, nous nous méfions de ce que nous appelons les « manigances », c'est-à-dire des « « combines » auxquelles les dirigeants pourraient se livrer pour obtenir une rémunération maximale. Il s'agit notamment de modifier les objectifs a posteriori en cas de « circonstances défavorables » (en revanche, vous ne serez pas surpris d'apprendre que nous ne trouvons pas beaucoup de cas où les objectifs sont renforcés lorsque l'environnement est favorable), d'objectifs trop faciles à atteindre ou dont les indicateurs ne sont pas précisés, de paiements à titre gracieux à la direction en plus des dispositifs déclarés, ou d’indemnités massives même en cas d'échec lorsque la direction est démise de ses fonctions.
 
 

L'engagement et le vote de l'équipe d'investissement constituent des outils essentiels

Nous recherchons des entreprises qui obtiennent un score Pay X-Ray positif, mais aussi des preuves d'amélioration. Les résultats viennent alimenter nos dialogues avec les entreprises. Depuis le début de l'année (au 30 septembre 2023), 25 % de nos dialogues avec les entreprises ont porté sur la rémunération des dirigeants. Comme nous l'avons mentionné, étant donné l'importance de nos actifs sous gestion dans des portefeuilles concentrés, nous avons le privilège d'avoir un accès direct aux dirigeants : dans nos portefeuilles mondiaux, nous détenons au moins 0,5 % du capital flottant des entreprises pour 70 à 85 % des positions de nos stratégies. 

En plus de discuter des rémunérations avec les entreprises, nous exerçons nos droits de vote sur ce sujet. Au cours du premier semestre 2023, nous avons ainsi voté sur 244 propositions liées à la rémunération pour 78 des entreprises détenues dans le cadre des stratégies que nous gérons. Nous avons voté contre sur 51 d'entre elles, soit 21 % des cas. En outre, dans 47 % des cas, nous avons voté contre la direction sur au moins une proposition liée à la rémunération (37 entreprises).

Les votes les plus courants et les plus médiatisés concernent l'approbation de la rémunération des dirigeants d'une entreprise. Ils peuvent être individuels ou concerner l'ensemble de l'équipe dirigeante, en fonction de la juridiction dont dépend l'entreprise. Les sommes en jeu pouvant parfois faire sourciller, nous estimons que le montant de la rémunération doit être évalué à la fois en absolu et par rapport aux objectifs fixés. Nous avons dénombré au cours du premier semestre 2023 79 propositions de ce type dans des entreprises détenues dans le cadre de nos stratégies, et nous avons voté contre sur 35 d'entre elles (44 % des cas).

Nous ne limitons pas nos votes aux systèmes de rémunération. Si, ayant déjà voté contre une proposition de rémunération, nous souhaitons mettre en avant notre point de vue, nous pourrions pour aller plus loin voter contre l'élection des membres du comité de rémunération. Au cours des six premiers mois de l’année 2023, nous avons ainsi voté contre l'élection du président du comité de rémunération de trois entreprises différentes en raison de préoccupations persistantes concernant leurs systèmes de rémunération. Pour l'une de ces entreprises, notre alerte est même allée plus loin : nous avons également voté contre l'élection de deux administrateurs qui étaient membres du comité de rémunération de l'entreprise. 

Compte tenu du problème « principal-agent », la rémunération constitue un instrument clé pour inciter les dirigeants à agir dans l'intérêt à long terme de l'entreprise et de ses actionnaires. Il est donc essentiel que les conseils d'administration et les directions fassent les bons choix, et que les investisseurs actifs à long terme tiennent les conseils d'administration responsables de leurs actions au moyen d'un programme de surveillance, d'engagement et de vote. C'est pourquoi nous prenons très au sérieux nos responsabilités fiduciaires dans ce domaine.

 
 

1 Source : Rapport de l'Economic Policy Institute sur la rémunération des PDG en 2022. Publié le 21 septembre 2023.

 
bruno.paulson
Managing Director
International Equity Team
 
 
Fonds présentés
 
 
 
 
 

Considérations sur les risques

Il ne peut être garanti qu’un portefeuille atteindra son objectif d’investissement. Les portefeuilles sont sujets au risque de marché, c’est-à-dire à la possibilité que la valeur de marché des titres en portefeuille baisse. Les valeurs boursières peuvent varier quotidiennement en fonction de facteurs économiques ou d’autre nature (par ex. catastrophes naturelles, crises sanitaires, terrorisme, conflits et troubles sociaux) qui ont des répercussions sur les marchés, les pays, les entreprises ou les gouvernements. Il est difficile de prévoir le calendrier, la durée et les éventuels effets négatifs (par ex. liquidité du portefeuille) liés à de tels événements. En conséquence, cette stratégie expose l’investisseur à des pertes potentielles. Nous attirons votre attention sur le fait que cette stratégie peut comporter d’autres types de risques. L’évolution de l’économie mondiale, des dépenses et des préférences de consommation, de la concurrence, de la démographie, des réglementations publiques et des conditions économiques peut pénaliser les sociétés internationales et peut avoir un impact négatif plus prononcé sur la stratégie que si les actifs de la stratégie étaient investis dans un éventail plus large de sociétés. En général, la valeur des actions varie également en fonction des activités spécifiques d’une entreprise. Les investissements sur les marchés étrangers s’accompagnent de risques particuliers, notamment les risques de change, politiques, économiques et de marché. Les actions de sociétés de petites et moyennes capitalisations présentent des risques spécifiques, tels que des gammes de produits, des marchés et des ressources financières limitées, et une volatilité supérieure à celles des entreprises de grandes capitalisations plus solidement établies. Les risques associés aux investissements dans les marchés des pays émergents sont plus élevés que sur les marchés développés étrangers. Les instruments dérivés peuvent augmenter les pertes de façon disproportionnée et avoir un impact significatif sur la performance. Ils peuvent également être soumis aux risques de contrepartie, de liquidité, de valorisation, de corrélation et de marché. Les titres illiquides peuvent être plus difficiles à vendre et à valoriser que les titres cotés en bourse (risque de liquidité). Les portefeuilles peu diversifiés investissent dans un nombre plus restreint d’émetteurs. De ce fait, toute évolution de la situation financière ou de la valeur de marché d’un émetteur donné est susceptible d’entraîner une volatilité accrue. La performance relative des stratégies ESG qui intègrent l’investissement d’impact et / ou des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) peut diverger de celle d’autres stratégies ou d’indices de référence généraux du marché, selon que ces secteurs ou ces investissements ont la faveur ou non du marché. Par conséquent, rien ne garantit que les stratégies ESG se traduiront par une performance d’investissement plus favorable.

DÉFINITIONS

Le bénéfice par action (BPA) est la portion du bénéfice d'une société allouée à chaque action ordinaire en circulation.

Le flux de trésorerie disponible (FCF) est une mesure de la performance financière calculée à partir du flux de trésorerie d'exploitation moins les investissements. Le FCF représente les liquidités qu'une entreprise est capable de générer après avoir dépensé l'argent nécessaire pour maintenir ou développer sa base d'actifs.

Le rendement du capital mesure la capacité d’une entreprise à allouer le capital qui lui est confié à des investissements rentables ; il se calcule en divisant le résultat d’exploitation par le capital total.

INFORMATIONS IMPORTANTES

Il n’y a aucune garantie qu’une stratégie d’investissement fonctionnera dans toutes les conditions du marché et il revient à chaque investisseur d’évaluer sa capacité à investir à long terme, surtout pendant les périodes de détérioration du marché.

Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas être adaptés pour tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à cette Stratégie peuvent détenir des titres qui ne suivent pas nécessairement la performance d’un indice particulier. Un niveau d’investissement minimum est requis.

Vous trouverez des informations importantes sur les gestionnaires financiers dans la partie 2 du formulaire ADV.

Les opinions et les points de vue et/ou les analyses exprimés sont ceux de l’auteur ou de l’équipe de gestion à la date de publication : ils peuvent être modifiés à tout instant au gré de l’évolution des conditions de marché ou de la conjoncture économique et ne pas se concrétiser. En outre, les opinions ne seront pas mises à jour ou corrigées dans le but de refléter les informations publiées a posteriori, des situations existantes ou des changements se produisant après la date de publication. Les opinions exprimées ne reflètent pas les opinions de tous les gérants de portefeuille de Morgan Stanley Investment Management (MSIM) et ses filiales et sociétés affiliées (collectivement désignées par « la Société »). Elles peuvent ne pas être prises en compte dans toutes les stratégies et les produits proposés par la société.

Les prévisions et/ou estimations fournies dans le présent document sont susceptibles de changer et pourraient ne pas se matérialiser. Les informations concernant les performances attendues et les perspectives de marché sont basées sur la recherche, l’analyse et les opinions des auteurs ou de l’équipe de gestion. Ces conclusions sont de nature spéculative, peuvent ne pas se concrétiser et ne visent pas à prédire la performance future d’une stratégie ou d’un produit proposé par la Société. Les résultats futurs peuvent considérablement varier en fonction de facteurs tels que l’évolution des marchés des valeurs mobilières ou des marchés financiers ou des conditions économiques générales.

Ce document a été préparé sur la base d’informations publiques, de données élaborées en interne et d’autres sources externes jugées fiables. Toutefois, aucune garantie n’est donnée quant à la fiabilité de ces informations et la Société n’a pas cherché à vérifier en toute indépendance les informations provenant de sources publiques et externes.

Ce document constitue une communication générale, qui n’est pas impartiale et toute l’information qu’il contient a été préparée uniquement à des fins d’information et de formation et ne constitue pas une offre ni une recommandation d’achat ni de vente d’un titre en particulier ni d’adoption d’une stratégie d’investissement particulière. Les informations contenues dans le présent document ne s’appuient pas sur la situation d’un client en particulier. Elles ne constituent pas un conseil d’investissement et ne doivent pas être interprétées comme constituant un conseil en matière fiscale, comptable, juridique ni réglementaire. Avant de prendre une décision d’investissement, les investisseurs doivent solliciter l’avis d’un conseiller juridique et financier indépendant, y compris s’agissant des conséquences fiscales.

Les graphiques et diagrammes fournis dans le présent document le sont uniquement à titre d’illustration. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Les indices ne sont pas gérés et ne comprennent ni frais, ni droits, ni commissions de vente. Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice. Tout indice mentionné dans le présent document est la propriété intellectuelle du fournisseur concerné (y compris les marques déposées). Les produits basés sur des indices ne sont pas sponsorisés, approuvés, vendus ou promus par le fournisseur concerné, qui se dégage de toute responsabilité à leur égard.

Ce document n’est pas un produit du département de recherche de Morgan Stanley et ne doit pas être considéré comme un document ou une recommandation de recherche.

La Société n’a pas autorisé les intermédiaires financiers à utiliser ni à distribuer le présent document, à moins que cette utilisation et cette distribution ne soient effectuées conformément à la législation et à la réglementation en vigueur. De plus, les intermédiaires financiers sont tenus de s’assurer que les informations contenues dans ce document soient adaptées aux personnes à qui ils le fournissent au vu de leur situation et de leurs objectifs. La Société ne peut être tenue responsable et rejette toute responsabilité en cas d’utilisation abusive de ce document par tout intermédiaire financier.

Ce document peut être traduit dans d’autres langues. Lorsqu’une telle traduction est faite, seule la version anglaise fait foi. S’il y a des divergences entre la version anglaise et une version de ce document dans une autre langue, seule la version anglaise fait foi.

Il est interdit de reproduire, copier, modifier, utiliser pour créer un document dérivé, interpréter, afficher, publier, poster, mettre sous licence, intégrer, distribuer ou transmettre tout ou une partie de ce document, directement ou indirectement, ou de divulguer son contenu à des tiers sans le consentement écrit explicite la Société. Il est interdit d’établir un hyperlien vers ce document, à moins que cet hyperlien ne soit destiné à un usage personnel et non commercial. Toutes les informations contenues dans le présent document sont la propriété des auteurs et sont protégées par la loi sur les droits d’auteur et par toute autre loi applicable.

Morgan Stanley Investment Management est la division de gestion d’actifs de Morgan Stanley.

DISTRIBUTION

Ce document s’adresse et ne doit être distribué exclusivement qu’aux personnes résidant dans des pays ou territoires où une telle distribution ou mise à disposition n’est pas contraire aux lois et réglementations locales en vigueur.

MSIM, la division de gestion d’actifs de Morgan Stanley (NYSE : MS) et ses sociétés affiliées ont passé des accords pour commercialiser leurs produits et services respectifs.  Chaque société affiliée de MSIM est réglementée de manière appropriée dans la juridiction où elle opère. Les sociétés affiliées de MSIM sont : Eaton Vance Management (International) Limited, Eaton Vance Advisers International Ltd, Calvert Research and Management, Eaton Vance Management, Parametric Portfolio Associates LLC et Atlanta Capital Management LLC.

Ce document a été publié par une ou plusieurs des entités suivantes :

EMEA

Ce document s’adresse aux clients professionnels/investisseurs accrédités uniquement.

Au sein de l’UE, les documents de MSIM et d’Eaton Vance sont publiés par MSIM Fund Management (Ireland) Limited (« FMIL »). FMIL est une société privée à responsabilité limitée par actions immatriculée en Irlande sous le numéro 616661 et réglementée par la Banque Centrale d’Irlande. Son siège social est situé à l’adresse 24-26 City Quay, Dublin 2, DO2 NY19, Irlande.

En dehors de l’UE, les documents de MSIM sont publiés par Morgan Stanley Investment Management Limited (MSIM Ltd), une société agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Enregistrée en Angleterre. Numéro d’enregistrement : 1981121. Siège social : 25 Cabot Square, Canary Wharf, London E14 4QA.

En Suisse, les documents de MSIM sont publiés par Morgan Stanley & Co. International plc, Londres, succursale de Zurich, une société agréée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers ("FINMA" ;. Siège social : Beethovenstrasse 33, 8002 Zurich, Suisse.

En dehors des États-Unis et de l’UE, les documents d’Eaton Vance sont publiés par Eaton Vance Management (International) Limited (« EVMI ») 125 Old Broad Street, Londres, EC2N 1AR, Royaume-Uni, qui est agréé et réglementé au Royaume-Uni par la Financial Conduct Authority.

Italie : MSIM FMIL (succursale de Milan), (Sede Secondaria di Milano), Palazzo Serbelloni Corso Venezia, 16 20121 Milan, Italie. Pays-Bas : MSIM FMIL (succursale d’Amsterdam), Tour Rembrandt, 11e étage Amstelplein 1 1096HA, Pays-Bas. France : MSIM FMIL (succursale de Paris), 61, rue de Monceau, 75008 Paris, France. Espagne : MSIM FMIL (succursale de Madrid), Calle Serrano 55, 28006, Madrid, Espagne. Allemagne : MSIM FMIL succursale de Francfort, Große Gallusstraße 18, 60312 Francfort, Allemagne (Catégorie : Branch Office (FDI) selon § 53b KWG). Danemark : MSIM FMIL (succursale de Copenhague), Gorrissen Federspiel, Axel Towers, Axeltorv2, 1609 Copenhague V, Danemark.

MOYEN-ORIENT

Dubaï :  MSIM Ltd (Bureau de représentation, Unit Precinct 3-7 th Floor-Unit 701 and 702, Level 7, Gate Precinct Building 3, Dubai International Financial Centre, Dubaï, 506501, Émirats arabes unis. Téléphone : +97 (0)14 709 7158).

Ce document est distribué dans le Centre financier international de Dubaï par Morgan Stanley Investment Management Limited (bureau de représentation), une entité réglementée par la Dubai Financial Services Authority (« DFSA »). Il n’est destiné qu’à être utilisé par des clients professionnels et des contreparties de marché. Ce document n'est pas destiné à être distribué aux clients particuliers, et ceux-ci ne doivent pas agir sur la base des informations contenues dans ce document.

Ce document concerne un produit financier qui n'est soumis à aucune forme de réglementation ou d'approbation par la DFSA. La DFSA n'est pas responsable de l'examen ou de la vérification des documents relatifs à ce produit financier. Par conséquent, la DFSA n'a pas approuvé ce document ou tout autre document associé, ni pris de mesures pour vérifier les informations qui y figurent, et décline tout responsabilité à cet égard. Le produit financier auquel ce document se rapporte peut être illiquide et/ou soumis à des restrictions quant à sa revente ou son transfert. Les acheteurs potentiels sont tenus d’effectuer leurs propres vérifications concernant ce produit financier. Si vous ne comprenez pas le contenu de ce document, veuillez consulter un conseiller financier agréé.

États-Unis

NON ASSURÉ PAR LE FDIC | ABSENCE DE GARANTIE BANCAIRE | POSSIBLE PERTE DE VALEUR | NON ASSURÉ PAR DES AGENCES GOUVERNEMENTALES FÉDÉRALES | NE CONSTITUE PAS UN DÉPÔT

Amérique latine (Brésil, Chili, Colombie, Mexique, Pérou et Uruguay)

Ce document est destiné à être utilisé uniquement par un investisseur institutionnel ou un investisseur qualifié. Toutes les informations contenues dans ce document sont confidentielles et destinées à l’usage et à l’examen exclusifs de son destinataire visé et ne sauraient être transmises à un tiers. Ce document est fourni à titre d’information uniquement et ne constitue pas une offre publique, une sollicitation ou une recommandation d’achat ou de vente d’un(e) quelconque produit, service, instrument financier et/ou stratégie. La décision d’investir ne doit être prise qu’après avoir lu la documentation sur la stratégie et mené une due diligence approfondie et indépendante.

ASIE-PACIFIQUE

Hong Kong : Le présent document est diffusé par Morgan Stanley Asia Limited aux fins d’utilisation à Hong Kong et ne peut être diffusé qu’auprès d’« investisseurs professionnels » au sens du Securities and Futures Ordinance (décret sur les valeurs mobilières et les contrats à terme) de Hong Kong (Cap 571). Le contenu du présent document n’a été révisé ni approuvé par aucune autorité de réglementation, y compris la Securities and Futures Commission de Hong Kong. En conséquence, à moins que la loi en vigueur ne prévoie des exceptions, ce document ne devra pas être publié, diffusé, distribué, ni adressé aux particuliers résidant à Hong Kong, ni mis à leur disposition. Singapour :Ce document est diffusé par Morgan Stanley Investment Management Company et ne saurait être considéré comme une offre de souscription ou d’achat, directe ou indirecte, présentée au public ou à des membres du public de Singapour autres que (i) des investisseurs institutionnels selon la définition de l’article 304 de la Securities and Futures Act (SFA), chapitre 289, (ii) des « personnes concernées » (ce qui inclut les investisseurs accrédités) au sens de l’article 305 de la SFA, la distribution du présent document étant conforme aux conditions énoncées à l’article 305 de la SFA ou (iii) les personnes concernées par toute autre disposition applicable de la SFA, et conformément aux conditions de celle-ci. Cette publication n’a pas été vérifiée par l’Autorité monétaire de Singapour.   Australie : Ce document est publié par Morgan Stanley Investment Management (Australie) Pty Ltd ABN 22122040037, AFSL No. 314182 et ses affiliés et ne constitue pas une invitation à investir. Morgan Stanley Investment Management (Australia) Pty Limited donne les moyens aux filiales de MSIM de fournir des services financiers à la clientèle de gros en Australie. Une invitation à investir ne peut être proposée que lorsqu’aucune publication d’information n’est requise par la Corporations Act 2001 (Cth) (la « Corporations Act »). Toute invitation à investir ne pourra pas être considérée comme telle si une publication d’information est requise par la Corporations Act 2001 et ne sera faite qu’à des personnes ayant le statut de « client de gros » (wholesale client), tel que défini dans la Corporations Act. Ce document ne sera pas déposé auprès de l’Australian Securities and Investments Commission.

 

Ce document est une communication promotionnelle.

Les utilisateurs sont invités à prendre connaissance des Conditions d’utilisation avant d’engager toute procédure, car celles-ci mentionnent des restrictions légales et réglementaires applicables à la diffusion des informations relatives aux produits d’investissement de Morgan Stanley Investment Management.

Les services décrits sur ce site Web peuvent ne pas être disponibles dans certaines juridictions ou pour certaines personnes. Merci de consulter nos Conditions d’utilisation pour de plus amples informations.


Confidentialité    •    Conditions d'utilisation

©  Morgan Stanley. Tous droits réservés.