Insight Article Desktop Banner
 
 
Global Equity Observer
  •  
juillet 31, 2023

Capitaliser malgré la frénésie

Insight Video Mobile Banner
 
juillet 31, 2023

Capitaliser malgré la frénésie


Global Equity Observer

Capitaliser malgré la frénésie

Share Icon

juillet 31, 2023

 
 

Les marchés actions mondiaux ont prospéré au premier semestre 2023. L’indice MSCI World a en effet bondi de 15 % en dollar américain (USD), et affiche désormais une hausse de plus de 25 % par rapport à son point bas du troisième trimestre 2022. À l’image de la baisse des valorisations subie en 2022, cette hausse s’explique par un rebond des multiples malgré des bénéfices relativement stables. Le multiple à terme de l’indice MSCI World est passé de 13,7 x à 17,0 x.1

 
 

La situation s’est également inversée sur le plan sectoriel par rapport à 2022, le marché ayant bénéficié de la progression des secteurs de croissance qui avaient souffert l’année dernière : la consommation cyclique, les services de communication et, surtout, les technologies de l’information, l’engouement suscité par les solutions d’intelligence artificielle (IA) générative offrant un nouveau souffle aux mégacapitalisations technologiques après une année 2022 éprouvante. Le mois de juin a été marqué par une reprise cyclique étendue, mais jusqu’à la fin du mois de mai, les sept géants de la tech (« magnificent seven ») ou "MANAMAT"2, représentant près d’un quart de la pondération de l’indice S&P 500, ont en effet réalisé la totalité des performances de l’indice américain, les 493 autres titres s’inscrivant en légère baisse dans l’ensemble.3

 
 

Le phénomène ChatGPT

Il est vrai que l’IA est entrée dans une nouvelle période, qui voit, en plus de l’explosion des données ces dernières années, la puissance des algorithmes et la puissance de calcul progresser, ouvrant une nouvelle ère de l’IA générative. Ces grands modèles de langage (« large language models » ou LLM) intelligents, alimentés par des algorithmes avancés d’apprentissage automatique (« machine learning » ou ML) et entraînés à partir d’un nombre gigantesque de paramètres, analysent et apprennent à partir d’importantes quantités de données qui leur sont fournies afin de créer des contenus originaux, semblables à des contenus créés par l’être humain, à une vitesse fulgurante. Depuis les débuts de ChatGPT, un chatbot créé par OpenAI à la fin de l’année dernière, le marché s’est soucié de comprendre, de mettre en œuvre et de coter les progrès réalisés en matière d’accessibilité grâce à l’IA générative.

La frénésie autour de l’IA a ceci d’inhabituel qu’il ne s’agit pas d’une révélation. Si l’utilisation de l’IA générative a bondi depuis le lancement de ChatGPT, des technologies plus restreintes d’intelligence artificielle comme le ML et le traitement du langage naturel (TLN) sont déjà utilisées depuis quelques années. La reconnaissance faciale, par exemple, s’appuie sur des algorithmes d’apprentissage automatique pour déverrouiller votre smartphone, et les assistants vocaux comme Siri et Alexa utilisent l’IA, le TLN et le ML afin de comprendre les instructions et d’effectuer un éventail de tâches. Les algorithmes reposant sur l’IA sont utilisés dans le commerce en ligne pour faire des recommandations d’achat personnalisées, dans les essais cliniques pour améliorer la découverte et l’efficacité des médicaments, et ailleurs dans tout un panel de secteurs pour automatiser une multitude de tâches administratives. L’amélioration progressive des modèles à partir du comportement appris, ainsi que l’arrivée du « big data » et les progrès de la puissance de traitement des ordinateurs ont tous joué un rôle dans la création de l’IA générative.

Néanmoins, deux surprises importantes sont survenues cette année. Premièrement, la rapidité d’adoption par les consommateurs. En 2006, il a fallu près de deux ans à Twitter pour atteindre le million d’utilisateurs ; en 2010, Instagram y est parvenu en deux mois et demi ; ChatGPT l’a fait en cinq jours seulement, le service passant la barre des 100 millions d’utilisateurs en deux mois, ce qui en fait l’adoption d’une technologie la plus rapide de l’histoire.[1] Deuxièmement, et il s’agit sans doute du phénomène le plus surprenant, l’absence de barrières à l’entrée pour l’exécution d’un code d’IA. Jusqu’à présent, il était généralement admis (et nous partagions cet avis) que les grands opérateurs en place développant des modèles d’intelligence artificielle domineraient en raison de leurs avantages concurrentiels : expertise en matière de cloud, puissance de calcul et vastes réserves de données exclusives, sans compter qu’ils ont investi des montants gigantesques de capitaux pour améliorer leurs capacités en matière d’IA. Il semble toutefois que ce ne soit pas le cas. De nouveaux modèles à grande échelle et open source, basés sur des interfaces de programmation d’application (API) facilement accessibles, sont publics ; quiconque ayant un bon niveau de connaissances en codage peut adapter et redistribuer l’architecture des données pour répondre à ses propres spécifications sans avoir besoin de la puissance de calcul et de l’espace de stockage importants qui sont normalement nécessaires pour les exécuter. Si cela présente des avantages du point de vue du consommateur (notamment l’accès à des modèles d’IA personnalisables à un coût nettement inférieur), pour les entreprises, la seule barrière à l’entrée qui existe désormais pour tester un code est une personne munie d’un ordinateur portable. Ces avantages concurrentiels ne semblent pas être liés à la technologie de l’IA elle-même, mais plutôt à d’autres éléments du modèle d’entreprise : par exemple, l’accès à des données exclusives, la clientèle ou la capacité à fournir des services à grande échelle.

Pelles et pioches des temps modernes (ou investir dans les industries en amont)

Tout comme au cours des précédents cycles technologiques, les vendeurs de pelles et de pioches des temps modernes ont été les premiers à bénéficier de la « ruée vers l’or de l’IA », notamment les fournisseurs de semi-conducteurs. Un concepteur de puces situé en Californie, leader incontesté des processeurs graphiques (GPU) qui alimentent les applications d’intelligence artificielle, a vu sa capitalisation boursière croître de près de 200 milliards de dollars en une journée grâce à des prévisions ambitieuses. Les autres grands gagnants sont évidemment les « hyperscalers », à savoir les fournisseurs de services de cloud, qui sont responsables de l’infrastructure nécessaire au déploiement de l’IA générative que sont les vastes capacités de stockage et de puissance de traitement. Azure, l’entreprise mondiale technologique et de logiciels que nous détenons, a indiqué qu’elle s’attendait à ce que les produits liés à l’intelligence artificielle stimulent sa croissance d’un point de pourcentage à compter du prochain trimestre, le chiffre d’affaires actuel s’élevant à environ 600 millions de dollars. Une autre catégorie d’industries en amont est celle qui offre aux clients des services reposant sur l’IA ; par exemple, le conglomérat technologique multinational que nous possédons incorpore son outil d’IA conversationnelle, Bard, dans son moteur de recherche, bien que cela suscite des inquiétudes quant aux coûts ; ou encore la société mondiale de technologie et de logiciels que nous possédons offre Copilot dans sa suite de produits 365, qui permet de créer un premier brouillon que les utilisateurs peuvent éditer dans Word ou de traiter plus rapidement les courriels dans Outlook.

 
 

Identifier les opportunités…

Si la portée globale de l’intelligence artificielle demeure ambiguë, nous présentons ici nos premières réflexions du point de vue de notre approche d’investissement de qualité et des titres que nous détenons. Loin d’investir dans les industries en amont du secteur technologique, nombre de nos entreprises sont déjà bien exposées à l’IA, et disposent d’opportunités supplémentaires, notamment en termes de réduction des coûts et de création de valeur.

  • Amélioration des processus/réduction des coûts : L’intelligence artificielle offre des opportunités évidentes de réduction des coûts, car les processus existants sont automatisés, notamment les fonctions répondant à des règles. La plupart de ces éléments ne sont pas nouveaux. Une société de services professionnels que nous détenons évoque son activité d’externalisation dont le ratio entre la main-d’œuvre et l’automatisation, qui était de 90 % contre 10 %, est déjà passé à 60 contre 40, ce qui laisse encore une grande marge de progrès. En matière de paiements, la société de services financiers que nos détenons a lancé une plate-forme d’IA très performante afin d’accroître la prévisibilité, la transparence et la rapidité des paiements. Dans l’ensemble, la révolution de l’IA générative devrait contribuer à la création de contenu dans les domaines des opérations clients, des ventes et du marketing et du développement de logiciels en réduisant drastiquement la quantité des contributions humaines. Cela ne signifie pas que ces fonctions deviendront obsolètes : la nuance et la profondeur qui découlent des contributions humaines seront probablement encore nécessaires dans certains domaines. Dans sa forme actuelle, l’IA générative peut s’avérer parfaite pour rechercher et résumer des informations contenues sur des sites web, mais la rédaction d’accords juridiques complexes ne devrait probablement pas encore lui être confiée.
  • Création de valeur : Tout en réduisant les coûts, l’IA permet aux entreprises d’améliorer la qualité de leurs services et leur offre de produits. Les entreprises disposant de grands ensembles de données exclusives dans un panel de secteurs peuvent être en mesure d’utiliser l’IA afin d’effectuer des analyses de données plus efficaces et efficientes afin de renforcer leurs avantages concurrentiels. Dans le secteur de la santé, l’intelligence artificielle offre la possibilité d’améliorer les capacités de diagnostic des patients et d’optimiser/automatiser un certain nombre de paramètres dans le processus de découverte de médicaments. Par exemple, nous détenons une société fournissant des instruments, des consommables et des services logiciels à usage scientifique qui a utilisé l’IA pour développer un microscope électronique, aidant les chercheurs à analyser les structures des molécules, des protéines et des cellules et accélérant le processus par l’automatisation d’étapes cruciales. Parallèlement, pour les marques grand public, l’IA peut améliorer l’expérience client grâce à des offres virtuelles et à des publicités personnalisées. Nous détenons le leader mondial du secteur de la beauté, qui a développé un système appelé TrendSpotter qui analyse les tendances populaires en ligne afin d’adapter ses produits aux nouvelles tendances et préférences. Dans l’ensemble, cette technologie n’en est qu’à ses débuts et les évolutions les plus intéressantes pourraient bien dépasser notre imagination actuelle.

Tout en surveillant les menaces

Outre les opportunités qui se présentent, nous nous intéressons également à la manière dont le changement pourrait avoir une incidence négative sur les entreprises que nous détenons. Comme toujours, les inconvénients potentiels suscitent pour nous davantage d’inquiétudes que les avantages potentiels ne suscitent d’engouement. 

  • Risque lié à l’automatisation des clients : Comme indiqué plus haut, l’IA devrait pouvoir aider les entreprises à réduire leurs coûts en automatisant une série de tâches administratives répondant à des règles. Ceci représente un inconvénient potentiel si le modèle d’une entreprise dépend de la prestation de services qui sont automatisés, par exemple la gestion de centres d’appel, ou si ce modèle dépend du soutien au personnel qui peut être visé par l’automatisation, par exemple l’offre d’un produit de données à des juristes en début de carrière. Les sociétés de services informatiques telles que la société de services professionnels que nous détenons devront créer suffisamment de tâches à forte valeur ajoutée basées sur l’expertise pour compenser les pertes liées à l’automatisation.
  • Risque de perturbation : L’intelligence artificielle perturbera probablement les modèles d’entreprise existants. La capacité de l’IA à accélérer la programmation informatique pourrait renforcer la concurrence pour les fournisseurs de logiciels, par exemple. Cette menace exige une vigilance constante à mesure que la technologie évolue, et nous surveillons de près les sources de données exclusives de nos participations au cas où l’IA générerait des alternatives viables.
  • Risques juridiques et réglementaires : L’adoption de l’intelligence artificielle générative n’en est qu’à ses débuts. Les cadres réglementaires et juridiques sont donc très peu développés. La question des brevets et des droits d’auteur est centrale, car les modèles sont souvent entraînés à partir de contenus soumis à des droits de propriété intellectuelle sans aucune rémunération pour leurs titulaires. L’entreprise de logiciels créatifs que nous détenons espère que sa banque de droits d’auteur constituera un avantage dans ce contexte d’incertitude. En outre, il reste un risque d’hallucinations, par lesquelles les données d’entrée sont reconfigurées ou apprises d’une manière factuellement fausse. Plus inquiétant encore, l’IA risque d’intégrer des algorithmes discriminatoires de type « boîte noire » dans les processus. Les évaluateurs de crédit utilisent déjà des codes d’IA pour apporter des améliorations commerciales et opérationnelles, bien que ceux que nous détenons ne l’utiliseront pas pour appliquer des évaluations de crédit en raison des risques de partialité. En général, il existe un risque que la réglementation étouffe l’innovation et la capacité à créer de la valeur, en particulier si les entreprises mondiales ne peuvent progresser qu’à la vitesse de la réglementation dans la zone géographique la plus lente.
  • Risque de déception : Outre le fait que l’intelligence artificielle peut nuire aux bénéfices futurs des entreprises, il existe un risque potentiel pour les valorisations si l’engouement actuel se dissipe. Le « hype cycle » de Gartner (décrivant l’évolution de l’intérêt pour une technologie) comporte cinq phases en ce qui concerne les technologies émergentes : la courbe ascendante qui correspond au Lancement de la technologie et au Pic des attentes exagérées et qui est suivie de l’effondrement dans le Gouffre des désillusions, avant la reprise progressive sur la Pente de l’illumination et le Plateau de la productivité.[1] Le risque est qu’à l’approche du pic des attentes, un gouffre surgisse…


Capitaliser malgré la frénésie

Fin 2021, nous étions préoccupés à la fois par les multiples et les bénéfices. Suite à la baisse des valorisations en 2022, nos inquiétudes quant aux multiples se sont envolées, ne laissant plus que les inquiétudes quant aux bénéfices. Les trois derniers trimestres ont signé le retour de ces deux préoccupations, le PER à terme de l’indice MSCI World étant remonté à 17,0 x, un niveau jamais atteint entre 2003 et 2019, tandis que le multiple du secteur des technologies de l’information, à 27,4 x, s’approche désormais dangereusement des sommets atteints durant l’ère COVID.[2]

Ce multiple élevé ne s’explique pas par des bénéfices en baisse, les marges attendues étant toujours proches de leurs sommets historiques, et les bénéfices prévus par le consensus devraient rester stables cette année avant d’augmenter de 10 % en 2024, malgré toutes les inquiétudes concernant une récession potentielle. Il est vrai que l’économie américaine s’est avérée plus robuste que prévu, mais le revers de la médaille est que les marchés du travail restent très tendus, ce qui signifie qu’un resserrement monétaire continu est nécessaire pour faire baisser l’inflation. Selon nous, un éventuel ralentissement ne fait pas partie des prévisions de bénéfices d’aujourd’hui... ni du multiple actuel. Nous continuons de penser que le monde est un lieu asymétrique dans lequel les révisions à la baisse des bénéfices dans les moments difficiles sont bien plus importantes que les révisions à la hausse en période favorable. Comme toujours, nous pensons que le pouvoir de fixation des prix et les revenus récurrents, deux des principaux critères d’inclusion des entreprises dans nos portefeuilles, finiront une fois de plus par témoigner de leur valeur en cas de ralentissement, et que le marché en viendra à nouveau à favoriser les entreprises dont les bénéfices sont résistants en période difficile.

En fin de compte, l’IA générative n’en est qu’à ses débuts et sa portée reste incertaine. Quels sont les secteurs et les entreprises qui prospéreront et quels sont les modèles d’entreprise qui disparaîtront ? Dans un monde où règne l’intelligence artificielle, à quoi ressemblent l’emploi, l’éducation, la santé, la finance, la consommation et la politique ? Quel est le sens du droit d’auteur dans un monde construit par des machines ? La réglementation sera-t-elle suffisamment rapide et raisonnable pour mettre en place des garde-fous sans être pour autant un frein au progrès ? À qui pouvons-nous nous fier ? Quelle image est réelle ? Le monde se fait-il plus petit, plus rapide et encore plus personnalisé ? Devient-il plus inégalitaire ? Et qu’advient-il de l’art de la gestion de portefeuille bottom-up fondamentale ?

Notre équipe explore de nouveaux ensembles de données et développe des outils d’automatisation depuis quelque temps, en restant à l’affût des signes utiles émanant du moral des investisseurs ou de l’analyse des annonces de résultats grâce au TNL. Nous restons à l’avant-garde de l’innovation tout en perpétuant une tradition d’excellence en matière de recherche et d’évaluation de la gestion. Nous n’avons pas encore abandonné la recherche approfondie sur la pérennité de la rentabilité opérationnelle du capital, les débats en équipe, la gestion du risque absolu ou l’appréciation humaine. Nous faisons confiance à l’expérience de notre équipe et nous continuerons à créer des solutions et à établir des relations, en nous efforçant de progresser. Nous n’avons nullement l’intention de remplacer l’intelligence humaine par des robots pour gérer des portefeuilles ou offrir des services aux clients dans un avenir proche. Nous accordons trop d’importance aux résultats et à nos clients pour nous le permettre.

 
 

Glossaire

  • ChatGPT : Chatbot alimenté par l’IA, Chat Generative Pre-Trained Transformer, reposant sur le traitement du langage naturel, sur un modèle d’apprentissage automatique par réseau neuronal et sur un transformateur afin de prédire une réponse textuelle à partir d’un volume important de données.
  • IA étroite/faible : L’intelligence artificielle que nous utilisons généralement dans notre vie quotidienne et qui exécute une seule tâche ou un ensemble de tâches étroitement liées, par exemple les applications météorologiques, les assistants numériques.7
  • IA générale/forte : désigne des machines sensibles qui imitent l’intelligence humaine en pensant de manière stratégique, abstraite et créative, et dotées de la capacité de gérer des tâches complexes.8
  • IA générative : décrit des algorithmes (comme ChatGPT) qui peuvent être utilisés pour créer de nouveaux contenus, à savoir du code, des images, etc.9
  • Grands modèles de langage (Large Language Models ou LLM) : un modèle d’apprentissage profond entraîné à partir de très grands ensembles de données qui comprend et exécute des tâches à la manière d’un être humain.10
  • Apprentissage automatique (Machine Learning ou ML) : une manière de développer l’IA à l’aide de modèles qui peuvent « apprendre » à partir de schémas de données sans intervention humaine, c’est-à-dire les grands modèles de langage (LLM).11
  • Traitement du langage naturel (TLN) : une branche de l’intelligence artificielle au sein de l’informatique qui vise à aider les ordinateurs à comprendre la façon dont les humains écrivent et parlent.12
 
bruno.paulson
Managing Director
International Equity Team
 
 
Emma Broderick
Emma Broderick
Analyste
Équipe Actions Internationales
 
 
Fonds présentés
 
 
 
 
 

Considérations sur les risques

Il ne peut être garanti qu’un portefeuille atteindra son objectif d’investissement. Les portefeuilles sont sujets au risque de marché, c’est-à-dire à la possibilité que la valeur de marché des titres en portefeuille baisse. Les valeurs boursières peuvent varier quotidiennement en fonction de facteurs économiques ou d’autre nature (par ex. catastrophes naturelles, crises sanitaires, terrorisme, conflits et troubles sociaux) qui ont des répercussions sur les marchés, les pays, les entreprises ou les gouvernements. Il est difficile de prévoir le calendrier, la durée et les éventuels effets négatifs (par ex. liquidité du portefeuille) liés à de tels événements. En conséquence, cette stratégie expose l’investisseur à des pertes potentielles. Nous attirons votre attention sur le fait que cette stratégie peut comporter d’autres types de risques. L’évolution de l’économie mondiale, des dépenses et des préférences de consommation, de la concurrence, de la démographie, des réglementations publiques et des conditions économiques peut pénaliser les sociétés internationales et peut avoir un impact négatif plus prononcé sur la stratégie que si les actifs de la stratégie étaient investis dans un éventail plus large de sociétés. En général, la valeur des actions varie également en fonction des activités spécifiques d’une entreprise. Les investissements sur les marchés étrangers s’accompagnent de risques particuliers, notamment les risques de change, politiques, économiques et de marché. Les actions de sociétés à petites et moyennes capitalisations présentent des risques spécifiques, tels que des gammes de produits, des marchés et des ressources financières limitées, et une volatilité supérieure à celles des entreprises de grandes capitalisations plus solidement établies. Les risques associés aux investissements dans les marchés des pays émergents sont plus élevés que sur les marchés développés étrangers. Les instruments dérivés peuvent augmenter les pertes de façon disproportionnée et avoir un impact significatif sur la performance. Ils peuvent également être soumis aux risques de contrepartie, de liquidité, de valorisation, de corrélation et de marché. Les titres illiquides peuvent être plus difficiles à vendre et à valoriser que les titres cotés en bourse (risque de liquidité). Les portefeuilles peu diversifiés investissent dans un nombre plus restreint d’émetteurs. De ce fait, toute évolution de la situation financière ou de la valeur de marché d’un émetteur donné est susceptible d’entraîner une volatilité accrue. La performance relative des stratégies ESG qui intègrent l’investissement d’impact et / ou des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) peut diverger de celle d’autres stratégies ou d’indices de référence généraux du marché, selon que ces secteurs ou ces investissements ont la faveur ou non du marché. Par conséquent, rien ne garantit que les stratégies ESG se traduiront par une performance d’investissement plus favorable.

DÉFINITIONS

La capitalisation boursière est la valeur de marché totale exprimée en monnaie de toutes les actions en circulation d’une entreprise.

L’indice MSCI World est un indice pondéré par la capitalisation boursière ajusté du flottant et mesurant la performance des marchés actions des pays développés. Le terme "« flottant »" représente la part des actions en circulation qui sont considérées comme disponibles à l’achat sur les marchés d’actions publics par les investisseurs. La performance de l’indice est cotée en dollars américains et sous-entend le réinvestissement des dividendes nets.

La Rentabilité Opérationnelle des Capitaux Employés (ROOCE) est un ratio mesurant l’efficacité et la rentabilité du fonds de roulement d’une entreprise. Elle est égale au résultat avant intérêts et impôts divisé par les immobilisations corporelles plus le fonds de roulement d’exploitation (hors valeurs financières et goodwill).

L’Indice S&P 500® mesure la performance du segment des grandes capitalisations du marché des actions américaines, et couvre environ 75 % de ce marché. L’indice comprend 500 grandes sociétés des principaux secteurs de l’économie américaine.

INFORMATIONS IMPORTANTES

Il n’y a aucune garantie qu’une stratégie d’investissement fonctionnera dans toutes les conditions du marché et il revient à chaque investisseur d’évaluer sa capacité à investir à long terme, surtout pendant les périodes de détérioration du marché.

Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas être adaptés pour tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à cette Stratégie peuvent détenir des titres qui ne suivent pas nécessairement la performance d’un indice particulier. Un niveau d’investissement minimum est requis.

Vous trouverez des informations importantes sur les gestionnaires financiers dans la partie 2 du formulaire ADV.

Les opinions et les points de vue et/ou les analyses exprimés sont ceux de l’auteur ou de l’équipe de gestion à la date de publication : ils peuvent être modifiés à tout instant au gré de l’évolution des conditions de marché ou de la conjoncture économique et ne pas se concrétiser. En outre, les opinions ne seront pas mises à jour ou corrigées dans le but de refléter les informations publiées a posteriori, des situations existantes ou des changements se produisant après la date de publication. Les opinions exprimées ne reflètent pas les opinions de tous les gérants de portefeuille de Morgan Stanley Investment Management (MSIM) et ses filiales et sociétés affiliées (collectivement désignées par « la Société »). Elles peuvent ne pas être prises en compte dans toutes les stratégies et les produits proposés par la société.

Les prévisions et/ou estimations fournies dans le présent document sont susceptibles de changer et pourraient ne pas se matérialiser. Les informations concernant les performances attendues et les perspectives de marché sont basées sur la recherche, l’analyse et les opinions des auteurs ou de l’équipe de gestion. Ces conclusions sont de nature spéculative, peuvent ne pas se concrétiser et ne visent pas à prédire la performance future d’une stratégie ou d’un produit proposé par la Société. Les résultats futurs peuvent considérablement varier en fonction de facteurs tels que l’évolution des marchés des valeurs mobilières ou des marchés financiers ou des conditions économiques générales.

Ce document a été préparé sur la base d’informations publiques, de données élaborées en interne et d’autres sources externes jugées fiables. Toutefois, aucune garantie n’est donnée quant à la fiabilité de ces informations et la Société n’a pas cherché à vérifier en toute indépendance les informations provenant de sources publiques et externes.

Ce document constitue une communication générale, qui n’est pas impartiale et toute l’information qu’il contient a été préparée uniquement à des fins d’information et de formation et ne constitue pas une offre ni une recommandation d’achat ni de vente d’un titre en particulier ni d’adoption d’une stratégie d’investissement particulière. Les informations contenues dans le présent document ne s’appuient pas sur la situation d’un client en particulier. Elles ne constituent pas un conseil d’investissement et ne doivent pas être interprétées comme constituant un conseil en matière fiscale, comptable, juridique ni réglementaire. Avant de prendre une décision d’investissement, les investisseurs doivent solliciter l’avis d’un conseiller juridique et financier indépendant, y compris s’agissant des conséquences fiscales.

Les graphiques et diagrammes fournis dans le présent document le sont uniquement à titre d’illustration. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Les indices ne sont pas gérés et ne comprennent ni frais, ni droits, ni commissions de vente. Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice. Tout indice mentionné dans le présent document est la propriété intellectuelle du fournisseur concerné (y compris les marques déposées). Les produits basés sur des indices ne sont pas recommandés, avalisés, vendus ou promus par le fournisseur concerné, qui se dégage de toute responsabilité à leur égard.

Ce document n’est pas un produit du département de recherche de Morgan Stanley et ne doit pas être considéré comme un document ou une recommandation de recherche.

La Société n’a pas autorisé les intermédiaires financiers à utiliser ni à distribuer le présent document, à moins que cette utilisation et cette distribution ne soient effectuées conformément à la législation et à la réglementation en vigueur. De plus, les intermédiaires financiers sont tenus de s’assurer que les informations contenues dans ce document soient adaptées aux personnes à qui ils le fournissent en termes de leur situation et de leurs objectifs. La Société ne peut être tenue responsable et rejette toute responsabilité en cas d’utilisation abusive de ce document par tout intermédiaire financier.

Ce document peut être traduit dans d’autres langues. Lorsqu’une telle traduction est faite, seule la version anglaise fait foi. S’il y a des divergences entre la version anglaise et une version de ce document dans une autre langue, seule la version anglaise fait foi.

Il est interdit de reproduire, copier, modifier, utiliser pour créer un document dérivé, interpréter, afficher, publier, poster, mettre sous licence, intégrer, distribuer ou transmettre tout ou une partie de ce document, directement ou indirectement, ou de divulguer son contenu à des tiers sans le consentement écrit explicite la Société. Il est interdit d’établir un hyperlien vers ce document, à moins que cet hyperlien ne soit destiné à un usage personnel et non commercial. Toutes les informations contenues dans le présent document sont la propriété des auteurs et sont protégées par la loi sur les droits d’auteur et par toute autre loi applicable.

Morgan Stanley Investment Management est la division de gestion d’actifs de Morgan Stanley.

DISTRIBUTION

Ce document s’adresse et ne doit être distribué exclusivement qu’aux personnes résidant dans des pays ou territoires où une telle distribution ou mise à disposition n’est pas contraire aux lois et réglementations locales en vigueur.

MSIM, la division de gestion d’actifs de Morgan Stanley (NYSE : MS) et ses sociétés affiliées ont passé des accords pour commercialiser leurs produits et services respectifs.  Chaque société affiliée de MSIM est réglementée de manière appropriée dans la juridiction où elle opère. Les sociétés affiliées de MSIM sont : Eaton Vance Management (International) Limited, Eaton Vance Advisers International Ltd, Calvert Research and Management, Eaton Vance Management, Parametric Portfolio Associates LLC et Atlanta Capital Management LLC.

Ce document a été publié par une ou plusieurs des entités suivantes :

EMEA

Ce document s’adresse aux clients professionnels/investisseurs accrédités uniquement.

Au sein de l’UE, les documents de MSIM et d’Eaton Vance sont publiés par MSIM Fund Management (Ireland) Limited (« FMIL »). FMIL est une société privée à responsabilité limitée par actions immatriculée en Irlande sous le numéro 616661 et réglementée par la Banque Centrale d’Irlande. Son siège social est situé à l’adresse 24-26 City Quay, Dublin 2, DO2 NY19, Irlande.

En dehors de l’UE, les documents de MSIM sont publiés par Morgan Stanley Investment Management Limited (MSIM Ltd), une société agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Enregistrée en Angleterre. Numéro d’enregistrement : 1981121. Siège social : 25 Cabot Square, Canary Wharf, London E14 4QA.

En Suisse, les documents de MSIM sont publiés par Morgan Stanley & Co. International plc, Londres, succursale de Zurich, une société agréée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers ("FINMA"). Siège social : Beethovenstrasse 33, 8002 Zurich, Suisse.

En dehors des États-Unis et de l’UE, les documents d’Eaton Vance sont publiés par Eaton Vance Management (International) Limited (« EVMI ») 125 Old Broad Street, Londres, EC2N 1AR, Royaume-Uni, qui est agréé et réglementé au Royaume-Uni par la Financial Conduct Authority.

Italie : MSIM FMIL (succursale de Milan), (Sede Secondaria di Milano), Palazzo Serbelloni Corso Venezia, 16 20121 Milan, Italie. Pays-Bas : MSIM FMIL (succursale d’Amsterdam), Tour Rembrandt, 11e étage Amstelplein 1 1096HA, Pays-Bas. France : MSIM FMIL (succursale de Paris), 61, rue de Monceau, 75008 Paris, France. Espagne : MSIM FMIL (succursale de Madrid), Calle Serrano 55, 28006, Madrid, Espagne. Allemagne : MSIM FMIL succursale de Francfort, Große Gallusstraße 18, 60312 Francfort, Allemagne (Catégorie : Branch Office (FDI) selon § 53b KWG). Danemark : MSIM FMIL (succursale de Copenhague), Gorrissen Federspiel, Axel Towers, Axeltorv2, 1609 Copenhague V, Danemark.

MOYEN-ORIENT

Dubaï : MSIM Ltd (Bureau de représentation, Unit Precinct 3-7 th Floor-Unit 701 and 702, Level 7, Gate Precinct Building 3, Dubai International Financial Centre, Dubaï, 506501, Émirats arabes unis. Téléphone : +97 (0)14 709 7158).

Ce document est distribué dans le Centre financier international de Dubaï par Morgan Stanley Investment Management Limited (bureau de représentation), une entité réglementée par la Dubai Financial Services Authority (« DFSA »). Il n’est destiné qu’à être utilisé par des clients professionnels et des contreparties de marché. Ce document n’est pas destiné à être distribué aux clients particuliers, et ceux-ci ne doivent pas agir sur la base des informations contenues dans ce document.

Ce document concerne un produit financier qui n’est soumis à aucune forme de réglementation ou d’approbation par la DFSA. La DFSA n’est pas responsable de l’examen ou de la vérification des documents relatifs à ce produit financier. Par conséquent, la DFSA n’a pas approuvé ce document ou tout autre document associé, ni pris de mesures pour vérifier les informations qui y figurent, et décline toute responsabilité à cet égard. Le produit financier auquel ce document se rapporte peut être illiquide et/ou soumis à des restrictions quant à sa revente ou son transfert. Les acheteurs potentiels sont tenus d’effectuer leurs propres vérifications concernant ce produit financier. Si vous ne comprenez pas le contenu de ce document, veuillez consulter un conseiller financier agréé.

États-Unis

NON ASSURÉ PAR LE FDIC | ABSENCE DE GARANTIE BANCAIRE | POSSIBLE PERTE DE VALEUR | NON ASSURÉ PAR DES AGENCES GOUVERNEMENTALES FÉDÉRALES | NE CONSTITUE PAS UN DÉPÔT

Amérique latine (Brésil, Chili, Colombie, Mexique, Pérou et Uruguay)

Ce document est destiné à être utilisé uniquement par un investisseur institutionnel ou un investisseur qualifié. Toutes les informations contenues dans ce document sont confidentielles et destinées à l’usage et à l’examen exclusifs de son destinataire visé et ne sauraient être transmises à un tiers. Ce document est fourni à titre d’information uniquement et ne constitue pas une offre publique, une sollicitation ou une recommandation d’achat ou de vente d’un(e) quelconque produit, service, instrument financier et/ou stratégie. La décision d’investir ne doit être prise qu’après avoir lu la documentation sur la stratégie et mené une due diligence approfondie et indépendante.

ASIE-PACIFIQUE

Hong Kong : Le présent document est diffusé par Morgan Stanley Asia Limited aux fins d’utilisation à Hong Kong et ne peut être diffusé qu’auprès d’« investisseurs professionnels » au sens du Securities and Futures Ordinance (décret sur les valeurs mobilières et les contrats à terme) de Hong Kong (Cap 571). Le contenu du présent document n’a été révisé ni approuvé par aucune autorité de réglementation, y compris la Securities and Futures Commission de Hong Kong. En conséquence, à moins que la loi en vigueur ne prévoie des exceptions, ce document ne devra pas être publié, diffusé, distribué, ni adressé aux particuliers résidant à Hong Kong, ni mis à leur disposition. Singapour :Ce document est diffusé par Morgan Stanley Investment Management Company et ne saurait être considéré comme une offre de souscription ou d’achat, directe ou indirecte, présentée au public ou à des membres du public de Singapour autres que (i) des investisseurs institutionnels selon la définition de l’article 304 de la Securities and Futures Act (SFA), chapitre 289, (ii) des « personnes concernées » (ce qui inclut les investisseurs accrédités) au sens de l’article 305 de la SFA, la distribution du présent document étant conforme aux conditions énoncées à l’article 305 de la SFA ou (iii) les personnes concernées par toute autre disposition applicable de la SFA, et conformément aux conditions de celle-ci. Cette publication n’a pas été vérifiée par l’Autorité monétaire de Singapour.   Australie : Ce document est publié par Morgan Stanley Investment Management (Australie) Pty Ltd ABN 22122040037, AFSL No. 314182 et ses affiliés et ne constitue pas une invitation à investir. Morgan Stanley Investment Management (Australia) Pty Limited donne les moyens aux filiales de MSIM de fournir des services financiers à la clientèle de gros en Australie. Une invitation à investir ne peut être proposée que lorsqu’aucune publication d’information n’est requise par la Corporations Act 2001 (Cth) (la « Corporations Act »). Toute invitation à investir ne pourra pas être considérée comme telle si une publication d’information est requise par la Corporations Act 2001 et ne sera faite qu’à des personnes ayant le statut de « client de gros » (wholesale client), tel que défini dans la Corporations Act. Ce document ne sera pas déposé auprès de l’Australian Securities and Investments Commission.

 

Ce document est une communication promotionnelle.

Les utilisateurs sont invités à prendre connaissance des Conditions d’utilisation avant d’engager toute procédure, car celles-ci mentionnent des restrictions légales et réglementaires applicables à la diffusion des informations relatives aux produits d’investissement de Morgan Stanley Investment Management.

Les services décrits sur ce site Web peuvent ne pas être disponibles dans certaines juridictions ou pour certaines personnes. Merci de consulter nos Conditions d’utilisation pour de plus amples informations.


Confidentialité    •    Your Privacy Choices Your Privacy Choices Icon    •    Conditions d'utilisation

©  Morgan Stanley. Tous droits réservés.