Insight Article Desktop Banner
 
 
Sustainable Investing
  •  
octobre 05, 2021

Transition climatique

Insight Video Mobile Banner
 
octobre 05, 2021

Transition climatique


Sustainable Investing

Transition climatique

Share Icon

octobre 05, 2021

 
 

Compte tenu de la puissance de plus en plus dévastatrice des événements météorologiques liés au changement climatique, l'engagement des pays et des entreprises du monde entier à atteindre des émission de carbone « nettes zéro » d'ici 2050 promet d'être l'un des grands thèmes qui dominera les marchés financiers au cours des prochaines décennies. La pression exercée par les autorités politiques présente des risques pour les secteurs à forte intensité de carbone qui sont en retard dans la lutte contre le réchauffement climatique, mais elle peut également créer des opportunités pour les entreprises innovantes et capables d’apporter des solutions.

 
 

Consciente de l'importance de saisir les opportunités qui se présentent et d'atténuer les risques croissants, l'équipe Global Balanced Risk Control a élaboré une approche visant à tirer parti de ces changements. Notre approche scientifique consiste à décarboner les principales expositions de nos portefeuilles selon le scénario 1,5°C, et ce conformément aux recommandations les plus récentes du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC ), et à viser des émissions « nettes zéro » pour notre exposition actions d'ici 2050. Nous complétons cette approche en évaluant les scores des entreprises dans les domaines de l’ESG et de la transition vers une économie faible en carbone. Cette démarche est mise en œuvre tout en maintenant notre approche centrale d'allocation d'actifs, approche largement éprouvée au fil du temps.

Dans cet article, nous examinons la façon dont les pays et certains secteurs clés répondent à ce défi, et nous évoquons également les solutions potentielles pour les investisseurs.

Prendre la température : le climat actuel

Le récent rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) concernant les effets physiques du changement climatique1 est publié au moment où les États actualisent leurs Contributions déterminées au niveau national (CDN) afin d'atteindre les objectifs de l'Accord de Paris sur le climat, à savoir limiter le réchauffement de la planète bien en deçà de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels, et de préférence à 1,5°C d'ici 2050. Le message du GIEC est sans ambiguïté : l'activité humaine, en particulier la combustion d’énergies fossiles, réchauffe la planète et provoque une augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes. Il est depuis longtemps anticipé que les conséquences économiques et sociales des émissions de gaz à effet de serre (GES) seront dévastatrices. Dès 2006, le rapport Stern Review on the Economics of Climate Change2 estimait que le coût de l'inaction face au changement climatique équivalait à une perte annuelle de 5 % à 20 % du PIB mondial.3 Le GIEC exige des mesures urgentes, car sans une réduction continue des émissions au cours des prochaines décennies, le réchauffement climatique dépassera probablement 2 °C avant la fin du XXIème siècle. Dans presque tous les scénarios d'émissions, le réchauffement climatique devrait dans les fait atteindre 1,5 °C « au début des années 2030 ». Les engagements exigés pour limiter les émissions affecteront profondément les secteurs d'activité les plus pollueurs. Même si nous ne pouvons pas être certains des impacts, nous devrions analyser la façon dont les secteurs les plus exposés gèrent actuellement le risque et l'incertitude.

Réponses politiques à l’échelle nationale - Davantage d'ambition, même si cela reste insuffisant

Les CDN et les objectifs pour le milieu du siècle sont essentiels pour atteindre les objectifs de l'Accord de Paris sur le climat. Dans le domaine des politiques climatiques, le nombre croissant de pays qui s'engagent à atteindre des émissions « nettes zéro » d'ici 2050 est encourageant.  Lors de la COP26 prévue en novembre 2021, les gouvernements devraient mettre à jour leurs CDN pour la première fois depuis la signature de l'Accord qui date de 2015. En août 2021, 107 pays avaient soumis de nouveaux objectifs de CDN. Toutefois, beaucoup ne sont pas à la hauteur de l'ambition fixée pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. En outre, un certain nombre de pays n'ont toujours soumis aucun objectif.

 
 
 
ILLUSTRATION 1 Engagements mondiaux
 

Source : * engagements prévus ou annoncés selon l’Energy and Climate Intelligence Unit** UNFCCC

 
 

Faisons maintenant le point sur les politiques de certains pays essentiels à la transition climatique :

CHINE : LA QUÊTE D'UN LEADERSHIP MONDIAL EN MATIÈRE CLIMATIQUE FACE À LA SOIF DE CROISSANCE

La croissance économique remarquable de la Chine signifie qu'elle émet désormais plus d'un quart des émissions mondiales de carbone. Les mesures qu'elle prendra pour réduire ses émissions au cours de la prochaine décennie seront donc cruciales pour limiter le réchauffement climatique. La Chine a récemment annoncé son objectif d'atteindre le « net zéro » avant 20604 et de porter à 25 % de sa consommation totale d'énergie d'ici 2030 la part produite par des combustibles non fossiles. Pour atteindre cet objectif, la Chine a l'intention de doubler ses capacités éoliennes et solaires afin d’atteindre 1 200 GW d'ici 2030. Alors que le charbon a vu son poids se réduire dans le mix énergétique de la Chine, les récentes évolutions marquent une rupture entre les décisions politiques et les objectifs climatiques.  L'augmentation de 10 % de la consommation de charbon d'une année sur l'autre et le développement de nouvelles centrales de charbon au cours du premier semestre 2021 démontrent le conflit auquel la Chine est confrontée, entre stabilité économique d’une part et objectifs climatiques d’autre part. L'incertitude quant à la trajectoire de la Chine subsistera jusqu'à ce que le pays soumette officiellement ses CDN.

Un autre élément clé du plan chinois réside dans l'introduction du plus grand système national au monde d'échange de quotas d'émission de carbone (tel que mesuré par les émissions échangées), système qui est entré en vigueur en juillet 2021. Alors que le prix du quota est faible par rapport à des systèmes plus matures tels que celui de l'UE (60 dollars en juillet contre un prix initial d'environ 7 dollars en Chine), ce dispositif devrait faciliter la migration des entreprises qui jusque-là recouraient à des systèmes régionaux qui existaient dans toute la Chine. Nous ne pensons pas que le prix actuel soit suffisamment élevé pour décourager l'utilisation du charbon, mais cela pourrait changer si les prix venaient à subir une pression haussière. Le système chinois couvrira initialement 40 % des émissions nationales5 (soit 15 % des émissions mondiales), mais il devrait étendre son périmètre dans le temps.

USA : VIRAGE CLIMATIQUE À 180° POUR RECONSTRUIRE PLUS VERT

Le président Biden a fait de la lutte contre le changement climatique un axe essentiel de son programme politique. Le 20 janvier 2021, avant d'accueillir le sommet des dirigeants sur le climat, il a renforcé cet engagement en adhérant de nouveau à l'Accord de Paris et a promis peu après de réduire les émissions nettes des États-Unis au moins de moitié d'ici 2030 (50 % à 52 % de moins que les niveaux de 2005). Joe Biden a clairement l'intention de jouer un rôle de premier plan et de faire en sorte que les États-Unis atteignent l'objectif « net zéro » d'ici 2050, objectif que l’administration américaine s’est fixé dans le cadre de leur nouvelle proposition de NDC.

Dans une certaine mesure, les entreprises américaines étaient déjà à l'initiative de changements, même sous l'administration Trump. Elles ont ainsi réduit leurs émissions d'environ 0,4 % par an en moyenne au cours de la dernière décennie, principalement grâce à l’abandon progressif du charbon en faveur des énergies renouvelables.6L'administration Biden s'engage à accélérer la transition en consacrant des milliards de dollars aux infrastructures liées aux énergies propres et à l'amélioration de l'efficacité énergétique. Ces dépenses, associées à des crédits d'impôt significatifs en faveur des énergies renouvelables et à une norme ambitieuse en matière d'énergie propre, devraient conforter sa revendication d'une révolution vers l'énergie propre aux États-Unis.7 Toutefois, le projet de loi plus large dite « de réconciliation » contenant de nombreuses initiatives des Démocrates en matière climatique devra obtenir l'accord d'un certain nombre de sénateurs démocrates encore hésitants, dont Joe Manchin (Virginie-Occidentale) qui préside la Commission sénatoriale sur l'énergie et les ressources naturelles. En 2019, la Virginie-Occidentale était le deuxième plus grand producteur de charbon des États-Unis et le charbon représentait 91 % du mix électrique de cet État.8

AVEC « FIT FOR 55 », L'UE REVOIT SES AMBITIONS À LA HAUSSE

L'Europe se considère depuis longtemps comme un leader dans la lutte contre le changement climatique et continue d’enregistrer de grands progrès. Les émissions de GES de l'Union européenne (UE) ont diminué de 24 % entre 1990 et 2019, alors que son économie a connu sur la même période une croissance d'environ 60 %9. En décembre 2019, l'UE a adopté le Green Deal européen pour faire avancer l'objectif du « net zéro » à horizon 2050. En juillet 2021, la Commission européenne a proposé « Fit for 55 », un vaste paquet législatif visant à soutenir une réduction plus ambitieuse et à plus court terme des émissions de GES : l’objectif serait de les réduire d’au moins 55 % d'ici 2030. Nous pensons que les prix du carbone via le système d'échange de quotas d'émission (ETS) de l'UE dissuadent déjà de recourir à du charbon moins cher. Ainsi, en 2019, du fait d’une hausse durable des prix des quotas, l'Europe a connu une baisse plus forte du recours au charbon.10

INDE : LE SOUS-CONTINENT DOIT ENCORE MONTRER SON ENGAGEMENT À L’ÉGARD DES OBJECTIFS « NET ZÉRO »

Les émissions de GES de l'Inde n'ont cessé d'augmenter au cours de la dernière décennie et le pays est désormais le quatrième émetteur mondial, derrière la Chine, les États-Unis et l'Europe. Toutefois, l'intensité des émissions indiennes par habitant est inférieure de 60 % à la moyenne mondiale et environ sept fois inférieure à celle des États-Unis. Les pays en développement comme l'Inde ont contribué relativement peu aux émissions mondiales et peuvent à juste titre se sentir lésés par l'adoption d'objectifs plus contraignants en matière de changement climatique.11 Lors de la réunion ministérielle conjointe du G20 sur l'énergie et le climat qui s'est tenue en juillet 2021, l'Inde a indiqué qu'elle renforcerait bientôt ses engagements existants. Mais elle a aussi prévenu que les pays développés devaient adopter un objectif « net zéro » avant 2050, afin de libérer de la « capacité carbone » pour la croissance des pays en développement.

Toutefois, la croissance des émissions de l'Inde et les lourdes contraintes physiques exercées par le changement climatique sur le pays,12 qui se manifestent notamment par une modification des régimes de précipitations, soulignent la nécessité de contribuer à la réduction des émissions mondiales. Malgré la croissance rapide et la chute des prix des énergies renouvelables (le solaire étant environ 14 % moins cher que le charbon13), le gouvernement indien encourage davantage l'exploitation et la production de charbon. L'adoption par le secteur privé a été lente, ce qui met en évidence les difficultés à financer un nouveau déploiement du charbon à l’échelle mondiale.14

LE JAPON APPORTE LES PREUVES DE SES AMBITIONS EN INVESTISSANT DANS LES NOUVELLES TECHNOLOGIES

Le Japon a récemment annoncé des mesures visant à soutenir son objectif d’émissions « nettes zéro » d'ici 2050, et à réduire ses émissions de GES de 46 % d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 2013. Même si le Japon bénéficie déjà d'une économie sobre en énergie, certains processus industriels lourds nécessitent des températures élevées qui pourraient s'avérer difficiles à décarboner davantage. Pour lutter contre ce phénomène, le Japon prévoit d'investir massivement dans les technologies de l'hydrogène et du captage, de la valorisation et du stockage du carbone (« CCUS »).

En outre, le plan de transition du Japon prévoit que la contribution du gaz naturel à la production d'électricité soit quasiment réduite de moitié, passant de 37 % en 2019 à 20 % en 2030. Cette réduction est remarquable dans la mesure où le Japon est le plus grand importateur mondial de gaz naturel liquéfié, représentant par exemple environ 21 % des importations de la planète en 2020.15 Une baisse similaire de l'utilisation du charbon sera compensée par un déploiement très ambitieux des énergies renouvelables, qui pourraient représenter 38 % du mix électrique japonais d'ici 2030. Cela pourrait servir d'avertissement aux producteurs qui considèrent le gaz comme le remplaçant naturel du charbon à moyen terme.

ROYAUME-UNI : À MI-CHEMIN VERS LE « NET ZÉRO »

Le Royaume-Uni a été l'une des premières grandes économies à légiférer sur un objectif « net zéro » d'ici 2050, même si le pays dispose de réserves de pétrole et de gaz considérables (environ 10 à 20 milliards de barils d'équivalent pétrole).16 La réduction progressive de la production de pétrole et de gaz au Royaume-Uni peut contribuer à l’atteinte des objectifs climatiques du pays. Toutefois, nous sommes préoccupés par l’émergence d’initiatives visant à approuver un nouveau projet controversé en mer du Nord.17 En 2020, le Royaume-Uni était cependant à mi-chemin de son objectif « net zéro » pour 2050, ayant réduit ses émissions de plus de 50 % par rapport aux niveaux de 1990. L'évolution du mix énergétique britannique en faveur des énergies renouvelables y contribue largement, une évolution qui bénéficie depuis 2015 d’un mécanisme public de soutien aux prix du carbone. Ce soutien, qui est en fait une taxe, a permis d’accélérer la baisse de la part du charbon de plus de 90 % dans le mix électrique du Royaume-Uni.18 Cela démontre l'efficacité d'un solide mécanisme de tarification du carbone pour inciter à abandonner le charbon.

L'EMPREINTE CARBONE DES SECTEURS : PROGRÈS ET DÉFIS

Dans ce contexte politique quelque peu incertain, les entreprises devront adapter leurs activités. Un thème récurrent est la nécessité de passer des combustibles fossiles, en particulier le charbon et le pétrole, à des sources renouvelables, ainsi que d'améliorer à long terme l'électrification et l'efficacité énergétique. Nous pensons que ces efforts seront indispensables afin de respecter les ambitions nationales. Toutefois, à l'instar des initiatives nationales, le rythme du changement reste obstinément lent, ce qui nécessite une réponse politique immédiate pour réduire les émissions à court terme afin d'éviter les ruptures climatiques.

Services aux collectivités

La production d'électricité et de chaleur représente 31,9 % des émissions mondiales de GES,19 et cette proportion ne peut qu'augmenter. Pour réduire ces émissions, il faut accélérer le passage à des énergies renouvelables propres dans notre système électrique. Par conséquent, les services aux collectivités représentent l'un des secteurs les plus exposés au risque de tarification du carbone, ce qui fait de leurs programmes de transition une composante essentielle de leur proposition de valeur.

Le renforcement de l'ambition « net zéro » de l'UE et la norme d'énergie propre de l'administration Biden sont susceptibles d'entraîner un nouveau durcissement des marchés du carbone et des réglementations à l’échelle mondiale. Les conséquences pourraient être lourdes pour le secteur des services aux collectivités. Selon le rapport 2021 sur l'état de la transition rédigé par Transition Pathway Initiatives (TPI), les compagnies d'électricité mondiales ont réduit leurs émissions de manière significative, principalement grâce à un moindre recours au charbon et à une utilisation accrue des énergies renouvelables. Les sociétés américaines de services aux collectivités sont en passe d'atteindre leurs objectifs pour 2030, mais TPI a constaté qu'au rythme actuel, les objectifs 2050 ne seraient pas atteints.20 Les économies émergentes restent réticentes à se désengager progressivement du charbon. Le charbon est le combustible dominant dans le mix électrique de la Chine et de l'Inde, représentant une part respective de 58 % et 51 %.21 Le secteur a besoin d'un investissement continu et à grande échelle, mais les entreprises devraient bénéficier des avantages du « premier arrivé ».

Nous pensons que la volonté politique actuelle sera favorable pour les entreprises de services aux collectivités qui ont adopté la transition énergétique de façon précoce. En raison des avantages en termes de coûts des énergies renouvelables, les sociétés de services aux collectivités du monde entier devraient continuer de se désengager progressivement des combustibles fossiles, en particulier du charbon, tout en accélérant le déploiement des énergies solaire et éolienne afin d’atteindre les objectifs à court terme de réduction des GES. Ces efforts visant à décarboner leur mix énergétique seront déterminants dans l'évaluation des avantages comparatifs des compagnies d'électricité. Les émissions de Scope 1 des entreprises de services aux collectivités ont tendance à être relativement élevées. Nous pensons que celles en mesure de décarboner réellement leurs portefeuilles pourraient réduire leur risque lié à la tarification du carbone et utiliser leurs ressources de manière plus efficace. Sur le long terme, nous pensons qu'une entreprise de services aux collectivités sera plus rentable si elle utilise ses propres ressources de manière plus efficace. Nous pouvons donc anticiper que les entreprises à faible intensité de carbone (Scope 1) surperformeront.

Pétrole et gaz

DE RARES OBJECTIFS « NET ZÉRO »

À mesure que la transition énergétique s'accélère, il sera de plus en plus important pour les compagnies pétrolières et gazières de faire preuve de discipline dans leurs programmes d'investissement, et ce en se positionnant sur des projets de long terme. Selon Climate Action 100+, il est encore rare que ce secteur se fixe des objectifs d’émissions « nettes zéro », et encore moins qu'il inclut les émissions de Scope 3 dans ses plans.22 Il est essentiel pour le secteur du pétrole et du gaz de s'attaquer aux émissions de Scope 3, car 85 à 90 % des émissions par cycle de vie se produisent lors de la combustion des énergies fossiles. L'AIE a récemment recommandé que l'exploitation et le développement de nouveaux gisements de pétrole et de gaz cessent dès cette année si nous voulons atteindre le « net zéro » d'ici 2050.23 Ces résultats sont largement conformes aux recherches menées par l'University College London (UCL) en 2021, recherches selon lesquelles 60 % des réserves mondiales de pétrole et de gaz devront rester inexploitées d'ici 2050, même si une partie de ces combustibles pourraient être extrais au cours de la seconde moitié du siècle.24 Cela crée des risques pour les investisseurs. Si l'on considère que les projets pétroliers et gaziers typiques ont généralement une durée de vie comprise entre 15 et 30 ans, les décisions d'investissement prises aujourd'hui peuvent conduire à une destruction de valeur et à l’abandon d’actifs pendant toute la durée de vie du projet. Nous pensons que les investisseurs devraient surveiller de près les programmes de dépenses d'investissement des entreprises dans lesquelles ils sont investis. La réduction des émissions de Scope 3 sur le long terme pourrait refléter l'engagement d'une entreprise à créer durablement de la valeur.

S'APPUYER SUR LA CAPTURE, LA VALORISATION ET LE STOCKAGE DE CARBONE COMME SOLUTION (CCUS)

Au lieu de réduire les émissions de Scope 3 provenant de la combustion de leurs produits, l'industrie s'est orientée vers une augmentation des dépenses d'investissement dans des technologies spéculatives pour les aider à exploiter leurs réserves. L'industrie pétrolière et gazière représente plus de 35 % des dépenses globales en matière de CCUS,25 et nous pensons que ces dépenses vont s'accélérer. Les majors américaines sont leaders en matière d’investissements dans ces technologies. Si la capture du carbone pourrait bien jouer un rôle important dans l’atteinte des objectifs climatiques mondiaux, l'écart entre ce qui est nécessaire et ce qui est possible reste significatif. Nous restons donc prudents dans ce domaine. En effet, une dépendance excessive à l'égard de l'utilisation future de ces technologies (encore immatures) dans le but d’atteindre les objectifs climatiques pourrait retarder davantage la réduction des émissions. En lieu et place d'investissements réalisables et ayant fait l’objet des stress-tests face au risque climatique, et en l’absence de changements stratégiques significatifs, nous pensons que les sociétés pétrolières et gazières ont tout intérêt à utiliser leurs liquidités pour se désendetter et augmenter les dividendes versés aux actionnaires.

Transports

UN SECTEUR SOUSMIS À LA PRESSION RÉGLEMENTAIRE

Les transports représentent environ 24 % des émissions directes deCO2 provenant des combustibles fossiles, dont les véhicules routiers contribuent pour environ les trois quarts.26 Les constructeurs automobiles sont déjà confrontés à de nombreuses réglementations nationales et supranationales en matière d'émissions et de rendement énergétique des flottes de véhicules, notamment dans les grandes économies comme le Japon, la Chine ou l'Union européenne. Un nombre croissant d'États, dont le Japon, l'Espagne, le Royaume-Uni et le Canada, ont annoncé des échéances au terme desquelles les ventes de voitures neuves à combustion interne seront interdites. Ces réglementations, associées aux avancées rapides des technologies de batteries,27 devraient stimuler la demande de véhicules électriques et hybrides.

LES VENTES DE VÉHICULES ÉLECTRIQUES (VE) DOIVENT ACCÉLÉRER

La croissance des ventes de voitures électriques s'est renforcée au cours de la dernière décennie, le parc mondial de voitures particulières électriques ayant dépassé les 5 millions d’unités en 2018, soit une augmentation de 63 % par rapport à l'année précédente. Toutefois, cela ne représente encore qu'environ 2,6 % des ventes mondiales de voitures et à peu près 1 % du parc automobile mondial de 2019.28

 
 
 
ILLUSTRATION 2 Parc de voitures électriques par région et par technologie, 2013-2018
 

Source : AIE www.iea.org/reports/global-ev-outlook-2019

 
 

Pour parvenir au « net zéro », on estime que les véhicules à émissions nulles devront représenter environ 60 % des ventes mondiales de voitures neuves d'ici 2030.29 Cela nécessitera probablement un soutien politique continu et de nouvelles avancées en matière d'innovation pour atteindre la parité des coûts. Compte tenu de l'ampleur de l'opportunité, nous pensons que les constructeurs automobiles devraient poursuivre leur transition vers des flottes électriques. Ce changement d'échelle et une compétitivité accrue en matière de coûts pourraient contribuer à soutenir la croissance des ventes et nous pousser vers davantage de décarbonation. Au cours de la prochaine décennie, nous pensons que de lourdes amendes liées aux émissions de carbone et la perte de parts de marché pénaliseront les constructeurs qui n'accordent pas la priorité à cette transition, tandis que les initiatives politiques et les flux d'investissement continueront de récompenser ceux qui ouvrent la voie.

Valeurs financières

Alors que le secteur financier peut jouer un rôle important dans la définition de notre trajectoire vers le « net zéro »30 grâce à son influence directe et indirecte sur l'économie, de nombreux domaines de ce secteur restent liés aux intérêts et au financement des combustibles fossiles.31 Cependant, les investissements nécessaires à une économie mondiale verte sont énormes. Avec la prolifération des objectifs nationaux « net zéro » et des mesures de protection du climat dans les grandes économies,32 il est probable que nous assistions à un durcissement réglementaire dans le secteur financier. Nous pensons que cette approche de la carotte et du bâton est à l'origine de l'intérêt du secteur pour diverses initiatives visant l’objectif « net zéro ».

Le secteur financier est affecté par le changement climatique de plusieurs manières. Les institutions qui sont particulièrement exposées à des entreprises à forte intensité de carbone (par le biais de leur portefeuille de prêts ou d'investissements) pourraient se retrouver en mauvaise posture si la réglementation ou les changements technologiques venaient à rendre ces activités moins viables. D'un autre côté, ceux qui saisissent l'opportunité verte pourraient bénéficier d'une augmentation potentielle de leurs revenus et des avantages réputationnels qu’apporte le statut de contributeur actif à la transition écologique. Nous pensons qu'il est important d'identifier les établissements leaders ou ceux qui sont en retard en analysant les émissions financées et celles de leur portefeuille, ainsi que la manière dont les institutions financières influencent leurs clients et les entreprises dans lesquelles elles investissent pour qu'ils adoptent une trajectoire « nette zéro ».

Conclusion

Alors que les fenêtres de lutte contre le changement climatique se referment rapidement, nous pensons que le monde va continuer à prendre des mesures audacieuses en faveur du climat. De notre point de vue, le marché récompensera l'innovation et pénalisera l'inaction. Toute tentative de poursuivre une croissance à forte intensité de carbone risque d'être destructrice de valeur en raison des évolutions technologiques et des durcissements réglementaires. L'innovation dans les solutions à faible émission de carbone sera le moteur essentiel de la croissance économique et de la réduction significative des émissions. Compte tenu de ce qui précède, nous pensons que les investisseurs continueront d’exiger que leurs portefeuilles soient positionnés pour atténuer les risques et éventuellement saisir les opportunités que porte la transition vers une économie à faible émission de carbone.

 
 

1 https://www.ipcc.ch/report/ar6/wg1/

2 N. Stern (2006), The Stern Review Report : the Economics of Climate Change.

https://webarchive.nationalarchives.gov.uk/ukgwa/20100407163608mp_/http://www.hm-treasury.gov.uk/d/Summary_of_Conclusions.pdf

4 www.carbonbrief.org/qa-what-does-chinas-14th-five-year-plan-mean-for-climate-change

5 https://icapcarbonaction.com/en/news-archive/742-china-launches-operational-phase-of-national-ets juillet 2021

6 Rapport UNEP 2020 sur l'écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions.

7 www.joebiden.com/climate-plan/

8 West Virginia Profile (eia.gov)

9 www.ec.europa.eu/clima/policies/strategies/progress_en

10 https://www.eea.europa.eu/highlights/climate-action-in-europe-eu

11 Rapport UNEP 2020 sur l'écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions.

12 www.worldbank.org/en/news/feature/2013/06/19/india-climate-change-impacts

13 https://www.woodmac.com/press-releases/india-leads-with-lowest-renewable-cost-in-asia-pacific/

14 www.reuters.com/world/india/no-bids-over-70-indian-coal-mines-up-auction-2021-07-09/

15 Rapport mondial IGU sur le GNL - édition 2021

16 https://www.ogauthority.co.uk/data-centre/data-downloads-and-publications/reserves-and-resources/

17 https://www.bbc.co.uk/news/science-environment-56503588

18 https://www.ucl.ac.uk/news/2020/jan/british-carbon-tax-leads-93-drop-coal-fired-electricity

19 Source : Climate Watchsur la base des données brutes de l'AIE (2020).

20 www.transitionpathwayinitiative.org/publications/82.pdf?type=Publication

21 Source : AIE

22 www.climateaction100.org/progress/net-zero-company-benchmark/

23 www.iea.org/reports/net-zero-by-2050

24 Welsby, D., Price, J., Pye, S. et al. Les combustibles fossiles non extractibles dans un monde à 1,5 °C. Nature 597, 230-234 (2021).

25 www.iea.blob.core.windows.net/assets/4315f4ed-5cb2-4264-b0ee-2054fd34c118/The_Oil_and_Gas_Industry_in_Energy_Transitions.pdf

26 https://www.iea.org/reports/tracking-transport-2020, mai 2020

27 www.about.bnef.com/blog/battery-pack-prices-fall-as-market-ramps-up-with-market-average-at-156-kwh-in-2019/

28 www.iea.org/reports/electric-vehicles

29 BNEF EV outlook 2021

30 Pour les banques qui publient ces informations, le CDP a constaté que les émissions financées sont plus de 700 fois supérieures aux émissions opérationnelles déclarées. The Time to Green Finance

31 Au cours des 5 années qui ont suivi l'adoption de l'Accord de Paris, les 60 plus grandes banques du secteur privé dans le monde ont financé les énergies fossiles à hauteur de 3 800 milliards de dollars, selon Rainforest Action Network

32 La moitié de l'économie mondiale est désormais soumise à une sorte d'engagement « net zéro » - https://www.businessgreen.com/news/4010947/half-world-economy-eyeing-net-zero-transition-analysis

 
 

CONSIDÉRATIONS SUR LES RISQUES

Il ne peut être garanti qu’une stratégie atteindra son objectif d’investissement. Les portefeuilles sont soumis au risque de marché, c’est-à-dire à la possibilité que la valeur des titres détenus par le portefeuille diminue et que la valeur des actions du portefeuille soit donc inférieure à celle que vous avez payée.  Les valeurs boursières peuvent varier quotidiennement en fonction de facteurs économiques ou d’autre nature (par ex. catastrophes naturelles, crises sanitaires, terrorisme, conflits et troubles sociaux) qui ont des répercussions sur les marchés, les pays, les entreprises ou les gouvernements. Il est difficile de prévoir le moment, la durée et les effets négatifs potentiels (par exemple, sur la liquidité du portefeuille) de tels événements.  En conséquence, ce portefeuille expose l’investisseur à des pertes potentielles. Nous attirons votre attention sur le fait que cette stratégie peut contenir d’autres types de risques. Le risque existe que la méthodologie et les hypothèses en matière d'allocation d'actifs du gestionnaire s'agissant des portefeuilles sous-jacents soient incorrectes au regard des conditions de marché du moment et que le portefeuille n'atteigne pas son objectif d'investissement. Les cours des actions ont également tendance à être volatils et il existe une possibilité importante de perte. Les investissements du portefeuille dans des titres liés aux matières premières comportent des risques substantiels, y compris le risque de perte d'une partie significative de leur valeur en capital. Outre le risque lié aux matières premières, ils peuvent être soumis à des risques particuliers supplémentaires, tels que le risque de perte des intérêts et du capital, l'absence de marché secondaire et le risque de volatilité accrue, qui n'affectent pas les actions et obligations traditionnelles. Les fluctuations de change peuvent annuler les gains d'investissement ou aggraver les pertes d'investissement. Les placements obligataires comportent un risque de défaut de la part d’un émetteur qui manquerait à ses obligations de remboursement du principal et des intérêts aux échéances prévues (risque de crédit), de fluctuation des taux d’intérêt (risque de taux d’intérêt), de solvabilité de l’émetteur et de liquidité générale du marché (risque de marché). Dans un contexte de hausse des taux d'intérêt, les prix des obligations pourraient chuter et entraîner des périodes de volatilité et des rachats plus importants. Dans un environnement de taux d'intérêt en baisse, le portefeuille peut générer des revenus moindres. Les titres à plus long terme peuvent être plus sensibles aux variations des taux d’intérêt. Les titres à plus long terme peuvent être plus sensibles aux variations des taux d’intérêt. Les actions et les titres étrangers sont généralement plus volatils que les titres obligataires et sont soumis à des risques de change, politiques, économiques et de marché. En général, la valeur des actions varie également en fonction des activités spécifiques d’une entreprise. Les actions de sociétés à petites capitalisations présentent des risques spécifiques, tels que des gammes de produits, des marchés et des ressources financières limitées, et une volatilité supérieure à celles des entreprises de grandes capitalisations plus solidement établies. Les risques associés aux investissements dans les marchés des pays émergents sont plus élevés que sur les marchés développés étrangers.  Les parts d’ETF (fonds négociés en bourse) présentent de nombreux risques identiques aux investissements directs dans des actions ou des obligations ordinaires, et leur valeur de marché fluctuera comme la valeur de l’indice sous-jacent. En investissant dans des ETF et d’autres fonds, le portefeuille absorbe à la fois ses propres frais et ceux des ETF et des fonds dans lesquels il investit. L’offre et la demande d’ETF et de fonds d’investissement peuvent ne pas être corrélées à celles des titres sous-jacents. Les instruments dérivés peuvent être illiquides, augmenter les pertes de façon disproportionnée et avoir un impact négatif important sur la performance du portefeuille. Un contrat de change à terme est un outil de couverture qui n'implique aucun paiement initial. L’utilisation de l’effet de levier peut accroître la volatilité du portefeuille.

La performance relative des stratégies ESG qui intègrent l’investissement à impact et / ou des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) peut diverger de celle d’autres stratégies ou d’indices de référence généraux du marché, selon que ces secteurs ou ces investissements ont la faveur ou non du marché. Par conséquent, rien ne garantit que les stratégies ESG produiront une meilleure performance.

 
andrew.harmstone
Managing Director
Global Balanced Risk Control Team
 
li.zhang
Executive Director
Global Balanced Risk Control Team
 
christian.goldsmith
Executive Director
Lead Portfolio Specialist
 
 
 
 

INFORMATIONS

Les opinions et les points de vue exprimés sont ceux de l’auteur à la date de publication : ils peuvent être modifiés à tout instant au gré de l’évolution des conditions de marché ou de la conjoncture économique et ne pas se concrétiser. En outre, les opinions ne seront pas mises à jour ou corrigées dans le but de refléter les informations publiées a posteriori, des situations existantes ou des changements se produisant après la date de publication. Les opinions exprimées ne reflètent pas celles de tous les gérants de portefeuille de Morgan Stanley Investment Management (MSIM) ou celles de la société dans son ensemble. Elles peuvent ne pas être prises en compte dans toutes les stratégies et les produits proposés par la société.

Les prévisions et/ou estimations fournies dans le présent document sont susceptibles de changer et pourraient ne pas se matérialiser. Les informations concernant les performances attendues et les perspectives de marché sont basées sur la recherche, l’analyse et les opinions des auteurs. Ces conclusions sont de nature spéculative, peuvent ne pas se concrétiser et ne visent pas à prédire le rendement futur d’un produit de Morgan Stanley Investment Management en particulier.

Sauf indication contraire, les opinions exprimées dans ce document sont celles de l'équipe de gestion du portefeuille, elles sont fondées sur des faits tels qu'ils existent à la date de préparation et non à une quelconque date ultérieure, et ne seront pas mises à jour ni révisées pour tenir compte d'informations disponibles ou de circonstances, ou de changements survenant après la date de rédaction.

Certaines informations fournies dans le présent document sont fondées sur des données obtenues de sources tierces jugées fiables. Nous n'avons cependant pas vérifié ces informations et ne fournissons aucune garantie quant à leur exactitude ni à leur exhaustivité.

Cette information constitue une communication générale, qui n'est pas impartiale et a été préparée uniquement à des fins d'information et d'éducation et ne constitue pas une offre ni une recommandation d'achat ni de vente d'un titre en particulier ni d'adoption d'une stratégie de placement particulière.  Les informations contenues dans le présent document ne s’appuient pas sur la situation d’un client en particulier. Elles ne constituent pas un conseil d’investissement et ne doivent pas être interprétées comme constituant un conseil en matière fiscale, comptable, juridique ou réglementaire. Avant de prendre une décision d’investissement, les investisseurs doivent solliciter l’avis d’un conseiller juridique et financier indépendant, y compris s’agissant des conséquences fiscales.

La performance passée n’est pas un indicateur fiable des performances futures. Les graphiques et diagrammes fournis dans le présent document le sont uniquement à titre d’illustration.

Cette communication n’est pas un produit du département de recherche de Morgan Stanley et ne doit pas être considérée comme une recommandation de recherche. Les informations contenues dans le présent document n’ont pas été préparées conformément aux exigences légales visant à promouvoir l’indépendance de la recherche en investissement et ne font l’objet d’aucune interdiction de négociation avant leur diffusion.

Il n’y a aucune garantie qu’une stratégie d’investissement fonctionnera dans toutes les conditions du marché et il incombe à chaque investisseur d’évaluer sa capacité à investir à long terme, surtout pendant les périodes de détérioration du marché. Avant de réaliser un placement, les investisseurs sont invités à lire attentivement le document d'offre relatif à la stratégie ou au produit. Les divers supports d’investissement présentent des différences importantes dans la mise en œuvre de la stratégie.

DISTRIBUTION

Le présent document s’adresse et ne doit être distribué exclusivement qu’aux personnes résidant dans des pays ou territoires où une telle distribution ou mise à disposition n’est pas contraire aux lois et réglementations locales en vigueur.

EMEA : cette communication promotionnelle est publiée par MSIM Fund Management (Ireland) Limited. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque centrale d'Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est une société privée à responsabilité limitée par actions immatriculée en Irlande sous le numéro 616661 et dont le siège social est situé à l’adresse The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande.

Irlande : MSIM Fund Management (Ireland) Limited. Siège social : The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson’s, Quay, Dublin 2, Irlande. Société enregistrée en Irlande sous le numéro 616661,  et réglementée par la Banque centrale d’Irlande. Royaume-Uni : Morgan Stanley Investment Management Limited est agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Enregistrée en Angleterre. Numéro d’enregistrement : 1981121. Siège social : 25 Cabot Square, Canary Wharf, Londres E14 4QA, autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Dubaï : Morgan Stanley Investment Management Limited (Bureau de représentation, Unit Precinct 3-7th Floor-Unit 701 and 702, Level 7, Gate Precinct Building 3, Dubai International Financial Centre, Dubaï, 506501, Émirats arabes unis. Téléphone : +97 (0)14 709 7158). Allemagne : MSIM Fund Management (Ireland) Limited Niederlassung Deutschland Junghofstrasse 13-15 60311 Francfort Allemagne (Gattung: Zweigniederlassung (FDI) gem. § 53b KWG). Italie : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, succursale de Milan (Sede Secondaria di Milano) est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited, une société enregistrée en Irlande, réglementée par la Banque Centrale d’Irlande et dont le siège social est situé à The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited succursale de Milan (Sede Secondaria di Milano) dont le siège est situé à Palazzo Serbelloni Corso Venezia, 16 20121 Milano, Italie, est enregistrée en Italie avec le numéro d’entreprise et le numéro de TVA 11488280964.  Pays-bas : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, Tour Rembrandt, 11e étage Amstelplein 1 1096HA, Pays-Bas.. Téléphone : 31 2-0462-1300. Morgan Stanley Investment Management est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque centrale d’Irlande. France : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, succursale de Paris est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited, une société enregistrée en Irlande, réglementée par la Banque Centrale d’Irlande et dont le siège social est situé à The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited, succursale de Paris, dont le siège est situé au 61 rue de Monceau 75008 Paris, France, est enregistrée en France sous le numéro RCS 890 071 863. Espagne : MSIM Fund Management (Ireland) Limited (Sucursal en España) est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited, société enregistrée en Irlande, réglementée par la Banque Centrale d’Irlande et dont le siège social est situé à The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited (Sucursal en España), sise Calle Serrano 55, 28006, Madrid, Espagne, est enregistrée en Espagne avec le numéro d’identification fiscale W0058820B. Suisse : Morgan Stanley & Co. International plc, Londres, succursale de Zurich, autorisée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (« FINMA »). Enregistrée au registre du commerce de Zurich sous le numéro CHE-115.415.770. Siège social : Beethovenstrasse 33, 8002 Zurich, Suisse, Téléphone : +41 (0) 44 588 1000. Fax : +41(0) 44 588 1074.

Hong Kong : Le présent document est publié par Morgan Stanley Asia Limited aux fins d’utilisation à Hong Kong et ne peut être diffusé qu’auprès d’« investisseurs professionnels » au sens du Securities and Futures Ordinance (décret sur les valeurs mobilières et les contrats à terme) de Hong Kong (Cap 571). Le contenu du présent document n’a été révisé ni approuvé par aucune autorité de réglementation, y compris la Securities and Futures Commission de Hong Kong. En conséquence, à moins que la loi en vigueur ne prévoie des exceptions, ce document ne devra pas être publié, diffusé, distribué ni adressé aux particuliers résidant à Hong Kong, ni mis à leur disposition.

États-Unis

Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas convenir à tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à la Stratégie comprennent un certain nombre de titres et ne reproduisent pas nécessairement la performance d’un indice. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, les risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. Un niveau d’investissement minimum est requis. Vous trouverez des informations importantes sur le gestionnaire financier dans la partie 2 du formulaire ADV.

Veuillez examiner attentivement les objectifs de placement, les risques, les frais et les dépenses des fonds avant d'investir. Les prospectus contiennent cette information ainsi que d’autres renseignements sur les fonds. Pour obtenir un prospectus, téléchargez-en un sur morganstanley.com/im ou appelez le 1-800-548-7786. Veuillez lire attentivement le prospectus avant d’investir.

Morgan Stanley Distribution, Inc. est le distributeur des fonds Morgan Stanley.

NON ASSURÉ PAR LE FDIC | ABSENCE DE GARANTIE BANCAIRE | POSSIBLE PERTE DE VALEUR | NON ASSURÉ PAR DES AGENCES GOUVERNEMENTALES FÉDÉRALES | NE CONSTITUE PAS UN DÉPÔT

Ce document ne doit pas être considéré comme faisant l’objet d’une invitation à souscrire ou à acheter, directement ou indirectement, au public ou à tout membre du public à Singapour autre que (i) un investisseur institutionnel en vertu de l’article 304 des Futures Act, chapitre 289 de Singapour (« SFA ») ; (ii) une « personne concernée » (qui comprend un investisseur qualifié) en vertu de l’article 305 de la LFT, et cette distribution est conforme aux conditions précisées à l’article 305 de la LFT ; ou (iii) conformément aux conditions de toute autre disposition applicable de la SFA. Cette publication n’a pas été vérifiée par l’Autorité monétaire de Singapour.

Australie : La présente publication est diffusée en Australie par Morgan Stanley Investment Management (Australia) Pty Limited ACN : 122040037, licence AFS No 314182, qui accepte la responsabilité de son contenu. La présente publication, ainsi que l’accès à celle-ci, est réservée aux « clients wholesale » selon l’acception de ce terme dans la loi sur les sociétés en vigueur en Australie.

Taiwan : Ce document est fourni à titre d'information uniquement et ne saurait constituer une sollicitation lorsque cette dernière est contraire à la loi. Les produits dont il est fait mention dans le présent document peuvent avoir ou ne pas avoir fait l'objet d’un enregistrement auprès du Securities and Futures Bureau de la Financial Supervisory Commission de Taïwan (république de Chine), conformément à la législation et aux réglementations en vigueur sur les valeurs mobilières. Ces produits ne sont disponibles en république de Chine que (a) lorsqu’ils ont été enregistrés à la vente publique en république de Chine ou (b) lorsqu’ils sont utilisés dans le cadre d’un placement privé auprès d’organismes financiers et autres personnes morales et physiques répondant à certains critères spécifiques relevant des dispositions en matière de placements privés selon les règles de la république de Chine régissant les fonds offshore.

Corée : Ce document n'est pas, et ne doit en aucun cas être interprété comme une offre de titres en Corée. Aucune garantie n'est donnée s’agissant de l'éligibilité des lecteurs de ce document aux lois coréennes, notamment mais sans limitation, à la Loi et aux Règlements portant sur les Opérations de Change. Les Fonds mentionnés dans ce document peuvent ou non avoir été enregistrés auprès de la Commission des Services Financiers de Corée, en vertu de la Loi sur les Services d'Investissement Financier et les Marchés de Capitaux, et pourraient ou non être proposés, directement ou indirectement, en Corée ou à tout résident coréen, sauf en vertus des lois et règlements de Corée.

Japon : Pour les investisseurs professionnels, ce document est distribué à titre informatif seulement. Pour ceux qui ne sont pas des investisseurs professionnels, ce document est fourni par Morgan Stanley Investment Management (Japan) Co., Ltd. (« MSIMJ ») dans le cadre de conventions de gestion de placements discrétionnaires («IMA») et de conventions de conseils en placement («AAI»). Il ne s'agit pas d'une recommandation ni d'une sollicitation de transactions ou offre d'instruments financiers particuliers. En vertu d'une convention IMA, en ce qui concerne la gestion des actifs d'un client, le client prescrit à l'avance les politiques de gestion de base et charge MSIMJ de prendre toutes les décisions d'investissement en fonction de l'analyse de la valeur des titres et MSIMJ accepte cette mission. Le client doit déléguer à MSIMJ les pouvoirs nécessaires à l'investissement. MSIMJ exerce les pouvoirs délégués en fonction des décisions d'investissement de MSIMJ, et le client s'interdit d'émettre des instructions individuelles. Tous les profits et pertes d'investissement reviennent aux clients ; le principal n'est pas garanti. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, la nature des risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. À titre de commission de conseils en investissement pour une gestion conseillée (IAA) ou une discrétionnaire (AMIIMA), le montant des biens assujettis au contrat multiplié par un certain taux (la limite supérieure est de 2,20% par année (taxes comprises)) sera engagé proportionnellement à la durée du contrat. Pour certaines stratégies, des honoraires conditionnels peuvent être compris en plus des frais mentionnés ci-dessus. Des frais indirects peuvent également être supportés, tels que des commissions de courtage pour des titres émis par des personnes morales. Étant donné que ces frais et dépenses sont différents selon le contrat et d'autres facteurs, MSIMJ ne peut pas préciser les taux, les limites supérieures, etc. à l'avance. Tous les clients doivent lire attentivement les documents fournis avant la conclusion et l'exécution d'un contrat. Ce document est diffusé au Japon par MSIMJ, enregistrée sous le n° 410 (Directeur du Bureau des Finances Locales de Kanto (Entreprises d'Instruments Financiers)), membres : la Japan Securities Dealers Association, l’Investment Trusts Association, Japon, la Japan Investment Advisers Association et la Type II Financial Instruments Firms Association.

Canada

À L’USAGE EXCLUSIF DES « CLIENTS AUTORISÉS » EN VERTU DE LA LOI CANADIENNE. NE PAS METTRE A DISPOSITION DU GRAND PUBLIC. Cette présentation est communiquée au Canada par Morgan Stanley Investment Management Inc. (« MSIM »), qui mène son activité au Canada dans le cadre de la dérogation aux exigences d’immatriculation au Canada accordée aux sociétés internationales de conseil en placement. Cette présentation ne constitue pas une offre de prestations de services de conseil en placement en des circonstances dans lesquelles la dérogation en question n’est pas applicable. MSIM dispose uniquement de l’autorisation de conseiller les comptes gérés séparément de « clients autorisés » et a la permission de gérer uniquement des comptes investissant dans des émetteurs non canadiens.  La définition de « clients autorisés » au sens du Règlement 31-103 des autorités canadiennes désigne en général les établissements financiers canadiens ou les particuliers canadiens dotés d’un patrimoine financier supérieur à 5 millions de dollars canadiens (CAD) et les entités disposant d’un actif net supérieur ou égal à 25 millions CAD. Pour les clients autorisés, la seule possibilité d’investir dans un compte géré séparément décrit dans cette présentation consiste à conclure un accord de gestion avec MSIM, étant entendu que cette présentation ne fait pas partie de l’accord en question. Les documents décrivant l’expertise en matière d’investissement, les stratégies et/ou d’autres aspects de comptes gérés séparément de MSIM peuvent être fournis sur demande, afin de permettre d’évaluer les services de conseil en placement disponibles proposés par MSIM.  MSIM et certaines de ses sociétés affiliées peuvent intervenir en qualité de gestionnaire de portefeuille auprès des comptes gérés séparément décrits dans cette présentation, et être autorisés, à ce titre, à percevoir des commissions en lien avec ces produits.

Il est interdit de reproduire, copier, modifier, utiliser pour créer un document dérivé, interpréter, afficher, publier, poster, mettre sous licence, intégrer, distribuer ou transmettre tout ou une partie de ce document, directement ou indirectement, ou de divulguer son contenu à des tiers sans le consentement écrit explicite de MSIM.  Il est interdit d’établir un hyperlien vers ce document, à moins que cet hyperlien ne soit destiné à un usage personnel et non commercial.  Toutes les informations contenues dans le présent document sont la propriété des auteurs et sont protégées par la loi sur les droits d’auteur.

Morgan Stanley Investment Management est la division de gestion d’actifs de Morgan Stanley.

Ce document peut être traduit dans d’autres langues. Lorsqu'une telle traduction est faite, seule la version anglaise fait foi. S'il y a des divergences entre la version anglaise et une version de ce document dans une autre langue, seule la version anglaise fait foi.

Morgan Stanley Investment Management est la division de gestion d’actifs de Morgan Stanley.

 

Les utilisateurs sont invités à prendre connaissance des Conditions d’utilisation avant d’engager toute procédure, car celles-ci mentionnent des restrictions légales et réglementaires applicables à la diffusion des informations relatives aux produits d’investissement de Morgan Stanley Investment Management.

Les services décrits sur ce site Web peuvent ne pas être disponibles dans certaines juridictions ou pour certaines personnes. Merci de consulter nos Conditions d’utilisation pour de plus amples informations.


Confidentialité    •    Conditions d'utilisation

©  Morgan Stanley. Tous droits réservés.