Insight Article Desktop Banner
 
 
2021 OUTLOOKS
  •  
janvier 04, 2021

Un avenir durable ? 5 thèmes d’investissement durable qui définiront l’année 2021

Insight Video Mobile Banner
 
janvier 04, 2021

Un avenir durable ? 5 thèmes d’investissement durable qui définiront l’année 2021


2021 OUTLOOKS

Un avenir durable ? 5 thèmes d’investissement durable qui définiront l’année 2021

Share Icon

janvier 04, 2021

 
 

2020 a irrévocablement transformé nos hypothèses et nos perspectives en matière d’investissement durable, et les questions sociales ont désormais une place plus importante aux côtés des questions environnementales. Dans le sillage de la crise de la COVID-19, la diversité, l’égalité et l’inclusion ont bénéficié d’une attention renouvelée et renforcée au niveau mondial. Si l’on considère les défis et les opportunités que présente l’investissement durable, nous considérons 2021 comme une année charnière pour les investisseurs et nous présentons ici l’approche de l’équipe MSIM Fixed Income pour appréhender cet univers.

 
 

L’année 2020 a été marquée par un regain d’intérêt pour le développement durable, tant de la part des investisseurs que des émetteurs, et par une augmentation significative des émissions d’obligations labellisées « durables » .1 Plusieurs des thèmes que nous avons mis en évidence dans notre précédent document « L’effet papillon et le COVID-19 »2 sont en passe de se matérialiser. Dans le présent document, nous mettons en évidence cinq grands axes d’investissement durable qui marqueront l’univers obligataire au cours de l’année à venir.

Thème 1 : Les banques centrales et l’écologisation du système financier

La question de savoir si les banques centrales, en particulier la Banque centrale européenne (BCE), intégreraient des considérations environnementales dans leurs programmes d’assouplissement quantitatif a fait l’objet de nombreux débats. Sur cette question, la présidente de la BCE, Christine Lagarde, a déclaré que la banque procédait à un examen stratégique interne, et que « cela [les] incitera très probablement à utiliser la lutte contre le changement climatique comme un paramètre pour dimensionner [leurs] programmes d’achat d’actifs sur le marché — mais [que] cela ne peut pas être le seul paramètre » .3 Cela a conduit de nombreux intervenants du marché à spéculer sur le fait que la BCE pourrait se lancer dans un programme d’achat préférentiel d’obligations vertes dans le cadre de son programme d’assouplissement quantitatif. Une telle mesure serait, à notre avis, contre-productive, car cela fausserait et entraverait la liquidité de ce qui est encore un segment restreint (bien que croissant) du marché. Nous pensons d’ailleurs une telle décision peu probable. Par ailleurs, la BCE a déjà annoncé des plans pour soumettre les banques à des tests de stress sur les risques climatiques4 et il est donc tout à fait plausible que ces dernières se penchent sur leurs propres bilans et considèrent les risques auxquels elles sont exposées en matière de développement durable. En évoquant le programme d’achat d’actifs de la BCE, Isabel Schnabel a fait remarquer qu’« [ils pourraient] envisager… par exemple, d’exclure certaines obligations, sur la base de règles claires et transparentes, employées pour financer des projets contraires aux objectifs de décarbonation de l’UE. »5
Nous avons récemment pu observer un précédent sur le marché, avec la Banque de Suède annonçant qu’à partir de janvier 2021, elle ne proposerait « que l’achat d’obligations émises par des entreprises jugées conformes aux normes et standards internationaux en matière de développement durable » .6 Il nous semble beaucoup plus probable que la BCE adopte une ligne de conduite similaire, avec des implications potentielles sur les primes de risque de crédit qui devront être appréciées par les investisseurs.

Thème 2 : L’essor des obligations liées au développement durable

Les obligations liées au développement durable ont permis de boucler la boucle de l’investissement durable sur le marché de la dette. Chez MSIM Fixed Income, nous intégrons depuis longtemps maintenant une analyse des caractéristiques ESG des émetteurs dans le cadre de notre recherche fondamentale bottom-up, laquelle est appliquée à tous nos portefeuilles. Au début du marché des obligations labellisées durables, l’instrument privilégié était l’obligation verte ou sociale, dont le produit était destiné à des projets visant à obtenir des résultats environnementaux ou sociaux positifs spécifiques. Pour les investisseurs obligataires, les avantages étaient notables, avec une transparence accrue des programmes d’investissement et des actifs de l’émetteur, et la possibilité de s’engager plus avant aux côtés des émetteurs sur les questions de développement durable dans le cadre de la commercialisation de ces transactions. Toutefois, cela a également conduit à s’interroger sur la cohérence des projets soutenus par les obligations vertes ou sociales avec la stratégie globale de l’émetteur en matière de développement durable. Dans certains cas, les investisseurs ont relevé des anomalies importantes. Par exemple, les projets pouvaient être verts alors que le modèle économique fondamental de l’entreprise ne l’était pas, ou l’obligation pouvait impliquer le refinancement d’anciens projets verts sans preuve d’engagements futurs en faveur du développement durable.

L’attention s’est donc reportée sur la stratégie de développement durable globale des émetteurs. Une critique formulée à l’encontre des obligations vertes et sociales est que les émetteurs ne risquent pas grand-chose : s’ils ne parviennent pas à trouver de projets appropriés, ils ne s’exposent à aucune conséquence dommageable, si ce n’est une réputation légèrement ternie. Dans le cas des obligations liées au développement durable, la structure la plus courante consiste à fixer un indicateur de performance clé et un objectif quantitatif au niveau de l’émetteur, et si cet objectif n’est pas atteint, l’émetteur est obligé de verser des pénalités sous la forme d’une majoration des coupons. Il s’agit là d’une évolution positive, selon nous, à condition que les indicateurs de performance clés soient significatifs et pertinents eu égard au modèle économique de l’entreprise, et que les investisseurs puissent savoir en toute transparence comment les émetteurs atteignent les objectifs qu’ils se sont fixés. Les obligations liées au développement durable peuvent également représenter une alternative potentiellement intéressante aux obligations dites de transition (« Transition Bonds »), qui soutiennent les projets d’émetteurs à plus forte intensité carbone qui souhaitent passer à des modèles d’entreprise bas-carbone, en particulier dans les secteurs où les dépenses d’investissement à utiliser dans le cadre d’une transaction liée à une utilisation des fonds sont moins importantes.

Entre septembre 2019 et aujourd’hui, seules quelques entreprises ont émis des obligations liées au développement durable, pour un montant total de 11,3 milliards de dollars (voir l’illustration 1), contre plus de 1 500 milliards de dollars pour les obligations vertes et sociales, mais nous estimons que 2021 sera marquée par une augmentation significative des volumes d’émission, après la récente publication des Principes applicables aux obligations liées au développement durable de l’ICMA (International Capital Market Association).

Qui plus est, à partir du début de 2021, les obligations liées au développement durable deviendront des garanties éligibles pour la BCE et seront également éligibles pour ses programmes d’achat d’actifs,7 ce qui devrait encore dynamiser ce marché.

 

 
 
 
ILLUSTRATION 1: Émissions d’obligations durables dans le monde entre 2015 et 2020
 

Source : Environmental Finance Bond Database

 
 

Cette croissance devrait également contribuer à définir quelles sont les meilleures pratiques pour ce nouveau type d’instrument, en particulier concernant le délai considéré comme acceptable pour atteindre l’objectif de développement durable choisi et le niveau de majoration du coupon. Nous espérons également que les débats se poursuivront sur la possibilité pour des émetteurs autres que des sociétés d’émettre des obligations liées au développement durable.

Thème 3 : Les États-Unis devraient voir s’accélérer les émissions d’obligations durables en 2021

Malgré une très nette augmentation des émissions d’obligations durables, dont le volume a dépassé les 500 milliards de dollars en 2020 (voir l’illustration 1), et la montée en puissance des nouvelles structures mentionnées ci-dessus, les émissions des entreprises américaines ont été proportionnellement moins importantes que celles de leurs homologues du reste du monde.8 Selon nous, 2021 devrait marquer un tournant pour ce marché. Du point de vue de la demande, l’appétit des investisseurs américains pour les émissions de ce type croît plus rapidement que partout ailleurs dans le monde. Le volume des actifs gérés de manière durable aux États-Unis a augmenté de 42 % entre 2018 et 2020 (voir l’illustration 2), soit une accélération par rapport à la hausse de 32 % enregistrée au cours des deux années précédentes.9 Qui plus est, la nouvelle administration Biden a défini une stratégie environnementale ambitieuse, qui englobe des mesures de lutte contre le changement climatique, d’adaptation, de prévention de la pollution et de création d’emplois sobres en carbone.10

Nous préférons rester prudents quant à  la place définitive qu’occuperont ces questions dans le programme législatif. Nous pensons toutefois que le changement de ton et de priorités fédérales, ainsi que les gestes symboliques tels que la réintégration de l’accord de Paris, inciteront les entreprises américaines à revoir leur contribution aux objectifs mondiaux de développement durable.

 
 
 
ILLUSTRATION 2: Actifs sous gestion de l’investissement durable et responsable aux États-Unis
 

Source: US SIF Foundation, 2020

 
 

Thème 4 : La fin de la distanciation sociale, l’essor de l’investissement social

Alors que nous espérons voir disparaître les mesures de distanciation sociale, nous pensons que la conscience aiguë des questions sociales et de leur impact sur l’économie et la création de valeur persistera chez les investisseurs et les détenteurs d’actifs. En effet, les émissions d’obligations labellisées sociales ont connu une croissance exponentielle en 2020 (voir l’illustration 1), et représentent plus d’un quart du total des émissions labellisées durables dans le monde. Bien que cette hausse soit en partie due à la multiplication des obligations émises pour contrer la crise de la COVID-19, nous avons observé l’année dernière un nombre important de projets financés grâce au marché des obligations sociales. Plusieurs opérations ont notamment été proposées au marché pour promouvoir la diversité, l’inclusion, l’éducation, la mobilité sociale et la fourniture de produits de première nécessité aux groupes vulnérables ou marginalisés. Selon nous, cette évolution est appelée à devenir une constante du marché. Dans cet environnement post-pandémique, les clients, les employés et les investisseurs surveillent de plus en plus le comportement des entreprises vis-à-vis des communautés dans lesquelles elles opèrent, de leurs chaînes d’approvisionnement et de leur main-d’œuvre, ainsi que l’accessibilité et le caractère abordable de leurs services. Des insuffisances en la matière sont susceptibles de nous exposer à des risques en tant qu’investisseurs, tandis qu’une conduite exemplaire peut être source d’alpha. Cette analyse n’épargne pas les émetteurs souverains et les collectivités locales, car les investisseurs exigeront de plus en plus une divulgation plus transparente de leurs dépenses et de leurs résultats en matière sociale, notamment grâce à des efforts d’engagement accrus (voir l’illustration 3).

 
 
 
ILLUSTRATION 3: Engagement thématique et par secteur au niveau mondial dans l’univers obligataire en 2020
 

* Note: “Reporting and External Review” under the Governance (G) theme refers to engagements in the context of Sustainable Bond issuances.

Source: Morgan Stanley Investment Management

 
 

Thème 5 : « Reconstruire en plus audacieux » (« Build Back Bolder »)

Dans notre précédent article, nous avions évoqué la perspective de « Reconstruire en mieux » (« Building Back Better ») et notre analyse selon laquelle la reprise post-pandémique serait empreinte d’écologie et de justice sociale. Les feuilles de route comme le Pacte vert de l’UE et le plan de relance vert du Royaume-Uni sont encourageantes, mais nous réfléchissons maintenant à la manière dont il serait possible d’accélérer une relance verte et inclusive. Autrement dit, comment pourrions-nous « Reconstruire en plus audacieux » ?

Les régulateurs pourraient envisager de pondérer les risques des banques de manière différenciée afin de favoriser les actifs verts et de pénaliser les actifs bruns, et donc d’influencer les flux de capitaux dans l’économie. Nous pensons cependant qu’il reste encore du travail à faire pour établir un lien entre le développement durable et le niveau de risque avant de mettre en place un tel régime. Il existe une autre approche qui gagne en popularité et qui consiste à envisager des mesures fiscales susceptibles de promouvoir le développement durable. À cet égard, il est intéressant de citer comme exemple les obligations municipales exonérées d’impôts aux États-Unis.
Les émetteurs municipaux américains investissent depuis longtemps dans des projets qui présentent des avantages environnementaux ou sociaux, et ils peuvent se prévaloir d’une exonération fiscale, ce qui signifie que les investisseurs finaux n’ont pas à payer d’impôt sur les intérêts gagnés. Il en résulte un coût d’emprunt moins élevé pour l’émetteur et un rendement avantageux pour le client en raison de l’économie d’impôt. En Biscaye, dans le nord de l’Espagne, le gouvernement local a signé un partenariat avec l’UCL Institute for Innovation & Public Purpose (IIPP) afin d’explorer une solution durable pour sortir de la crise de la COVID-19.11 Ces travaux se sont jusqu’à présent concentrés sur l’identification des entreprises qui peuvent être considérées comme répondant aux objectifs de développement durable des Nations unies (« ODD »), et qui pourraient donc bénéficier de crédits d’impôt après avoir été certifiées comme telles.
Ces idées novatrices, qui placent le développement durable au cœur de la définition des cadres de risques et de la politique budgétaire, seront essentielles pour à la fois reconstruire en mieux et reconstruire en plus audacieux.

 
 
 
ILLUSTRATION 4: La priorité accordée aux résultats grâce à une utilisation exhaustive des principales formes d’investissement durable
 
 
 

Comment investir de manière durable avec MSIM Fixed Income

Nos cinq thèmes sont susceptibles d’avoir des répercussions sur les risques, les performances et la liquidité de tous les portefeuilles obligataires, avec des implications supplémentaires pour les stratégies ayant des objectifs de développement durable spécifiques. L’équipe MSIM Fixed Income Sustainable Investing jouit d’une expertise pointue pour évoluer dans un univers en pleine mutation qui, comme nous l’avons souligné plus haut, est influencé par la politique, la réglementation, la culture et le monde académique.

Nous avons élaboré des méthodologies exclusives pour toutes les classes d’actifs obligataires, afin d’aller au-delà de la rhétorique et d’évaluer objectivement les risques et les opportunités en matière de développement durable, ainsi que pour évaluer l’intégrité et l’impact des obligations labellisées durables.12 Nous travaillons également en étroite collaboration avec nos clients pour les guider vers des solutions privilégiées répondant à leurs propres objectifs en matière de développement durable, que ce soit par le biais de notre gamme de fonds durables ou de stratégies sur mesure en comptes dédiés gérés séparément, qui utilisent une combinaison d’approches issues de notre boîte à outils d’investissement durable, telle que présentée dans l’illustration 4, pour les aider à atteindre leurs objectifs.13
L’année 2020 nous a appris l’importance de la préparation et de la résilience, et grâce à notre approche robuste, dynamique et flexible, nous continuerons à accorder une attention particulière à ces aspects dans l’intérêt de nos clients, dans le cadre de nos investissements durables en 2021 et au-delà.

 
 

1 Les références aux « obligations durables » dans le présent document couvrent les obligations vertes, sociales,  durable et liées au développement durable, telles que définies par l’ICMA (International Capital Market Association), ainsi que d’autres obligations labellisées finançant des objectifs environnementaux ou sociaux spécifiques.

2 Voir « L’effet papillon et le COVID-19 : Six implications pour l’investissement durable dans un monde interconnecté » Morgan Stanley Investment Management (link).

3 Christine Lagarde, Interview avec France 2, 4 juin 2020

4 Guide relatif aux risques liés au climat et à l’environnement de la BCE, 27 novembre 2020

5 Isabel Schnabel, Sommet européen de la finance durable, 28 septembre 2020

6  Minutes du Comité de direction, Banque de Suède, 25 novembre 2020

7 Communiqué de presse de la BCE, 22 septembre 2020

8 Les émissions d’obligations durables par les entreprises américaines représentaient environ 20 % du total des émissions d’obligations durables des entreprises en 2020 (source :  Environmental Finance Bond Database).

9 Source : US SIF Foundation 2020

10 https://joebiden.com/climate-plan/#

11 L’IIPP passe un accord avec le gouvernement de la Biscaye pour une croissance économique axée sur les objectifs de développement durable, University College London, 9 juin 2020

12 Voir « All Green Bonds Are Not Created Equal », Morgan Stanley Investment Management (link).

13 Voir « Crafting a Dynamic Sustainable Investing Strategy - Four Building Blocks for Asset Owners », Morgan Stanley Investment Management et Institut pour l’investissement durable de Morgan Stanley (link).

 

 
 

Considérations sur les risques

Il ne peut être garanti qu’un portefeuille atteindra son objectif d’investissement. Les portefeuilles sont soumis au risque de marché, c'est-à-dire à la possibilité que la valeur des titres détenus par le portefeuille diminue et que la valeur des actions du portefeuille soit donc inférieure à celle que vous avez payée. Les valeurs boursières peuvent varier quotidiennement en fonction de facteurs économiques ou d'autre nature (par ex. catastrophes naturelles, crises sanitaires, terrorisme, conflits et troubles sociaux) qui ont des répercussions sur les marchés, les pays, les entreprises ou les gouvernements. Il est difficile de prévoir le calendrier, la durée et les éventuels effets négatifs (par ex. liquidité du portefeuille) liés à de tels événements. En conséquence, ce portefeuille expose l’investisseur à des pertes potentielles. Nous attirons votre attention sur le fait que ce portefeuille peut contenir d'autres types de risques. Les titres obligataires sont soumis à la capacité d’un émetteur de rembourser le principal et les intérêts (risque de crédit), aux fluctuations des taux d’intérêt (risque de taux d’intérêt), à la solvabilité de l’émetteur et la liquidité générale du marché (risque de marché). Dans un contexte de hausse des taux d'intérêt, les prix des obligations pourraient chuter et entraîner des périodes de volatilité et des rachats plus importants. Dans un environnement de taux d'intérêt en baisse, le portefeuille peut générer des revenus moindres. Les titres à plus long terme peuvent être plus sensibles aux variations des taux d’intérêt. La performance relative des stratégies ESG qui intègrent l’investissement d’impact et / ou des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) peut diverger de celle d’autres stratégies ou d’indices de référence généraux du marché, selon que ces secteurs ou ces investissements ont la faveur ou non du marché. Par conséquent, rien ne garantit que les stratégies ESG se traduiront par une performance d’investissement plus favorable.

 
Navindu-Katugampola
Managing Director
Global Fixed Income Team
 
barbara.calvi
Vice President
Sustainable Investing Team
 
 
 
Perspectives de marché 2021 en 60 secondes: 5 thèmes d’investissement durable qui définiront l’année 2021
 
Le thème de la durabilité a fait un retour remarqué dans l’esprit des investisseurs et des émetteurs en 2020. L’équipe Sustainable Fixed Income met en évidence cinq grands axes d’investissement durable qui marqueront l’univers obligataire au cours de l’année à venir.
 
 
 
 

INFORMATIONS IMPORTANTES

La performance passée n’est pas un indicateur fiable des performances futures.

Les opinions, les points de vue, les prévisions et les estimations exprimés sont ceux de l’auteur ou de l’équipe de gestion à la date de préparation du présent document. Ils peuvent être modifiés à tout instant au gré de l’évolution des conditions de marché, de la conjoncture économique ou d’autres facteurs. En outre, les opinions ne seront pas mises à jour ou corrigées dans le but de refléter les informations publiées à posteriori ou des situations existantes ou des changements se produisant après la date de publication. Les opinions exprimées ne reflètent pas celles de tous les gérants de portefeuille de Morgan Stanley Investment Management (MSIM) ou celles de la société dans son ensemble. Elles peuvent ne pas être prises en compte dans toutes les stratégies et les produits proposés par la société.

Les prévisions et/ou estimations fournies dans le présent document sont susceptibles de changer et pourraient ne pas se matérialiser. Les informations concernant les performances attendues et les perspectives de marché sont basées sur la recherche, l’analyse et les opinions des auteurs. Ces conclusions sont de nature spéculative et ne visent pas à prévoir la performance future d’un produit de Morgan Stanley Investment Management en particulier.

Ce document constitue une communication générale, qui n’est pas impartiale et toute l’information qu’il contient a été préparée uniquement à des fins d’information et de formation et ne constitue pas une offre ni une recommandation d’achat ni de vente d’un titre en particulier ni d’adoption d’une stratégie d’investissement particulière. Les informations contenues dans le présent document ne s'appuient pas sur la situation d’un client en particulier. Elles ne constituent pas un conseil d’investissement et ne doivent pas être interprétées comme constituant un conseil en matière fiscale, comptable, juridique ni réglementaire. Avant de prendre une décision d’investissement, les investisseurs doivent solliciter l’avis d’un conseiller juridique et financier indépendant, y compris s’agissant des conséquences fiscales.

Cette communication n'est pas un produit du département de recherche de Morgan Stanley et ne doit pas être considérée comme une recommandation de recherche. Les informations contenues dans le présent document n’ont pas été préparées conformément aux exigences légales visant à promouvoir l’indépendance de la recherche en investissement et ne font l’objet d’aucune interdiction de négociation avant leur diffusion.

Certaines informations fournies dans le présent document sont fondées sur des données obtenues de sources tierces jugées fiables. Nous n’avons cependant pas vérifié ces informations et ne fournissons aucune garantie quant à leur exactitude ni à leur exhaustivité.

Le présent document s’adresse et doit être distribué exclusivement aux personnes résidant dans des pays ou territoires où une telle distribution ou mise à disposition n’est pas contraire aux lois et réglementations locales en vigueur.

Il n’y a aucune garantie qu’une stratégie d’investissement fonctionnera dans toutes les conditions du marché et il incombe à chaque investisseur d’évaluer sa capacité à investir à long terme, surtout pendant les périodes de détérioration du marché. Avant de réaliser un placement, les investisseurs sont invités à lire attentivement le document d’offre relatif à la stratégie ou au produit. Les divers supports d’investissement présentent des différences importantes dans la mise en œuvre de la stratégie.

Irlande : MSIM Fund Management (Ireland) Limited. Siège social : The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson's Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. Enregistrée en Irlande en tant que société privée à responsabilité limitée par actions, sous le numéro 616661. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque centrale d'Irlande. Royaume-Uni :Morgan Stanley Investment Management Limited est agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Enregistrée en Angleterre. Numéro d’enregistrement : 1981121. Siège social : 25 Cabot Square, Canary Wharf, London E14 4QA, autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Dubaï : Morgan Stanley Investment Management Limited (Bureau de représentation, Unit Precinct 3-7th Floor-Unit 701 and 702, Level 7, Gate Precinct Building 3, Dubai International Financial Centre, Dubaï, 506501, Émirats arabes unis. Téléphone : +97 (0)14 709 7158). Allemagne : MSIM Fund Management (Ireland) Limited Niederlassung Deutschland, Grosse Gallusstrasse 18, 60312 Francfort, Allemagne (Catégorie : Branch Office (FDI) selon § 53b KWG). Italie : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, succursale de Milan (Sede Secondaria di Milano) est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited, une société enregistrée en Irlande, réglementée par la Banque Centrale d'Irlande et dont le siège social est situé à The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson's Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited succursale de Milan (Sede Secondaria di Milano) dont le siège est situé à Palazzo Serbelloni Corso Venezia, 16 20121 Milano, Italie, est enregistrée en Italie avec le numéro d’entreprise et le numéro de TVA 11488280964. Pays-Bas : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, Tour Rembrandt, 11e étage Amstelplein 1 1096HA, Pays-Bas. Téléphone : 31 2-0462-1300. Morgan Stanley Investment Management est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque centrale d'Irlande. France : MSIM Fund Management (Ireland) Limited, succursale de Paris est une succursale de MSIM Fund Management (Ireland) Limited, une société enregistrée en Irlande, réglementée par la Banque Centrale d'Irlande et dont le siège social est situé à The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson's Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited succursale de Paris dont le siège est situé au 61 rue de Monceau 75008 Paris, France, est enregistrée en France avec le numéro d’entreprise 890 071 863 RCS. Suisse :Morgan Stanley & Co. International plc, Londres, succursale de Zurich, autorisée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (« FINMA »). Enregistrée au registre du commerce de Zurich sous le numéro CHE-115.415.770. Siège social : Beethovenstrasse 33, 8002 Zurich, Suisse, Téléphone : +41 (0) 44 588 1000. Fax : +41(0) 44 588 1074.

Hong Kong : Le présent document est publié par Morgan Stanley Asia Limited aux fins d’utilisation à Hong Kong et ne peut être diffusé qu’auprès d’« investisseurs professionnels » au sens du Securities and Futures Ordinance (décret sur les valeurs mobilières et les contrats à terme) de Hong Kong (Cap 571). Le contenu du présent document n’a été révisé ni approuvé par aucune autorité de réglementation, y compris la Securities and Futures Commission de Hong Kong. En conséquence, à moins que la loi en vigueur ne prévoie des exceptions, ce document ne devra pas être publié, diffusé, distribué ni adressé aux particuliers résidant à Hong Kong, ni mis à leur disposition. Singapour : Ce document ne doit pas être considéré comme faisant l’objet d’une invitation à souscrire ou à acheter, directement ou indirectement, au public ou à tout membre du public à Singapour autre que (i) un investisseur institutionnel en vertu de l’article 304 des Futures Act, chapitre 289 de Singapour (« SFA ») ; (ii) une « personne concernée » (qui comprend un investisseur qualifié) en vertu de l’article 305 de la LFT, et cette distribution est conforme aux conditions précisées à l’article 305 de la LFT ; ou (iii) conformément aux conditions de toute autre disposition applicable de la SFA.

Cette publication n’a pas été vérifiée par l’Autorité monétaire de Singapour. Australie : La présente publication est diffusée en Australie par Morgan Stanley Investment Management (Australia) Pty Limited ACN : 122040037, licence AFS n° 314182, qui accepte la responsabilité de son contenu. La présente publication, ainsi que l’accès à celle-ci, est réservée aux « clients wholesale » selon l’acception de ce terme dans la loi sur les sociétés en vigueur en Australie.

Japon : Pour les investisseurs professionnels, ce document est diffusé ou distribué à titre seulement informatif. Pour ceux qui ne sont pas des investisseurs professionnels, ce document est fourni par Morgan Stanley Investment Management (Japan) Co., Ltd. (« MSIMJ ») dans le cadre de conventions de gestion de placements discrétionnaires (« IMA ») et de conventions de conseils en placement (« AAI »). Il ne s’agit pas d’une recommandation ni d’une sollicitation de transactions ou offre d’instruments financiers particuliers. En vertu d'une convention IMA, en ce qui concerne la gestion des actifs d'un client, le client prescrit à l'avance les politiques de gestion de base et charge MSIMJ de prendre toutes les décisions d'investissement en fonction de l'analyse de la valeur des titres et MSIMJ accepte cette mission. Le client doit déléguer à MSIMJ les pouvoirs nécessaires à l'investissement. MSIMJ exerce les pouvoirs délégués en fonction des décisions d'investissement de MSIMJ, et le client s'interdit d'émettre des instructions individuelles. Tous les profits et pertes d'investissement reviennent aux clients ; le principal n'est pas garanti. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, la nature des risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. À titre de commission de conseils en investissement pour une gestion conseillée (IAA) ou une discrétionnaire (AMIIMA), le montant des biens assujettis au contrat multiplié par un certain taux (la limite supérieure est de 2,20% par année (taxes comprises)) sera engagé proportionnellement à la durée du contrat. Pour certaines stratégies, des honoraires conditionnels peuvent être compris en plus des frais mentionnés ci-dessus. Des frais indirects peuvent également être supportés, tels que des commissions de courtage pour des titres émis par des personnes morales Étant donné que ces frais et dépenses sont différents selon le contrat et d'autres facteurs, MSIMJ ne peut pas préciser les taux, les limites supérieures, etc. à l'avance. Tous les clients doivent lire attentivement les documents fournis avant la conclusion et l'exécution d'un contrat. Ce document est diffusé au Japon par MSIMJ, enregistré sous le n°410 (Directeur du Bureau des Finances Locales de Kanto (Entreprises d'Instruments Financiers)), Membres : de la Japan Securities Dealers Association, de la Investment Trusts Association, de la Japan Investment Advisers Association et de la Type II Financial Instruments Firms Association.

États-Unis : Les comptes dédiés gérés séparément peuvent ne pas convenir à tous les investisseurs. Les comptes dédiés gérés conformément à la Stratégie comprennent un certain nombre de titres et ne reproduisent pas nécessairement la performance d’un indice. Les investisseurs doivent étudier attentivement les objectifs d’investissement, les risques et les frais associés à la stratégie avant d’investir. Un niveau d’investissement minimum est requis. Vous trouverez des informations importantes sur le gestionnaire financier dans la partie 2 du formulaire ADV.

Veuillez examiner attentivement les objectifs d’investissement, les risques, les frais et les dépenses des fonds avant d’investir. Les prospectus contiennent cette information, et plus, sur les fonds. Pour obtenir un prospectus, téléchargez-le directement depuis le site morganstanley.com/im ou appelez le 1-800- 548-7786. Veuillez lire attentivement le prospectus avant d’investir.

Morgan Stanley Distribution, Inc. est le distributeur des fonds Morgan Stanley.

NON ASSURÉ PAR LE FDIC | ABSENCE DE GARANTIE BANCAIRE | POSSIBLE PERTE DE VALEUR | NON ASSURÉ PAR DES AGENCES GOUVERNEMENTALES FÉDÉRALES | NE CONSTITUE PAS UN DÉPÔT

INFORMATIONS IMPORTANTES

EMOA : Cette communication promotionnelle est publiée par MSIM Fund Management (Ireland) Limited. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est réglementée par la Banque centrale d'Irlande. MSIM Fund Management (Ireland) Limited est une société privée à responsabilité limitée par actions immatriculée en Irlande sous le numéro 616661 et dont le siège social est situé à l’adresse The Observatory, 7-11 Sir John Rogerson's Quay, Dublin 2, D02 VC42, Irlande. 

Les indices ne sont pas gérés et ne comprennent ni frais, ni droits, ni commissions de vente. Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice. Tout indice mentionné dans le présent document est la propriété intellectuelle du fournisseur concerné (y compris les marques déposées). Les produits basés sur des indices ne sont pas recommandés, avalisés, vendus ou promus par le fournisseur concerné, qui se dégage de toute responsabilité à leur égard.

MSIM n’a pas autorisé les intermédiaires financiers à utiliser ni à distribuer le présent document, à moins que cette utilisation et cette distribution ne soient effectuées conformément à la législation et à la réglementation en vigueur. De plus, les intermédiaires financiers sont tenus de s’assurer que les informations contenues dans ce document soient adaptées aux personnes à qui ils le fournissent en termes de leur situation et de leurs objectifs. MSIM ne peut être tenu responsable et rejette toute responsabilité en cas d’utilisation abusive de ce document par tout intermédiaire financier.

Ce document peut être traduit dans d'autres langues. Lorsqu'une telle traduction est faite, seule la version anglaise fait foi. S’il y a des divergences entre la version anglaise et une version de ce document dans une autre langue, seule la version anglaise fait foi.

Il est interdit de reproduire, copier, modifier, utiliser pour créer un travail dérivé, exécuter, afficher, publier, poster, mettre sous licence, intégrer, distribuer ou transmettre tout ou une partie de ce document, directement ou indirectement, ou de divulguer son contenu à des tiers sans le consentement écrit explicite de MSIM. Il est interdit d’établir un hyperlien vers ce document, à moins que cet hyperlien ne soit destiné à un usage personnel et non commercial. Toutes les informations contenues dans le présent document sont la propriété des auteurs et sont protégées par la loi sur les droits d’auteur.

Morgan Stanley Investment Management est la division de gestion d’actifs de Morgan Stanley.

 

Les utilisateurs sont invités à prendre connaissance des Conditions d’utilisation avant d’engager toute procédure, car celles-ci mentionnent des restrictions légales et réglementaires applicables à la diffusion des informations relatives aux produits d’investissement de Morgan Stanley Investment Management.

Les services décrits sur ce site Web peuvent ne pas être disponibles dans certaines juridictions ou pour certaines personnes. Merci de consulter nos Conditions d’utilisation pour de plus amples informations.


Confidentialité    •    Conditions d'utilisation

©  Morgan Stanley. Tous droits réservés.